Version imprimable du sujet
Cliquez ici pour voir ce sujet dans son format original
Forums de chercheursduvrai.fr > * Boutard: Recherche expérimentale -zone privée- > *Machine à Hercule -zone privée-


Ecrit par: Chercheur Mardi 21 Décembre 2010 à 17h43
Machine Hérakléenne

La machine à produire le zoaire que Boutard a appelé "Hercule" est normalement la fin d'une série de machines visant à produire du courant électrique afin de l'alimenter.
L'auto-générateur produit du courant (faible); des amplificateurs l'amplifient en cascade et en fin de compte on peut alimenter la machine dite Hérakléenne.

Cette machine produit un zoaire aux caractéristiques exceptionnelles. Boutard l'a produit avant même de constituer l'auto-générateur, en utilisant l'électricité industrielle (secteur). En effet il suffit de courant pour la faire fonctionner; quelle qu'en soit la source de production.

La liste des actions de Hercule est longue, elle correspond aux 12 célèbres travaux. Le défibrage de l'halpha était une application; mais celle qui nous intéressera le plus actuellement est la guérison du CANCER.

D'où l'importance de la production de Hercule en priorité!

Voici la liste des travaux d'Hercule interprétés par Boutard:
user posted image

Matériel:
  • Columelle d'enroulement en bois appelée Cippe; support d'enroulement en bois (forme conique sur la partie haute, cylindrique à partir de la mi-hauteur et reposant sur une base en forme de coupe creuse. La partie cylindrique est accrochée à la partie conique haute exactement au cercle de mi-rayon de la coupe de base qui est circulaire).
    Les dimensions exactes ne sont pas données, il est dit que c'est un modèle identique à celui utilisé pour l'amplificateur. Dans la partie amplificateur on trouve des dimensions; mais il est indiqué que la hauteur cylindrique a la longueur qu'on souhaite; plus c'est long et plus dela accroît l'effet du potentiel à mi-rayon et ce qu'il faut respecter, c'est ce clivage à mi-rayon et un bol de base faisant le rayon total. Voilà le schéma provenant de l'amplificateur pour des idées de dimension:
    user posted image
  • Clous de fer de forme particulière:
    tête en tronc de pyramide à base carrée (appelée caboche) et pointe en forme d'obélisque. La masse de la partie pointe en obélisque doit être égale à celle de la partie tête en caboche
  • fil de cuivre nu pour réalisation du grillage à maille losange (=filet rets)
  • fil de cuivre isolé au coton ou au chanvre (guipage) pour les enroulements de la partie conique et sur le bol extérieur, et sur le tablier de clissage
  • ruban épais de soie
  • trépointe de cuir (=bande de cuir qui fait sertissage d'un contenant; cousue pour tenir avec renfort)
  • fils très fins d'argent fin nu (=argent à 92,5% argent et 7,5% cuivre) pour réaliser la frise (=tresse de fils)
  • fils d'argent pour la tresse d'argent à disposer aux extrémités de la frise
  • mercure pur pour amalgamer la frise d'argent
  • fils de soie ou de coton pour entrelacer avec les fils d'argent pour la frise
  • tablier de clissage en bois (bois d'aubier)
  • récipient en verre isolé de la lumière (noir) ou jarre de terre cuite opaque pouvant contenir de l'eau
  • eau douce pure
  • grille de fer
  • marbre (=carbonate de chaux) , gypse (=sulfate de chaux) , sel marin (chlorure de sodium, à diluer dans l'eau au dosage de l'eau de mer soit 2,72%), falun (=phosphate de chaux), porcelaine (=silicate d'alumine et de potasse), talc (=silicate de magnésie) à broyer et réduire et poudre très fine impalpable (broyeur spécial à réaliser) et à mélanger à sec
  • autre substances chimiques pour faire maturer le zoaire Hercule jusqu'à utilisation.
Montage:

user posted image
user posted image

Les têtes des clous sont fixés en damier sur deux rangées dans des bandes épaisses de cuir (trépointe de cuir). Cette trépointe sert uniquement de support de maintient et peut être remplacée par autre chose de neutre électriquement. L'intérieur de la trépointe se décline comme suit:

Du fil de cuivre est tissé en grillage de maillage en losange et est placé contre la bande de cuir (trépointe) et isolé clous par l'épaisse bande de soie sur l'autre face. Ce fil sera parcouru par le courant provenant de la source d'alimentation (électres provenant de l'auto-générateur en zone M ou d'une autre source électrique conventionnelle).
Puis la frise d'argent/fils de soie ou coton, amalgamée au mercure (appelée frise zoophore) est placée sur le ruban de soie et on place les têtes de caboche des clous de fer en contact avec la frise.
Aux deux extrémités de la frise d'argent on dispose une tresse de fil d'argent non amalgamé.
La trépointe de cuir se referme sur le haut de la tête de la caboche, ne laissant sortir que les pointes.

L'ensemble du montage avec clous ainsi constitué est enroulé dextrorse sur la partie cylindrique de la Cippe d'enroulement. Accolé aux pointes qui sont dirigées vers l'extérieur, on dispose un tablier de clissage en bois (=tablier de protection en bois) constitué de pans de bois droits, rectangulaires, de la hauteur de la partie cylindrique où sont situées les pointes des clous.

Sur le tablier de clissage est enroulé un fil de cuivre rond isolé, sinistrorse; donc tout le long du tablier en suivant le cylindre qu'il entoure. Le montage indique qu'on peut améliorer le système (accroître son rendement) en replaçant ce fil de cuivre par un galon de cuivre doré et un fil de fer doux enroulés sinistrorses et isolés l'un de l'autre. Mais ce n'est pas ce qui a été réalisé pour le montage Hérakléen initial. Ces informations sont indiquées sur le plan mis en extrait ici.

Un fil de cuivre isolé rond est enroulé dextrorse lui aussi, sur la partie conique de la cippe d'enroulement et est connecté électriquement au grillage de cuivre au niveau du haut de la partie cylindrique.

Sur la partie basse du cylindre, le grillage de cuivre est connecté à un simple fil rond qui traverse le fond du bol de bois (appelé conque) par un trou situé exactement à mi-rayon du centre (donc au niveau de la paroi du cylindre) dans le bol en bois. Ce trou permet au fil de passer vers l'extérieur du bol et s'enroule autour sinistrorse, allant vers la périphérique extérieure en remontant vers le rebord du bol.

Puis ce fil est alors connecté avec le fil de cuivre enroulé sur l'extérieur du tablier de clissage au fil de cuivre enroulé dessus sinistrorse.

Au final, si on suit le fil de cuivre entrant par la pointe de la parttie conique, il descend dextrorse en bobine spirale jusqu'à la partie cylindrique où il est connecté sur le grillage de cuivre à maille losange et se poursuit en enroulement dextrorse spiral le long du cylindre jusqu'en bas. Là, il est branché sur un fil de cuivre qui traverse la conque et s'enroule autour à l'extérieur de façon sinistrorse et est connecté au fil de cuivre qui continue de s'enrouler sinistrorse le long du tablier de clissage en remontant jusqu'au haut de la partie cylindrique. Cela constitue donc un long circuit de cuivre.
La partie haute du circuit (entré sur la pointe conique) est branchée sur le + de l'alimentation continue. La partie basse du circuit (sortie sur le tablier de clissage en haut du cylindre) est branchée sur le - de l'alimentation continue.

La frise zoophore constitue elle aussi un circuit; partie haute sortant en haut du cylindre et partie basse sortant en bas du cylindre. Les parties hautes et basses sont poursuivies, dès la sortie du cylindre, par une tresse d'argent non amalgamée qui va plonger dans un récipient d'eau pure.

La partie haute de la tresse est reliée à une grille de fer, plongeant dans le récipient d'eau et la partie basse de la tresse plonge dans le même récipient, mais sans être connectée à une grille de fer (pas clair, il semble que le texte se contredise car à un autre moment il est indiqué qu'il y a une grille de fer à chaque extrémité de tresse).
Le récipient est d'abord empli du mélange des poudres idéalement constitué par marbre (=carbonate de chaux) , gypse (=sulfate de chaux) , sel marin (chlorure de sodium, à diluer dans l'eau au dosage de l'eau de mer soit 2,72%), falun (=phosphate de chaux), porcelaine (=silicate d'alumine et de potasse), talc (=silicate de magnésie) à broyer et réduire et poudre très fine impalpable (broyeur spécial à réaliser) et à mélanger à sec. On emplit bien le fond du récipient et on crée un petit amoncellement entre les deux grilles de fer qui reposent verticalement sur le fond. Puis on remplit d'eau jusqu'au au niveau haut des grilles.

Fonctionnement:
Un courant électrique continu est appliqué entre l'entrée + et l'entrée - du cuivre bobiné sur le montage. La tension totale est comprise entre 21 et 24,5V dans les tests et le courant qui circule compris entre 6,9A et 7,7A se répartissant sous la forme: 15% de la tension entre le haut de la pointe conique et le haut du bol extérieur et 85% de la tension sur la partie tablier de clissage.

Cela correspond à une résistance de:
0,4 ohms pour l'ensemble du fil situé entre la partie haute conique et le rebord supérieur du bol, à l'extérieur
2,5 ohms pour l'ensemble du fil situé sur le tablier de clissage
user posted image

Le fonctionnement de l'appareil se fait durant 20 minutes en moyenne (de 15 à 30 minutes dans la plupart des tests, bien que certains plus longs de 50min aient été faits) et surtout, il faut que le récipient d'eau soit à l'abri total de la lumière durant ce temps.

Dès l'opération terminée, on peut observer l'échantillon d'eau et voir les premières coques du zoaire Hercule créées: on observe des particules ovoïdes peu à peu; très petites.
Les zoaires Hercule prennent 12 jours au moins pour arriver à maturité et il faut changer la composition du milieu dans lequel ils vivent au fur et à mesure des trois phases de leur vie jusqu'à maturité. On obtient alors une teinture mère qui peut servir à ensemencer (les zoaires Hercule se reproduisent) et il n'est plus indispensable d'utiliser l'appareil à générer des Hercule de nouveau si on ne laisse pas mourir les zoaires.

Il faut 3 jours pour que la coque folliculaire se forme autour du zoaire. Ceci marque alors la fin de la première phase et le début de la deuxième phase du développement du zoaire (adolescence). Suivent alors d'autres substances à introduire pour permettre le développement correct (à lire dans le texte) dans la deuxième et troisième phase.

user posted image

Ecrit par: Chercheur Mardi 21 Décembre 2010 à 17h47
Pour la réalisation de l'alimentation pour la machine Hérakléenne, après lecture, c'est peu difficile à faire.

Il a une alim de 464V qui délivre jusqu'à 8 ampères.
Donc disons 500V et 10 ampères. C'est un transfo alternatif secteur sur noyau de ferrite avec rapport de spires de sortie=double de l'entrée (2 x 230V efficace alternatif)

Assez de tours de spires pour que le courant qui circule ne crame pas le bobinage (effet d'impédance de la bobine qui limite le courant dans le primaire pour ne pas faire disjoncter la prise).

Pont à diode redresseur (grosses diodes ou diodes moyennes mises en parallèles pour augmenter le courant) et capa de lissage. Le rhéostat est plus embêtant à faire; il faut qu'il tienne la charge de 5 KW.

Bon le principe est simple; il faut du fil assez large de section pour tenir la puissance à sortir. Il y a un gros gâchis de puissance dissipée dans le rhéostat, inutile pour le montage. C'est pourquoi pouvoir produire directement 25V sous 10A est bien mieux: on alimente en direct sans rhéostat et on consomme 250W et pas 5000W!!

L'alimentation est identique probablement à celle qui a servi à Boutard à alimenter le montage de l'expérience n°1.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 21 Décembre 2010 à 20h03
Merci pour cet exposé Chercheur, tres tres intéressant

le fameux zoaire en question une fois créer peut etre reproduit

sans la machine du moment qe l'on prend soin de les maintenir

dans des conditions optimale, et pour soigner comment utiliser

ces zoaires on les boit ou on les met sur une blessure ?


autre question cette machine et a la fois un ampli et un outil

a fabriquer le zoaire ?


a vous lire toi ou Diengard

merci

Ecrit par: Gegyx Mardi 21 Décembre 2010 à 21h33
C'est bien d'avoir lu des données nouvelles, mais que faut-il finalement ?

Une alimentation 2 v et 8 A ?
Pas besoin de rhéostat, alors ?
On peut trouver des alims 5v et 10A.

S'il suffit de travailler avec pour en sortir du 2v...

Ton proto-zoaire...

Cela ne mord pas, au moins ?

icon_biggrin.gif

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 22 Décembre 2010 à 18h46
Quand Boutard avait défibrer de l alpha il avait dit a quelqu un

de mettre un mouchoir dans les bains qui servaient a défibrer

et de le mettre sur une plaie que cette personne avait, donc les

blessures c est oui .

Pour le boire c est peut etre une ânerie ?





Ecrit par: DIENGARD Jeudi 23 Décembre 2010 à 00h46
Si ce n'était que ça!
ce ZOAIRE "HERCULE" est ANDROGYNE et se multiplie à l'infini, tant qu'il trouve des conditions pour se nourrir.
L'image d'ATLAS portant la terre est un autre symbole de cette puissance qui peut porter tous les lourds poids terrestres, les maladies, les impuretés...
résoudre, dissoudre tous les problèmes matériels et par répercussion, les autres plans, puisque tout est lié.
L'image d'Hercule avec sa massue est tout simplement la forme exact, vu au microscope, du zoaire, avec un bout gonflé, arrondi et l'autre bout plus pointu, et de cette façon, se déplace et torpille tout virus ou germe pathogène et le siphonne de l'intérieur et l'absorbe.
Il peut ainsi absorber et transformer beaucoup de matière nocive, polluante, toxique, les goudrons des marées noires, les impuretés dans les cours d'eau, la mer, les métaux lourds et probablement les plastiques, la radio-activité, les déchets nucléaires...
Quand Louis Boutard a fait soigner quelqu'un par l'eau des bains de rouissage de l'alpha, pour une plaie qui ne cicatrisait pas, il lui a conseillé de ne pas en boire, parcequ'il peut "nettoyer les écuries d'Augias", c'est à dire les intestins, ce sera une des meilleures thérapies, d'apporter une santé en or aux intestins qui sont sources de beaucoup de problèmes physiques et psychiques. Mais il faudra mettre au point les dosages pour éviter des dégats! Ce sera l'objet de mises au point innombrables pour toutes le pathologies humaines, animales, végétales (soigner naturellement toutes les cultures et les améliorer), même minérales; mais ce qui est remarquable, c'est que c'est une intelligence qui ne s'attaquent qu'aux manifestations pathogènes, nocives pour une vie naturelle, un éqilibre biologique! On peut dire que nous sommes en présence de la ou les Potions magiques, la Panacée universelle...
Cette génératrice n'a pas la particularité d'amplifié, mais d'unifié, fusionné, marié des éléments éthériques et matériels, pour donner vie à un être eceptionnel.
Hercule, c'est un demi-dieu= moitié humain, moitié divin . humain=périssable, divin=androgyne. créer par des puissances terrestres et éthériques fusionnées, mariées, unifiées, des appareils humains et intelligences humaines et ausi avec des éléments de l'AETHER, divins, éternels!
Les impuretés, dans quelque domaine que ce soit, organiques, biologiques, mécaniques sont sources de problèmes, maladies, pannes...Hercule absorbant toutes ces impuretés, on peut comprendre que c'est la base , la cause d'une libération totale du domaine ainsi purifié, par exemple, le sang et les muscles et permettre ainsi de développer une "force herculéenne"...
Il y a les douze travaux majeurs, mais les sous-travaux, les ramifications, applications sont innombrables...BIENTÔT...le bout du tunnel!!! Il y a de l'espoir!

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 23 Décembre 2010 à 07h55
Waouh, une solution pour tous les maux majeur de nos sociétés

en folies, c est presque idilique, j ai hate de mettre au point une machine

d'hercule pour tester aupres de ceux de mon entourage qui sont bien mal.

merci a toi Diengard pour ces précisions a ce sujet , ça nous donne encore plus

de motivation pour poursuivre la tache de clarification des documents

afin de faire revivre tous ces savoirs enfouis.

Avec ces projets (auto-générateur , machine eracléennee) j ai l impression que

je vais etre utile a une immence qantité de personnes, c est tres exaltant.

Pour l 'interrogation au sujet de savoir si la machine éracléenne est aussi

un ampli pour l'auto générateur pourrais tu m'éclairé Diengard.


merci



Ecrit par: Chercheur Jeudi 23 Décembre 2010 à 09h55
Citation (Gegyx)
C'est bien d'avoir lu des données nouvelles, mais que faut-il finalement ?

Une alimentation 2 v et 8 A ?
Pas besoin de rhéostat, alors ?
On peut trouver des alims 5v et 10A.

S'il suffit de travailler avec pour en sortir du 2v...


Au final, pour ce montage là on veut appliquer (dans ces dimensions là et pour ce diamètre de fil et nombre de tours de spires; qui correspondent à une certaine résistance que j'ai calculée; mais bon tout autre montage différent donnera une résistance différente) 25V sur l'ensemble du système, qui se répartit en à peu près 3V sur la première partie et 21V sur la deuxième partie et il faut pouvoir débiter jusqu'à 8ampères.

Donc en effet une alim de 25V sous 10ampères est suffisante et on la branche directement sur le système Hérakléen. Aucun besoin de sortir 464V pour en dépenser la quasi totalité sur un rhéostat qui a pour but de finalement permettre de n'avoir que 25V sur le système lui-même.

Donc une alim 25V 10 ampères c'est encore plus faible que ses 500V. Il avait une alimentation coup de massue qui permettait de tout faire en terme de réglage... avec un rhéostat. Je pense qu'ils ont réglé pour que le courant dans l'inducteur ne dépasse pas une valeur critique qui fait surchauffer les fils et pourrait les faire fondre (ou faire brûler le bois ou le cuir ou la soie posé contre...). Donc ils ont réglé sur un peu moins de 8ampères pour eux.

Citation (Diengard)
Quand Louis Boutard a fait soigner quelqu'un par l'eau des bains de rouissage de l'alpha, pour une plaie qui ne cicatrisait pas, il lui a conseillé de ne pas en boire, parcequ'il peut "nettoyer les écuries d'Augias", c'est à dire les intestins, ce sera une des meilleures thérapies, d'apporter une santé en or aux intestins qui sont sources de beaucoup de problèmes physiques et psychiques.


Je lisais hier le tome IV de Ravatin de l'émergence de l'Enel qu'on a reçu il y a vraiment peu (et que je ne vous ai pas encore scanné) et c'est la partie qui reprend les lettres de Boutard à Dumont. On voit très bien comment Boutard a été vraiment très très malade de manière répétée. IL avait des soucis avec son estomac et son intestin. Il a indiqué, à certains moments, que cureter l'intestin avec le nettoyage des écuries d'Augias aurait été formidable; par Hercule. Mais malheureusement, on voit bien comment les choses se sont déroulées pour Boutard: à partir de la guerre, son matériel a été en grande partie détruit et sa santé ne lui permettait que peu de travail; il est passé près de la mort plusieurs dizaines de fois. On aurait vraiment dit un acharnement du destin contre lui; il faut vraiment lire. Il n'avait plus de machine fonctionnelle depuis ses essais du début des années 30 et il comptait sur A. Hatinguais pour reconstituer tout cela.

On a même dû lui amputer un doigt à cause de gangrène et il regrettait aussi de ne pas avoir Hercule qui aurait nettoyé ses plaies dès le début (il n'avait pas de sous pour se soigner, mais était aidé; souci de déplacement, il faisait tout à pied, il a passé sa vie à avoir ce genre de soucis; il n'avait pas de quoi manger chaque jour; il dépendait de colis de nourriture envoyés par la famille Dumont depuis le Nord de la France plusieurs fois par semaine, et aucun budget pour reconstituer ses appareils abîmés par les allemands et les rats dans la cave où ils étaient stockés).

Bref il comptait sur A.H (A. Hatinguais) qui avait emporté les machines avec lui sur Sèvres et travaillait d'arrache pied dès qu'il avait du temps libre. Il n'avait malheureusement que peu de temps libre, très peu; occupé par sa famille et des mondanités auxquelles son poste et celui de son épouse le conduisait fréquemment. Les années défilaient et le montage (re-montage) ne se faisait que lentement... et Boutard se voyait en position de mourir n'importe quand. Il voulait que cela soit remonté avant sa mort; car il savait que AH était son seul disciple et que si tout n'était pas reconstitué avant qu'il ne meure... personne ne le pourrait. Il n'a pas revu ses montages, il ne faisait rien dessus (il était à Cannes et AH à Sèvres). AH a pu remonter les appareils et les a refait fonctionner, après réparation. D'abord l'auto-générateur et la création de substances comme la "manne". Il n'a pas pu aller au-delà au niveau de la lecture ou j'en suis (presque la fin de livre). On voit donc que Boutard a attendu les 15 dernières années de sa vie que ses machines pussent être remontées et ce qui l'a été et a marché a marché chez AH, preuve aussi que cela marchait bien sans Boutard, que ce sont des machines objectives et ne dépendant pas d'un quelconque fluide personnel de Boutard.

Mais on comprend pourquoi Hercule n'a pas refait surface: cela n'a pu être refait; AH manquait de temps. et Boutard n'a donc pu s'en servir pour son bien personnel, ce qui l'aurait beaucoup aidé.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 23 Décembre 2010 à 12h34
Bonjour, pas la peine de faire le travail du récit Dumont, je les ai mis sur la zône TAMPON de ZEDICO. Bonne lecture, il y a 5 cahiers. Ces textes vous recadrerons mieux le personnage de Marc Aumisier=Maurice Maris.

Ecrit par: Biganos Jeudi 23 Décembre 2010 à 14h35
Bonjour à tous

Que la massue d'Hercule soit une solution à de nombreux maux c'est tant mieux.
Je suis tout à fait d'accord pour faire avancer le projet, comme beaucoup je crois, mais il y a tout de même un gros point noir et je pense qu'il faut absolument en parler.

Qu'on le veuille ou non ça touche le domaine médical, et en ce sens il est absolument indispensable de garder une totale discrétion sur les éventuelles applications de ce procédé.
On peut parfaitement passer pour des doux-dingues tant qu'on reste dans la recherche de solutions énergétiques, mais s'il venait à s'ébruiter que des applications médicales sont en jeu, là pour le coup il est fort probable qu'il y ait des réactions féroces de toutes part.

Il me semblerait souhaitable que chacun prenne conscience des enjeux. Personnellement je fais une totale abstraction du côté financier mais ce ne sera pas le cas de l'industrie pharmaceutique ni du corps médical qui ne supporte pas la concurrence quels que soient les résultats obtenus. Il faut donc rester très prudent dans d'éventuels propos tenus envers des tiers extérieurs à cette section privée.
Les exemples de solutions médicales avérés mais tuées dans l'œuf sont légion, et prendre quelques précautions ne peut pas nuire.

Je pense qu'il faut envisager dès à présent la finalité du projet et placer des garde-fous.
Il sera de toute façon indispensable de préparer plusieurs procédures de test, plus une (au moins) destinée à la publication massive des résultats, afin de garantir la pérennité du projet et la sécurité des principaux acteurs.
Et a mon avis il ne faudra pas compter sur une solution improvisée en dernière minute.

icon_coucou.gif

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 23 Décembre 2010 à 16h09
Je ne te le fais pas dire!!!
Cela a été ma première conversation avec Chercheur. Le soucis de l'avenir immédiat, suite à la réalisation des appareillages. Cela fait 30 ans que je sais ce qu'il y a derrière l'application de cette Re-découverte!
Chaque appareillage apportera son lot de solutions, chaque solution appliquée à l'échelle industrielle, sera une révolution économique et c'est là, qu'est l'os!
On ne joue pas au dés!
C'est pour cela que je suis d'accord d'avancer, mais c'est une quetion de vie ou de mort, la moindre erreur peut-être fatale.
C'est pour cela, que le week-end du 23 janvier 2011, devra aboutir à une conclusion de conduite d'avenir, indispensable.
Dans un premier temps: faire la série d'appareillages ou du moins les deux ou trois les plus essentiels, pour vérifier leur fiabilité et fonctionnement.
Dans un deuxième temps, faire des mises au point, des tests et amplifier au maximum ce savoir, ces tests, ces applications diverses ET DANS LE MÊME TEMPS-3 ème temps- travailler dans le secret total, à sauvegarder, et permettre une efficace diffusion, par le net, mondiale, de tout l'Enseignement et applications de ce qui aura été mise au point.
Mais cette "bombe" d'informations, toujours prête et à jour, ne devra être utilisée seulement en cas de force majeure, si l'on était menacé sérieusement.
C'est exactement le problème qu'a rencontré Louis Boutard avec Maurice Maris qui a voulu diffuser prématurément la science que L.B. mettait au point, ce qui a valu la fâcherie définitive entre eux.
Mais, on n'est plus en 1930-40. Maintenant tout va être redécouvert, compris, utilisé, sûrement pour un Âge d'Or, mais qui devra passer par un bouleversement économique mondiale.
La sagesse voudrait que pour éviter les heurts et les chaos, on fasse les choses le plus doucement et progressivement possible, mais là il sera difficile d'éviter les tsunamis financiers et l'agressivité des loobies. Mais, il y a urgence en même temps, par rapport aux problèmes écologiques.
Les plus agressifs des loobies étant le monde médical et celui des énergies, ce sont donc, évidement, les sujets par exellence à taire avant d'avoir été très loin dans des tests ultra discrets. Je crois que FLE pourra nous apporter son témoignage.
Le plus discret des champs d'expériences est le monde agricole, c'est sûrement pour cela que L.B. a choisi l'exploitation de la plante Alpha. Et il y a de quoi faire: engrais bio, soins bio, rendements augmentés.
Pour détourner, contourner les problèmes médicaux, jusqu'à une reconnaissance mondiale, il y aura sûrement des possibilités, du côté des "compléments alimentaires" ou autres systèmes discrets.
Donc, il faudra en reparler et adopter une ligne de conduite, mais de vive voix, car la première discrétion est de ne pas trop le communiquer par des moyens de communications.
Il vous est facile de comprendre que si l'on dérange qui que ce soit avec les découvertes- Louis Boutard, Armand Hatinguais - qui est accessible sur le net et à la BnP, je suis sur la liste directe, avec l'institut Sources et Vies. La retombée, bonne ou mauvaise, sera immédiate.
ça ne vous a pas été difficile de me trouver et de vous fournir les documents!

Ecrit par: thx4 Jeudi 23 Décembre 2010 à 19h56
Bonsoir à tous,

Hadrien,
Au niveau du site chercheursduvrai et des membres concernés que je connais depuis des années, concernant la discrétion, je ne vois pas de problème, pour la simple raison, que nous n'avons aucuns intérêts financiers n'y même de revendications futures, concernant la reproduction des expériences de LB.
Ce qu'on propose, c'est de t'aider à démontrer que cela peut marcher, le reste, les brevets, la commercialisation etc, c'est hors sujet pour nous, les enjeux sont tellement énormes...
Maintenant, il n'est pas interdit de faire signer, une close de confidentialité, aux membres concernés. Les deux sujets sont très sensibles.

Pour le domaine médical, il y aura problème de toutes façons, en dehors de faire valider l'Hercule par un labo, il ne sortira jamais. Les expériences en dehors de bidouilles, vont demander des moyens techniques et financiers hors de portée d'un particulier, c'est la raison pour laquelle en général des chercheurs, lorsqu'ils trouvent, montent leur labo eux mêmes (avec quelques moyens), et font très vite une introduction en bourse, appuyés sur des brevets et une reconnaissance minimum du monde médical, donc la c'est tres sensible et pas fait...
j'ajouterai d'y reflechir à deux fois car vu les moyens en face, l'Hercule peut comme par miracle, se retrouver au banc des produits à bannir pour longtemps!.

Pour la partie énergie (éther), les choses sont plus simples, la protection, vient de la diffusion, "tu produits", "tu vends", mais malgré tout avec certains moyens.
Je dirai, que c'est à toi de réfléchir à l'avenir et la manière de diffuser ou de vendre ce type d'info, ce que je trouverai normal. Maintenant on peu en débattre, et d'aider à trouver des solutions.



dans le domaines des boites, j'ai un peu donné :
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?act=Search&CODE=show&searchid=5d4ece709850d7752edf65b14f543f63&search_in=posts&result_type=posts&highlite=immovision

A++

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 23 Décembre 2010 à 21h45
Il me semble que au regard des infos synthetique que Diengard a présenter

chacun commence a mieux mesurer l'importance des travaux de Boutard

et des incidences qui en découlent.

Cette close de confidentialité qu'évoque Thx4 est tres judicieuse , car le

travail consequent qu il est nécessaire de mener a son terme doit se faire

dans la sérénité et la confiance, hors de question que l'un d entre nous

commence a agir sans un accord du groupe, l'adhésion a des décisions doit

se faire avec l'accord le plus large possible du groupe de travail , et doit se

faire au collectif.

Il y a déjà un travail sérieux d'éclaircissement des documents qui a été

réaliser et livré au groupe(document de Chercheur et Fle) et des documents

sur l'autogénérateur qui arrivent on subit un toilettage qui va les rendre

particulièrement lisible par tous.


alors haut les coeurs

et a +













Ecrit par: DIENGARD Jeudi 23 Décembre 2010 à 22h06
Merci, THX4 pour ta réaction, tous les bons conseils éclairés seront les bienvenus.

Autant les applications et expériences sont souhaitables et on peut aller très loin dans leurs utilisations, discrètement, comme une source qui coule au coeur d'une forêt, petite et discrète, elle coulera jusqu'à l'océan et désaltèrera tout sur son passage;
Autant en diffusant l'information, d'une façon ou d'une autre, on ne s'attirera que des problèmes: la curiosité, par mail et par courrier, que je connais déjà maintenant, prendrait des proportions invivables, la cupidité des autres et les grands loobies avec leurs sombres moyens de s'imposer...
L'information doit devenir de plus en plus complète et efficace, indiscutable...et pour les génies du net et du virtuel, il y a de quoi faire un grand travail, caché et pouvant servir en cas de problèmes, pour que rien ne meurt et disparaîsse.
Si le gland veut devenir un grand chêne, il doit s'enfouir dans la terre et pousser patiemment le germe et ses racines, comme l'Aether et tous les appareillages. Devenir, indéracinable.
Sinon, il sera dévoré par un cochon!

Il viendra bien assez vite le temps d'une réalisation et utilisation mondiale, mais si l'on ne se développe pas suffisamment et discrètement, pour ne pas être entravé, on risque de retarder encore plus cette réalisation.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 28 Décembre 2010 à 15h17
slt,

pour les clous de la machine heraclidienne , j'ai trouvé ce clou

il est le plus approchant de ceux que j'ai vu chez Diengard.

http://www.equipeo.com/50-clous-e4-michel-vaillant-materiel-marechalerie-sellerie-et-ecurie-78442-33-5-11.z.fr.htm

a+

Ecrit par: Chercheur Mardi 28 Décembre 2010 à 17h48
Oui ça ressemble beaucoup. Mais il n'y a pas de séparation nette entre tête et corps. Est-ce que corps et tête auront la même masse?

La forme de la tête de plus n'est pas dans le même sens que ce qu'il faut: il faut une forme de pyramide tronquée dont la pointe va dans le sens inverse de la pointe (c'est toujours la même forme en phi). Ici la forme de pointe de la tête est dans le même sens que la pointe du corps.

De plus je pense qu'il faut aussi que le côté de la base du corps carré contenant la pointe soit égal à la moitié du rayon de la base carrée de la tête (pour que le grand cercle en phi de la tête soit de diamètre double du cercle d'attache du corps).

Bref il y a des choses à respecter dans l'esprit Boutard qui font qu'il faut quelque chose avec plus de contraintes je pense

J'attends l'autorisation de DIENGARD pour vous mettre des photos (floues malheureusement, bien que j'en ai prises plusieurs) des clous de la machine Hérakléenne et de leur piquage sur bande support.

N'oublions pas que le clou doit être en fer (ou acier doux) étamé et j'ai aussi l'impression qu'il faudra amalgamer au mercure; informations à aller piocher ailleurs dans les cahiers, j'irai voir pour confirmation...

Ecrit par: FLE Mardi 04 Janvier 2011 à 13h31
Bonjour à tous,


Merci pour vos avancées.

Aucun problème pour mon témoignage, lors du week-end du 22 et 23 janvier prochain, si çà peut permettre au groupe d'éviter les écueils que je me suis pris.

FLE

Ecrit par: Chercheur Mardi 04 Janvier 2011 à 22h23
DIENGARD était d'accord pour que j'utilise mes photos prises chez lui lors de mon passage pour les articles privés du forum.

Voici donc les photos (malheureusement floues... j'avais un appareil photo que je ne connaissais pas avec moi, car le mien était de pauvre résolution; celui-ci étant de haute résolution, mais je ne maitrisais pas les fonctions de réglage...).

Les clous en tête de caboche pour massue Hérakléenne:

En agrandi, un clou pris séparément:
user posted image

La bande avec les 300 clous piqués pour la totalité du montage:
user posted image

Un agrandi de la bande où on voit mieux la forme des clous:
user posted image

Ecrit par: Chercheur Mardi 04 Janvier 2011 à 22h35
Fibres d'halpha conservés depuis la production par Boutard dans les années 20:

Gros plan:
user posted image

La liasse totale:
user posted image


Ecrit par: DIENGARD Mercredi 05 Janvier 2011 à 02h31
voici les pointes de caboches et les pièces pour prétrouer les bandes supports, voir sur la zone tampon Zédico

Ecrit par: Chercheur Mercredi 05 Janvier 2011 à 20h13
Merci beaucoup pour les photos. Les caboches sont en très haute résolution et super nettes.

Les appareils à trouer, je n'ai pas compris comment marche celui qui a des trous dedans plutôt que des pointes (où là je saisis l'usage pour percer)?

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 05 Janvier 2011 à 20h45
c'est simple Chercheur , la roue avec les petits rond ça fait

comme un conféti de matière qui est enlevé.

alors que celle avec les pics c est juste un avant trou

Donc il y a un trou qui comprime l'objet inséré c'est des trous

fait avec les pointes et pour l'autre roue a poisonner l'objet est

un peu plus flottant comme pour les croissants par exemple.


a+

Ecrit par: Chercheur Mercredi 05 Janvier 2011 à 22h21
Super, merci; j'ai compris.

Ecrit par: Chercheur Mercredi 05 Janvier 2011 à 22h39
J'ai extrait une compilation des images des clous en tête de caboche (où les photos sont infiniment plus claires que les miennes!):

user posted image

Ecrit par: Chercheur Lundi 10 Janvier 2011 à 17h53
Selon des mesures faites par DIENGARD hier avec son pied à coulisse, que j'ai reporté sur ce schéma, voici ce qu'on sait des caboches:
user posted image

Ecrit par: Biganos Lundi 10 Janvier 2011 à 18h44
Avec ces cotes, même en considérant que les arêtes de la tête sont arrondies c'est pire que les premiers résultats que je t'ai fais passer.

Calculs à vérifier bien sûr mais j'arrive à:
- Tête environ 847
- Pointe (y compris l'extrémité) environ 87

La variation n'est plus de 30% mais 970% ???

Ou alors je n'ai pas la bonne formule pour une section de pyramide: h/3*(b1+b2+sqr(b1*b2))

Ecrit par: Chercheur Lundi 10 Janvier 2011 à 19h41
Volume pointe=86,93=87 mm cube environ
Volume tête=296 mm cube (ou 274,5 mm cube selon variation de la base)
Il y a bien une différence très importante par rapport au texte qui dit que les masses doivent être les mêmes... incohérent en effet.

(tu as fait une petit erreur en oubliant de diviser par 3 pour la tête je pense)

Ecrit par: Biganos Lundi 10 Janvier 2011 à 20h08
Exact je viens de relire mon brouillon et j'ai quand même réussi à écrire 6/3=6 icon_redface.gif (c'est bien ça la petite erreur [-12 points j'aurai pas la moyenne]) et j'ai continué avec... faut pas se gêner.

De toute façon avec du matériel forgé il y aura toujours de légères variations. Mais là c'est plus que léger.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 11 Janvier 2011 à 19h44
tu en pense quoi Chercheur de cette alim pour le projet heracles ?

elle a le mérite d'etre abordable .

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=270685613255



Ecrit par: Chercheur Mardi 11 Janvier 2011 à 22h24
Elle est bien, 125€ avec frais de port inclus; mais usagée. J'avais parlé à Hadrien de la possibilité de chercher de l'occasion, qu'on pouvait avoir de l'ordre de 50€ moins cher; là on a même 75€ moins cher; mieux que ce que j'espérais (port inclus on s'entend).

Le neuf a l'avantage d'être sous garantie et en bon état; mais ça ne veut pas dire que l'usagé ne marche pas. J'ai acheté du matos électronique d'occasion. Un générateur de fonction HF 50MHz qui marche bien; il a eu quelques coupures de courant (faux contact) quelques fois et ensuite ça s'est réglé. Il marche très bien!

L'autre appareil (un géné HF 1GHz), le transfo d'alim a grillé au bout de 10min d'usage (300€ d'occasion quand même au lieu de 18 000€ neuf) et a fait dérailler le microcontroleur interne. Il m'a fallu 1 an pour le remettre en fonctionnement (beaucoup d'attente car ça ne marchait pas jusqu'à l'idée, avec assistance d'un technicien de la boite d'origine de l'appareil dont la boite n'existait plus depuis des années, trop vieux matériel, mais que j'ai pu trouver par hasard, qui m'a aidé pour le plaisir d'être sympa) pour me rendre compte que la sortie de puissance ne fonctionne pas dessus; une fois le reste dépanné: du coup c'est inutilisable!

Donc avec l'occasion, c'est vendu "tel quel" et les deux étaient sensés être ok et fonctionnels. On peut avoir de la chance ou pas. Sinon il est mieux en terme de tension puisqu'il monte à 40V. 50kg quand même, le mastodont, et affichage à aiguille. Bonne trouvaille quand même.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 11 Janvier 2011 à 22h38
y'a celui ci qui est neuf


http://www.sim-radio.com/Catalogue-Details.asp?IDProd=60123

Ecrit par: Chercheur Mercredi 12 Janvier 2011 à 10h32
Oui, mais comme je l'ai déjà indiqué, j'ai trouvé du neuf à 200€ prix de port inclus pour les mêmes caractéristiques, celui là est déjà à 228€ plus le port à ajouter.

Mais c'est le même genre que celui que tu as mis en lien ici. ça a déjà été trouvé. Il ne reste qu'à commander. Ce n'est pas d'en trouver une neuve à bon prix qui pose problème; mais merci quand même.

Ton lien d'occasion est plus intéressant; moins cher et 40V ai lieu de 30V max; mais 4 fois plus lourd, aiguilles et pas digital, et pas sûr qu'il marche comme il faut très longtemps. Tout est un choix après.

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 14 Janvier 2011 à 17h13
Pour finir cette histoire d'alim , j'avais quelques pepette inutiliser

alors avec l'aide de Chercheur on a arreter ce choix

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=120667468412&ssPageName=ADME:L:COSI:FR:1123

a priori je devrais le recevoir si tout est ok, jeudi, donc nous aurons

la possibilité de faire des test si l'avancement d'hercule le permet.


Ecrit par: Chercheur Vendredi 14 Janvier 2011 à 19h52
C'est l'alimentation que j'avais mise en référence de côté pour futur achat par Hadrien.
sourceverte59 en voulait une identique pour ses propres tests à mener et la prêter pour les expériences sur Hercules en attendant! Donc je lui ai donné le lien et il l'a acheté.

Ecrit par: Gegyx Vendredi 14 Janvier 2011 à 21h51
Le port n'est pas spécifié.
C'est curieux icon_biggrin.gif les 2 ventes ont eu lieu sur 4 minutes ce midi... icon_rolleyes.gif

Ecrit par: Chercheur Vendredi 14 Janvier 2011 à 22h46
Gegyx qui cherche toujours des petites bêtes partout: le port, tu le demandes par email au vendeur avant de t'engager à acheter pour savoir combien ça fait; et donc on l'a bien sûr et j'ai déjà dit que ça faisait 200€ port inclus (donc tu peux faire la soustraction). Quant aux ventes elles ne se sont pas faites en même temps et pas ce midi.

Ecrit par: Chercheur Samedi 15 Janvier 2011 à 19h09
Si on étudie attentivement la figure du cahier 12 indiquant le schéma en coupe des caboches pour Héraklès on voir les choses suivantes:
A. Hatinguais a réalisé un plan en coupe et comme tous ses plans il est à l'échelle. Comme on a un document qui peut être une réduction sur notre photocopie (de très mauvaise qualité de plus) on n'est plus à l'échelle 1:1 probablement, mais les mesures sont en proportion les unes des autres aux mesures exactes des caboches.

Ayant le document papier (mais en imprimant la page vous aurez la même chose) au format A3, j'ai fait la mesure à la règle graduée des dimensions sur les caboches.:
user posted image

On observe alors que les dimensions sont les mêmes sur les divers schémas du clou caboche, à de petites différences près de l'ordre de 0,5mm à 1mm qui peuvent être attribuées aussi bien à la mauvaise qualité de la photocopie (on voit tous les points sur l'image qui prouvent à quel point elle n'est pas l'image d'origine mais une copie de copie, la copie de la BnF qui est encore une étape de mauvaise qualité supplémentaire et des déformations d'agrandis ou réductions si le document n'était pas de cette taille là); qu'à quelques écarts de dixièmes de mm sur les dessins qui sont faits à la main.
Donc on a bien le même objet représenté avec une échelle identique sur les dessins. Les schémas sont datés de janvier 1931 dans le bas de l'image. Ce sont donc les schémas des caboches du montage d'origine de Louis BOUTARD qui a été expérimenté en Algérie et a donné les résultats de production de Hercule qu'on connait.

Le schéma est signé de Armand Hatinguais et daté de 1931:
user posted image

Il indique sur ce même schéma, en concordance avec le texte du cahier 12 qu'il a rédigé plus tard, que les clous caboche sont en forme d'obélisque à section carrée avec équilibre de masse entre tête et pointe. Donc cet équilibre est mentionné dans le texte qui accompagne CES schémas avec les mesures que j'ai pu prendre dessus:
user posted image
Citation
clous en fer, dits "caboches" à tête en tronc de pyramide carrée, à pointes de section carrée en forme d'obélisques, avec équilibre de masse entre pointe et têtes, disposés sur un ou deux rangs en damier


Je précise enfin que le texte qui est à côté indique encore la même information, et elle est soulignée, indiquant son importance:
user posted image

A. Hatinguais était un technicien soucieux du détail, on le voit dans ses épures de schéma qui sont toujours exactes et à l'échelle. De plus il a, dans le volume 2, scrupuleusement indiqué les dimensions de tout le matériel qu'il a monté; comme un vrai manuel technique.

J'ai donc mesuré les dimensions et calculé les volumes de la tête et de la pointe. Là j'ai trouvé des volumes très proches; bien que pas égaux. Les calculs diffèrent selon les mesures utilisées; et les différences sont de l'ordre de 10% de volume entre les deux selon les mesures que j'ai pu prendre ici ou là. J'ai donc fait les mesures sur toutes les caboches et choisi de prendre des mesures moyennes et de respecter aussi certaines données fondamentales: par exemple la section carrée d'obélisque j'avais 3,5mm ou 4mm et la partie haute de la base carrée du tronc de pyramide j'avais 7,5mm ou 8mm. Etant donné que le fonctionnement de la forme expliquée dans les cahiers (comme pour l'épingle camion) est que le pôle central a un rayon moitié du grand cercle de largeur périphérique, j'ai choisi 4mm et 8mm qui correspondent à cette règle.
Ensuite pour la mesure de la hauteur du pôle droit de l'obélisque, j'avais 11mm ou 12mm. Pour la mesure du côté de la section carrée du bas du tronc de pyramide j'avais 5,5mm ou 6mm. En essayant les diverses combinaisons avec ces valeurs, je suis tombé sur des volumes égaux à 10%; sauf une combinaison qui donne l'égalité quasi parfaite; qui doit donc correspondre aux mesures réelles. Voilà les mesures reportées sur ce schéma:

user posted image

On obtient alors:
Volume tête = (5/3)*(8²+8*5,5+5,5²)=230,42 mm cube
Volume pointe = 4²*12+4²*7/3 = 229,33 mm cube

On voit que à la fois le texte du cahier et celui accompagnant ces schémas est alors parfaitement cohérent avec les mesures sur le schéma et les calculs consécutifs.

On voit aussi que les mesures données par Hadrien ne sont pas du tout elles cohérentes avec ces données là. Ceci prouve de manière irréfutable que les caboches qu'a Hadrien ne sont pas les caboches du montage d'origine de Boutard référence par le cahier 12. Les différences de mesure de volume y sont en effet gigantesques (pour rappel: Volume tête = 87 mm cube et Volume tête = 296 mm cube ou 274,5mm cube selon la mesure).

Ceci explique pourquoi les tests de reproduction pour produire Hercule depuis que la famille de Hadrien a ces caboches n'a pas pu fonctionner: elles ne sont pas celles qu'il faut.
La question qui se pose est de savoir d'où elles peuvent bien provenir, qui les a faites? Normalement c'est A. Hatinguais qui les a faites; mais alors pourquoi? Ce même A. Hatinguais a signé en date de 1931 un texte et un schéma qui indiquent clairement que ces caboches ne peuvent pas être les bonnes (toute cette analyse utilise ses écrits à lui qui sont convergeants). Etait-ce un essai de reproduction de caboches "bricolées" à la meuleuse, n'ayant pu trouver d'artisan qui pourrait les couler en fonderie? On voit bien que ces caboches ont une finition bien inférieure à celle des épingles camions ou des croissants.

On peut penser aussi que ces caboches étaient bien celles d'origine, mais qu'elles ont été retravaillées pour leur enlever de la matière sur la pointe. En effet les dimensions que je mesure ressemblent fort à celles mesurées par Hadrien pour la partie tête. On dirait que quelqu'un a passé la meuleuse sur l'obélisque afin de lui donner une forme pointue (et en en supprimant la pointe) alors qu'il avait une forme droite suivie d'une forme conique. De plus les couches d'étamage effectuées au bain d'étamage que Hadrien a fait faire ensuite ont pu augmenter de 5 dixièmes certaines dimensions sur la partie tête aussi. Bref on dirait que si c'est bien les caboches Boutard, quelqu'un a cru les améliorer en les rendant pointues tout le long et les a massacrées.

En tous cas il paraît INDISPENSABLE de devoir se faire fabriquer des caboches en remplacement; avec les bonnes dimensions. Les dimensions que je donne sont à un facteur d'échelle réelle près, donc pour connaître la grandeur réelle, il faudrait être sûr de mesurer sur un document papier de cahier "Retour aux sources méconnues " d'origine sans agrandissement ou réduction de la vraie taille d'origine; et chercher à reproduire ensuite la caboche avec la même taille; sauf si on peut la faire à facteur de proportionnalité près comme sur mon schéma.

Ecrit par: Biganos Samedi 15 Janvier 2011 à 21h40
Je ne pense pas que les caboches présentées sur les photos aient été meulées. Il semble plutôt qu'il s'agit d'un travail de forgeage. Les petites nervures que l'on voit côté intérieur des têtes vers la naissance de la pointe ressemblent à des traces laissées par la cloutière. C'est une pièce massive comportant un trou conique de section ronde ou carrée (comme pour les caboches) et qui sert de moule en quelque sorte. Le forgeron introduit la pointe de métal chauffé dedans et forme la tête à coups de marteau. Mais cet outil de forgeron n'est pas d'une bien grande finition, et est plutôt malmené lors du forgeage.

Si les clous photographiés avaient été meulés, on verrai des stries régulières, même après un traitement de surface. J'ai fait de la galvanoplastie à une époque, et je peux te dire que le dépôt de métal ne comble pas les irrégularités, au contraire ça rend les imperfections encore plus visibles puisque le métal à tendance à se déposer davantage sur les micro-aspérités. De plus sur certaines faces de la pointe on voit que la forme est légèrement concave sur la longueur de l'obélisque (exemple le clou à l'horizontale). Or avec une meule on a plutôt tendance à faire des surfaces convexes. Les têtes non plus ne sont pas rectifiées sinon on n'aurait pas ces bourrelets au niveau des arêtes.

Il me semble également avoir lu sur un document que les surfaces polies étaient préférables pour attirer les Alphas. Si c'est une condition imposée ça ne correspond pas du tout. Et il y a une différence importante, très nettement visible sur les photos, entre l'état de surface des épingles camions qui ont un fini miroir et des clous caboche.

La solution reste probablement de faire fabriquer des clous industriellement avec des cotes approchantes mais légèrement supérieures surtout pour la tête, et de les finir à la rectifieuse pour obtenir la pointe et la tête aux cotes souhaitées, ainsi qu'un meilleur état de surface.
Dans le cas d'une fabrication spéciale, il faudrair voir si des têtes en tronc de cône ne seraient pas utilisables. C'est beaucoup plus facile à rectifier et polir que des têtes en tronc de pyramide.

Ecrit par: Chercheur Samedi 15 Janvier 2011 à 22h03
Si ils n'ont pas été meulés; alors je n'ai pas d'autres hypothèse permettant de comprendre ce qui a pu se passer pour que ces clous ne soient pas ceux que Boutard avait utilisé initialement.

Les clous étant en fer dans le texte; il ne leur est indiqué aucun recouvrement quelconque. On peut penser qu'avec les années, ils se sont rouillés et aient peut être été fortement rongés et même peut être complètement effrités et jetés à la poubelle et de nouveaux ont été forgés.

Hadrien a fait recouvrir les siens d'étain, mais je n'ai pas vu cette information sur un recouvrement d'étain dans le cahier 12... initiative personnelle pour les protéger (et car l'étain attire les atomes)? Ou bien information laissée oralement par A. Hatinguais non transcrite dans les ouvrages, afin de conserver les clous pour qu'ils ne s'effritent pas de nouveau? Ceci n'expliquera pas pourquoi ces clous reforgés ne l'ont pas été selon les bonnes tailles?

Ecrit par: Biganos Dimanche 16 Janvier 2011 à 02h57
C'est vrai qu'un traitement anti-corrosion serait une assurance de longévité du fer s'il ne perturbe pas le fonctionnement.
L'état de surface est également un facteur de résistance à l'oxydation, un métal poli s'oxyde plus lentement. Donc à mon sens si les clous d'origine étaient polis comme les épingles camion, ils auraient assez bien résistés au temps vu qu'il est peu probable qu'ils aient été négligés, et de toute façon leur forme générale serait conservée. Comme ceux présentés sur les photos ne semblent pas avoir été polis et n'ont pas la même forme ni les bonnes proportions, il n'y a qu'une seule alternative. Soit ce sont bien les clous utilisés par Boutard auquel cas, contre toute attente les dessins sont théoriques et le matériel adapté en fonction des ressources disponibles. Soit il s'agit d'une autre génération de clous ou d'un test aussi pourquoi pas. Mais dans tous les cas si le montage s'est avéré opérationnel ça laisserait supposer que le rapport des masses tête/pointe n'est pas un facteur déterminant pour cet appareil. L'important serait donc de savoir si ces clous ont bien été utilisés pour ce montage à un moment donné, et surtout si l'appareil a fonctionné correctement avec ce matériel.

Autre question: pourquoi les sections des têtes et des pointes doivent-elles être carrées pour cet appareil?

Ecrit par: Chercheur Dimanche 16 Janvier 2011 à 08h50
Attention, comme déjà indiqué, les épingles camion, les croissants ne sont pas polis mais recouverts d'une couche d'étain, ce qui leur donne leur aspect lisse et brillant.

Ils ont été étamés en recouvrement (ce qui d'ailleurs doit changer significativement les dimensions pour l'épingle camion dont les dimensions sont calculées au dixième de millimètre pour être de masse égale entre tête et pointe et n'est donc peut être pas une bonne idée...il faudrait que l'étamage soit sur une pellicule faible pour ne pas perturber les dimensions et cela n'avait pas l'air d'être si faible).

Normalement les clous caboches ont eux aussi été étamés à ce que j'ai compris (mais peut être je me trompe... DIENGARD tu peux nous le dire?)

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 16 Janvier 2011 à 08h59
Il serait bien intéressant de demander a Diengard de visionner les vidéos super 8

qu il a réaliser avec son Papi où l'on doit appercevoir la taille et la forme des clous.

Puisque Diengard etait présent il devrait pouvoir nous éclairer.

Ces vidéo sont notre seul espoir d'en avoir le coeur net, est ce que les clous etaient

en forme de pointe en obélix ou ceux de Diengard peuvent permettre aussi des

essais concluant malgré qu ils ne respecte pas les instruction de L.Boutard

Ce détail peut expliquer pourquoi , jamais , HERCULE n'a pu fonctionner de nouveau.


Je vais essayer de trouver cette semaine dans un magasin de bricolage un ecrou , que

j'essayerais de rectifier aux côtes qu'a défini Chercheur, histoire de voir si c'est jouable

d'en réaliser 300 de cette façon.


a+

Ecrit par: Chercheur Dimanche 16 Janvier 2011 à 09h30
Je ne suis pas d'accord avec toi Biganos quand tu dis énonces l'hypothèse que
Citation
Soit ce sont bien les clous utilisés par Boutard auquel cas, contre toute attente les dessins sont théoriques et le matériel adapté en fonction des ressources disponibles.
.

C'est ce que j'ai pensé moi aussi dès qu'on a fait le calcul de volume. En effet, on sait que la machine Héraklès fonctionne avec un courant électrique, en fait avec deux courants électriques, l'un passant du côté des têtes et l'autre du côté des pointes, chaque courant étant bobiné dans un sens différent (l'un dextre et l'autre senestre) ce qui crée l'effet d'attraction vers la tête et attraction vers la pointe des Pi contenus dedans. Cette traction d'étirement brise les Pi en deux alphas et c'est ainsi que cela opère. L'un des deux alphas, celui de la tête est ensuite véhiculé vers la frise zoophore.

Donc on a un principe ACTIF qui tire de chaque côté; et si il y a déséquilibre de masse, les Pi ne seront plus équitablement répartis dans le clou certes, ils seront plutôt ramassés vers le côté le plus massif, mais grâce à la traction exercée de chaque côté, cela n'est pas trop grave car on va les étirer et provoquer la rupture. Voilà quel était mon raisonnement pour me dire, comme toi, que les clous avaient été bricolés de fortune avec les moyens du bord, mais que ça n'avait pas posé de problème après tout et c'est pourquoi ils avaient accepté cette imprécision. Notons que cet argument ne peut valoir pour les épingles camions de l'auto-générateur car dans ca cas, il n'y a aucune principe actif qui va étirer les alphas dans l'épingle, en traction, pour les briser. Ils vont se briser seuls, naturellement, car ils vont se disposer équitablement dans l'épingle par son équilibre de masse (traction accentuée par la courbure) et donc là la seule géométrie de l'épingle compte! Du coup dans ce cas l'équilibre doit être parfait et ne souffrira d'aucun compromis.

Mais après coup j'ai révisé ma réflexion à ce sujet; car A. H. a toujours fait des plans exacts et précis non pas d'idées mais des machines réellement réalisées. C'est me cas partout et il n'y a pas de raison que ça ne soit plus le cas juste ici. Il a d'ailleurs précisé que ce qu'il avait là était une coupe d'élévation avec échelle 1/2; preuve que c'est une coupe de machine réelle. L'information d'équilibre des masses est reportée sur le schéma. Quand il y a des variantes, des adaptations, il le marque toujours dans ses cahiers; il y a de nombreux exemples; il est méticuleux et précis; et là aucune variante ou adaptation n'est indiquée. L'équilibre de masse est indiqué dans le texte du cahier et souligné de nouveau, sans indiquer d'adaptation là aussi.
Les plans sont indiqués de janvier 1931 et plusieurs pages après on voit que le 1er essai a été réalisé le 1er mars 1931. Non, aucun compromis n'est possible là dessus pour moi: il a dessiné le plan exact de ce qui a été mis en fonctionnement en 1931.

Et comme les lettres de Boutard aux Dumont montrent qu'ensuite cette machine n'a jamais été remontée.... eh bien on peut penser qu'il n'y a eu que celle-ci. Avoir des correspondances entre Boutard et Hatinguais pourrait nous aider à savoir si ce dernier avait remonté Héraklès dans son labo de Sèvres (là bas il avait remonté l'autogénérateur qu'il avait montré en fonctionnement aux Dumont selon une de leur lettre). Et si oui, si il a refait les caboches... les réponses sont peut être dans la correspondance. Boutard n'a jamais pu avoir Hercule lorsqu'il en avait besoin pour sa propre santé, ce qui pour moi signifie que jusqu'en 1958 date de sa mort, A. Hatinguais n'avait jamais remonté Héraklès fonctionnelle... donc je tendrai à répondre non. Peut être s'y est-il mis ensuite et peut être était-ce quelqu'un d'autre qui a fait le travail de forge pour lui qui n'a pas respecté les dimensions et il n'a pu s'en servir. Peut être ci... peut être ça... on ne sait pas!


En tous cas quoi qu'on pense, on ne peut pas penser que les clous qu'a DIENGARD soient ceux de ce schéma au vu de ses mesures et de leur forme visuelle aussi; et ceux de ce schéma sont forcément ceux de l'expérience réalisée, ça c'est imparable pour les raisons exposées.

Oui, il serait intéressant que DIENGARD revisionne ses vidéos; mais les clous il a il ne les a pas inventés.... ils lui proviennent de son papi. La question est de savoir si quelqu'un les a refait entre 1931 et l'époque où il les a récupéré de son papi dans les années 1980....

Ecrit par: thx4 Dimanche 16 Janvier 2011 à 11h33
Bonjour,

Les photos montrent clairement qu'il ne s'agit pas d'un travail de forgeron, mais d'un fondeur. (Les clous d'Hadrien)

Avant de se lancer, dans la fabrication, puisque nous connaissons la manière de les utiliser, pourquoi ne pas faire un proto sur un ou deux modèles, et les tester,
en les comparant avec ceux d'Hadrien, maintenant pour le test ?

A++


Ecrit par: DIENGARD Dimanche 16 Janvier 2011 à 23h11
Bonjour, apparemment les mesures des caboches ne sont pas correctes ? En prenant les mesures, le mieux possible, sur mes cahiers, j’obtiens les résultats suivants (erreur possible de 0.5mm):
Hauteur totale 28.5mm
Hauteur de la pointe 22.5mm
Largeur de la pointe à sa base 4.5mm
Largeur de la pointe 4.5mm jusqu’à 15mm de haut
Hauteur de la pointe de 4.5 jusqu’au 1 mm= 7.5mm
La plus grande largeur du trapèze 9mm
La plus petite largeur du trapèze 6mm
Hauteur du trapèze 6mm
Sinon, je n’ai jamais connu d’autres caboches que celles-ci. Je les ai fait étamé effectivement pour les protéger de la corrosion, mais c’est de l’électrolyse, l’épaisseur est infime, de l’ordre du centième de millimètres, voir du millième !

C’est une erreur de ma part, d’avoir cru avoir pris en film le démontage de certains appareillages avec mon Papi. Je n’avais pas de caméra à l’époque, et je l’ai sûrement beaucoup souhaité, mais je n’ai rien, sauf le souvenir impérissable, bien sûr. Ces pointes étaient encore sur leur bande support de gros cuir, que j’ai toujours, mais l’appareillage était démonté. Il est certain, qu’après 1935, rien d’autre de nouveau n’a existé et marché. On constate que contrairement aux fuseaux pour les croissants, pas de mesures autres que les dessins à l’échelle ½ ! l’’importance est d’arriver à cet équilibre tête-pointe !

Il y a la maison « clouterie-RIVIERRE qui peut fabriquer de la caboche.
Je pense que ça vaudra le coup de faire avec ce que j’ai, tout en sachant, qu’on n’est pas dans les bonnes dimensions. Finalement quelle est la différence tête-pointe avec les mesures que j'ai transmise ?

Ecrit par: Gegyx Lundi 17 Janvier 2011 à 14h02
D’après les mesures des dessins que tu donnes, on obtient:

Volume tête = (6/3)*(9²+9*6+6²) = 2*(81+54+36) = 342 mm3

Volume pointe = 4,5²*15 + (7,5/3)* (4,5²+4,5+1) =
20,25*15 + 2,5* (20,25+5,5) = 303,75 +64,375 = 368,125 mm3

Ecrit par: Chercheur Lundi 17 Janvier 2011 à 14h05
Avec tes données (méplat de 1mm de section sur le haut de la pointe selon tes données) on a:

Vtête=(6/3)*(9²+9*6+6²)=342 mm cube
Vpointe=4,5²*15+(7,5/3)*(1²+4,5*1+4,5)²=368,125 mm cube

Les valeurs sont proches; assez proche que ça puisse être égal en changeant une valeur de ci-de là de 0,5mm sur certaines dimensions.

Exemple:
hauteur=7mm au lieu de 7,5mm pour la partie en pointe et hauteur=14,5mm au lieu de 15mm pour la partie droite de l'obélisque donne:

Vpointe=353,71 mm cube

ou encore avec une pointe se terminant en pointe (et pas 1mm tronqué en haut, sur le dessin c'est bien indiqué une pointe et pas 1mm de méplat) en plus des modifications de 0,5mm précédentes:

Vpointe=340,875 mm cube

Donc on est à égalité à l'erreur de mesure de 0,5mm près.

Par contre je n'ai pas bien compris d'où viennent ces mesures? Tu les a prises à la règle sur le cahier 12 toi aussi? Si oui, comment mets-tu 1mm sur la pointe alors qu'elle est dessinée en pointe et sans méplat?

Pour le film c'est vraiment dommage.

Ecrit par: Chercheur Lundi 17 Janvier 2011 à 14h06
Tiens, on a posté en même temps Gegyx. En fait j'avais fait ce post avant de manger et j'avais oublié de l'envoyer... il part avec plus de 2h de décalage

Ecrit par: DIENGARD Lundi 17 Janvier 2011 à 16h31
Oui, la seule mesure que j'ai reproduite sans mesurer sur le cahier, c'est la pointe, mais en fait, avec le pied à coulisse, si je veux voir la pointe du trait, je suis obligé de faire une ouverture d'un mm. Donc J'ai mesuré avec mon cahier 12, avec le pied à coulisse et un double décimètre. L'à peu près de 0.5mm est réel et justement, sur la hauteur de la pointe, mais aussi sur le trapèze, ça se joue à 0.2 0.3 0.5. Donc c'est déjà bien d'avoir un dessin qui confirme la règle. J'aimerais savoir de combien on s'en éloigne avec les mesures des caboches que j'ai. L'avantage de cet appareil est de pouvoir le tester rapidement, avec la laitance qu'on obtient, si l'on ne connecte pas l'inducteur senestre du tablier.

Ecrit par: sourceverte59 Lundi 17 Janvier 2011 à 22h00
puisqe techniquement tout seras a disposition pour finaliser

Hercule , reste les produits nécessaire pour nourrir et faire

grandir le zoaire .


voila la liste telle que sur le cahier :



Marbre (=carbonate de chaux) ,

gypse (=sulfate de chaux) ,

sel marin (chlorure de sodium, à diluer dans l'eau au dosage de l'eau de mer soit 2,72%),

falun (=phosphate de chaux),

porcelaine (=silicate d'alumine et de potasse),

talc (=silicate de magnésie) à broyer et réduire et poudre très fine impalpable (broyeur spécial à réaliser) et à mélanger à sec

autre substances chimiques pour faire maturer le zoaire Hercule jusqu'à utilisation.




Diengard as tu l'ensemble des produits référencés ?

ce qui est plus délicat c'est le flou de la dernière phrase "autre substances chimiques

pour faire maturer le zoaire Hercule jusqu'à utilisation"

Bonjour les tatonnements afin de trouver les bonnes formules pour maturer le zoaire.


a+

Ecrit par: Chercheur Lundi 17 Janvier 2011 à 22h40
Citation (sourceverte59 @ Lundi 17 Janvier 2011 à 22h00)
ce qui est plus délicat c'est le flou de la dernière phrase "autre substances chimiques

pour faire maturer le zoaire Hercule jusqu'à utilisation"

Bonjour les tatonnements afin de trouver les bonnes formules pour maturer le zoaire.

ça c'est mon résumé du cahier 12; c'est moi qui avait décidé de ne pas faire la liste des substances indiquées parce que ça faisait long et que j'en avais marre de taper mon résumé. Le détail du tout est clairement indiqué pas à pas dans le cahier 12 qu'il suffit de lire; pas de flou.

Sinon pour le montage de Hercule:
*on n'a pas de bande porteuse pour enfiler les caboches et faire tenir le tout
*on sait que les caboches ne sont pas les bonnes, mais on peut faire avec
*on sait qu'il manque de la tresse d'argent mais on peut essayer de faire avec
*on ne sait pas si la frise zoophore amalgamée est en état
*on sait que le grillage de cuivre est oxydé et des mailles manquantes; mais on peut faire avec
*on n'a pas la bande de soie isolante
*le fil rond guipé est tout oxydé et l'isolation au coton bouffée en grande partie

bref on peut essayer de faire un test avec ce qu'il y a déjà au petit bonheur la chance (parce que tu as l'alim); mais sans bande porteuse pour enfiler les caboches et mettre la frise et le filet de cuivre dedans on ne pourra même pas faire ce test de fortune; donc peu d'espoir... et la bande isolante... il aurait fallu avoir tout ceci avant. On verra bien si un test improvisé peut être bricolé avec ce qui traîne là bas; mais ça me parait hautement improbable.

Le seul test possible de fonctionnement serait l'apparition de filets blancs en effet comme l'avait fait Boutard, pour tester que le système fonctionne, avant de le monter correctement pour produire Hercule (opération qui est là complètement transparente: on ne voit rien pour prouver que ça marche).

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 18 Janvier 2011 à 07h35

on n'a pas de bande porteuse pour enfiler les caboches et faire tenir le tout



tu parle là de la bande de caoutchouc ?


Ecrit par: Chercheur Mardi 18 Janvier 2011 à 12h12
Cette bande de caoutchouc ne devrait pas exister normalement, mais être une double bande de cuir cousue sur les bords où on perce avec les pointes d'un côté et on met les têtes dans, le tout servant à faire bande porteuse.

Si on prend la bande de caoutchouc que Hadrien a, ça reste insuffisant car il faut une bande inférieure pour reposer les têtes et à coudre avec le caoutchouc (incousable, ça va déchirer le caoutchouc et le caoutchouc ça se distend en plus, moins de tenue). Donc cette bande de caoutchouc pour moi elle ne sert à rien. Il faudrait de la toile de jute très épaisse en deux bandes pour remplacer le cuir et faire bande porteuse.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 18 Janvier 2011 à 15h15
[Bonjour, j’ai l’impression qu’il y a une petite chute de moral ! La situation est grave mais pas désespérée ! *on n'a pas de bande porteuse pour enfiler les caboches et faire tenir le tout
*on sait que les caboches ne sont pas les bonnes, mais on peut faire avec
*on sait qu'il manque de la tresse d'argent mais on peut essayer de faire avec
*on ne sait pas si la frise zoophore amalgamée est en état
*on sait que le grillage de cuivre est oxydé et des mailles manquantes; mais on peut faire avec
*on n'a pas la bande de soie isolante
*le fil rond guipé est tout oxydé et l'isolation au coton bouffée en grande partie
Vous avez la photo avec la bande support et toutes les caboches déjà montées
Les pointes caboches ne sont pas parfaites, mais elles existent ! Pour la troisième fois j’aimerai savoir, tout en faisant jouer au maximum le flou de 0.5mm, quelle différence de masse trouvez-vous avec les mesures que je vous ai données des caboches que j’ai.
On a les ¾ de la tresse d’argent, frise zoophore, qui n’est qu’une seule et même chose et une autre section, de fabrication identique, mais plus petite, qui fera peut-être l’appoint. Restera sûrement à l’amalgamer.
La tresse de cuivre laisse passer le courant inducteur, sans problème, et ce n’est pas le peu d’oxydation ou quelques mailles cassées qui changeront quoique ce soit.
Le fil guipé laisse aussi passer le courant inducteur, même s’il n’est pas comme du neuf, et l’isolation coton est bonne à 90%, malgré les apparences.
Ces jours-ci je vais trouver des galons pouvant remplacer la trépointe de cuir rouge et la soie épaisse, qui isole la tresse de cuivre d’avec la frise zoophore.
Si Papi, parle de coudre et assembler toutes ces 4 couches ensemble, c’est pour faciliter la manipulation pour l’enroulement, qui vient s’enrouler sur un cippe, mandrin, axe en bois, que j’ai. On le réalise selon les possibilités, et coudre le caoutchouc ne pose aucun problème, fin ou épais, mais on peut s’en passer, en se contentant d’enrouler le fil, puisqu’il y a les pointes pour bloquer le fil.


Cette bande de caoutchouc ne devrait pas exister normalement, mais être une double bande de cuir cousue sur les bords où on perce avec les pointes d'un côté et on met les têtes dans, le tout servant à faire bande porteuse.
Est-ce que tu dis là correspond à ce qu’on peut lire sur l’assemblage, cahier 12 p.92 ?
Si on prend la bande de caoutchouc que Hadrien a, ça reste insuffisant car il faut une bande inférieure pour reposer les têtes et à coudre avec le caoutchouc (incousable, ça va déchirer le caoutchouc et le caoutchouc ça se distend en plus, moins de tenue). Donc cette bande de caoutchouc pour moi elle ne sert à rien. Il faudrait de la toile de jute très épaisse en deux bandes pour remplacer le cuir et faire bande porteuse.
Il n’y a aucun étirement du caoutchouc.
mais sans bande porteuse pour enfiler les caboches et mettre la frise et le filet de cuivre dedans on ne pourra même pas faire ce test de fortune; donc peu d'espoir... et la bande isolante... il aurait fallu avoir tout ceci avant.

??? On n’est pas samedi 22
On verra bien si un test improvisé peut être bricolé avec ce qui traîne là bas; mais ça me parait hautement improbable.
Bon ! Il y a de l’espoir, courage !

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 20 Janvier 2011 à 00h52
Je ne sais si la différence jouera, mais voilà mes dernières mesures de la caboche:

hauteur totale 21mm
hauteur de la pointe 16mm
largeur base de la pointe 3.8mm
hauteur et largeur du bout de la pointe 2mm
pointe 1mm
grande largeur du trapèze 7.5 mm
petite largeur du trapèze 6mm
hauteur du trapèze 5mm

Ecrit par: Biganos Jeudi 20 Janvier 2011 à 03h50
Bonsoir

user posted image

Avec les dernières cotes données j'arrive à un volume d'environ 229mm3 pour la tête et 126mm3 pour la pointe

Ecrit par: Gegyx Jeudi 20 Janvier 2011 à 11h14
Bonjour

Je trouve :

Volume tête = 5/3*(7,5²+7,5*6+6²) = 5/3*(56,25+45+36) =5/3*137,25
= 228,75 mm3

Volume pointe = 7/3* (3,8²+7,6+4) + 2/3* (4+2+1) =7/3*20,6 + 2/3* 7
= 52,73 mm3

Faudrait raboter les 3/4 de la tête ?

Ecrit par: Biganos Jeudi 20 Janvier 2011 à 12h26
Bonjour Gegyx

Citation (Gegyx @ Jeudi 20 Janvier 2011 à 11h14)
Volume pointe    = 7/3* (3,8²+7,6+4) + 2/3* (4+2+1) =7/3*20,6 + 2/3* 7
= 52,73 mm3

On est d'accord pour la tête (228,75) et l'extrémité de la pointe [2/3* (4+2+1)] mais le corps de la pointe fait 14mm de haut et tu l'a compté pour 7. Au final ça donne 14/3 *(14,44+7,6+4) soit 121,33 plus les 4,66 de l'extrémité ce qui fait bien un total de 125,99 pour la pointe que j'ai arrondi à 126.

En gros c'est un rapport de 1,8 au lieu de 1 recommandé sur les dessins originaux.

Je ne sais pas l'influence que ça peut avoir (à tester quand même puisque c'est disponible) mais ça ne colle pas aux dessins de la machine construite par Boutard en Algérie.

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 20 Janvier 2011 à 20h43
Les nouvelles ne sont pas terrible, je devais recevoir le colis

avec l'alim aujourd hui et ,rien, j espère que demain j'aurais

le colis mais il n'y a rien de sur.

Bref ,va falloir s'en tenir a remettre hercule en place sans pouvoir tenter

une mise sous tension.

Pour les caboches , si le rapport est de 1.8 entre pointe et tête ,il reste

la solution de faire une pesée moyenne des clous , d'appliquer le ratio et

de meuler la tête d'autant, au moins on auras des caboches avec un equilibre

tête /pointe .

Cela pourrais être notre plan B si l'on n'obtient pas de résultats.

en attendant on fait les premiers essais avec les caboches tel que .


a+






Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 21 Janvier 2011 à 13h48
L'alim viens d'être livrée.....super !!

icon_lol.gif icon_lol.gif icon_lol.gif icon_lol.gif

Ecrit par: Chercheur Dimanche 23 Janvier 2011 à 22h41
Je reviens ce soir de la virée de travail collectif. Je mettrait quelques photos demain du montage; mais en substance: on a remonté la machine Hérakléenne avec les matériaux présents sur place. On a fait un test avec un montage partiel dont le visuel permet de vérifier si la machine marche (produire hercule n'était pas encore possible et ne donne pas de vérif visuelle de bon fonctionnement).

Le test n'a pas marché. On a mesuré les paramètres et de nombreuses choses sont à refaire: frises d'argent amalgamées (elles sont trop vielles et pas assez larges), caboches de volume tête/pointe pas égale, bol et colonne d'enroulement pas identiques du tout au schéma d'origine et diamètre de la colummelle d'enroulement supérieur au mi-rayon du bol, ce qui situe le montage en zone M au lieu de la zône N. Les causes d'échec sont donc très nombreuses et il y a un travail important à effectuer pour refaire tout à l'identique du montage d'origine. L'observation m'amène à conclure que l'intégralité des pièces d'origine de la machine Hérakléenne n'existe plus; elle a peut être été détruite ou perdue. On n'a que du matériel refait et récupéré de montages servant aux amplificateurs. Je suis persuadé que les caboches ont été achetées dans le commerce en remplacement (ils n'ont pas dû trouver à les faire refaire).

On a passé tout le week-end sur ce montage et évité des écueils, et on a donc la conclusion qui s'impose: on sait que le matériel existant à ce sujet n'est pas celui d'origine du tout; mais du refait. ceci explique que la machine n'ait jamais remarché par la suite.

Il faudrait faire un devis de réalisation de la machine à l'identique des schémas et voir ce que ça coûte, le plus cher sera sûrement les caboches à réaliser.

PS: les caboches il y en avait plus de 1200 (on en a compté 1255 avec un calcul approché) et pas 300; ça en fait pas mal à faire!

Photos demain donc.

Ecrit par: Chercheur Lundi 24 Janvier 2011 à 22h39
Voici le compte-rendu du travail réalisé le week-end du 22-23 janvier 2011 chez Diengard

Après avoir fait le tour des matériaux restant du laboratoire de A. Hatinguais on a vu un carton contenant des bobines en bois avec dedans divers types de fil : cuivre plein, cuivre en filet industriel, bronze, fil guipé de cuivre, perles, etc :
user posted image

Le cylindre d’enroulement sur lequel se trouvait le montage précédemment réalisé par Diengard pour la machine à Héraklès:
user posted image

Les bandes en soie blanche ont été enlevées et le filet de cuivre aussi. On a aussi enlevé le fil de cuivre gainé plastique bleu de la partie conique haute.

D'abord un premier montage: on a utilisé un filet de cuivre d'origine qui était très oxydé. On l'a désoxydé du mieux qu'on a pu. D'abord bains au vinaigre blanc additionné de sel et frottement à l'éponge imbibée de sel. Puis bains à l'acide oxalique répétés. J'avais amené de quoi faire une désoxydation par bain électrochimique avec de l'aluminium et bicarbonate de sodium, mais on ne l'a pas fait; on aurait pu en 3ème étape; mais on avait besoin d'avancer quand même.

Une fois le filet assez désoxydé (l'essentiel du vert-de-gris étant parti, mais pas tout); on l’a utilisé pour le montage. sourceverte59, spécialiste de la couture, a cousu la bande de tissu rouge (toile de gance en 100% coton) avec la bande blanche (satin de coton 100% coton) ; bandes de 25mm de large. On a glissé le filet dedans, dont la largeur était de 20 à 21mm selon extension des mailles) :

user posted image

user posted image

La couture a été faite de façon totale d’un côté et pas de l’autre afin de pouvoir retirer le filet de cuivre en cas de souci (bien nous en a pris) et on a donc ligaturé avec du fil de coton tous les 20cm environ pour tenir la bande fermée sur le filet de cuivre.
On a enroulé le tout sur le cylindre support en bois (diamètre 78mm à la base à 79mm au milieu, hauteur 60cm pour la partie cylindrique) en hélice dextrorse (en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre en vue du dessus):

user posted image

On a mesuré la continuité de la tresse d’argent, et partage a eu l’idée de faire mesurer la continuité du filet de cuivre ; qui pourtant était forcément assurée car le filet se tenait.
La mesure de la résistance a donné 18,6 ohms. Il y avait bien continuité mais la résistance était anormalement élevée : soucis de contact ? On a mesuré à différents points intermédiaires pour voir si c’était un souci de contact avec les fils du multimètre ; mais on avait une résistance proportionnelle à la hauteur de filet mesuré. Le filet étant constitué de fil enroulé en grillage avec des zones de raccord par contact tressé (le fil ne devait pas être assez long) et des trous dans le grillage constitué d'un seul fil, donc continuité interrompue; ceci à plusieurs reprises ; on a donc un contact qui dépend beaucoup de la qualité de surface de connexion entre mailles. D’où souci avec l’oxydation. Il fallait donc tout reprendre à zéro.

On a cherché ce qui était utilisable et on a trouvé une bobine marquée « 192,50 mètres linéaire dont 63 mètres prélevés » qui contenait du grillage de cuivre industriellement fabriqué en parfait état (non oxydé et brillant) et sans aucun défaut. Ce filet fait 13mm de largeur environ, donc plus petit que le bande de coton de 25mm, il faut le centrer dedans.

Ce filet à maille industriel était très fin par contre, 1/10 de mm d’épaisseur. En mesurant les largeurs des fils au pied à coulisse numérique (0,23mm de largeur) et avec quelques calculs ; j’ai pu constater que le filet ne supporterait pas le passage des 8 ampères requis dans le montage final. Tous calculs faits, il fallait 6 épaisseurs de filet pour obtenir une température de moins de 60° à 10 ampères. En fait après coup, je me suis rendu compte que j’appuyais trop fort sur le capteur du pied à coulisse numérique et que la largeur mesurée était de 0,3mm au lieu de 0,23mm ce qui m’a conduit à sur-estimer l’épaisseur à ajouter. Il aurait suffit de 4 épaisseurs. On a décidé de mettre 8 épaisseurs pour assurer le coup lorsque j'avais calculé qu'il en faudrait 6. Donc on a coupé 8 longueurs de 7m50 (6m70 utiles et le reste en longueur à faire dépasser à chaque bout) et on a superposé tout ceci, glissé de nouveau entre la bande rouge et la bande blanche de coton et sourceverte59 a tout cousu comme un chef, de manière propre :

user posted image

On a utilisé le cylindre d’enroulement comme support provisoire de nos 8 filets de cuivre qui n’arrêtaient pas de s’emmêler si on les laissait en vrac par terre :

user posted image

user posted image

Au passage on voit que le cylindre d’enroulement a été brûlé en haut et en bas lors de précédents tests réalisés par Diengard il y a longtemps ; justement car le filet de cuivre avait trop chauffé et fait brûler le coton et le reste. Il y a de l’ordre de 1/2cm de profondeur au centre rongé par le feu sur la partie haute de mémoire. C’est bien pour éviter de tout enflammer qu’on a dimensionné le filet inducteur afin que la chaleur ne monte pas trop haut et que le souci ne se renouvelle pas :

user posted image

Puis on a tout enroulé de nouveau en dextrorse et on a obtenu le résultat suivant :

user posted image

On a maintenu le filet en place avec sa gaine avec deux clous en métal. A priori le montage d’origine était fait de même : quelques clous pour maintenir les choses en place ; donc on a fait de même.
La résistance du filet de cuivre a été mesuré à 0,3 ohms environ (soustraction faite de la résistance des fils utilisés pour la mesure); donc excellente.

Puis on enroule la frise zoophore amalgamée (elle est constituée de fils d’argent en 5 nappes de 17 fils tissées de façon particulière, avec du fil de lin ou chanvre pour le tissage aidant à renforcer la structure). On avait plusieurs frises d’argent à disposition, ne connaissant pas leur origine. Certaines plus larges, d’autres moins ; presque toutes étant en argent bien brillant. Deux frises étaient en piteux état, semblant vieilles et l’argent était de couleur terne, foncé. En regardant au microscope de poche, j’ai pu voir que les frises brillantes comportaient des fils lisses et brillants ; donc non amalgamés. Les deux frises ternes avaient des fils dont la surface était clairement amalgamée : on voyait la rugosité et les aspérités typiques d’une réaction sur le métal ; ce n’était pas de l’oxydation du tout. Les fils d’ailleurs étaient différents à la texture, de nombreux étaient cassants : le métal n’était plus le même. C’était une frise amalgamée. Par contre l’amalgame avait fait bien plus qu’aller en surface de l’argent : tout le fil était amalgamé dans la profondeur. On a raccordé les deux frises ensembles (couture au coton de sourceverte59, notre spécialiste du point dit « zig-zag » qu’il maîtrise avec brillo) dont la longueur une fois raccordée, était exactement celle nécessaire à l’enroulement sur le cylindre. Les deux frises se terminent par une tresse d’argent non amalgamée (l’argent est brillant ou noirci par l’oxydation parfois, mais clairement pas amalgamé).

Le souci de la frise utilisée est donc le piteux état de l’amalgame qui a rendu les fils cassants (et souvent cassés) et dont l’état de fraicheur est plus que dépassé. Le test de résistivité a donné une résistance de 0,3 ohms, donc pas de souci de continuité sur l’ensemble malgré tout. Autre souci : la largeur de cette frise est trop faible : elle est bien moins large que la bande de coton blanc et moins large aussi que le filet de cuivre. La largeur est variable et est de l’ordre de 10mm en moyenne.

On a enroulé cette frise d’argent autour du cylindre d’enroulement (et attachée avec deux clous là aussi, on se sert d’un morceau de tissu rouge de coton pour servir de zone de serrage de la frise pour y planter les clous) :

user posted image

Une fois terminé, voilà le résultat :
user posted image

user posted image

Puis on a trouvé dans les bobines de réserve toujours du fil de cuivre guipé de 1mm de diamètre. On l’a utilisé pour faire l’enroulement dextrorse du haut, sur la partie conique. On était un peu gêné par les clous disposés, on en a enlevé un. Ces clous maintenaient un fil qui avait été enroulé dessus par Diengard, un fil en gaine plastique. On a voulu utiliser le fil guipé coton pour respecter les matériaux d’origine.

user posted image

Là aussi on a fixé l’attache avec des clous additionnels. On a connecté électriquement le filet de cuivre du haut avec le fil guipé.

Voici des photos du bol qui se situe en bas du cylindre, qui doit y être fixé :
user posted image

Le bol est en bois, de diamètre extérieur 156mm et de hauteur totale de 103mm (avec le pied), hauteur intérieure de 75mm. Un fil guipé est enroulé dessus. C’est le fil d’origine, qui a été ré-enroulé par Diengard précédemment et le fil est fixé en place par des clous placés par lui. Ces clous ne sont donc pas d’origine, mais ils remplacent d’autres clous du même style qui étaient là pour le même effet. Le guipage est abîmé à de nombreux endroits et on a veillé à ce qu’il n’y ait pas de court-circuit entre spires, y compris à cause des clous (en les faisant pivoter) et en ajoutant un bout de tissu rouge dans une zone à problème.

Le fil de cuivre est de forte section, de diamètre 2,5mm. Il est bien enroulé sinistrorse comme le précise le texte.
On voit un essai de fixation du bol par vissage sur ces photos, mais le bol a été enlevé à cette étape, afin de faciliter la suite des opérations.

L’attache électrique du bas des filets de cuivre se fait avec le domino du bol (contact désoxydé bien sûr) :
user posted image

On a donc ensuite placé la bande de caoutchouc contenant les caboches. On a compté 200 caboches sur 123cm et mesuré la longueur de la bande à 7,72m. Par division cela donne environ 1255 caboches sur la longueur totale. Les caboches sont placées avec un espacement de 22mm en damier. Le souci est que la frise d’argent amalgamée est de largeur trop petite pour que les têtes des caboches reposent dessus complètement. Parfois c’est bon, parfois seulement une moitié de chaque rangée de tête repose dessus, parfois une seule rangée repose en entier dessus. En effet les trous de la bande de caoutchouc sont aussi faits de façon irrégulièrement centrés sur la bande de caoutchouc ; ce qui fait que parfois les trous sont au centre de la bande, parfois sur la droite, parfois sur la gauche, donc difficile de pouvoir rester toujours au-dessus de la frise d’argent qui elle-même est étroite et difficile de la garder au-dessus du filet de cuivre si on la déplace pour que les caboches soient dessus. Bref, beaucoup de soucis de ce côté-là.

user posted image

user posted image

On a attaché le bol après avoir enroulé environ moins de la moitié du cylindre ; une fois qu’on n’était plus gêné.

Une fois terminé, le montage donne ceci :
user posted image

On a voulu faire un test partiel sans finir le montage. On n’a pas fixé le tablier de clissage et disposé un fil guipé autour du tablier ; pour finir le montage et faire l’hercule. En effet on n’avait pas de quoi produire Hercule (les sels minéraux divers à ajouter) et il n’y a pas de moyen de contrôle. Mais Boutard avait fait un pré-test partiel qui permettait d’avoir un contrôle visuel du bon fonctionnement de l’appareil. Et ce pré-test est décrit dans le cahier 12. Il consiste à faire le branchement du générateur entre l’entrée guipée haute et le rebord extérieur du bol.
Voyons ce document qui explique comment mener l’expérience test :
user posted image

On est donc sensé observer des volutes blanches en 2min de fonctionnement ; avec noircissement de la tresse d’argent.

On a disposé le montage sur le bureau et connecté le générateur continu de labo de 30V 10A dessus : branché sur le fil guipé de cuivre haut entrant sur le haut conique et sur le fil du rebord extérieur du bol de bois. La frise d’argent est terminée par une tresse d’argent qui vient plonger dans un récipient en verre rempli d’eau du robinet :
user posted image

Normalement pour faire l’expérience demandé il faut, selon le texte du volume 2 , de « l’eau pure ». Nous ne savons pas ce que désigne ce terme exactement. On pense que cela signifie de l’eau sans additif quelconque ; par d’ajout de sels quelconques (chaux, carbonate, etc) ; mais on pourrait penser à de l’eau distillée. Toutefois l’eau distillée, ça existe depuis des siècles et l’appellation aussi ; et ce terme n’a pas été utilisé dans les cahiers. L’eau du robinet de Diengard est un peu acide nous a-t-il dit.

On voit que la tension appliquée à cet ensemble est de 3V pour un courant de 7,7 ampères circulant, selon les comptes-rendus d’expérience. De notre côté nous avons mesuré une résistance de 0,3 à 0,4 ohms pour l’ensemble du circuit entre l’entrée guipée haute et la sortie au niveau du bol à l’extérieur, ce qui correspond bien à l’ordre de grandeur. On branche notre alimentation et on observe un courant de 8,57 ampères. Ce courant diminue rapidement avec le temps, 8,38A au bout d’1 minute, 8,31A au bout de 2min etc. Il diminue plus lentement au fur et à mesure que le temps passe. Au bout de 20min il est de 8,01A et au bout de 1h25 de 7,88A. Je pense que ceci est dû au chauffage du filet de cuivre dont la résistance se modifie avec la montée en température ; à vérifier.

On a sur la photo de l’affichage du générateur une intensité de 8,13A pour 3V. En tous cas on a bien le même ordre d’intensité que dans les comptes-rendus du montage des cahiers du volume 2: on a à peu près la même résistance :
user posted image

Une observation sur une durée de 1h30 environ montre qu’il n’y a absolument aucun changement dans l’eau. Aucun apparition de volutes blanches comme on pouvait l’attendre. Mais le texte du cahier 12 indique que le montage dans l’eau doit se faire avec une grille de fer connectée à une extrémité. Diengard avait la grille de fer d’origine ; mais impossible de la retrouver. A défaut on a utilisé de la laine d’acier qui avait été amenée pour servir à frotter les métaux pour désoxyder ; qu’on a découpée en carré. Selon Diengard la grille introuvable faisait à peu près 10cm par 10cm et était constituée de fil de fer très fin.

En plaçant la laine d’acier, on a refait l’expérience. Sur une durée de 11min on n’a rien observé. On a essayé d’inverser le sens de l’alimentation et là aussi on a observé sur 11min : rien.
Par contre avec le temps qui passe on observe quand même que l’eau change de couleur et devient légèrement jaunâtre et verdâtre. Ce vert se prononce de plus en plus avec le temps. Ceci ne correspond pas aux effets attendus et ce vert qu’on voit couler de la laine d’acier est caractéristique des ions Fe2+. C’est une réaction d’oxydo-réduction d’un couple redox sur le fer. Comme son eau est acide c’est certainement le couple acide H+/H2 qui agit sur celui Fe2+/Fe de potentiel plus bas.

Voici les photos des récipients : d’abord le premier pour l’expérience sans laine d’acier qui n’a rien donné dans l’eau qui est restée transparente durant 1h30 ; puis les autres photos sont prises avec l’expérience avec laine d’acier à 0min ; 20min ; 45min ; 1h05 et on voit le vert s’accentuer de plus en plus :

user posted image

On a testé l’hypothèse que cela n’a rien à voir avec la machine en mettant un autre morceau de laine d’acier dans de l’eau ; et en effet ça verdissait aussi.

Donc l'expérience n'a pas donné le résultat escompté!

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 08h34
Félicitation a Chercheur pour la précision et la clarté du compte rendu.

Rien a ajouter a tout ceci, sauf que pour Diengard pour lui l'amalgame

tresse zoophore / mercure est trop vieille et comme l'essentiel se joue a ce niveau

cela explique en grande partie le manque de résultat.

Il serait intéressant de pouvoir rapidement récupéré du mercure et d'utiliser l'autre

bande zoophore afin d'y mettre du mercure frais et celle ci étant plus large sera

en contact avec d'avantage de têtes de clous .

Avant d'envisager une réplication d'hercule avec les données exacte du cahier

il serait plus judicieux de procéder a un deuxième essai en améliorant sensiblement

ce qui est le lit principal où tout se joue, donc du mercure récent + une bande plus large

en contact plus franc avec les tête sont des éléments capable de donner le résultat tel

que décrit dans les cahiers.





Ecrit par: FLE Mardi 25 Janvier 2011 à 11h24
Bonjour à tous,


Félicitations aux opérants pour ce travail et merci pour ce compte-rendu.

Y'avait-il d'autres documents chez Diengard relatifs à la machine héracléenne ou à l'utilisation d'Hercule ?

@+


FLE

Ecrit par: FLE Mardi 25 Janvier 2011 à 11h34
PS : Il doit y avoir une similitude, même lointaine, entre la machine héracléenne et l'expérience de Miller de 1953.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 11h54
pour les prochains montage une tresse cuivre étammé serait la bonne solution



http://www.tressecuivre.com/boutique/tresse-plate-cuivre-etame/15-tresse-plate-cuivre-etame-16-mm2-en-25-m.html

Ecrit par: Chercheur Mardi 25 Janvier 2011 à 12h15
Citation (FLE @ Mardi 25 Janvier 2011 à 11h24)
Bonjour à tous,


Félicitations aux opérants pour ce travail et merci pour ce compte-rendu.

Y'avait-il d'autres documents chez Diengard relatifs à la machine héracléenne ou à l'utilisation d'Hercule ?

@+


FLE

Diengard a sorti, 30min avant qu'on soit sur le point de partir partage et moi (donc pas eu le temps d'explorer ça), quelques cartons de sa réserve Boutard. Il a 18 gros cartons pesant de l'ordre de 15 à 20kg chacun rempli de livres de Boutard et de cahiers originaux Hatinguais, de planches de photos, de plans en format A2 et A3 de et schémas nulle part sur les cahiers, d'un exemplaire labo des brevets déposés avec des choses uniques dedans pas dans le brevet public ni dans les cahiers.

Bref une vraie mine d'or. On est allé à la recherche d'infos sur Heraklès mais en quelques minutes on n'a pas pu. Il y a des tas de vraies photos (et les boites de négatifs permettant de refaire les photos en agrandi!) en bonne qualité du labo et expériences de Sèvres, etc.

Donc à fouiller de manière extensive; notamment on aura accès à la vraie dimension des caboches et cylindre et bol peut être car entre autres il y avait des plans roulés et en état abîmé avec les côtes exactes de plusieurs machines ampli et du support autogénérateur. Vraiment une mine d'or.

Il serait utile d'aller faire un passage là bas quand Diengard sera disponible pour cela plus tard, rien que pour trier et voir ce qui est important ou pas.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 14h26
toujours en lien avec les tresses .


http://ginexo.com/index.php?option=com_content&view=article&id=46%3Atresses-tubulaires-aplaties-cuivre-etame-&catid=34%3Atresses-tubulaires-aplaties&Itemid=65&lang=fr

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 16h41
je suis a la recherche de ceci

user posted image


impossible de trouver ,il s'agit de tresse de coton imprégnée d'argent fin.

quelqu un a t il une idée où l'on peut trouver l'objet rare....

Ecrit par: Gegyx Mardi 25 Janvier 2011 à 18h01
Sans blague, le gigantisme dans l’image n’est pas nécessaire.
Cela déforme tout, les écritures sont un km plus loin à droite…
J’ai un 22 pouces et il m’en faudrait 3 fois plus…

Quand c’est une image très large, dont on veut conserver les fins détails, on peut faire une miniature qui s’agrandira par la suite.

On peut faire aussi une image convenable + un autre lien qui développera encore plus la photo pour ceux qui veulent des détails plus fins.

Avec le logiciel « photo filtre » par exemple, on va chercher l’image enregistrée sur l’appareil numérique dernier cri « 15mega pixels »,
par des clics droits on peut la recadrer à sa juste expression utile, la retoucher éventuellement, et de choisir la taille avant de la réenregistrer.

Puis on va par exemple sur « image shack », et là, si on n’a pas pensé à réduire la taille il faut aller sur « redimensionner », et ne pas dépasser 1280 x1024, pour une image directe.

Voilà ce que cela donne en recadrant et en redimensionnant à 1280 de large.
(et c’est encore trop…)
http://img155.imageshack.us/i/bobinearg1500.jpg/

Si l'image reste très large, on peut faire l'effort de faire des "retours à la ligne" sur les textes, afin que l'écriture ne s'étale pas sur toute la largeur...

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 18h08
ok Gegyx je vais essayer d'améliorer mes post, tu as raison

c est pas top

Ecrit par: Lhorna Mardi 25 Janvier 2011 à 18h33
superbe votre travaille icon_smile.gif

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 21h02
il a l'air sympa ce clou ...

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=190494569808

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 25 Janvier 2011 à 21h05
celui ci aussi ...

http://www.fers-faure.com/shop/32/product/161/page/0/clous_jc/

Ecrit par: Chercheur Mercredi 26 Janvier 2011 à 22h04
J'ai passé plusieurs heures à mesurer à la règle graduée les schémas du cahier 12 disponibles et à réfléchir aux données possiblement extractibles, à confronter les mesures aux cohérences des schémas, etc (4heures hier soir et 2heures ce matin)

J'ai pu trouver l'échelle du schéma du montage d'origine de 1931 qui est en effet à l'échelle: échelle 1/5.
En mesurant sur d'autres schémas où les mesures vraies étaient indiquées sur des schémas à l'échelle, j'ai pu voir qu'il y avait parfois une différence jusqu'à 1mm de longueur sur certaines longueurs; sur la rigueur de construction des schémas par A. Hatinguais.
A l'échelle 5; cela signifie qu'il y a un flottement possible de 5mm sur les longueurs déterminées sur les mesures du bol et du cylindre et cône pour Heraklès.

J'ai fait la même chose pour les caboches. Là, en échelle 1 j'ai seulement 1mm d'erreur vraie possible. En faisant des moyennes, et remesurant des stocks de fois et en comparant les schémas entre eux j'arrive aussi à des données qui me permettent d'avoir des dimensions de la caboche avec une égalité quasi parfaite entre tête et pointe.

Donc j'ai pu voir que le bol du montage d'origine ne peut pas être celui utilisé. La forme de celui d'origine est une parfaite demi-sphère, ce que n'est pas celui-là. De plus le cylindre d'enroulement central est calculé pour qu'avec les frises déposées dessus, la frise d'argent qui collecte les Pi coupés soit située en zone N. C'est exactement le même genre de situation que pour les croissants dans l'amplificateur (le schéma du bol que j'utilise avec les découpages en zones provient de l'amplificateur à croissants, le cylindre central étant fait exprès plus petit que la limite de la zone N pour arriver à disposer les collectes en zone N).

J'ai coloré en orange la position du filet de cuivre et en bleu la frise d'argent et fait le dessin d'une caboche dessus pour montrer ça. Dans le montage sur lequel on a travaillé, la frise d'argent ne peut pas être située en zone N.

Voilà le bol d'origine selon le schéma avec mes mesures:
user posted image

Voilà celui sur lequel on a expérimenté:
user posted image

Voilà le schéma qui a servi aux mesures:
user posted image

Diengard m'a montré une caboche du commerce qu'il avait commandé et dont la finition de la pointe et typique de la finition qu'on peut avoir sur celles de l'expérience faite. Le bol, la non adaptation du cylindre et les caboches me font dire que pour une raison inconnue la machine Héraklès d'origine a été soit perdue soit détruite durant la guerre et a été reconstruite de A à Z par la suite par A. Hatinguais, avec du matériel qui n'est donc plus celui d'origine. Les caboches ne sont pas adaptées en terme de dimension avec les infos des schémas car à mon avis elles ont été achetées dans le commerce. Tout à du être refait; et la présence des éléments de porcelaine, et autres divers servant à nourrir Héraklès montre que A. Hatinguais avait voulu refaire la machine à Héraklès. Probablement qu'elle n'a jamais fonctionné, car il y a des éléments non respectés dans la reprod d'origine.

C'est mon avis après analyse des mesures. Une chose est sûre: les mesures de ce qui existe là bas et de ce qui est donné sur le schéma de 1931 montre que tous les éléments sont différents: cylindre, bol, caboches. Après toutes les hypothèses sont possibles. Peut être A. Hatinguais n'avait plus à ce moment là quelqu'un capable de refaire les caboches d'origine et a acheté ce qu'il a trouvé? Peut être le bol et le cylindre sont des éléments servant aux amplificateurs récupérés mais sans chercher à respecter les contraintes du schéma d'origine? Peut être le temps de A. Hatinguais a été utilisé à travailler des montages dont il avait déjà les éléments fonctionnels (ce qui lui prenait tout son temps) et a remis à plus tard ce qui posait un problème de plus si la machine d'origine d'Héraklès avait été détruite.

Peut être dans les courriers échangés entre Boutard et Hatinguais la perte de la machine originale à Héraklès a été mentionnée pour appuyer ces hypothèses? (Diengard a les courriers entre Boutard et Hatinguais, à chercher donc dedans si on a une info à ce sujet).

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 08h52
Voilà les deux versions que je propose pour la caboche, selon que la pointe a un côté de 4mm ou de 3,5mm. En effet sur plusieurs dessins le diamètre est de à peine plus de 3mm et sur d'autres il atteint les 4mm.

La plus grande probabilité est un côté de 3,5mm plutôt que 4mm; mais rien de certain.

La démarcation pointe/partie droite pour la partie haute n'étant pas nette, je peux faire basculer une partie de la longueur de l'une dans l'autre; dans une limite de 1,5mm.
Pour les autres mesures, l'incertitude est de 1mm. J'ai choisi les variations qui permettent égalité (presque à des masses tête et pointe.

user posted image


Version 1:
Volume tête = (5/3)*(8²+8*5,5+5,5²)=230,42 mm cube
Volume pointe = 4²*12+4²*7/3 = 229,33 mm cube

Version 2:
Volume tête = (4,5/3)*(7²+7*5+5²)=163,5 mm cube
Volume pointe = 3,5²*10,5+3,5²*8,5/3 = 163,33 mm cube

J'aime moins cette deuxième version car je modifie la longueur de la partie cylindrique à 10,5 au lieu des 11m ou 12mm que je pense voir (mais à cause de l'angle peu vif avec la partie conique je peux me permettre cette modification) et la longueur totale fait 23,5mm; or le plus souvent elle fait 24mm sur les schémas (mais parfois 23,5mm aussi).

En parfaite cohérence, sur le schéma du cahier 12, une caboche étant représentée, sa longueur avec l'échelle est de 25mm. Je trouve sur les mesures de caboche de l'autre schéma une longueur totale de 24mm. Donc on est dans le bon ordre d'idée (je ne peux avoir de précision inférieure à 2,5mm sur mes mesures sur le schéma d'ensemble; l'erreur pouvant atteindre 5mm maxi; 25mm est donc une bonne valeur pour les 24mm de l'autre schéma)

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 09h42
Voilà pour continuer les mesures obtenues pour le cylindre, sur le schéma d'ensemble avec le bol:
user posted image


Les mêmes informations sur le schéma avec les caboches en gros plan:
user posted image

On voit que ce n'est pas le même cylindre. Ils ont dû commencer par enrouler sur un cylindre; puis passer à un autre plus grand pour le montage final. On n'a pas d'indication de la zone N sur le schéma avec les caboches car il n'y a pas de bol représenté.

Il est possible qu'ils aient changé en cours de route de taille de cylindre+bol. On a plusieurs cylindres et bols de tailles différentes dans les parties amplificateurs (avec toujours un bol parfaitement demi-sphérique et lors du détail de la pose des croissants on voir bien que le cylindre est calculé légèrement plus petit que le mi-rayon pour que les filets capteurs enroulés dessus et les morceaux de croissant soient dans la zône N; on a la même chose ici sur le schéma d'ensemble avec bol et on peut supposer que c'est pareil pour le schéma où il n'y a que les caboches et pas le bol).

Si j'ai le temps ce soir je vous mets un topo sur la pointe conique qui se trouve au-dessus du cylindre.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 27 Janvier 2011 à 16h44
27 01 11 Bonjour, suite à ce premier essai sur la génératrice Héracléenne, on a pu vérifier les différentes imperfections, en comparaison avec les informations théoriques dont nous disposons.
Mais, à mon avis, c’est une bonne occasion pour vérifier progressivement quel est l’élément majeur, ou secondaire, qui peut entraver un résultat positif.

Toutes les données ont leur importance, mais puisqu’on n’a pas eu de résultat, autant en profiter pour répertorier l’importance de ces données.

A mon avis, dans cet appareillage, l’élément primordial, c’est le « lit nuptial », la frise zoophore qui va permettre la fusion des Electres et des PÎ, engendrant Héraclès.
Il est donc primordial de commencer par cette correction, une frise neuve, que j’ai, bien amalgamée de frais, malheureusement nous n’avions pas de mercure, qui soit bien large pour permettre un contact avec toutes les têtes des clous caboches.

Le deuxième facteur, qui pourrait, après cette correction, entraver un résultat, ce serait les caboches avec un bon équilibre de masse, tête-pointe.

Et le troisième facteur, est la correction des dimensions de l’axe support en bois et du bol. Mais là, je ne suis pas sûr de leur inadaptation. Avant de polémiquer pour rien, je veux d’abord voir si le premier ou le deuxième problème résolvent tout.

J’ai remesurer l’axe et le bol et en effet, avec un à peu près d’un mm, on a un axe de 78mm et un grand diamètre de 156mm. Donc, on a bien phi/2. Et là où je ne suis pas d’accord avec Chercheur, c’est d’une part que le bol n’a pas la forme qu’il a représenté, l’arrondi est beaucoup mieux, sans être une parfaite demi-sphère comme pour les bols amplificateurs, mais comme on n’a pas de mesure et de schémas, cet axe et ce bol ont la vertu d’avoir un diamètre correct, du simple au double. Quant à la question du champ phi, il est dessiné par deux traits qui partent du haut du cône avec le fils inducteur et rejoignent les bords de la conque du grand diamètre Phi.

Le schéma dessin de Papi que Chercheur prend en référence ne semble pas parfait non plus, d’après les mesures que j’ai essayé de prendre au plus juste. J’ai 16mm pour l’axe, si je le multiplie par 4.37 j’arrive à 70mm. Et j’ai 34mm pour le grand diamètre. Si j’avais 32mm X par 4.37 j’aurais 140mm, mais avec 34mm X par 4.37 = 148.58mm.

Nous n’avons pas eu le temps d’approfondir la question, mais pour moi, la question des zones N M L, sont déterminées par les pointes et les enroulements et non les diamètres des éléments qui les supportent. Dans l’auto-générateur, le diamètre change sans cesse et la zone axiale est déterminée par le filet d’argent et ses bordures de plomb-molybdène. Et les zones M et L, sont bien loin des pointes camions, mais captent très bien par affinité les R en M et les O en L.

De même pour les amplificateurs ou la génératrice Héraclès, ce sont les pointes et les enroulements qui déterminent la zone axiale et les zones périphériques. Si le support d’axe est moitié moins que le grand diamètre, le principe est respecté et ne remet pas en cause le fonctionnement des zones N M L. quant au nombre de tours de spires, il est libre aussi, pour obtenir plus ou moins d’amplification ou de puissance, mais il faut que cela reste pratique à manipuler à la main, sinon il n’y a pas de limites.

Puisque le montage, démontage de ces éléments n’est pas trop laborieux, on peut procéder à ces trois étapes successivement.
Si, après ces trois étapes, cela ne fonctionnait pas, on chercherait à corriger tous les autres petits éléments qui nous paraissent mineurs, exemple les tresses d’argent, conductrices…

Le Dimanche soir et le Lundi, nous avons troué avec Sourceverte les bandes de caoutchouc support des camions pour l’auto-générateur et celle pour l’amplificateur et commencé le montage des croissants qui se montent et s’adaptent très bien, selon Sourceverte qui les a monté. On avance, lentement mais sûrement!

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 16h59
Citation
Le schéma dessin de Papi que Chercheur prend en référence ne semble pas parfait non plus, d’après les mesures que j’ai essayé de prendre au plus juste. J’ai 16mm pour l’axe, si je le multiplie par 4.37 j’arrive à 70mm. Et j’ai 34mm pour le grand diamètre. Si j’avais 32mm X par 4.37 j’aurais 140mm, mais avec 34mm X par 4.37 = 148.58mm.


Mesures du cylindre:
taille intérieure, hors fils dessus: d=1,4cm à 1,45cm
taille extérieure, avec les fils dessus = taille de la partie conique dépassant: d=1,6cm


1,4cm*5=70mm et 1,45cm*5=72,5mm
Donc diamètre du bois de 70 à 72mm

Diamètre externe avec frises 1,6cm*5=80mm

Bol, mesure entre les bords du bol, extérieur haut: d=3,2cm
Soit 1,8cm*5=160mm

Les zones N,M et L correspondent bien à des distance par rapport à l'axe de symétrie. Pour l'autogénérateur c'est la même chose: on s'occupe de l'a distance moitié de l'axe par rapport au bord extérieur pour les définir.

Mais cela n'empêche pas d'avancer éléments après éléments.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 19h24
Sur l'agrandi on voit nettement la démarcation entre le cylindre bois plus petit que la base de la partie conique et la partie conique. le décroché permet de mettre les filets rets et frise zoophore dans l'interstice; dans la zone N. C'est exactement la même chose que pour les amplificateurs où la zone de ventre des croissants est mise dans la zone N avec une réduction de diamètre par rapport à la moitié.

La moitié correspond exactement à la base de la partie conique.
user posted image

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 20h08
La mesure du diamètre du bol se fait au niveau du diamètre le plus haut, le grand diamètre de la demi-sphère, comme indiqué sur les mesures dans les bols des amplificateurs à croissants.

Le cylindre d'enroulement a un diamètre de 1,4cm sur presque toute la longueur. De petites irrégularités à certains niveaux donnent 1,45cm. Mais en haut et en bas c'est bien d=1,4cm; soit d=70mm vrais à l'échelle 5.

Les échelles utilisées dans tous les dessins de A. Hatinguais sont 1/2 ou 1/10. Or il semble bien que le schéma des caboches ait été fait en A4 initialement et agrandi en A3; car les mesures faites sur le papier A3 correspondent à l'ordre de grandeur des caboches qu'a Diengard. Donc je mesure à l'échelle 1 car il est indiqué 1/2 dessus et je suis deux fois plus grand en A3 qu'en A4.

De même le schéma du bol avec cylindre pour Héraklès est certainement à l'échelle 1/10 en A4; ce qui conduit à 1/5 en A3 (deux fois plus grand). Les dimensions du bol et du cylindre sont cohérentes à l'échelle 1/5.

Voilà les zones où il faut mesurer (sauf cylindre pas régulier sur toute la longueur):
user posted image

Avoir à l'esprit que sur les schémas à l'échelle que j'ai utilisé en comparaison, certaines dimensions sont parfois mal mises à l'échelle; avec une erreur de 1mm maxi parfois. D'autres fois les mises à l'échelle sont bonnes pour la plupart. Donc on a une marge d'erreur. Mais quelle que soit la marge d'erreur, il est clair que le cylindre de bois est plus petit que la moitié du grand diamètre, il y a un net décroché par rapport à la partie conique.

Les traits obliques délimitant le champ Phi indiquent la limite de la zone M (double Lambda) qui est intermédiaire entre la zone N et l'extérieur du champ Phi. Le champ Phi signifie champ captage de l'aether tourbillonnant organisé par la forme. On appelle ça aussi les ondes de forme dans d'autres langages. Le nom importe peu, seul le concept compte.

Boutard indique que le champ tourbillonnant est organisé par la forme en deux champs tournant concentriquement en sens inverse; le cercle de rupture étant à mi-rayon de la forme totale dans le cas des formes à symétrie axiale comme les cônes et pyramides. Je n'invente rien, c'est du Boutard.

Voir ici ce qu'il en dit dans ses brevets:
Citation

Étant donné qu’un rhombe, ou double cône à base commune, d’acier ou de fer, à l’état naturel aussi bien qu’aimanté, présente un maximum d’intensité magnétique rigoureusement à la moitié de son grand rayon R/2 sur chacun de ses deux pôles, et que son pouvoir magnétique est d’autant plus puissant qu’il présente des rayures ou des stries formant angles ou des aspérités, il s’en suit que ce rhombe de métal est un catalyseur d’un influx magnétique extérieur qui vient choquer ou heurter contre, en tension vibratoire, et en épouse la forme, comme il épouse la forme du gond de fer anguleux, librement suspendu par le coude et tournant sur lui-même, qui sans aimantation artificielle aucune forme croix ou potence magnétique et s’oriente de lui-même au nord-sud magnétique.
Ce que démontrent les expériences suivantes :
1. Lorsque l’on fait passer un courant électrique continu dans un fil conducteur enroulé sur un rhombe, non plus de métal, mais de bois, dont les cônes opposés par les bases sont très rigoureusement égaux, on constate, au moyen des boussoles, que l’intensité du champ magnétique développé va en croissant depuis le sommet du cône d’entrée jusqu’à R/2, ensuite décroissant depuis R/2 jusqu’au plus grand diamètre au grand cercle de la base, ligne de séparation entre pôles boréal et austral, où l’influx devient nul, - pour croître de nouveau sur le cône de sortie, c’est-à-dire l’autre pôle, jusqu’à R/2, et de là décroître jusqu’au sommet de sortie, - ces variations d’intensité de l’un et l’autre pôle se faisant équilibre. Il y a donc équipollence, avec deux potentiels, tant sur l’austral que sur
le boréal.
2. Avec un enroulement sur un autre rhombe de bois à deux cônes inégaux : le grand ayant une hauteur égale au triple du rayon du grand cercle des bases ; le petit, une hauteur égale à ce grand rayon, dont le sommet forme donc un angle de 90°, ou inférieure à ce grand rayon, l’angle de sommet ayant au-delà de 90°, la ligne séparatrice entre pôles boréal et austral est toujours au grand cercle des bases, mais l’intensité magnétique de R/2 sur ce petit cône ou pyramide gyrante est le double de celle à R/2 sur la grande pyramide ou grand cône. Il y a donc rupture de l’équilibre entre les variations d’intensité de l’un à l’autre pôle. Il n’y a plus équipollence.
3. Il en est de même, si le petit cône est arrondi en dôme, coupole, ogive ; avec un rhombe de bois ayant par conséquent la forme d’une toupie. La rupture d’équilibre s’accentue plus encore.
4. Si le rhombe de bois est réduit à un cône, comme un sabot-à-fouet, jouet des enfants, et que l’enroulement se poursuive sur le plan de la base même, formant spirale comme sur un disque, la bipolarisation australe et boréale est toujours régulière, avec sa ligne séparatrice au grand cercle de la base, et le maximum d’intensité à R/2 de la spirale de cette base.
5. Si ce cône de bois se creuse en entonnoir, par conséquent avec le plus petit cône rentrant dans le grand, et que l’enroulement se poursuive dans le même sens à l’intérieur de ce petit cône, la bipolarisation australe et boréale est toujours au grand cercle de la base, et le maximum d’intensité à R/2 du petit cône d’entonnoir.

Ce qui démontre bien que ce champ magnétique est un solénoïde : couches de spires magnétiques s’emboîtant concentriques, dont une moitié, axipète, est en tension, sous l’effort vibratoire, avec l’autre moitié, axifuge, rigoureusement à mi-rayon : point fatidique, avec intensité croissante du centre à R/2, et décroissante de R/2 à la périphérie, comme l’indique la fig. 1.


user posted image

De même il indique bien que la zone N est tout ce qui se trouve dans la partie axial, c'est à dire à moins du mi-rayon; et la zone M est la partie extérieure, jusqu'au bord de la forme. Le zone L est situé à l'extérieur.

Une information du volume 1, cahier 3, p37 par exemple sur la position des zones:
user posted image

Comme il l'explique dans son brevet, Boutard indique qu'on a un champ tournant double généra par la forme (l'onde de forme, appelée champ Phi par lui) sur toute la colonne délimitée par le plus grand diamètre. On peut atteindre ces zones en se plaçant plus ou moins vers l'intérieur, ce qui se fait en se plaçant à une hauteur donnée sur la forme conique (la forme permettant d'atteindre les rayons intérieurs allant de 0 au rayon maximal).

Si Boutard dispose ses frises, filets etc sur un cône, c'est pour une raison (sinon autant tout mettre à plat ou sur un cube ou n'importe quoi d'autre): car cette forme engendre par captation de l'aether, deux flux tournant en sens contraire. Il dispose des conducteurs dans une zone ou l'autre et des pièces captatrices (croissants, caboches, etc) dans une zone ou l'autre selon ce qu'il désire obtenir: les atomes R et O vont en effet être entrainés dans un champ tourbillonnant: celui extérieur et les atomes I et S dans l'autre champ tourbillonnant. cela dépend du sens de leur giration. Comme Boutard l'indique, les volutes de même sens s'attirent, celles de sens opposé se repoussent. Il capte donc les atomes dans la zone dans laquelle ils vont se trouver une fois les Pi décapités (c'est à dire cassés). Tout ceci est une physique associant la géométrie avec le découpage de l'aether: la zone géométrique où on se trouve permet de savoir dans quel champ de flux on baigne et donc quel atome va pouvoir s'y trouver (les "atomes" de Boutard sont des systèmes girant, donc ils vont s'organiser par répulsion des sens inverses et attraction des sens identiques pour se placer dans les zones du champ qui va les attirer à s'éloigner de l'autre. Ne pas respecter les zones dans lesquelles on se trouve dans le pontage, alors que tout est calculé pour être précisément dans une zone plutôt que l'autre; est pour moi un point majeur de non respect du fonctionnement de la machine.

La situation des zones par rapport à la distance à l'axe central est par exemple indiquée ici dans l'amplificateur:
user posted image

Le fait de positionner les éléments dans les bonnes zones; captation en zone N est important et spécifié ici où les dimensions sont volontairement calculées pour que le ventre des croissants soit plongé dans la zone N afin que les têtes y soient captées et les pointes situées en zone M.
user posted image

Ecrit par: Chercheur Jeudi 27 Janvier 2011 à 20h23
Je rajoute encore provenant du brevet, sur le fait que les spires de circuit ne font qu'atteindre les zones de champ tournant d'aether organisés par la forme:

Citation
Il y a donc deux flux austraux et deux flux boréaux : un flux axial, ainsi qu’un flux périphérique, austral et boréal, accouplés et soudés à R/2, s’étirant aussi bien en longueur qu’en largeur, en tension sur ce cercle sous l’influence du choc, du heurt et du cahot, aux spires tournant en sens
contraires, que la forme du rhombe ou rhomboïde permet d’atteindre en toutes leur couches, comme en rend très bien compte la structure de l’oignon.


C'est seulement une question de position par rapport au centre. Le mi-rayon est la limite entre N qui lui est intérieur et M qui lui est extérieur (et L qui continu en dehors de la forme à l'extérieur).

Avoir un cylindre de 78mm de diamètre et un grand bol de 156mm de diamètre c'est disposer toutes les spires mises sur le cylindre dans la zone M et pas la zone N. Diminuer un peu le diamètre du cylindre, comme cela a été fait clairement dans l'amplificateur avec les croissants à 70 (et 78mm est justement la limite de la zone N); c'est permettre que toutes les pistes d'enroulement soient bien situés dans la zone N.

Je cite aussi le texte du cahier 12 situé à côté du schéma d'ensemble du bol Heraklès:
user posted image

A nouveau il est clairement indiqué que les têtes des Pi arrachés vont être attirées vers la zone N; et là on parle bien de Héraklès; on est dans la même logique toujours (logique au vu de tout ce qu'on a vu, les têtes contiennent les atomes I et S qui tournent de manière à être attirées par le champ axial, celui de la zone N) et le reste va vers la zone L (qui est la suite de la zone M intermédiaire: ce qui est dans l'autre champ tournant, dans l'autre sens).

Donc la machine ne peut pas fonctionner si on dispose la frise zoophore en dehors de la zone N; le texte dit clairement que les têtes iront en zone N. Actuellement la frise est situé en zone M, en dehors de la zone N. Si ça se trouve, on réduirait le diamètre du cylindre et ça marcherait! En effet la frise touche peut être une seule caboche sue deux l'amalgame est peut être vieux: ça sera moins puissant; les volumes des caboches ne sont pas égaux entre tête et pointe, mais tant qu'on ne tire pas de chaque côté c'est peut être moins grave (on ne pourra pas produire Héraklès car on ne tire pas sur les pointes avec le courant du tablier de clissage; pas branché jusque là, mais on aurait dû pouvoir faire le test de la laitance); mais si tout ce qui est sensé capter les atomes I et S est situé à un endroit où il ne peut les capter car ces atomes sont allées ailleurs... on n'aura rien du tout; pas un résultat dégradé mais bien un résultat 0


Donc je propose quant à moi que la modification première soit l'adaptation du cylindre. Le mieux est simplement de tourner un autre cylindre pour ne pas abîmer celui qui existe déjà! Peut être qu'on l'aura là la laitance!

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 27 Janvier 2011 à 20h53
On peux dire que tu sais argumenter ton point de vue Chercheur

je suis épater de ta capacité de travail.

Toutes ces zones j'en avait pas saisi le sens profond.

Ca donne de sérieux espoir pour la tentative numero deux.

Qui va se charger de tailler un nouveau rhombe ?

et aussi un Bol demi sphérique.


a+

Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 07h28
Citation (Diengard)
Et là où je ne suis pas d’accord avec Chercheur, c’est d’une part que le bol n’a pas la forme qu’il a représenté, l’arrondi est beaucoup mieux, sans être une parfaite demi-sphère comme pour les bols amplificateurs, mais comme on n’a pas de mesure et de schémas, cet axe et ce bol ont la vertu d’avoir un diamètre correct, du simple au double. Quant à la question du champ phi, il est dessiné par deux traits qui partent du haut du cône avec le fils inducteur et rejoignent les bords de la conque du grand diamètre Phi.


Citation (sourceverte59)
Qui va se charger de tailler un nouveau rhombe ?

et aussi un Bol demi sphérique.


Je ne dis pas que le fait que le bol soit à bords droits plutôt que parfaitement hémisphérique soit un problème qui empêche le fonctionnement: il n'y a pas d'information dans les cahiers à ce sujet (on a l'information sur les rhombes où la partie supérieure est hémisphérique parfaite ou conique tangente à la demi-sphère). Je dis seulement que c'est la preuve que ce bol n'est pas celui du montage d'origine du schéma Héraklès, de même le diamètre du cylindre montre que celui-ci n'est pas d'origine du montage initial Héraklès, les caboches aussi; et donc c'était pur en arriver à la conclusion que rien de ce qu'on a pu utiliser ne vient du montage d'origine. C'est pour ça que je soulevais l'idée que toute la machine initiale ait pu être perdue ou détruite durant la guerre; que tout a été refait bien des années après; mais pas comme sur le schéma d'origine.

Le bol peut convenir ou pas... mais en tous cas pas avec ce cylindre là. Ce cylindre et ce bol ne vont pas ensembles pour les montages; aussi bien pour les montages d'amplificateur que les montages Héraklès. Sur les montages amplificateurs on a des schémas avec des bols et des cylindres de diamètres différents; ils ont fait plusieurs essais; et je dis que ce qu'on a là ce sont deux pièces provenant de choses qui ne sont pas compatibles entre elles selon les normes indiquées.

Maintenant il se peut très bien que ce bol ait servi à faire des montages d'ampli parfaitement fonctionnels avec un cylindre de 70 ou encore que ce cylindre de 78 ait parfaitement fonctionné dans des montages d'ampli avec des bols de diamètre supérieur à 160. Comme les schémas montrent plusieurs bols et plusieurs cylindres de taille différente et que chez Diengard on n'a vu qu'un seul bol et un seul cylindre séparés, c'est qu'il y a eu de la perte quelque part (les autres bols où sont-ils? Avec celui d'origine de Héraklès, disparus quelque part, détruits peut être; sans que Diengard ne les ai jamais vus).

Bref voilà, il faut quelque chose d'adapté. On peut envisager de faire un bol adapté au cylindre ou un cylindre adapté au bol. On peut aussi vouloir refaire les deux car le bol n'est pas sphérique et le cylindre n'a pas de chapeau conique comme sur le schéma. On peut décider, étant donné que ces données ne sont pas données dans les cahiers que ces derniers éléments sont de moindre importance et de garder une chose ou l'autre telle quel pour faire des essais intermédiaires.

C'est exactement ce que je disais quand dès le début je parlais de reproduction à l'identique: quand on ne sait pas précisément qu'est-ce qui est important et pourquoi; on ne se permet aucune modification, aussi légère soit-elle: on reproduit à l'identique exact et absolu. Juger que ceci n'est pas grave, ceci pas important; selon ce qu'on CROIT du fonctionnement du montage; c'est s'exposer à passer des années à perdre son temps à laisser toujours des éléments possiblement incorrects; à changer sans cesse les montages. J'ai vu exactement cela se passer pour un montage de moteur à énergie libre pendant 3 ans: 3 ans à reproduire des choses en adaptant sans cesse; en jugeant que ceci n'est pas grave; ceci ne change rien, etc; puis à se rendre compte que derrière chaque chose négligée il y avait une raison de sa présence qu'on n'avait pas comprise. Au final le projet en question a été mis en arrêt car on s'est rendu compte que certaines données capitales qui semblaient pourtant déjà connues dès le début étaient manquantes et l'inventeur ne les ayant laissées nulle part on ne les avait plus... pourtant on était parti de ses plans et même il était vivant encore à l'époque pour nous dire comment faire... on a eu la preuve avec des années de recherche que ce qu'il avait dit était clairement erroné; mais il était très agé et avait eu un grave accident des années avant; il ne se souvenait plus de son travail. Bref, l'adaptation et le non suivi strict des informations a conduit à 3 ans de travail et 20 000€ de matériel pour rien.

Donc je ne désire pas renouveler ceci. C'est pour cela que dès le départ; il ne faut rien laisser au jugement du: "j'ai compris que ça marche ainsi, donc tout ce qui peut être négligé dans le cadre de ce que j'ai compris comme étant inutile je le néglige". Car on finit toujours par se tromper quelque part.

Aussi il se peut que le bol tel quel puisse être gardé ou que la partie conique du chapeau du cylindre puisse ne pas exister (comme l'information est données dans les cahiers sur l'amplificateur; cahier 9) .... ou pas! Je ne me permets pas d'être juge de ceci tant que je ne peux pas objectivement mesurer les flux d'aether, les visualiser avec un appareillage qui permette de savoir ce qu'on fait. Donc pour le moment mon idée est en effet de ne pas perdre des années pour rien à faire une pièce pendant 2 mois, le monter le mois d'après; voir que ça ne marche pas; en refaire une autre pendant les 2 mois qui suivent, etc. A ce rythme là on en a pour des années; sans compter que les caboches à faire là il faut un contact solide: pas trouvé de fondeur qui veuille le faire. Du coup essayer pièce par pièce je veux bien; mais il faut que ça soit à un rythme plus soutenu pour que ça avance. Personne ici ne va partir dans ce projet à rapiécer morceau par morceau pendant 2 ou 3 ans. Il faut mettre les moyens de refaire le tout le plus possible de façon identique à l'origine.

Je rappelle que A. Hatinguais ne semble pas avoir réussi à reproduire Hercule et que le matériel qu'a Diengard a été hérité de lui. Si on se permet des adaptations nous aussi du schéma d'origine (que pourtant A. Hatinguais a lui même dessiné.. mais peut être bien en croyant que telle ou telle chose n'avait pas d'importance) on en sera nous aussi au même point: celui de l'à peu près qui prend des années; et comme il y a aussi l'autogéné et l'ampli cela fait des sources de découragement.

Tiens au passage, en relisant certaines lignes du cahier 9 sur l'ampli à croissants; il est clairement indiqué à côté du schéma que les 3000 croissants sont étamés à l'amalgame... or ceux de Diengard ont été étamés électrolytiquement; étain seul, sans mercure. Là aussi penser que le mercure n'a pas d'importance est une opinion; l'information du cahier n'est pas la même. Le montage pourrait ne pas fonctionner à cause de cela. Chaque nouvelle différence est une source potentielle supplémentaire que cela ne marche pas. Multiplier ces différences et ceci dans chaque appareil; c'est passer des années et des années à monter et remonter sans succès et être découragé par l'échec successif de chaque machine. Peut être ou pas.... mais dès qu'on met le peut être dedans... on court à notre perte.

N'oubliez pas la loi de Murphy:
Citation
La loi de Murphy est une loi empirique énonçant que si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner. Une autre version du même adage indique que s'il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu'au moins l'une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu'un quelque part pour emprunter cette voie…

Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 08h25
Tiens, je cherchais à trouver des fonderies capables de faire les caboches et je suis tombé sur des forums de gens qui font de la fonderie de manière artisanale. Notamment le lien suivant sur la manière de faire des pièces en bronze en Afrique avec presque rien de matériel et beaucoup de dextérité:
http://www.african-concept.com/bronze-africain.html

Il y aurait moyen que je puisse faire faire une caboche (ou deux) avec les dimensions qu'on veut, en métal; par connaissance (au lycée, pour les sections technologiques ils ont des machines numériques, même une imprimante 3D, mais ça fabrique un objet avec de la poudre agglomérée par de la résine; pas assez solide peut être pour faire un moule, sinon ça peut aussi le faire). Cela pourrait servir ensuite à créer des moules (évidemment ça ne serait pas la technique de la cire). Est-ce que les fondeurs utilisant les techniques modernes sont capables de faire un moule permettant de fondre si je leur fournis la pièce à reproduire? J'espère que oui!

Luciole pourra peut être bien nous répondre; même si leur spécialité n'est pas la fonte des métaux?

Ici on a des informations sur les techniques de réalisation de moules:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moulage

Le moulage au sable marche comme la cire perdue, il faut faire un moule par pièce car il est détruit avec le moulage. Si on a besoin de 1000 caboches cela fait 1000 moules (ça risque de coûter très cher en temps de travail, sauf si on sait les faire nous-mêmes):
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moulage_en_sable

Sinon il faut un poule en creux réutilisable:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moulage_m%C3%A9tallique

Je ne sais pas comment faire réaliser ce moule, qui devra être résistant à la coulée. Bref c'est tout une industrie que je ne connais pas!

Mais il semble que pour une pièce en fer à réaliser il faudra du moule à sable:
Citation
La fonderie est une technique qui consiste à couler un métal ou un alliage en fusion dans un moule, pour obtenir après refroidissement une pièce qui ne demandera que très peu de retouches ultérieures.
Selon le métal que l’on souhaite employer, différentes techniques pourront être utilisées. Pour les métaux ayant des points de fusion les moins élevés (aluminium, zinc, cuivre, zamac, …), on pourra utiliser des moules permanents généralement fabriqués en fonte ou acier. Pour les aciers, fontes, inox qui ont des points de fusion élevés, il est impossible d’utiliser de tels moules, pour des problèmes évidents de tenue du moule. On utilise donc d’autres procédés à moules non permanents, moulage au sable ou en cire perdue par exemple.

d'après: http://www.mecaindustrie.com/techniques/62-technique-fonderie.html

Je pense qu'il faut d'abord estimer le nombre exact de pièces à utiliser.
Pour les caboches, sur le dessin d'origine, elles sont espacées de 25mm à ce qui semble sur le schéma caboche à l'échelle 1/2. Et de plus elles sont disposées en damier: quelle est la raison? Cela permet de pouvoir couvrir la largeur de la frise zoophore qui est, selon les mesures faites sur le même schéma de l'ordre de 13mm (filet de cuivre de même largeur aussi). Or les parties des têtes qui reposent sur la frise sont des carrés de 5mm de côté (ou 5,5mm selon la version choisie). Donc on peut avoir: 1mm d'espace avec le bord de la frise, 5mm de caboche, 1mm d'espace avec la caboche suivante et 5mm de caboche puis 1mm d'espace avec le bord. Pour éviter les contacts directs entre caboches des deux rangées espacées seulement de 1mm sur la base, qui sont donc en intersection sur la partie supérieure large de 8mm (impossible à réaliser) elles sont éloignées l'une de l'autre en disposition damier. Si on dit que la base des caboches fait 5,5mm de côté on a le même problème: les caboches sont accolées sur la bande zoophore et c'est déjà impossible, sans compter leur partie supérieure de 8mm qui ne peut être en intersection; d'où le damier.

Donc on a des frises de 13mm dans des bandes support de 25mm (la trépointe de cuire faisait 25mm sur le schéma). On peut calculer la longueur nécessaire de bande pour enrouler sur le cylindre dont la hauteur fait 53cm environ selon le schéma d'ensemble avec le bol. Donc on peut calculer le nombre de caboches avec ces données; pour la machine d'origine; pour savoir combien il en faut.

Ecrit par: Gegyx Vendredi 28 Janvier 2011 à 11h07
Concrètement.
Il faut des clous en fer, et des clous en bronze ?
Vu le nombre, il faut faire de la série.
Il s’agit d’objets métalliques de petites dimensions.
Faudrait plutôt se renseigner sur la fabrication des clous industriels.
Même s’il faut donner un coup de meule sur le plat de la tête après.

Ecrit par: thx4 Vendredi 28 Janvier 2011 à 12h53
Citation
. Pour les métaux ayant des points de fusion les moins élevés (aluminium, zinc, cuivre, zamac, …), on pourra utiliser des moules permanents généralement fabriqués en fonte ou acier. Pour les aciers, fontes, inox qui ont des points de fusion élevés, il est impossible d’utiliser de tels moules, pour des problèmes évidents de tenue du moule. On utilise donc d’autres procédés à moules non permanents, moulage au sable ou en cire perdue par exemple.


En plomb j’en fais mille dans la semaine icon_biggrin.gif

Je parle uniquement de fonderie, (bronze et encore pire pour le fer) pour un particulier même amateur, c'est impossible, même un exemplaire,
Les sculpteurs font un modèle en plastiline dure, et l’envoient en fonderie, qui eu même, refont un modèle (avec leur alliage) pour pouvoir faire ensuite un moule …

Je ne sais pas si les fondeurs pourraient accepter un fichier 3D direct (ça m’étonnerai), l’idée de la faire en imprimante 3D est excellente, suivant la résolution prévoir un ponçage de finition, donc faire les cotes un poil plus grandes, pour avoir les bonnes à la fin.(surtout pour la tête et la partie conique de la pointe pas pour la tige) dans le pire des cas si vous le souhaitez je peux vous un modèle en plastiline dure aux cotes.

A++

Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 13h34
Ici on a les deux techniques existantes:
http://www.metiers-fonderie.fr/procedes/Illustration_pression.htm

Animation sur le procédé à cire perdue:
http://www.metiers-fonderie.fr/procedes/Animation_perdu.htm

Animation sur le procédé sous pression:
http://www.metiers-fonderie.fr/procedes/Animation_pression.htm

Amusant, la pièce du moule sous pression est identique à une caboche!

Le premier procédé prend du temps; il faut faire un moule par pièce, et il faut plusieurs bains pour faire un moule. Du temps pour nous c'est peu... pour un professionnel ça se facture au prix fort. Donc cher pour en faire 1000.

Le deuxième procédé est rapide pour chaque pièce réalisée; peu couteux à la réalisation; mais faire faire un moule ça peut coûter 30 000€. Donc tout dépend du prix du moule à réaliser. Dans tous les cas je pense que ça va coûter très très cher, hors de notre portée.

Resterait à pouvoir faire nous même en cire perdue... mais ça n'est possible que pour des métaux ne montant pas trop haut en température. Ou alors avec une machine qui fait ça (ça existe mais ça doit se ciffrer en dizaines de milliers d'euros là aussi). Exemple de telles machines:
http://www.lyceedeck.fr/poleortech/equip_vpc.html
http://www.technocast.fr/fr/fonte-cire-perdue.html?fonte%20a%20cire%20perdue

Le moins cher serait de pouvoir faire le moule nous-mêmes dans le bon métal pour le fondeur et de lui faire faire la coulée à la chaîne....

Merci pour ta proposition d'aide thx4. Il faut contacter des fondeurs et demander les tarifs, devis, etc pour savoir si on peut faire quelque chose pour que ça devienne accessible. Je n'ai pas le temps de contacter des fondeurs pour le moment. Si quelqu'un intéressé par le sujet Boutard et ayant du temps peut trouver des fondeurs (par internet ou autre ...) pour avoir des idées sur les prix de leurs techniques. Je vais calculer le nombre de pièces nécessaires en fin d'après-midi.

Je sais que Biganos faisait déjà des recherches pour trouver des tourneurs ou fondeurs pour les épingles camions. Je ne sais pas si il a trouvé quelque chose; à priori non sinon il me l'aurait dit. Quant à moi je n'ai eu aucune réponse sur plus de 30 demandes.

PS: gegyx, les caboches sont en fer doux. Les croissants aussi de mémoire. Seules les épingles camions sont en bronze d'airain.
Et puis il faut faire des recherches dans le travail des métaux sur les techniques anciennes d'étamage à l'amalgame que Boutard avait utilisé.... d'autres ont dû faire ça; pour savoir comment on étame une fois qu'on a amalgamé l'étain. ça c'est plus pour les croissants (amplificateur); pour Héraklès ce n'est pas du tout utile.

Ecrit par: thx4 Vendredi 28 Janvier 2011 à 14h30
Après plusieurs appels (3) le bouche à oreilles à fonctionné, le 1er m’a envoyé au 2ieme et enfin au 3ieme, normalement le bon. icon_biggrin.gif
Ils font ce genre de produits et dans ces quantités.

Je leur ai joint le fichier image avec les deux versions, et j’ai demandé la version 2 :
Quantité 2000/5000 ex / fer 99%.
Si nous faisons affaire, un fichier 3D suffira.

direction@lajoinie-fonderie.fr
Tel : 02 54 23 40 74 M. Bourgauld

Réponse dans la semaine.


Ecrit par: Biganos Vendredi 28 Janvier 2011 à 15h27
Bonjour

Tout d'abord je voudrais remercier tous les participants pour toutes ces informations réunies depuis quelques temps sur ce sujet.
Bien qu'il n'y ait encore rien d'opérationnel on finit par se faire une idée de plus en plus précise de l'appareil, et au delà de la frustration probablement ressentie par ceux qui s'y sont impliqués, je pense qu'il faut relativiser le non fonctionnement actuel. Depuis le temps que le projet est enfoui avec ses petits secrets, c'est tout de même un grand pas de franchi que d'avoir effectué cette tentative puisqu'elle apporte des éléments tangibles de réflexion.

Concernant les épingles non je n'ai pas fait de gros progrès, hormis les adresses que j'avais fait passer à Chercheur mais qui ne concernaient que les caboches, je suis à peu près au point mort.

Toutefois, je me demande s'il n'y aurait pas une solution moins chère. Très souvent les lycées techniques ou autres établissements de formation acceptent de réaliser certains travaux à des prix très raisonnables. Certains sont même friands de nouveaux chalenges pour leurs élèves, ce qui les fait sortir des cas routiniers.
Le seul bémol c'est qu'il faudrait probablement leur donner quelques explications sur la finalité des objets demandés. En contre-partie, c'est peut-être un des meilleurs moyens de savoir s'il est techniquement préférable par exemple de faire tourner entièrement les épingles en partant d'un jonc de métal facile à se procurer ou de les couler, ce qui vu les dimensions et la précision demandée demanderait de toute manière une étape de finition.
Je pense qu'il serait utile de faire trancher préalablement la question technique de fabrication par des spécialistes (profs de lycée technique...) afin de cibler plus finement les recherches.

Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 16h52
Tu as fait ça super vite thx4. Merci beaucoup!
ça avance.


J'ai fait le calcul du nombre de caboches nécessaire.
Le cylindre je l'ai mesuré à Longueur=53,5cm vrais

J'ai mesuré les bandes de largeur 25mm, soit nb=535/25=21,4 tours
On compte donc 22 tours.

Si je compte un enroulement sur un cylindre de 70mm de diamètre et à une distance de 6mm du cylindre (épaisseur de la trépointe et filets dessous) cela donne un rayon d'enroulement de 35+6=41mm

Longueur de bande = 22 * 2 * pi * 41 mm = 5 667mm environ 6000 mm pour compter large

Les caboches sont espacées de 15mm sur le schéma (filet de 13mm sur le schéma sur une trépointe de 25mm)
nombre de caboches par ligne = 6000 / 15 = 400

Puis avec deux rangs on obtient NBTOTAL caboches = 400*2=800 caboches

Et j'ai compté large quand même; on en aura besoin d'une 50aine de moins mais il vaut mieux ne pas être juste.
Donc on compte une commande de 800 caboches.

la version 2 est pas mal; le seul truc qui est embêtant c'est la hauteur des têtes de 4,5mm: on a plus 5mm sur les mesures; mais si je veux égalité je suis obligé de prendre cette mesure. Ce choix sera à faire en dernier ressort, en y réflechissant plus et/ou en ayant pu mesurer sur un schéma original de cahier non photocopié!

Le schéma représente les caboches en un seul rang (elles sont centrées sur la frise); mais il est indiqué en commentaire sur un rang ou deux rangs en damier. J'ai donc à peine modifié pour mettre deux rangs, sinon ce sont les mesures du schéma que j'ai mises sur ce dessin:
user posted image

Ecrit par: Gegyx Vendredi 28 Janvier 2011 à 16h53
Là, j'ai un lien sympa.

http://ahavy.free.fr/forge/index.html

Et plus précisément au § clouterie.


? / Plus qu'à tasser le fer rouge avec un chapeau ajouré, de la forme de la tête ?


Edit / On savait faire au moyen age :
http://chatel-medieval.fr/violet-le-duc/a40240f1c6e615dc5f2c20c753018640.png

icon_smile.gif

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 28 Janvier 2011 à 17h09
pour info les bandes caoutchouc de Diengard font 22 mm

je vois que tu indique 25


Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 17h35
Là on est sur Héraklès, pas le piquage des croissants. La trépointe rouge de coton était bien de 25mm (celle que tu as cousue). C'est elle qui fait le support (normalement elle était en cuir en version d'origine, à 25mm aussi, même dimension de ce côté là).

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 28 Janvier 2011 à 17h39
ok, autant pour moi .

Ecrit par: Chercheur Vendredi 28 Janvier 2011 à 20h12
Pas de souci icon_smile.gif

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 28 Janvier 2011 à 21h22

Ecrit par: DIENGARD Samedi 29 Janvier 2011 à 01h06
La bande de caoutchouc, support des caboches, n'est pas coupée parfaitement, mais la grosse moyenne oscille entre 20 et 22mm, il y a quelques rares passages à 24mm. épaisseur 3mm. écartement entre les trous en damier = 8,5mm; écartement en parallèle aux bordures = 11 à 12mm

Sur la bande de cuir: largeur oscillant entre 23 et 24mm espacement des trous en damier entre 7.5mm et 9mm espacement des trous parallèles aux bordures = 11 à 12mm

Bande caoutchouc amplificateur : largeur 22mm 1mm d'épaisseur
espace des deux trous pour un croissant 8mm
espace des trous entre les croissants 4mm

la frise zoophore fait 20mm de large

Ecrit par: Chercheur Samedi 29 Janvier 2011 à 15h18
Voici une longue analyse du fonctionnement du champ de force en Phi, des zones N,M,L, de leur action sur les particules d'aether, des matériaux et remarques importantes pour la réalisation d'amplificateurs.

On notera que tout ceci reste valide pour les amplificateurs ou pour la machine à Héraklès.

Le travail est trop long à transformer en document lisible sur les forums, j'en ai fait un PDF:

http://www.archive-host.com/files/811200/8abe5fb06954c6f01891454b0ab31e37aeef6494/Analyse_forme_en_phi.pdf

edit: PDF modifié

Ecrit par: Chercheur Samedi 29 Janvier 2011 à 18h03
A propos du mercure; compléments provenant du cahier 1bis page 42:
user posted image

On y lit que c'est donc un conducteur spécifique de tous les atomes, ainsi que des alphas et Pi entiers, des têtes et queues des alphas.

Ecrit par: Chercheur Samedi 29 Janvier 2011 à 18h08
Complément sur le découpage en zones: cahier 2 page 35 bis (dernière):
user posted image

On voit encore que la zone N est la section cylindrique interne à moins du mi-rayon de la pyramide ou du cône et la zone M est la zone restant jusqu'au rayon maximal de la base. La zone L est la zone extérieure.

Ecrit par: Chercheur Samedi 29 Janvier 2011 à 19h57
Analyse de la cohérence avec les amplificateurs marteau-pilon du cahier 9:

exemple d'Ampli n°1:
user posted image

diamètre de la vasque=80mm
longueur maximale au dessus du plan équatorial=80x4=320mm
longueur réelle sur le dessin au-dessus du plan équatorial=170+120=290mm

Donc on est bien en-dessous du maximum; c'est respecté.
Cela fixe la limite de la partie pointe sous forme de troncature.

exemple Ampli n°2:
user posted image
diamètre de la vasque=80mm
longueur maximale au dessus du plan équatorial=80x4=320mm
longueur réelle sur le dessin au-dessus du plan équatorial=800+350=1150mm

On ne respecte pas du tout la prescription!!

Ampli utilisé pour les croissants:
user posted image
diamètre de la vasque=156mm
longueur maximale au dessus du plan équatorial=156x4=624mm
longueur réelle sur le dessin au-dessus du plan équatorial=990+700=1690mm

On ne respecte pas du tout la prescription!!

Montage Héraklès du schéma du cahier 12:
diamètre de la vasque=160mm
longueur maximale au dessus du plan équatorial=160x4=640mm
longueur réelle sur le dessin au-dessus du plan équatorial=475+380=855mm

On ne respecte pas du tout la prescription!!

Pourquoi les montages ne respectent pas cette information importante rappelée dans le volume 1 sur la hauteur limite??

Le cylindre tronqué qui a servi à l'expérience chez Diengard le week-end dernier respectait lui cette condition (même si il n'était pas adapté au bol pour que les filets soient en zone N):
diamètre de la vasque=156mm
longueur maximale au dessus du plan équatorial=156x4=624mm
longueur réelle sur le dessin au-dessus du plan équatorial=600+44-75=569mm

Ecrit par: Biganos Dimanche 30 Janvier 2011 à 00h00
user posted image

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 08h13
Non, ce n'est pas une coïncidence. Chaque caboche est organisée pour attirer à elle les particules de l'aether Pi qui vont se disposer selon les zones N,M,L de la caboche et comme il y a deux côtés (tête et pointe de la caboche) on aura une disposition d'ensemble des particules d'aether avec le champ de force ainsi créé dans la caboche qui permet un alignement particulier des zones têtes et queues des particules d'aether pour la dislocation dans le champ de force global de la machine Héraklès.

C'est pour ça que j'avais dit à sourceverte59 que les caboches qu'il a trouvées sur le net n'étaient quasiment pas intéressantes car elles ont le sens pyramidal tronqué du mauvais sens. Exemple de mauvais clou:
http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=190494569808

Et il en avait déjà donné un autre précédemment du même style:
http://www.equipeo.com/50-clous-e4-michel-vaillant-materiel-marechalerie-sellerie-et-ecurie-78442-33-5-11.z.fr.htm

Le choix du matériel se fait selon les prescriptions de champ de force en cône inversé, la forme du bi-rhombe au final; celle sur laquelle tout repose dans tous les écrits.

Les épingles camions c'est aussi le même genre: tête sphérique et pointe en cône, et ça respecte le même principe; les croissants c'est deux cônes accolés courbés; même chose encore.

Par contre j'avais essayé de calculer les proportions de la caboche avec la machine à Héraklès et n'avait rien trouvé de comparable avec ma version 1 (celle que tu as là).

Mais en reprenant les mesures de ma version 2.... tiens c'est quasi les mêmes pour certains rapports (aucun n'était quasiment les mêmes avant) mais pas pour d'autres!

En effet:
rapport partie cylindrique dépassant/partie pointe:
caboche V2=10.5/8.5=1,235=1,24 environ
Heraklès=475/380=1,25

rapport hauteur vasque/diamètre:
caboche V2=4.5/7=0,643=0,64 environ
Héraklès=105/160=0,656=0,66 environ

Mais le rapport n'est plus bon pour diamètre vasque/hauteur cylindre émergeant:
caboche V2=7/10.5=0,67
Héraklès=160/475=0,34

ou diamètre vasque/hauteur totale pôle émergeant:
caboche V2=7/19=0,37
Héraklès=160/475=0,19

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 09h22
Voilà, pour aider chacun à confronter ses calculs et idées aux mesures que j'ai pu prendre sur le schéma, un bilan des mesures effectuées (j'ai rajouté le découpage en zones aussi):
user posted image


Je vous invite à mesurer vous mêmes tout ceci sur le papier; vous imprimer la vue de la page PDF (option d'impression: dans Imprimer, 2tendue, vue active) et vous aurez exactement le même document papier que moi; vous centrez auparavant sur le schéma à imprimer).

Il est vrai qu'avec les déformations de photocopie, on pourrait avoir quelques différences avec des mesures prises sur le cahier original; ce qui reste donc indispensable à faire: trouver un cahier original du cahier 12 et mesurer à la règle directement dessus.

Il n'empêche que ce schéma respecte tout sauf la prescription que la longueur du pôle sur lequel on enroule; pointe incluse, ne doit pas dépasser 4 fois le diamètre de la vasque.

Ici on ne devrait pas dépasser 4x160=640mm au-dessus du plan équatorial, ce qui amènerait à ceci:
user posted image

Alors du coup je ne sais pas quoi reproduire? Est-ce qu'on fait comme sur le schéma initial ou tout est cohérent sauf la hauteur totale en pointe ou est-ce qu'on tronque pour respecter la hauteur en pointe? Sur les montages amplificateurs on a toujours troncature, on l'a vu; mais parfois en respectant la prescription et parfois pas.

Une réflexion est à mener avant de faire reproduire le schéma (tournage du bol et du pôle)...

Ecrit par: thx4 Dimanche 30 Janvier 2011 à 10h52
Bonjour à tous,

Pour moi, c'est l'élément déclencheur, c'est une vraie cohérence, merci à Biganos et Chercheur, pour ce tilt. Depuis le début je cherche une logique affirmée de captation à travers le codage Boutard et là franchement, c’est une voie de travail prometteuse.

A++

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 30 Janvier 2011 à 11h04
user posted image

cette partie en rouge tu la considère en zone N encore ?

autrement je suis plus pour la version tel qe sur les cahiers

sans la pointe tronquée.

merci pour tous tes développements partagés.

a+

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 11h45
Oui, je la considère en zone N, c'est même pour ça que le diamètre est réduit sur le cylindre: pour que la partie en décroché où on dépose les filets soient en zone N. La zone N s'étend jusqu'à la verticale de la base du cône qui coiffe le cylindre; que j'ai matérialisée en pointillés violet. Tout le cône est situé en zone N.

Pour ce qui est des développements; normal qu'on partager ça; c'est le principe du travail à plusieurs: chacun apporte une touche là où il pense voir quelque chose.

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 17h25
J'ai étudié un peu plus les pages et j'ai vu qu'on avait un schéma daté de Janvier 1931 du montage Héraklès total, avec bol et cylindre et pointe, et branchement.

Donc schéma de la même date que celui des caboches.
Rappelons que celui des caboches est daté de Janvier 1931 et le diamètre du cylindre de bois est de 58mm. Mais on n'a pas le bol ni la forme conique: c'est une coupe

Le schéma d'ensemble suivant avec bol et cylindre est indiqué 1931-1932 et l'échelle donne un cylindre de 70mm. C'est avec ça que j'ai fait toutes les mesures. Mais déjà ce n'est plus la même version; mais une version bis. je pense qu'ils ont changé entre temps.

Là avec la figure dont je parle, on a la chance de pouvoir travailler sur le même schéma: celui des caboches; et on a un montage premier (celui des premiers essais).
ça doit probablement être celui de 58mm.

Sur le schéma, on a une figure qui est attachée par des coins posée juste PAR DESSUS qui nous gâche la vue et empêche de voir le montage d'Héraklès. Si on pouvait avoir accès à l'original, on pourrait enlever la figure mise dans les coins et voir ce qui est derrière. D'où grande importance du cahier original.

J'ai imprimé ce schéma et mesuré. Là sur mon dessin:

diamètre du bol= 19mm
diamètre du cylindre=0,95mm à 10mm
hauteur entre pointe et plan équatorial=73mm

On est sur une copie très mauvaise et baveuse.

Or, 4x19=76 donc on a une hauteur jusqu'à la pointe qui respecte parfaitement la prescription de Boutard sur la hauteur maximale. (73mm<76mm)
Par contre on n'est plus sur la zone N au niveau du filet qui serait enroulé sur le cylindre; mais en dehors.

Un cahier original permettrait de voir les mesures précises et de voir tout ce qui se cache derrière.

Voilà le schéma en question:
user posted image

schéma Page 8 du document numérique du cahier 12, volume 2

De plus les textes indiquées en légende et ceux à propos de la grille de fer sont illisibles, l'original donnera aussi bonne lecture.

Une recherche de l'original s'impose!
Diengard, as-tu ça dans tes réserves, c'est important?

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 30 Janvier 2011 à 22h30
ici il y a des chausette pour guippé des cables cuivre(ou autre).

http://www.vt4c.com/shop/program/main.php?group_id=3&cat_id=22#684

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 22h35
L'explication donnée par Boutard sur le champ de force de la forme en Phi permet d'envisager que la machine fonctionne tout de même avec les frises zoophores en zone M proche de la zone N; c'est à dire même si les filets ne sont pas placés à la bonne distance de l'axe.

En effet Boutard explique que les particules d'aether vont êtres mises en tension (p204 et 205 du cahier 6) vers chacun des flux. Le flux de la zone N étant centripète va tirer vers lui, vers l'axe, les têtes des particules d'aether (pourquoi les têtes: car elles sont attirées par le sens des volutes de la zone N). Le flux de la zone M étant centrifuge va tirer vers l'extérieur les queues (pourquoi les queues: même raison que les têtes) des particules d'aether.
Cette traction de chaque côté va créer une tension.

Les frises d'argent qui sont placées sur les têtes des caboches sont sensées récupérer les têtes des particules d'aether de la caboche lors de la rupture après mises en tension supplémentaire par le passage du courant qui crée un effet de traction plus intense sur les particules d'aether. C'est pourquoi elles devraient être placées en zone N; les têtes allant en zone N. C'est d'ailleurs ce que dit le texte du cahier 12: récupération en zone N.

Mais que va-t-il se passer si les frises sont situées dans le début de la zone M? Dans ce cas les têtes séparées des queues vont être aspirées par la zone N, et les têtes finiraient leur trajet là bas. Toutefois, étant plus éloignées de la zone N car situées bien en zone M, les têtes seront moins fortement aspirées par la zone N: on a un effet de traction moindre. Les queues par contre, qui sont plus situées en zone M seront mieux dégagées en zone M et L. Donc on aura moins de force dans la traction des têtes par la zone N (il ne fait pas en être trop loin). Mais dans tous les cas, la frise zoophore va faire interception sur le chemin que les têtes vont parcourir vers la zone N, c'est à dire vers le centre; le mercure faisant attracteur qui va capter tout ce qui passe à portée.

Donc au final cela n'empêcherait pas le fonctionnement de la machine mais l'amoindrirait. En effet Boutard précise bien que la tension maximale existe au niveau de la zone exacte de mi-rayon; et qu'on a une tension moindre si on se place vers l'intérieur ou l'extérieur de ce cercle.

Donc le décroché permettant de situer la frise zoophore exactement sur la limite de la zone N permet un fonctionnement optimal; alors que placer les frises sur le cylindre sans décroché réduit la puissance de fonctionnement, mais ne devrait pas l'empêcher.

Si on regarde les mesures du dessin masqué en grande partie précédent; on aurait un cylindre de diamètre exactement égal à la moitié du diamètre de la vasque (du bol), et les frises déposées dessus seront donc situées en zone M et pas N; mais cela peut fonctionner quand même; mais moins bien.

Ce schéma est le montage de janvier 1931.
Pour améliorer ce premier montage, on peut penser que dans les mois qui ont suivi (année 1931: mars et mois suivants) ils ont procédé à un nouvel enroulement sur un nouveau cylindre avec un décroché afin que les frises soient mieux placées pour optimiser le rendement du montage; dans un deuxième temps donc. A cette occasion, cylindre plus gros (diamètre, longueur) donc plus de frise et de caboches, plus de puissance aussi. Tout en mieux.

Par contre ceci n'explique pas pourquoi le premier montage de janvier 1931 aurait été fait avec une hauteur de pôle inférieure à 4 fois le diamètre du bol comme le dit Boutard à plusieurs reprises dans le volume 1; et pourquoi la deuxième fois, si ils cherchent à améliorer la puissance; ils ne respectent plus la prescription en dépassant la longueur maximale.

Boutard indique bien qu'en dépassant cette longueur, la polarisation du pôle haut va commencer à s'inverser de nouveau; que l'action de la forme commence à s'estomper. Il y a un élément de logique qui m'échappe dans cette amélioration qui comporte un hic.

Ceci voudrait dire que; sans être optimisée, la version testée du montage le week-end dernier pourrait rester fonctionnelle même avec les frises situées en zone M plutôt que N; sachant qu'on est en zone M proche de la limite.

On n'a pas respecté la prescription qui dit que la frise ne doit pas descendre dans la vasque; qu'elle doit sortir au-dessus du plan équatorial. En même temps je ne savais pas cela avant de le lire ce week-end; donc je ne savais pas qu'il fallait respecter cette condition là. Peut être était-ce le point de blocage total?

J'aimerais une réponse à la question du pourquoi on dépasse le maximum? Est-ce que le dessin de la partie conique était à l'échelle aussi ou y a-t-il eu erreur de A. Hatinguais sur cette mesure?

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 22h37
Citation (sourceverte59 @ Dimanche 30 Janvier 2011 à 22h30)
ici il y a des chausette pour guippé des cables cuivre(ou autre).

http://www.vt4c.com/shop/program/main.php?group_id=3&cat_id=22#684

Excellent! ça économisera du travail ça; merci beaucoup!

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 22h52
Quelques éléments visuels de notre week-end passé chez Diengard.

Voilà des photos de la génératrice shunt utilisée par Boutard pour alimenter l'expérience Héraklès:
user posted image

C'est ni plus ni moins qu'une grosse dynamo alimentée par un moteur électrique accouplé. Le moteur s'alimente en 110V alternatif et la génératrice produit du courant continu à partir de l'alternatif par un accouplement mécanique. Un moyen archaïque d'avoir une source de tension continue. A conserver pour l'histoire; mais l'alim de labo est meilleure pour nos besoins.

Des interrupteurs et boite de résistance à décade faisant le rôle de rhéostat à valeurs fixées par les positions des boutons:
user posted image

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 30 Janvier 2011 à 23h06
je ne sis pas d'accord avec toi Chercheur regarde les photo ci dessous

sans le savoir on a installer la piste zoophore pratiquement au niveau

du bord du bol donc c'est pas ça qui a fauter.

je penche plus pour le traitement de surface au mercure des caboche et aussi

la piste zoophore avec un amalgame récent .

user posted image

user posted image

Ecrit par: Chercheur Dimanche 30 Janvier 2011 à 23h15
C'est vrai qu'on n'est pas allé jusqu'en bas;mais pour autant on était dans le bol quand même; et on a dû en ressortir; or on est sensé ne pas dépasser la surface du plan du haut du bol avec cette frise:

user posted image

user posted image

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 30 Janvier 2011 à 23h22
encore un autre lien

http://audioprana.free.fr/catalogue%20vente%20en%20ligne.htm

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 30 Janvier 2011 à 23h26
http://www.soundlabsgroup.com.au/mm5/merchant.mvc?Screen=PROD&Store_Code=Sound&Product_Code=ACS-CS-2

http://wires.co.uk/acatalog/

Ecrit par: thx4 Lundi 31 Janvier 2011 à 09h11
Bonjour à tous,

Je viens d'avoir une réponse de la fonderie Lajoinie.

user posted image

Je vais les appeler dans la matinée pour avoir des précisions, mais les prix bien qu'un peu élevés pour des particuliers me parait très correct. je vous tiens au courant.

A++

Ecrit par: DIENGARD Lundi 31 Janvier 2011 à 10h49
Bonjour, c'est bien mais pas de précipitation, c'est cher, il y en a d'autres, vous savez maintenant que l'usinage décolletage est mieux adapté et moins coûteux donc. C'est en ces termes qu'il faut poursuivre la recherche, mais en soulignant que l'on recherche du fer doux, mais le moins cher possible, au silicium. Voir, fer doux dans Wikipédia. C'est important par rapport au magnétisme.
Sinon pourquoi viser une telle quantité, si on a le même prix pour mille, il faut demander les prix par quantité.

Ecrit par: thx4 Lundi 31 Janvier 2011 à 11h01
bonjour DIENGARD,

Il nous fallait une idée de la réalisation, "par qui, comment, combien", j'ai demandé cette quantité, n'ayant pas la bonne quantité au moment de la question, maintenant nous l'avons +- 800 ex.
pour la précipitation, rassure toi, je doute que parmi nous quelqu'un passe une commande de plus de 2000 €, sans nous le dire icon_biggrin.gif
je pense qu'il était utile de savoir le combien et le comment.
On peut toujours faire mieux, nous avons maintenant des pistes de réalisations, si quelqu'un peut faire mieux j'en serais ravi pour l'avancé du projet.

A++

PS: pour le fer doux c'est ça :silicium métallurgique (pureté 99 %), c'est ce que j'ai demandé.
pour le décolletage, je vais quand même m'assurer qu'il a bien compris la forme (carré pour la tête), qui n’apparait pas sur le croquis, je m'en occupe des que possible. (sans précipitation icon_biggrin.gif)

Ecrit par: Chercheur Lundi 31 Janvier 2011 à 14h18
Si il a eu que le dessin pourri en profil que j'ai fait, il peut croire que c'est une pièce plate. A mon avis le prix pour une réalisation de la vraie pièce en 3D c'est des milliers voire dizaines de milliers d'euros; là ils sont vraiment très peu cher (même si Diengard trouve que c'est cher, pour un professionnel c'est peu cher en fait!!); mais je pense qu'on va avoir désillusion sur le prix quand ils sauront ce qu'est la pièce en vrai.

Il faut un schéma plus parlant, je vais refaire ça.

Ecrit par: Chercheur Lundi 31 Janvier 2011 à 14h43
Voilà l'image plus parlante pour poser des questions.

Pour les dimensions précises, il faut ré étudier ça plus tard; on a des variations possibles de l'ordre de 1mm; mais ça permet de demander un devis:

user posted image

Ecrit par: Biganos Lundi 31 Janvier 2011 à 23h58
Bonsoir

Les colonnes et bols de la machine Hérakléenne et des amplificateurs ont une section ronde.
Les épingles camion ont une section ronde.
Les caboches semblent être une réplique miniature des machines, quand on voit la machine montée avec les caboches c'est pratiquement une fractale en volume.

Le fait que les dessins de Boutard montrent des caboches de section carrées est une indication de ce qu'il a utilisé comme matériel mais pas une justification de cette forme.
Boutard a fait fonctionner sa machine avec des caboches de section carrées, mais peut-être aussi qu'il a utilisé celles-ci tout simplement parce qu'à son époque il en trouvait de toutes faites qui lui évitaient une fabrication spéciale et qui donnaient quand même un résultat. Si les dessins ont été faits à partir des machines, le fait que la représentation soit réaliste par rapport à la machine effectivement utilisée n'est pas une explication suffisante pour justifier la section carrée. Je n'ai pas tout lu et j'ai probablement un métro de retard aussi je ne fais que poser la question: pourquoi les caboches ne sont pas de section ronde?

S'il était possible d'utiliser une section ronde avec les mêmes rapports de masses et de longueurs, les clous seraient bien plus simples à fabriquer et au besoin à rectifier.

Ecrit par: quartz Mardi 01 Février 2011 à 00h07
Bonsoir à tous,

Désolé d'arriver comme une mouche dans le lait, je me pose une question sans savoir si cela à déjà été évoqué, j'ai peu de temps pour tout lire en se moment.
La machine Hérakléenn et les épingles camion, semble avoir sensiblement la même forme,
cela fait penser à une harmonique de forme, la même dans un rapport de dimension plus faible ou plus grande selon.

A+

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 01 Février 2011 à 12h23
tentative de mise aux cotes d'une vis du commerce

user posted image

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 01 Février 2011 à 12h32
user posted image

c'est pas parfait mais les cotes sont respectées

je vais acheter une meule electrique pour réaliser un travail

plus fini , là je l'ai fait a la mini disqueuse , je vais essayer aussi de trouver

un modèle de tire fond plus gros pour obtenir des angles mieux fini.

ça m'a pris 7 min, avec de la methode et de l'entrainement je dois

pouvoir faire ça en 3 a 4 min.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 01 Février 2011 à 13h07
user posted image

Ecrit par: Chercheur Mardi 01 Février 2011 à 17h51
Citation (Biganos @ Lundi 31 Janvier 2011 à 23h58)
Le fait que les dessins de Boutard montrent des caboches de section carrées est une indication de ce qu'il a utilisé comme matériel mais pas une justification de cette forme.

[...]

pourquoi les caboches ne sont pas de section ronde?

S'il était possible d'utiliser une section ronde avec les mêmes rapports de masses et de longueurs, les clous seraient bien plus simples à fabriquer et au besoin à rectifier.

Il n'y a aucune justification pariculière indiquant le pourquoi de caboches à section carrée plutôt que ronde.

En théorie, au vu de tout ce qu'on a pu lire, la forme ronde serait plus adaptée car on aurait bien une surface de mi-rayon pour le pôle long, homogène. Il a peut être fait avec ce qu'il avait à l'époque en effet.

Ou peut être il y a une raison, mais elle n'est pas donnée. Je n'ai pas de réponse. A mon avis (tout à fait personnel et n'engageant que moi) on peut faire ça arrondi. C'est un test à faire dans un SECOND temps, une fois qu'on aura un test fonctionnel avec le matériel répliqué à l'exact. Je suis toujours pour une réplique exacte et ensuite une phase de recherche où on se permet de modifier des choses UNE fois que ça marche et qu'on part d'une machine fonctionnelle; pour changer des paramètres dessus et voir si ça fonctionne encore; pour voir ce qui peut être simplifié.

Ecrit par: Chercheur Mardi 01 Février 2011 à 17h59
Joli travail sourceverte59; mais quelles côtes as-tu prises? J'ai vraiment l'impression que le volume de la partie obélisque est bien plus grand que celui des têtes?

En tous cas, si tu arrives à le faire facilement; il faut acheter des clous plus adaptés et en fer doux pour effectivement faire un autre essai voire si ça reste assez tendre pour travailler ça et avoir les bonnes cotes.

De mon côté, j'ai repris contact avec le chimiste qui ne m'avait jamais répondu pour le mercure et il m'avait répondu semble-t-il mais je n'ai jamais reçu son message. Il m'a demandé combien on en a besoin. En calculant que la tresse à amalgamer est de surface bien inférieure à 1 mètre carré et avec 2 faces ça fait bien moins que 2 mètres carrées; que les fils d'argent sont d'épaisseur 15/100; j'ai compté 1mm d'épaisseur de mercure à utiliser, cela fait 2cm cube de mercure, et là on en a certainement 10 fois trop. Cela fait 25g ces 10 fois trop.

En comptant des essais, de la perte, du coton imbibé qui nous ferait perdre du mercure, j'ai demandé 100g pour avoir de la marge. A priori si il m'a posé la question c'est qu'il pourrait bien l'envoyer. je vais voir ça dès qu'il me répond.

De plus partage a trouvé aussi un contact qui a du mercure; si mon chimiste ne me répond pas favorablement je verrai avec son contact.

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 01 Février 2011 à 18h20
oui ça ne prend pas tant de temps que ça , par contre il faut que je trouve

une base que je puisse davantage meuler pour faire une finition plus précise.

ça c'etait juste une tentative ce we je vais fureter les magasins de bricolage.

et surtout j'achete cette meule qui me fait défaut, avec ça , ça doit le faire

même si on y passe du temps on restera dans un budget convenable.

Je fais d'autres essais et celui qui semblera le plus pertinent on en fait

une série de 800 voir un peu plus au cas où...

Pour les cotes c est celles que tu as defini Chercheur ne te fie pas trop

au photos c est trompeur.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 18h29
Bien, mais le problème majeur, c'est que ce n'est pas du fer doux! Je suis en questionnement avec la maison Rivierre, il y a de l'espoir!

Sinon, j'ai touvé les documents originaux, je n'ai rien trouvé de nouveau, pour les mesures, il faut revoir en détail, mais aucune dimensions n'est exact sur les dessins amplificateurs, pages 32dr ou l'échelle 1/2 est mentionnée:
67mm gr diam au lieu de 78mm pour 156mm
33mm axe au lieu de 35mm pour 70mm
37mm phi/2 au lieu de 39mm pour 78mm

Page 28g, après la page 34dr.
80mm gr diam au lieu de 78mm pour 156mm
35mm c'est bon, pour l'axe de 70mm
40mm pour phi/2 au lieu de 39mm pour 78mm

Pour le schéma de la page 94dr, caché par la photo, les proportions sont bonnes: grand diamètre 2cm, axe 1cm, hauteur, 4cm, profondeur du bol 1cm. Voir photo.

remarque au passage, c'est la tresse sans la grille qui délivre la laitance.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 18h42
Suite

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 18h43
SUITE

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 20h12
Sur cette photo du laboratoire de Sèvres, surtout si on l'agrandit, on voit bien 4 appareillages, amplificateurs, 2 au centre, et de chaque côté à gauche une génératrice Héraclès montée complète et à droite, probablement, le matériel que j'ai, on reconnaît le petit cone du sommet de l'axe, là, tourné à l'envers, avec son bol. Celle de gauche paraît plus grosse.

Ecrit par: Chercheur Mardi 01 Février 2011 à 21h42
C'est une excellent nouvelle que tu aies retrouvé le cahier original. Et les dimensions des caboches, quelles sont-elles (celles qui ont servir à calculer les égalités entre tête et pointe en volume)?

Est-ce que tu pourrais scanner les pages en question (page 95, 96, 97, 98) STP et envoyer l'image sans réduction par logiciel? Vu la taille originale des pages il faudra peut être scanner en plusieurs morceaux?

Ainsi je peux l'imprimer avec la dimension exacte scannée qui sera la dimension exacte de l'original pour prendre toutes les mesures les plus fines possibles de ces divers détails à la règle dessus. ça serait d'une grande aide. Déjà là tu as trouvé, de qui est une grande nouvelle!

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 22h08
Comme je l'ai dit précédemment, je n'ai rien trouvé de nouveau, aucun dessin ni dimensions des caboches.
Sinon, scanner me paraît très difficile, c'est un très gros livre relié en dur.
Mais je ne comprends pas pourquoi tu veux les pages 95, 96, 97, 98, il n'y a que du texte sans mesure!

Ecrit par: Chercheur Mardi 01 Février 2011 à 22h14
Ah, alors on n'a peut être pas les mêmes numéros de page. Je parle de la page où il y a les caboches sur laquelle j'ai pris les mesures; celle où on les voit en coupe. C'est là dessus que j'ai pris les mesures pour calculer les volume des caboches, ainsi que le diamètre du cylindre d'enroulement.

ça permettrait de mesurer les dimensions des caboches sans les déformations de photocopie. Chez moi c'est la page n°95 et 96 (c'est deux fois la même)

Puis la page 97 c'est le montage de Héraklès avec le bol et la partie conique en pointe où on voit les branchements des différents voltmètres; celle où j'ai mesuré le diamètre de 70mm, le bol à 160mm et le mi rayon à 80mm, et le décroché partie conique/cylindre entre 70 et 80mm.

Et enfin la page 98 c'est celle que tu as photographié en partie; où il y avait la partie cachée que tu as découverte. Il y a aussi les textes des grilles de fer et le montage des grilles en bas qui est intéressant dessus.

Si ça ne peut se scanner, mesurer à la règle précisément est la seule chose qu'il reste à faire.

Je n'ai pas dit que des mesures étaient marquées; les mesures je les prend à la règle et avec l'échelle je recalcule les mesures correspondantes; il n'y a rien d'indiqué nulle part. Mais il y a les schémas. C'est ça le travail que j'ai fait depuis la semaine dernière: mesurer à la règle, retrouver l'échelle et calculer les mesures vraies qui correspondent.

Ecrit par: Gegyx Mardi 01 Février 2011 à 22h23
Bonsoir.

Cela peut être pris avec un appareil numérique, au dessus, bien net, avec bon éclairage sans ombre.
Et en rajoutant à chaque cliché, sur le coté en longueur ou (et) largeur, une règle graduée.

Ainsi, on peut convertir les clichés ou les mesures des dimensions à la bonne échelle.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 01 Février 2011 à 22h28
D'accord, je m'en occupe demain, ce sont les pages de 92 à 94.

Pour les amplificateurs, les dimensions que j'ai données sont celles prises avec la règle et le pied à coulisse sur les originaux.
Même avec un pied numérique, l'erreur serait maximum de 2 dixièmes de mm

Ecrit par: Chercheur Mardi 01 Février 2011 à 22h34
Merci pour ça! ça aidera à remesurer mieux.

Pour les mesures sur l'original, il vaut largement mieux la règle que le pied à coulisse; j'ai déjà essayé avec mon numérique voir, et le pied à coulisse ça te donne de mauvaises mesures avec du papier, car tu ne règles jamais ça comme il faut avec la visée de l'oeil; avec la règle transparente si, tu te mets bien sur les positions des traits de mesure.

Avec une photo bien de dessus, bien parallèle au plan de la feuille, et une règle sur un axe (mieux sur les deux axes de la feuille) c'est impeccable pour tout recalculer en effet.

Sur la photo que tu as mise du labo, tu dis que c'est une machine Héraklès sur la gauche. Tu vois ça comment? (nous on ne peut pas faire les agrandis pour voir)

En tous cas on voit bien les différents bols en effet. Tu n'en as qu'un seul chez toi? Les autres ont disparu?

PS: bizarre que ça soit pas numéroté pareil sur l'original et les copies les numéros de page. Difficile pour s'y retrouver en effet dans la communication avec les seuls numéros!

Ecrit par: Chercheur Mercredi 02 Février 2011 à 20h05
Bon ça avance pour le mercure, l'envoi va bientôt s'organiser pour 10ml soit de l'ordre de 136g.

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 02 Février 2011 à 20h19
Bonne nouvelle, si Diengard en a le temps , quand il aura le

mercure il peut etamer sa frise et refaire un essai , comme ça

on va pouvoir cerner les améliorations a engager.

en 2 h ça doit pouvoir se faire.

démontage rapide

etamage de la frise

réinstallation

nouveau test

les axes d'améliorations seront plus évident ensuite.

a+

Ecrit par: DIENGARD Mercredi 02 Février 2011 à 20h32
Bonjour, j’ai envoyé un fichier pdf sur Zédico pour la série de photos des mesures des clous de caboches. Sur les deux fois trois clous, les mesures diffèrent, mais non régulièrement. Avec la règle, vous pouvez ajuster à l’œil, quand la règle n’est pas parfaitement positionnée. Quasiment, toutes les mesures varient. Certaines moins que d’autres.
Hauteur totale 24-25 mm
Hauteur de pointe 19 dimension constante
Hauteur de pointe avant réduction 11-12 mm il y a même 13 mm
Hauteur de la pointe qui diminue 7-8 mm
Largeur de la pointe 3-4 mm
Grande largeur du trapèze 8-9 mm
Petite largeur du trapèze 51/2 – 6 mm
Côté du trapèze 51/2-6 mm
Hauteur du trapèze 51/2-6 mm
Ce que je ne comprends pas, c’est à l’échelle ½ !
Sinon pour voir les photos en agrandi, il suffit de « cliquer droit » dessus et de « l’enregistrer sous » dans le fichier image.
L’appareil monté Héraclès de gauche, il a ses clayettes de pourtour avec l’enroulement du fil de fer guipé qui remonte à sénestre.
Pour le décalage des pages, il y a un décalage de trois-quatre pages des miennes par rapport au vôtres, et les miennes ont encore un décalage de trois-quatre pages aussi !

Ecrit par: Chercheur Mercredi 02 Février 2011 à 21h30
Excellent travail que tu as fait là. Tu as dû passer beaucoup de temps pour tout prendre en photo, avec la règle un peu partout. Bonne résolution et bonne lecture des longueurs possibles grâce à ta série de photos déposés sur ZEDICO.

J'avais les mêmes mesures sur la photocopie moi aussi; et noté les mêmes différences; d'où des versions différentes possibles pour les caboches.

Je pensais avoir mieux avec l'original. Mais on a mieux en effet: on voit que c'est un dessin original, pas un agrandi d'une schéma photocopié. Ensuite on voit qu'il a coupé ça sur un papier de même couleur et grain que celui de la page 94 que tu nous avais photographié l'autre fois: ça provient de carnet de notes de schémas de l'époque; du même carnet, datés chacun de janvier 1931. C'est un plan qui avait été fait à l'époque et il l'a juste découpé et collé... donc on a le plan de la machine originale avec ces caboches et le plan que tu as photographié.

Donc ce n'est pas un schéma refait après coup, mais un original de carnets de labo de 1931.

Pour le 1/2, j'ai compris: ce n'est pas une échelle, et ce n'est pas indiqué que c'est une échelle. Mes cours de dessins techniques de maths sup me reviennent d'un seul coup en mémoire: c'est un demi-plan de coupe et un demi-plan d'élévation. Cela signifie qu'on a la moitié seulement du plan de coupe car l'autre moitié lui est symétrique. Ce n'est pas une indication d'échelle. En fait il n'indique aucune échelle. Et c'est donc en grandeur nature ici, échelle 1.

Du coup on a les mesures réelles. Comme tu l'as constaté sur les amplificateurs, la rigueur de dessin n'est pas absolue chez A. Hatinguais: il se permet des petites différences sur les dessins à l'échelle. Donc chaque représentation n'est pas absolument identique. De plus ici on voit qu'il a utilisé un crayon à papier gras et a tracé en trait épais, même en esquisse. Du coup la largeur des traits permet des erreurs de l'ordre de 0,5mm de lecture.

Au final on peut quand même dire qu'on peut assembler ce dessin avec celui du bol et de l'Héraklès qui étaient cachés sous la gravure des électres fécondées, qui viennent du même carnet, pour avoir un plan du montage d'origine.

L'autre plan réalisé sur la page intercalée entre ces schémas, avec bol et cylindre et les différents voltmètres ne doit pas être fait sur le même papier. A vérifier?

Il reste à trancher des valeurs des mesures des caboches, j'en avais proposé avec mes versions 1 et 2; on peut peut être trouver mieux encore.

En tous cas ça a fait avancer la réflexion!

Si tu as le temps de mesurer la hauteur de la même façon que tu as fait là pour le cylindre et la partie conique du schéma avec le bol de janvier 1931, ainsi que revérifier le diamètre précis du bol et du cylindre d'enroulement; en disant que le cylindre est le même, je peux recalculer toutes les dimensions de la machine d'origine.

Travail très apprécié! Merci encore.

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 02 Février 2011 à 21h32
user posted image

sur cette photo je comprend pas tout ce qui figure en coupe

la piste 8 c est le tablier en bois

la piste 9 ????

la piste 10 l'inducteur en cuivre


qui peut m'éclairer pour la piste 9 ?

Ecrit par: Chercheur Mercredi 02 Février 2011 à 21h33
PS: sur le document que tu as mesuré avec les caboches, peux-tu mesurer le diamètre du cylindre (rayon sur la partie haute de demi-coupe et diamètre entier sur la partie basse de demi-élévation) STP, pour vérifier mes mesures de photocopie. J'avais 58mm de diamètre.

Ecrit par: Chercheur Mercredi 02 Février 2011 à 21h35
sourceverte59:
9 c'est le galon de cuivre doré et 10 c'est le fil de fer ou d'acier doux; le tout pouvant être remplacé selon Armand Hatinguais par un seul fil de cuivre guipé.

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 02 Février 2011 à 21h47
ah ! ok , tout est plus clair

merci

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 03 Février 2011 à 13h48
Bonjour, j’ai donc envoyé sur Zédico les photos de la génératrice Héraclès. La première série, c’est la petite photo et à partir de la 7621 c’est le grand dessin. Pour la largeur, j’ai placé la règle incluant la zone N car, comme pour les autres dessins, c’est cette mesure qui est pile deux fois plus petite que le grand diamètre soit : 16.5mm pour 33mm.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 03 Février 2011 à 13h55
J'en reviens aux filtres à mercure pour le masque NBC, indispensable pour éviter tout risque lors de l'amalgame:

http://www.france-securite.fr/catalogues/enligne/index.asp?fch=S134449&av=ok&tai=

Il faut un filtre à la norme En 148-1 qui correspond au filetage du masque que j'ai, qui filtre le mercure.

Pour l'amalgame en surface seulement des fils d'argent de la frise; on a la méthode indiquée dans lesinformations de Maris: la frise est suspendue horizontalement et le mercure est déposé avec un chiffon imbibé de mercure sur la face inférieure. Ainsi le mercure n'a pas l'occasion de macérer dans l'argent et d'amalgamer le fil en profondeur, ce qui le rendrait complètement friable et l'effriterait (ce qui se passe sur beaucoup de fils de la frise qu'on a utilisé chez Diengard). Par gravitation, le mercure va couler vers le bas et tomber; s'extrayant de lui même des fils, l'amalgame se fait en surface du fil.

Evidemment il faut prévoir un système pour suspendre la frise comme un point suspendu, de quoi faire le tamponnage et prévoir un bac mis en-dessous pour récupérer. Des gants car ça va forcément nous couler dessus avec ce système là et le masque NBC pour éviter la toxicité des vapeurs.

Tout ça doit se faire en extérieur et il ne faut rien laisser couler du mercure par terre, toxique pour l'environnement. De plus le mercure est précieux, on n'a pas envie de le gaspiller!

Mon mercure est en route pour acheminement vers ici. C'est l'affaire d'une grosse semaine pour que je l'aie.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 03 Février 2011 à 14h03
Citation (DIENGARD @ Jeudi 03 Février 2011 à 13h48)
Bonjour, j’ai donc envoyé sur Zédico les photos de la génératrice Héraclès. La première série, c’est la petite photo et à partir de la 7621 c’est le grand dessin. Pour la largeur, j’ai placé la règle incluant la zone N car, comme pour les autres dessins, c’est cette mesure qui est pile deux fois plus petite que le grand diamètre soit : 16.5mm pour 33mm.

Je viens de parcourir rapidement tes mesures. Je vais les étudier très en profondeur cet après-midi, je dois quitter l'ordinateur là.

Que de l'excellent travail de mesure; photos nettes et claires, belle résolution, toutes les mesures utiles ont été faites. Il reste à exploiter ton excellent travail de mesure.

Merci encore!
ça a dû te prendre beaucoup de temps chaque photo, mais c'est vraiment utile.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 03 Février 2011 à 16h04
Pour le mercure et les « infos Maris », la tresse est suspendue verticalement, p.188 du livre de Chaumeil. De toute façon, L.B ne prenant pas de précautions, sa manipulation n’est pas un exemple à suivre, on fera au mieux, sans polluer, ni gaspiller, la chose importante à retenir étant de ne pas faire tremper la tresse, mais la tamponner simplement. Puisqu’on parle de Maris, c’est à la page p.184 ou il mentionne que le mercure favorise la « désintégration », « décomposition » de l’aether ; ce qui est faux.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 03 Février 2011 à 16h14
Oui, tu as raison, suspendue verticalement. Il m'était resté l'idée horizontale. Il vaudra mieux que ça ne coule pas dans les fils en tous cas; sinon on va avoir des ratées. Il y aura des essais de toute façon.

Pas encore le temps d'approfondir tes mesures, je dois refiler là.

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 03 Février 2011 à 20h34
Diengard quand tu seras en possession du mercure ainsi que des

masques et gants de protection je te propose de venir une journée

pour faire l'étamage de la frise et procéder a un deuxième essai.

avant debut avril date de la deuxième rencontre, qui elle pourra

servir a finaliser la machine et faire les tests pour nourrir le zoaire.


a+

Ecrit par: Chercheur Jeudi 03 Février 2011 à 22h30
Une fois la frise amalgamée, il faudra compter un long temps de séchage afin que le mercure de surface et ses vapeurs soient dissipées. Il faudrait attendre à mon avis de l'ordre de 2 semaines, ça serait un minimum.

Donc venir faire l'amalgame c'est une chose à faire; mais faire le deuxième essai dans la foulé ça ne me parait pas viable. On va avoir du mercure liquide qui va s'imprégner sur la bande coton et le cuivre à travers; et les vapeurs qui vont dégager, le tout étant monté sur la machine, ne pourra plus être mis à l'écart à ventiler, et va rendre l'atmosphère intérieure dangereuse.

Il faut amalgamer, et laisser sécher ça sous le tunnel durant une quinzaine tranquillement puis revenir faire le montage; c'est comme ça que ça me parait le plus sensé. Là la frise sera saine et pourra rester montée sur la machine sans danger majeur dans la maison...

En deux temps donc.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 03 Février 2011 à 23h22
Ce n’est pas exclu Christian, mais je ne veux rien promettre. Car cela dépend d’un gros travail au préalable.
J’aimerais bien connaître le prix du mercure, le prix selon la quantité, que Pascal va avoir et celui que l’on pourrait avoir par l’ami de Florent. Moi-même, je questionne un ami sur les prix et quantité qu’il pourra me fournir en Avril. J’ai un masque et des gants. Comme je vous l’ai déjà dit, il n’est pas question de me surcharger, j’ai du travail pour gagner ma vie, mais j’en ai beaucoup plus à côté, à gérer avec mon handicap.
Vous me parlez d’une journée, pour faire l’essai avec l’amalgame. Bien, mais il y a tout ce qu’il y a autour, d’intendance, à partir du moment où l’on va manipuler du mercure, les conditions changent. Donc il faut améliorer le local bien aérer qu’il y a au rez-de-chaussée et faire cela loin de nos circulations quotidiennes, mais on vit au-dessus.
Cela va devenir, un souci permanent, alors qu’un laboratoire n’est pas encore bien construit, avec sa zone et ses moyens de protections. La raison voudrait qu’on ne mette pas la charrue avant les bœufs. C’est le commencement d’une longue aventure et les locaux et les moyens de gestions sont aussi importants, d’autant que l’on va employer du mercure, qui va se trouver dans une machine qui, le temps qu’elle fonctionne, va chauffer et va donc amplifier la toxicité dû au mercure. Il faut donc un endroit et aéré et avec un placard hermétique où entreposer ces appareils.
Il y a donc toute une préparation au préalable, pour nous protéger, nous et tout notre entourage, enfants, petits enfants, animaux, voisins, environnement…
C’est aussi pourquoi, je répète qu’il est urgent de chercher quelque chose qui remplacerait efficacement le mercure, sans être toxique, et que je souhaite commencer, le plus tôt possible, à vérifier les fonctionnements qu’avec de l’étain, en attendant mieux.
Conclusion, il y a un gros travail de libération des locaux, tout n’est pas à jeter, ce serait trop facile ! Commencer un aménagement sérieux, pour travailler proprement et sérieusement, sans danger et en dehors de nos locaux de vie. C’est mon travail ces deux mois-ci, par petites séances de deux ou trois heures.
A partir d’avril, si ce n’est pas suffisamment prêt, je n’aurais rien contre accélérer par deux ou trois journées de travail collectif. On verra quand on y sera.
Je ne veux pas prendre à la légère ce problème du mercure, et c’est la seule raison de mon refus de travailler avec, tant que les conditions matérielles ne seront pas corrects et à la hauteur.

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 04 Février 2011 à 11h44
Bonjour, pour le mercure, de mon côté, je peux en avoir pour 80€ les 250gr, ou 240€ le kg. Vers le 17-20 Avril.
Une photo de Louis Boutard

Ecrit par: Chercheur Vendredi 04 Février 2011 à 17h20
Il me semblait bien avoir dit que le mercure était en cours d'acheminement et que je l'aurai d'ici une grosse semaine. J'ai proposé l'achat d'un filtre pour faire l'amalgame et de passer chez toi Diengard pour amalgamer ça et poursuivre de la consultation de documents.

Tu dis avoir un masque... c'est un masque à étanchétité totale pour substances chimiques ou un simple masque anti-pousssière (qui ne sert à rien?). Le masque n'a un intérêt qu'avec un filtre spécial mercure, sinon inutilité totale.

On compte bien amalgamer la frise d'argent au fil de chanvre qui a été réalisé précédemment mais pas amalgamée, dans le style de celle amalgamée en mauvais état (et qui plus est plus large), et pas la nappe d'argent industrielle?

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 04 Février 2011 à 19h56
j’attends vos informations du coût du mercure ; la quantité que tu vas avoir Chercheur, et combien par plus grande quantité ? De même pour l’autre provenance de Florent. Je veux savoir qui est le moins cher, pour savoir si je passe commande à mon ami. La petite quantité que tu auras bientôt, très bien, mais on n’a pas fini d’utiliser du mercure et il est donc souhaitable d’avoir le meilleur prix !
Il est bien question de travailler avec la tresse large avec ses fils de coton.
Mon masque, je vous en ai déjà parlé, c’est du pro.
La prochaine séance de travail est prévue début Avril, comme je viens de vous l’expliquer, et comme cela a été dit avant votre départ, les raisons, je vous les ai résumé clairement.
Si par bonheur, les travaux de préparations des locaux et bonnes conditions de travail sont réalisés plus tôt, cela se fera avant, mais sans certitude !

Ecrit par: Chercheur Vendredi 04 Février 2011 à 20h21
Celui que je reçois, c'est mon ami qui me l'offre pour le projet Boutard; ça l'intéresse de faire avancer les projets même si ils ne travaille pas dessus. Si ça avait eu un coût d'achat, je l'aurais indiqué et demandé un avis et attendu un achat. Comme pour le filtre j'ai indiqué des endroits où l'acheter, le tarif.

ça permettra de faire un amalgame de frise; c'était le but recherché depuis le début.
J'ai déjà indiqué la quantité, un peu plus de 100g (136g exactement), soit plus de 10 fois de quoi amalgamer la frise. Et encore que je soupçonne mon ami de m'en envoyer plus que je n'ai demandé, c'est un type très sympa.

Donc si on a ça dans une semaine, tu attendras avril avant de le faire... alors il faudra compter du séchage avant de pouvoir le mettre dans la machine (donc on ne viendra pas à nouveau tous de loin juste pour amalgamer et revenir 15 jours après pour le mettre sur la machine). Il y a un problème de timing, non? Il faut amalgamer avant, en amont, le plus possible avant de faire le montage pour laisser sécher longtemps. Si ça sèche durant 2 mois au lieu de 15 jours c'est encore mieux.

Si tu ne veux faire de nouveaux essais qu'en avril, autant amalgamer dès que j'ai le mercure que je vais reçevoir dans ce but justement!


Il faudrait donc amalgamer dès que j'ai le mercure, que je te l'amène; que la frise soit amalgamée à l'extérieur et stockée sous le tunnel, à l'extérieure et y reste le plus longtemps possible avant un montage à venir ultérieurement. C'est ce qui me semble le plus utile. Si tu penses te fournir à l'hectolitre en mercure pourquoi pas pour une production en série, mais on en est plus que loin vu qu'on est en train de faire un seul prototype et que pour le moment il ne marche pas, et ce que j'ai là c'est plus que suffisant pour amalgamer la frise.

Ce n'est pas toi qui a dit que selon toi la seule chose importante qui était le point clef de non fonctionnement c'était la frise et que c'est le truc à faire pour refaire un essai... pourquoi as-tu besoin d'acheter du mercure au kg pour avril pour pouvoir amalgamer la frise dès que j'aurai reçu le mercure la semaine prochaine? Surtout sachant qu'il faut la laisser sécher et évaporer le mercure le plus longtemps possible dehors (protégé quand même, le tunnel parait bien: ventilé, dehors, et protégé contre les intempéries)

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 04 Février 2011 à 21h32
Pour le mercure, tant mieux s’il est gratuit, mais ce n’est pas une solution sur lequel on puisse compter, même s’il continue à nous être offert. Je veux savoir quel est la valeur des choses, ne serait-ce que pour mieux apprécier les cadeaux ! Mais surtout savoir la valeur pécuniaire de tout ce qui peut être chiffré, pour toutes les réalisations des appareillages. Ma demande n’avait pas de sous-entendus.
Le masque, je connais le prix du mien et n’est aucun projet d’achat et je connais le tien, puisque tu l’as donné, je n’ai rien demandé à ce sujet.
Sinon, ce n’est que depuis hier que tu as soulevé le problème du temps de séchage, après amalgame ! Bien sûr, rien à voir avec la question soulevée par Sourceverte. Tu me tiens au courant dès que tu as le mercure. Le tunnel présente le problème de beaucoup chauffer, à partir de Mars.
Ce n’est que depuis avant-hier que nous avons ton calcul qui parle de 10ml maximum, nécessaire pour la tresse. Jusqu’alors, vous parliez de 500gr, 1kg, 3kg, donc j’ai questionné pour ces quantités, sachant qu’on va en avoir besoin pour l’auto-générateur, les croissants des amplificateurs… mais ce n’est pas moi qui aie parlé de ces quantités !

Mais on a rien prévu d’autres, tu parles de consulter des documents ?

Ecrit par: Chercheur Vendredi 04 Février 2011 à 22h28
Oui, pour la quantité nécessaire à un amalgame de tresse, j'ai calculé ça au jugé quand j'ai dû faire la demande. Si on achète, on le fait en plus de quantité pour avoir un bon rapport qualité/prix pour ne pas avoir à en recommander après; pour avoir un stock pour un moment.

Là ce n'est pas une commande que j'ai faite; on m'en envoie par gentillesse, je n'ai donc pas cherché à faire des stocks pour le futur.

Pour le séchage je n'ai pas évoqué de durée précise, car je n'ai pas de durée précise à donner; plus on laisse s'évaporer la surface mieux c'est. J'avais déjà parlé des problèmes de vapeur et le fait de stocker ça en milieu fermé hermétiquement et à ouvrir la boite pour aérer tout ça et que même sur les frises amalgamées vieilles il valait mieux utiliser les gants.


Impossible de donner des informations sûres de durées de séchage avant que le danger soit écarté à 100%, plus on laissera s'évaporer de molécules de surface de mercure de l'amalgame, mieux ça sera.

De toute façon ensuite le chauffage et le craquelage sera cause de faire évaporer du mercure. C'est ce qui se passe dans les amalgames dentaires: on conseille aux gens qui en ont de ne pas croquer de choses dures pour ne pas fendiller l'amalgame qui pourrait libérer du mercure en vapeur et dans la bouche ce n'est pas terrible...

Pour le prix, on en a déjà indiqué:

En qualité 99,99% (grande pureté):
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?act=ST&f=31&t=649&hl=&view=findpost&p=16713

500g pour 127€, c'était mon meilleur rapport qualité prix

Florent en a trouvé du moins cher, en qualité inférieure, 99% seulement (lien reçu par email); mais ça devrait être suffisant:
1 kg pour 96 euro
http://labodiff.free.fr/Catalogue_pdf/Labodiff_ProduitsChimiques_1011.pdf


Sinon je pensais consulter les documents que tu as pour voir si certaines choses importantes y sont. Notamment je pense aux plans roulés qui étaient déchirés pour l'un d'entre eux; que Florent avait sorti d'un de tes cartons.

Il avait pris ça un peu au hasard; dessus il y avait les côtes exactes du support autogénérateur et de deux amplificateurs; côtes sur toutes les dimensions, sur un dessin en format A3. Ceci n'est nulle part dans les cahiers du volume 1 ou 2; et c'était dû au hasard. En regardant, on peut peut être trouver des plans de la machine Héraklès, des côtes, ceux des caboches ou dieu sait quoi d'autre. Regarde ce que tu as retrouvé dedans que tu ne savais plus avoir là car cela dormait depuis si longtemps.

Donc en passant t'amener le mercure, je voulais te demander de refaire un petit voyage avec toi dans ces cartons à la recherche de ces informations précieuses qui complètent à merveille les cahiers. Si tu es d'accord, on risque de ne pas être de trop si Christian veut venir aussi. A deux avec toi on peut faire le tour de tout pour voir ce qui nous est inutile pour avancer les projets (volumes 1 et 2 déjà connus en plusieurs exemeplaires) et dénicher ce qui serait un atout pour nous aider dans nos montages. Imagine qu'on trouve des informations sur le montage et/ou les caboches... qui ne sont pas dans les cahiers.

Je peux déjà dire qu'avec les plans roulés c'est le cas: côtes pas dans les cahiers pour ce que j'ai vu. Même chose, l'exemplaire du brevet de Boutard marqué "exemplaire laboratoire" contient des choses qui ne sont pas dans les brevets. Je le sais car les brevets j'ai travaillé dessus pas mal, c'était ma seule source d'information et j'ai tout de suite reconnu plusieurs choses qui ne sont pas dedans, rien que dans les schémas et encore je n'ai pas pu lire le texte.

Les cartons sont lourds, et le temps pour parcourir tout ça + faire ton labo + le reste tu ne l'as pas. Là ça permet que je vienne pour non seulement apporter le mercure et amalgamer mais aussi que ça serve à essayer de nous avancer encore dans les montages techniquement. La photo de Héraklès que tu as trouvée dans un cahier de photo par hasard dans l'un des cartons est encore un exemple. J'ai vu qu'il y avait des planches photo dans les 2 cartons qu'on a ouvert... il peut y avoir des informations visuelles permettant de voir si les éléments qu'on a sont conformes ou pas à ce qui était fait. Bref avancer pour tout dire.

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 04 Février 2011 à 23h44
Bon, je comprends que vous cherchiez toujours plus, au cas où ! Mais si je vous dis que je m’en occupe, il ne faut pas me dire que je n’y arriverais pas seul… j’ai déjà contrôlé tous les cartons. Les trois que j’ai sorti quand vous étiez là, sont les plus importants, tous les autres n’étant que des livres de toutes sortes ne pouvant rien vous apporter.
J’ai déjà repris les rouleaux déchirés, avec les plans, pour les scotchés et les refaire en clair.
Je vous ai dit que je souhaitais assumer ce travail, pendant un certain temps du moins et j’aimerai être cru quand je vous dis que vous avez l’essentiel, et qu’il faut l’étudier encore et l’approfondir. Donc, que ce soit clair, jusqu’à nouvel ordre, ne m’en demandez pas plus, j’ai tout vérifié, il y a beaucoup d’écrits et courriers, mais c’est à 99% de la glose, du travail philologique, comme vous en avez une tonne dans les six premiers cahiers. Si je trouve quelque chose qui puisse nous faire avancer, pourquoi le tairais-je ? Tu as souhaité avoir des mesures des originaux, tu les as eues ! Pour les brevets, il y a une planche de dessins en plus jusqu’à preuve du contraire, mais je le contrôlerai. Si je peux aider pour le travail présent, pas de problème.
Je pense que pour ce travail pour la tresse, c’est toi qui amène le mercure et c’est suffisant, on se relaiera, ou plutôt on fera chacun une tresse, puisqu’il y a deux sections.
Donc, si vous voulez vraiment m’aider avant Avril et après aussi, c’est pour du travail matériel sur les locaux. Et même comme ça, il faut que ça colle, avec mon travail et mes énergies. Et comme c’est difficile à agencer, je préfère ne rien demander.

Ecrit par: Chercheur Samedi 05 Février 2011 à 10h20
Et pour les mesures, je t'en remercie encore. Je n'ai pas eu le temps de faire ce que je voulais avec dessus depuis jeudi; là j'ai pu commencer à les exploiter.

Je ne pense pas que tu tairais une information que tu trouverais dans les cartons, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Comme tu nous avais dit, au dernier week-end, que tu ferais avec le temps que tu avais (donc pas tout ton temps à consacrer à ça) et que tu avais ce travail de mise en forme de tes pièces pour en faire un labo comme priorité de ton temps de travail d'ici à avril; j'avais la très nette impression que tu n'aurais pas vraiment de temps à consacrer à aller trier les cartons en fait et que ça allait dormir là haut par manque de temps, voilà tout. Donc comme donner des heures de travail de tri je peux faire (et Christian aussi) et ça nous motive, tu vois pourquoi je demande.

Pour revenir à la machine Héraklès originale de 1931, j'ai obtenu le schéma de mesures compilé suivant:
user posted image

En effet le diamètre est de 58mm sur le schéma des caboches en coupe (tu ne me l'as pas confirmé, j'ai repris ma mesure sur ma feuille photocopiée de la BnF).
Or on mesure 1cm environ sur le schéma, soit 10mm.
Cela fait une échelle de 5,8.

Or on choisit bien sûr toujours des échelles entières pour faire des représentations techniques à la main; donc l'échelle la plus proche est de 6.

Les mesures sur le papier à la règle donnent selon mes lectures (ajustement au lorsque les décalages sont effectuées et lecture à mieux que 0,5mm avec l'agrandi):

hauteur vasque: 1cm ou à peine un peu plus (0,5mm de plus?)
diamètre vasque: 1,9cm ou à peine un peu plus (mais moins que 2cm)
hauteur cylindre dépassant de la vasque jusqu'à partie conique: 4cm
hauteur partie conique tronquée en haut: 3,5cm
longueur partie oblique de surface de la partie conique tronquée: 3,6cm
hauteur totale depuis le bas: 8,7cm
diamètre de la partie tronquée haute du cône: un peu moins que 1mm
hauteur du pied du vasque: 1mm environ ou un petit peu plus

Je multiplie par 6 et j'obtiens la mesure réelle. Sachant que la mesure réelle a été construite pour être une mesure entière et les mesures de Boutard sur les appareillages sont données en dizaine exacte de millimètres toujours, sauf pour l'ajustement du diamètre du vasque avec le cylindre où on a une mesure tournée au millimètre.

Avec échelle 6:
hauteur vasque: 60 mm ou un peu plus
diamètre vasque: 114mm ou un peu plus
hauteur cylindre dépassant de la vasque jusqu'à partie conique: 240mm
hauteur partie conique tronquée en haut: 210mm
hauteur totale depuis le bas: 522mm
diamètre de la partie tronquée haute du cône: un peu moins que 6mm
hauteur du pied du vasque: 6mm environ ou un petit peu plus

Or on a un ajustement précis de par les textes du diamètre du cylindre égal à la moitié de celui de la vasque. On a vu que dans la deuxième version de 1931-1932 il y avait eu un décroché pour que le filet soit situé exactement sur le mi-rayon. Ici on n'a pas ce décroché, l'adaptation technique n'a pas été faite (première version, pas encore pensée au mieux) et la prescription du mi rayon est respectée sur le tournage de la pièce de bois directement.

On sait donc que la vasque aura un diamètre de 58mmx2=116mm
Si on recalcule: 116mm/6=1,93cm tout à fait compatible avec la mesure papier

Pour ce qui est de la hauteur totale, si on prolonge la pointe de la partie conique, on a une hauteur totale de machine d'exactement 9cm. Ce qui est justement l'élément qui a probablement induit Armand Hatinguais à choisir une échelle de 6 (on choisit l'échelle aussi par rapport à ce genre de choses), pour avoir une mesure exacte de la hauteur totale.

hauteur totale=8,7cm

Un calcul utilisant Thalès dans le triangle de la partie tronquée haute permet de calculer que pour être cohérent avec la mesure de 3,5cm de la hauteur conique avec celle de 3,6cm de la partie oblique de la partie conique il faut que la hauteur manquante de la partie conique soit de 0,3cm à 0,4cm. On retrouve bien 8,7cm+0,3cm=9cm comme déjà souligné.
Ceci signifierait que la mesure de 8,7cm est en fait légèrement trop grande et qu'on a une hauteur de un peu plus de 0,3cm manquante. On est très proches de 8,7cm donc très proche de 8,7cm en hauteur

Si je calcule la hauteur vraie de la partie manquante avec échelle 6 on a: 0,3cmx6=18mm.
Pour un ajustement à la dizaine on aurait 20mm.
Soit une hauteur manquante sur papier de x=0,33cm très proche et indiscernable de 0,3cm.
De plus ceci correspond à un diamètre de la partie tronqué tombant presque à 5mm; qui parait là aussi une bonne valeur pour un diamètre de section tronquée.

Cela donnerait une hauteur totale plus petite que 8,7cm qui serait d'exactement 520mm en longueur vraie et en cohérence avec la hauteur du pied d'un peu plus de 6mm en vrai, et dans le respect de la hauteur de la vasque qui est de l'ordre d'un peu plus que 60mm, on aurait une hauteur de 63mm.

Le seul ajustement possible est la répartition entre la hauteur de la vasque et celle du pied pour obtenir 70mm vrais.

70mm vrais/6=11,66m papier = 1,16cm
et comme je mesure de manière plus précise une hauteur de vasque de 1,05cm cela donne en vrai 63mm, ce qui est très cohérent. Le pied a une hauteur de 7mm vrais ce qui fait sur le dessin 1,16mm soit un peu plus de 1mm mais loin des 1,5mm exactement comme je peux le lire sur la règle.

Donc voilà justifiée la lecture des longueurs du schéma.

De plus, pour terminer, la hauteur totale de l'engin est de 520mm=52cm. Or, Maris dit que la machine Héraklès originale qu'il a vu fonctionner faisait une cinquantaine de centimètres de long. On est bien dans l'idée; ceci appuie les calculs aussi.

Attention, le meilleur pour la fin:
calculons le nombre de caboches nécessaire:
Si on reprend les données de l'autre schéma caboche, qui complète celui-ci:
on a des bandes de largeur 25mm; soit sur 520mm de hauteur de cylindre on peut mettre 520/25=9,6 bandes de largeur

La longueur de piquage des caboches se fait à rayon 35mm (=29mm de rayon du cylindre + 6mm de cuire et filets posés dessus). Chaque tour a une longueur de 2*pi*35mm, soit un total de 9,6*2*pi*35mm=2111mm de longueur de piquage.
j'ai mesuré aussi à peu près 15mm entre chaque piquage, soit 2111/15=140,74 caboches par rangée.

Si je mets 10 tours au lieu de 9,6 tours, ce qui parait plus logique; on aura une longueur de 2199mm = 2200mm environ, soit 147 caboches par rangée.

Avec deux rangées, on a donc quasiment 300 caboches. je ne sais pas d'où venait ce nombre de 300 caboches qu'avait Diengard, mais si ça venait d'une mémoire ancienne des mesures originales, ça serait en parfaite cohérence.
Ceci appuie dans ce cas l'idée que les plus de 1200 caboches qu'on a sont un deuxième lot de caboches venant après, lors de reproductions, que les 300 caboche originales sont avec le bol et le cylindre original et la partie conique originale: disparus quelque part.

Il me semble avoir justifié du mieux possible ce schéma et sa cohérence.

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Février 2011 à 10h58
Je ne comprends pas bien ta mesure de 63mm la profondeur du bol, alors qu'il mesure 10mm soit 58mm, comme le cylindre?

Ecrit par: Chercheur Samedi 05 Février 2011 à 15h07
Pour la hauteur du bol je le mesure à 1,05cm soit 1,05x6=6,3cm=63mm
Si je mesure la hauteur du bol je peux trouver 1cm ou 1,05cm selon l'épaisseur de la bordure que je compte. Si je mesure la hauteur du pied je trouve un petit peu plus de 0,1cm. mais bien moins que 0,15cm.

Si je mesure l'ensemble des deux (tu as une photo avec ça où tu es presque à 1,2cm avec un décalage léger de ton début de règle, photo 11 de ton PDF) on a 1,2cm.

Cela correspond bien à une mesure de la hauteur du bol de 1,05cm.
Pour le cylindre on mesure bien 1cm quasiment exactement, voir ta photo 5 par exemple. On peut vérifier la cohérence avec l'échelle: 58/6=9,67mm soit une différence de moins de 0,3mm, les épaisseurs des traits de bordure.

La hauteur du bol est donc en effet plus grande que le diamètre du cylindre, très légèrement. La valeur exacte est difficile à chiffrer.

On observe très bien à l'oeil nu ce fait: le bol n'est clairement pas une demi-sphère. Si la hauteur du bol était bien de 1cm pour un diamètre de 2cm il serait demi-sphérique. La différence claire est due au fait que le diamètre est de 1,9cm (soit un rayon de 0,95cm) et la hauteur du bol de 1,05cm. Ce mm de différence entre le rayon au diamètre du haut et le rayon de la hauteur permet de rendre perceptible à l'oeil nu la différence de forme du bol.

Cela pourrait être pour la hauteur du bol n'importe quoi allant de 58 à 63mm. mais la somme fait 70mm entre la hauteur du bol et celle du pied, et la hauteur du pied est clairement en-dessous de 1,5mm et au moins de 1mm. Cela signifie donc une hauteur minimale de 6mm et maximale et non acceptable de 9mm, donc 6mm ou 7mm ou 8mm.

On pourrait fixer donc:
64mm de hauteur de bol + 6mm de pied
ou 63mm de hauteur de bol + 7mm de pied
ou 62mm de hauteur de bol + 8mm de pied

Il y a une petite variation des hauteurs possibles, mais au moins 62mm et maximum 64mm.

Déjà j'observe que les premiers schémas de 1931 étaient fait avec une rigueur largement supérieure aux schémas des années 60 qui sont parfois peu respectés dans les valeurs d'échelle; comme si Armand Hatinguais était fatigué à force de les faire; ou avait passé l'âge d'avoir envie de faire de beaux dessins aux normes du dessin technique (erreur < 0,2mm en dessin technique !!)

Tu vois pourquoi je passe des heures à faire des mesures... car il y a des hypothèses à faire, des cohérences à chercher; appuyer des mesures par d'autres; etc. C'est aussi pour ça que les mesures sont importantes à faire: là où tu peux penser qu'il n'y a rien à tirer; on peut faire du travail .

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Février 2011 à 16h09
Je suis d’accord sur l’ensemble de tes réflexions, mais vérifie bien que sur les photos 8 et 9, j’ai placé la règle au début de la partie basse du trait de crayon, bon de toute façon, on parle de cela, sans parler des épaisseurs du bois, c’est peut-être idiot de chipoter, mais si l’on déplace le trait du zéro, au-dessus du trait de crayon, pour être dans le vide du bol, on se retrouve à 10mm de la hauteur creuse, et l’épaisseur du fond + le pied fond bien 1.5mm. Mais, cela n’est peut-être pas important et si tu es satisfait de l'ensemble de ces dimensions, tant mieux !

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 05 Février 2011 à 17h04
user posted image

cahier 11 page 12 il y a cette photo , si elle est de 1931 la photo

le rhombe semble vu la taille de la jeune femme beaucoup plus

grand que par rapport aux cotes pour hercule.

a moins que ce ne soit un ampli.

La bonne nouvelle c'est qu il ne faut que 300 caboches

maintenant.


Ecrit par: Chercheur Samedi 05 Février 2011 à 22h02
Une chose que j'avais notée par contre, qu'on n'a pas du tout respecté non plus pour faire le test; mais on ne pouvait pas le savoir avant que tu aies trouvé le cahier original pour soulever ce qui cachait la figure importante où tu as fait les mesures.

Laquelle?

Eh bien il est clairement indiqué que c'est avec le montage tel qu'indiqué qu'on obtient la laitance blanche. Le montage indiqué ne possède pas le tablier de clissage... mais il ne possède pas non plus les caboches montées dessus. En fait on n'a que les frises d'argent au mercure déposées!

Alors non seulement les frises argent-mercure devraient de pas descendre dans le bol; mais aussi il ne faudrait pas enrouler les caboches!

Toutefois ceci n'est pas conforme au texte qui explique que les caboches restent montées et que justement la laitance s'obtient à partir des têtes des Pi provenant des caboches dans le cas de la laitance justement. Est-ce que ceci est une information après coup (texte écrit dans les années 60 et expérience de la laitance avec schéma datant de 1931 indiquant qu'il faut le montage comme sur le schéma pour avoir la laitance qui serait différent?) qui ne respecte pas l'information du montage d'origine pour le test laitance?

ça ne coûte pas cher d'enlever les tours de caboche avec caoutchouc, de retirer deux tours de spires de frise argent au mercure sur le montage que Diengard a; et de refaire un test avec grille de fer!

Dès fois qu'on l'ait cette laitance... au moins on peut tester cette hypothèses à moindres frais, car il n'y a qu'à démonter ce qui est fait en partie; et comme il va falloir démonter de toute façon pour toute remonter avec une nouvelle frise plus tard... on teste avec l'actuelle déjà; juste en enlevant les caboches et en faisant en sorte que la frise ne descende pas dans le bol.

Diengard, pourrais-tu STP faire une jolie photo de la partie grille de fer qui est dessous le schéma cachée; là où il y a les 4 grilles; histoire qu'on ait ce morceau en lisible (illisible sur les photocopies).

Te sens-tu de défaire les caboches et refaire un test (saurais-tu utiliser l'alimentaion?)

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Février 2011 à 23h44
Pour te répondre Sourceverte, cette jeune fille c’est ma mère adolescente, on est dans les années quarante, cet atelier de Sèvres de Papi date de 1942 environ. Ce qu’elle tient c’est un enroulement de croissants pour amplificateur et la petite légende, précise qu’il est monté sur un support pour stockage sur gabarit et protéger.
Les autres photos que je joins sont pour compléter l’info. Papi tient le même enroulement et on le retrouve dans l’atelier et le plus petit cylindre avec des clayettes qui cache un enroulement protéger, c’est un enroulement des fines petites pointes camions pour l’auto-générateur.

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Février 2011 à 23h48
suite

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Février 2011 à 23h50
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 01h10
Wouah ! Je crois qu’il y en a qui cherche Le Scoop ! Bon, comme tu le dis, sans les caboches pas de Pî, sans les têtes de Pî, pas de fécondation avec EU, donc ni laitance, ni de zoaire.
Je te laisse relire le passage de Maris qui parle du montage Héraclès qui inclue les caboches : p.188 dans le livre de Chaumeil.
C’est clair comme le texte de droite du cahier 12 l’indique, tu montes tout, sauf les clayettes et la remontée sénestre.
J’ai déjà démonté les caboches. Mais, franchement, la frise, sans les caboches, je ne veux même pas essayer. Louis Boutard vérifiait ainsi rapidement que le montage dextre complet fonctionnait, mais les deux principes étaient réunis, fusionnés.
Je n’ai pas fait très attention à la manipulation de l’alimentation, mais si on m’explique, cela m’a parut très simple, le réglage à 3 volt à gauche et 8 ampères à droite, au départ. Mais, ce n’est pas la peine, pour l’instant.
Voici les photos.

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 01h23
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 01h32
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 01h39
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 01h43
suite

Ecrit par: Chercheur Dimanche 06 Février 2011 à 09h47
Citation (DIENGARD @ Samedi 05 Février 2011 à 23h44)
Pour te répondre Sourceverte, cette jeune fille c’est ma mère adolescente, on est dans les années quarante, cet atelier de Sèvres de Papi date de 1942 environ. Ce qu’elle tient c’est un enroulement de croissants pour amplificateur et la petite légende, précise qu’il est monté sur un support pour stockage sur gabarit et protéger.
Les autres photos que je joins sont pour compléter l’info. Papi tient le même enroulement et on le retrouve dans l’atelier et le plus petit cylindre avec des clayettes qui cache un enroulement protéger, c’est un enroulement des fines petites pointes camions pour l’auto-générateur.

Oui, on voit sur l'image de ton papi qu'il tient certaines choses.
par contre, comme pour les autres images attachées, il est impossible d'avoir plus de détail, de zoomer. Les images attachées sont enregistrées avec une faible résolution.

ça donne déjà un aperçu. Aurais-tu l'image en résolution normale provenant de ton appareil pour qu'on voit le détail de ta photo avec le papi? Il faut la déposer sur un espace (ZEDICO par exemple, ou comme je le fais avec casimages ou comme le fait Christian avec imagehackus) pour qu'on puisse l'avoir en grande taille. Les images attachées, c'est juste pour dépannage.

Merci en tous cas pour les précisions.

Dommage de ne pas tester quand même avec la frise seulement... même si je sais bien (je l'ai dit) que les textes ne sont pas cohérents avec ça, ça vaut le coup de test vu qu'il n'y a rien de spécial à faire à part brancher le géné et faire tremper le reste dans l'eau; ça ne coûte rien, dès fois que...

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 06 Février 2011 à 09h58
Diengard peux tu mettre la frise zoophore sous ton scan

et nous faire parvenir une image avec la résolution la meilleure ?

histoire de visualiser certains détails.


Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 10h18
Oui, pour les photos, j’ai oublié un réglage, les revoici.
Papi tient uniquement la même colonne d’enroulement composée des croissants pour amplificateur.
Bien que ce soit inutile, si tu y tiens, quand on aura amalgamé la tresse, au remontage, avant la pose des caboches, on fera l’essai !

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 10h23
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 10h26
suite

Ecrit par: DIENGARD Dimanche 06 Février 2011 à 10h39
Christian Je pense que vous n’en verrez pas plus avec le scan qui est difficile à faire.
Je vous mets les textes au cas où !
N°1 En A, puis en B, cornes d’aspect semblable à celle du limaçon.
N°2 Cornes blanches, trompes, puis membranes.
N°3 Production de 1 et 2 à travers un voile diaphane, blanc, laiteux.
N°4 En déplaçant la frise d’argent amalgamée dans l’eau, les voiles se détachent avec neige de points blancs.

Ecrit par: Chercheur Dimanche 06 Février 2011 à 12h23
Merci pour la photo en meilleure résolution, et merci beaucoup aussi pour les photos des 4 parties du test avec la grille de fer: on voit mieux ainsi! Bon travail d'information.

On retrouve l'information sur les croissants, donnée sur le cahier 2; qu'ils sont amalgamés avec de l'étain. On retrouve aussi leur masse; la même que celle des fuseaux rectifiés, ce qui confirme encore que c'est bien des fuseaux pliés.

Quelqu'un comprend la signification du texte "gramma grec, serurua latin" qui suit la masse des croissants de 1g137?

Ecrit par: Gegyx Dimanche 06 Février 2011 à 17h23
Citation
Quelqu'un comprend la signification du texte "gramma grec, serurua latin" qui suit la masse des croissants de 1g137?

Moi je lisais serurule…
icon_biggrin.gif
Mais j’ai pas trouvé dans les dicos latin et étymologique…
Citation
Gramme du latin gramma : petit poids (1/24 once), du grec gramma, caractère d’écriture, qui a pris le sens de « poids » par suite d’une traduction erronée de scripulum (1/24 once), pris pour un dérivé de scribere, écrire.
Scrupule = scrupulum = très faible poids, la 1/24 de l’once.
Scrupulum : voir scripulum
Scripulum= scrupule = 
-fraction de l’unité (en général), c’est-à-dire 1/228.
-fraction de la livre (1gr.137)

Bon finalement il faut lire 1g.137 <
Qui vient du grec gramma
et du latin scrupule
(en fait mon premier e de « serurule » est un c,
et mon 2ème r est un p dont on ne voit pas la barre verticale)
icon_lol.gif

Ecrit par: Chercheur Dimanche 06 Février 2011 à 17h32
C'est très intéressant ce que tu as trouvé car cela signifie que cette masse précise a une importance; ce n'est pas 1g137 plutôt que 1g158 ou 1g234 ou n'importe quoi d'autre. La taille des fuseaux a été calculée spécifiquement pour arriver à cette masse du croissant.

Cela doit avoir un lien avec la dimension des particules d'aether qui s'enroulent sur le croissant.

De même on peut se dire que la taille des épingles camions peut avoir un lien avec ces dimensions et avoir été calculée pour. Jusque là on connaissait des contraintes de proportion: diamètre de la base par rapport à la section médiane; longueur totale par rapport au rayon de bas; égalité de masses; là on a une contrainte qui nous fait passer de la proportionnalité à une longueur fixée absolue d'un seul coup!

Que de questions cela pose...

Ecrit par: Gegyx Dimanche 06 Février 2011 à 18h12
Oui, icon_rolleyes.gif

Le 1gr.137 était dans le Larousse « dictionnaire étymologique et historique du français ».
Mais…
Dans un livre d’« Atorène », le denier (1/24 once) était l’ancien scrupule, et valait 1,2747 g.
Dans wiki, le denier fait 1,275gr.

**
Tout dépend de l'origine des sources pas bien connues... icon_razz.gif

Ecrit par: Gegyx Dimanche 06 Février 2011 à 19h35
Par ci, par là, on retrouve : « scripulum 1.137 grammes = 1/288 of the pound of 327.45 grammes »,
en Campanie (Capoue) vers –320 avant JC, s'inspirant de l'héritage grec (Phocée)

Si tu veux faire le philoloque analogiste…
1 pinte (quart) = 1.137 litre
1slug * 1,137 x10-28 = 1 unité de masse atomique
icon_razz.gif

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 08 Février 2011 à 19h50
as tu des nouvelles des Ets rivière pour les caboches Diengard ?

tu avait dit dans un post que tu etait en pour parler

avec quelqu un de chez eux.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 08 Février 2011 à 22h30
Oui, depuis qu’ils ont toutes les précisions de ma demande, pas de nouvelles, c’est bon signe, car cela prouve qu’il bosse sur un devis. Ils ont réagi rapidement en me disant que c’était de leur ressort de faire ce genre de commande, ils existent depuis 1888.
Je mets les copies de dessins et légendes manquants dans les brevets. Ceux qui le souhaiteront, pourront avoir un exemplaire, j’en ai plusieurs.

Ecrit par: DIENGARD Mardi 08 Février 2011 à 22h32
suite

Ecrit par: DIENGARD Mardi 08 Février 2011 à 22h33
suite

Ecrit par: DIENGARD Mardi 08 Février 2011 à 22h34
suite

Ecrit par: DIENGARD Mardi 08 Février 2011 à 22h35
suite

Ecrit par: thx4 Vendredi 11 Février 2011 à 17h12
Bonjours à tous,


des nouvelles du devis des clous :
user posted image

lundi je vous posterai le devis.

A++

Ecrit par: Chercheur Vendredi 11 Février 2011 à 17h20
Tiens, coïncidence, j'étais en train de consulter il y a 1h ton courrier précédent de réponse et j'étais allé voir ce qu'il avait dit. Il a parlé de décolletage. Je suis allé voir sur internet donc tout à l'heure (pas eu le temps de me pencher dessus avant) et très clairement, dès les premières lignes (wikipédia) il est indiqué que le décolletage est un procédé d'extrusion de matière sur tour à commande numérique pour une pièce à symétrie de révolution; les couteaux venant couper la matière de la masse métallique en rotation.

Donc infaisable pour une pièce à facettes (sinon il faut extruder avec la commande numérique, mais sans tournage et les angles c'est pas aisé... et c'est plus du décolletage surtout); le décolletage est prévu uniquement pour des clous cylindriques; à symétrie axiale de révolution. Et là 1h après tu postes la même information. Les coïncidences de calendrier sont amusantes icon_smile.gif

Il est vrai que la forme cylindrique est plus adaptée à priori, permettant de respecter les contraintes de cercle de mi-rayon et cercle "templum" de base. La forme de la caboche à facette pose question; déjà posée par Biganos précédemment. La forme utilisée l'a été car le nom de clou caboche provenait des études philologiques de Boutard je pense; donc il a fait de même. Etait-ce parce que c'était plus facile à l'époque de forger de tels clous en frappant au marteau pour façonner des facettes. Aujourd'hui avec un tour numérique la forme ronde serait plus aisée... question de technologie finalement.

Si on garde la forme initiale en respectant à 100% les prescriptions ça sera à facette; et le moule permettant la fonderie n'est qu'à 5500€ (quand on sait qu'un moule peut coûter facilement 10 000€ ou se compte par dizaines de milliers d'euros... pour eux c'est pas cher... mais pour un particulier bien trop!!)

Merci thx4 pour ces informations.

On sait ce que coûte un moule maintenant: 5500€ pour cette pièce.

Reste à savoir combien ça revient en technique à cire fondue; mais là c'est le temps de réalisation qui va coûter je pense.

Ensuite il reste des méthodes plus artisanales (Luciole est-elle ici?)

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 11 Février 2011 à 18h50
oui ça serait intéressant d avoir l'avis de luciole

et si elle peut nous donner des infos aussi sur les

techniques d'etammage au mercure pour les surfaces

en acier doux.

a+

Ecrit par: thx4 Mercredi 16 Février 2011 à 09h10
Bonjour à tous,

Le devis comme promis, sans surprise !

http://www.archive-host.com/files/848226/9bc22f875b31599a982feb7ad56a434c00b4fda8/img077.pdf

A++

Ecrit par: Biganos Mercredi 16 Février 2011 à 10h34
Bonjour

Il faudrait comparer avec les tarifs d'un usinage par décolletage qui est probablement moins cher vu l'absence de moule (voir post http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?&act=ST&f=25&t=534&st=160&#entry17351 sur un autre topic)
Je n'ai pas fait de demande de devis car il faudrait fournir un plan avec des cotes précises et la quantité exacte de pièces demandées. mais la technique du décolletage semble possible même pour des pièces de section carrées, certains le proposent (voir liste des entreprises sur l'autre sujet).
thx4 tu sembles bien maitriser le sujet (y compris le côté commercial), peut-être que tu pourrais tenter le coup et prendre contact ou leur demander un devis avec les infos nécessaires.

Ecrit par: thx4 Mercredi 16 Février 2011 à 10h53
Je vois ça dans la semaine
A++

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 16 Février 2011 à 18h56
Pour ce qui est de l'offre des ets rivière, où cela en est Diengard ?

as tu obtenu une offre de prix ?

a+

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 17 Février 2011 à 01h23
Bonjour, je répond un peu en retard, mais oui je suis d’accord pour te permettre tes expériences Chercheur de te prêter (donner) du filet de cuivre plat et, si tu le souhaites, peut-être, deux ou trois bobines de fils, cuivre, bronze ou autre que j’ai en stock.

« Pour l'expérience avec la "pile" magnétique au zinc et pointes; je ne l'ai jamais poursuivie car j'ai appris peu après que les épingles à utiliser, les "camions" ce ne sont pas des épingles au hasard, mais celles que tu as chez toi (formes précises). »

Je ne vois pas dans les brevets, ou ailleurs, comme quoi il faut des pointes spéciales, pour la bande de zinc ! Les brevets devraient le mentionner !

Sinon, pas encore de nouvelles, pour Rivière, je patiente jusqu’à la semaine prochaine.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 17 Février 2011 à 07h57
Citation (Louis Boutard @ Brevet p19 doc Arsitra - brevet N° 630.832)
Les mêmes lois s’appliquant (mêmes effets des mêmes causes) à toute génération d’énergie magnéto-électrique, il s’en suit que pour avoir une pile d’usage indéfini et « impolarisable », il suffit d’enrouler sur un sabot-à-fouet, comme celui des enfants, une étroite bande de zinc percée au préalable comme une râpe de cuisine d’une multitude de petits trous à bavures, et dans lesquels on soude une multitude de très petites pointes d’épingles ou camions (en laiton étamé, argent doré, etc.), recourbées crochet vers le bas, à partir du cercle R/2 jusqu’à celui du grand diamètre.

Plongée dans l’eau dans un vase en terre cuite, avec au fond un peu de chaux, conductrice électrique, qui se dissout, cette pile fonctionne à l’instant même, et sans se détériorer.

Sur le zinc conducteur, dont elles épousent la forme, les monades du bi-couple magnéto-dynamique viennent râper et se briser. Par les pointes qui l’écoulent l’un des flux magnétiques est lancé (B ou B’ de O-O’), entraînant en travers l’énergie électrique de tension et de rupture du bi-couple :
l’impulsion est donnée, le mouvement est créé, pour ne plus s’arrêter, - l’arrête seul au départ, et en route le contact, du lent flux magnétique qui hésite s’opposant au mouvement, et par suite au mouvement électrique, dont il cause seul l’arrêt, dit « polarisation », comme la mise en mouvement.

Une fois lancé cet influx magnétique, il faut donc l’écarter, l’annuler, sur un corps brut pesant, plus lourd que la chaux de l’eau, conductrice électrique : paroi rugueuse du vase, boule dépolie de terre cuite, masse de glaise insoluble avec la chaux du fond, etc. – On peut aussi parfaitement le recueillir en circuit à l’aide de deux petits tubes (bois, verre, poterie) contenant un peu de mercure que l’on met en contact avec des conducteurs pareils à ceux décrits. – Les autres flux pourraient être lancés et également conduits, au moyen d’autres pointes sur le reste de l’étroite bande de zinc perforée.

Sur les gaz carboniques ils peuvent produire dans l’eau, avec les cohéreurs, les mêmes corps organiques que peuvent organiser les mêmes flux du grand rhombe strié, en acier aimanté, armé de pointes, tournant à basse fréquence, par les tubes de mercure géminés qui captent et canalisent, au retour de chaque période, l’écoulement du flux des pointes en mouvement rotatoire


On voit qu'il indique clairement que ce qu'il appelle des pointes ce sont des camions. Ne sachant pas que les "camions" avaient une forme particulière, je ne m'en suis pas occupé au début des expériences quand j'ai acheté mes épingles (qui ne sait pas commet des erreurs par ignorance... ). Dans le volume 1 il passe beaucoup de pages à divers endroits à expliquer que les épingles camions ou "nonettes" sont en forme de cône avec une tête sphérique et équilibre de masse. Cette forme avec ces proportions permettant de déplier l'alpha afin de permettre de le briser.

Justement le texte indique bien que le but est de briser l'alpha et de lancer des parties par l'extrêmité. Il parle bien de points recourbées vers le bas; recourbées, comme le sont les camions de l'auto générateur. Donc faire le test avec des pointes standards lambda pour moi c'est courir à l'échec: on n'a pas la forme du "camion" ou "nonette" ou encore "theta" comme il l'appelle aussi; avec pointe recourbée, c'est bien la même; celle du volume 1.

Sinon merci pour la proposition de prêt de matériel pour faire le test. Je pense qu'il faudrait aussi (j'ai vu ça dans les rouleaux en bois que tu avais, les enrouleurs à différents filets que tu as dans le carton à matériel) un filet d'argent déjà tout fait avec bordure U en plomb; il y en a dans les rouleaux, et il y en a de très petite largeur; il doit y en avoir un de la largeur du filet de cuivre; de 12mm; car forcément la saignée de 12mm qui fait la largeur du filet de cuivre doit correspondre à un filet d'argent captateur de même largeur.

En effet je pense mettre le filet de cuivre, puis une couche de coton en tissu, et le filet d'argent avec bandes de plomb pour capter les atomes I et S. Le tout sera enroulé sur le rhombe Boutard; sur la partie cylindrique qui est l'axiale, à mi-rayon. La saignée permettant de faire passer le filet d'argent (qui a la même largeur que celui de cuivre). Ensuite mettre tout ça derrière de la laine (mais pas en chappe de laine cette fois-ci; à faire épouser les spires ainsi réalisées). Refaire en fait ce que j'ai fait dans ma dernière expérience de rhombe mais avec un filet propre de cuivre; un filet d'argent avec bordures en U bien plus efficace que le zig-zag argent/or pour capter les flux et un tissu net de coton à la place de mon coton hydrophile pas pratique; et pas de chappe continue de laine qui empêche le flux d'aether de rentrer par effet d'aspiration de la forme dans le rhombe (la laine jouant le rôle d'isolant).

Et sur la partie cylindrique je vais pouvoir attacher tout ça plus facilement que sur mon petit rhombe avec du fil coton!

Et ensuite... test!!

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 17 Février 2011 à 20h32
Afin que l'on s'échange facilement des images haute résolution

des vidéos , et toutes sortes de fichiers avec un maxi de 2go

j'ai créer un espace sur dropbox.

ceux du groupe boutard qui n'ont pas reçu le mail dropbox

peuvent m'envoyer un message avec leur mail afin qu ils

puissent accéder eux aussi aux données que l'on veux partager

en commun.

ceci n'est pas un concurent de ZEDICO, simplement un complément.


bien a vous

sourceverte59

Ecrit par: Chercheur Samedi 19 Février 2011 à 20h29
J'ai reçu le mercure aujourd'hui (je pense que c'est bien ça; pas ouvert le paquet; pas eu le temps aujourd'hui, j'étais dans une expérience). Je m'occupe d'ouvrir le paquet demain et de voir comment c'est conditionné. J'ai stocké ça dehors sous l'abri bois dès que c'est arrivé.

On pourra se fixer un RDV Diengard. Si ça tient toujours, on pourrait se voir à Béziers (tu proposais ça entre autres destinations) pour que je te donne le mercure et que tu me prêtes le rhombe, du filet de cuivre et du filet d'argent avec bordures plomb en 12mm des rouleaux en bois et l'alimentation de sourceverte59 que j'ai appelé l'autre jour et qui m'a dit qu'il la prêtait volontiers, pour refaire l'expérience.

Je vais avoir les 2 grands enfants à charge à partir de mercredi prochain pendant une semaine; ma compagne s'absentant avec le bébé (elle part dans sa famille). Donc je ne vais pas aller bien loin en voiture; je dois me déplacer avec eux. Je ne pourrai pas venir avant le week-end prochain en plus car mercredi c'est impossible (ils ont des activités). Bref, on peut se fixer un RDV pour que échanger tout ça samedi prochain par exemple; et Béziers ça me dirait bien si tu peux. Je confirme demain que c'est bien le mercure qui est sous mon abris-bois; mais vu l'adresse d'expéditeur c'est certain.

Ecrit par: DIENGARD Samedi 19 Février 2011 à 22h15
Bonsoir, désolé, mais la semaine prochaine, c’est le salon bio à Nîmes, donc je suis bloqué non stop de mercredi à lundi 28 et mardi, mercredi, je me repose et range le matériel. Là, on commence le mois et demi du gros travail jusqu’à début Avril !
On fait Lyon, mi Mars, après Grenoble et st Raphaël.
Donc, concrètement, rien n’est possible avant mercredi 2 Mars ou jeudi 3 Mars. Ensuite, ce serait le lundi 7 Mars ou Mardi 8. Ensuite, le mercredi 16 Mars ou jeudi 17. Là, je parle pour le contact à Béziers.
Je n’ai pas d’infos, ni de toi, ni de Sourceverte, si tu prêtes ton masque, puisqu’il se proposait de m’aider, ce qui m’allègerait le travail, puisqu’il y a deux bandes ? Donc il faut me le dire, car là encore, il faudra m’agencer avec lui. A bientôt Hadrien NOEL

Ecrit par: Chercheur Dimanche 20 Février 2011 à 10h12
Je peux prêter mon masque, sans souci; mais comme je l'ai déjà indiqué plusieurs fois; et tu n'as pas répondu; le masque sans cartouche ne sert à rien. Et je parle bien d'une cartouche de filtration spéciale mercure car une cartouche pour autre chose (peinture, etc) ne sert à rien.

Je n'ai pas pris de cartouche; j'avais plusieurs fois indiqué des références sur ce qui est à prendre; afin de voir à acheter ça en amont du travail (le temps de commander, que ça arrive, etc). Tu as répondu que tu avais le masque et tout ce qu'il fallait avec (donc la cartouche spéciale mercure) et n'avait besoin de rien. Donc j'ai un masque et des cartouches NBC contre l'antrax et les attaques chimiques diverses qui vont avec mon masque NBC;, mais pas de cartouche mercure.

Aujourd'hui je ne peux pas venir. Comme à partir de mardi je ne vais pas pouvoir et toi pas à partir de mercredi; pour que tu puisses profiter de tes je te propose qu'on se voit lundi après midi si tu peux (donc demain) pour l'échange. Je ne travaille pas le lundi après-midi et ma compagne est encore là pour s'occuper des enfants. Donc si tu peux demain, dis-le moi rapidement. Je peux être sur Béziers à partir de 14h30 et jusqu'à disons maximum 18h30 (si c'était possible plutôt au début d'après-midi ça m'arrangerait, mais bon c'est comme tu pourras). Est-ce que ça serait compatible avec tes horaires?

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 20 Février 2011 à 12h48
Dès que tu as le mercure , et que tu as fixé le jour où tu veux

faire le travail , ok pour venir et t'assister Diengard.

Toutefois pour ne prendre que les risques minima au sujet

du mercure il faut prendre le jour d'avant 20 pillules de chlorella

le jour en question 20 aussi et le jour apres aussi, histoire de

saturé les intestins avec cette algue qui a la propriété de

capturé le mercure et de le sequestré jusqu au moment ou celle ci

sont évacué par les selles.

Bref mettons tout de notre coté en plus du masque ,et le fait de réalise

ça au grand air.

J' aimerais aussi avec ton accord , venir avec un microscope afin

de réaliser des photos haute résolution des frises d'argent afin

de découvrir avec quelle méthode celle ci ont été conçue.

Histoire d'etre capable d'en refaire par nous même.

Et si ton offre d'un des doubles du cahier 12 tiens toujours ça

seras nettement plus agréable a lire a la maison.

Dis moi si il faut ramener quelque chose de précis pour ce moment

de travail, a mon avis il faut une table ou une planche assez longue

sur lequel on peux mettre un film plastique alimentaire par exemple

histoire de ne rien imprégner .

Voilà si tu pense a quelque chose de particulier je suis a ta disposition.


a+






Ecrit par: Chercheur Dimanche 20 Février 2011 à 16h56
C'était bien le mercure que j'ai reçu.

Emballage rembourré du container dans son carton d'envoi:
user posted image

Container plastique étanche avec le flacon lui-même emballé dedans:
user posted image

Et enfin la dose de mercure dans le flacon à l'intérieur:
user posted image

Ecrit par: DIENGARD Lundi 21 Février 2011 à 14h57
Bonjour, excusez-moi d’être un peu décalé pour mes réponses. Comme on a l’achat des cartouches aux normes à faire, plus la difficulté de se transmettre le matériel, au niveau timing, on a du temps pour fixer un rendez-vous, mais dis-moi si tu es libre en semaine ou plutôt que le week-end.

Pour les idées du travail, planche et plastique, c’est bon, pour étendre le mercure, je pense que des petits pinceaux-brosses de peinture devraient bien marcher, ou un bouchon de liège enveloppé d’un tissu coton.

Pour les photos au microscope, d’accord.
Pour l’exemplaire en nombre, que je peux offrir, je parle du texte de brevet, qui comportait les dessins que vous ne connaissiez pas, mais pas le cahier douze.
Donc, pour l’instant, rien de particulier à amener.

Ecrit par: Chercheur Lundi 21 Février 2011 à 22h05
J'ai cherché des cartouches encore moins chères pour les masques aux normes NBC et j'ai pu trouver: elles ont moins d'options de gaz toxiques à filtrer, donc moins chères (nous on s'en fiche, tant qu'il y a l'option filtration du mercure c'est ce qui compte, il faut que ça soit indiqué Hg dans la liste des toxiques filtrés!)

A un prix de 16,70€ TTC c'est très correct.

Voilà le lien:
http://www.camiva-accessoires.com/achat/produit_details.php?id=780

Il ne te reste plus qu'à les commander!

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 02 Mars 2011 à 20h45
As tu des nouvelles de Rivière Diengard ?


a+

Ecrit par: Chercheur Mercredi 02 Mars 2011 à 21h21
Je vois DIENGARD demain pour lui donner le mercure et deux masques à gaz pour déposer le mercure sans danger.
Je récupère le rhombe et des filets (cuivre; argent + plomb) ; l'exemplaire de labo du brevet que je scannerai et ton générateur en prêt, sourceverte59.

DIENGARD m'a dit qu'il commencerait à être dispo pour la prochaine entrevue d'avril à partir du 8 avril; et moi je ne serai plus dispo à partir du 18 avril; donc on pourrait planifier le prochain week-end d'entrevue avec l'idée en tête si possible de faire ça soit le week-end du 9 et 10 avril (mais c'est mon anniversaire le 9 et je suis sûr que la famille voudrait bien que je sois là à ce moment l) ou bien le week-end du 16 et 17 avril qui est le seul qui me serait possible.

Il faut voir ce qui est possible pour vous? (partage, sourceverte59, FLE si tu viens?)

Ecrit par: DIENGARD Mercredi 02 Mars 2011 à 23h42
Il y a eu un quiproquo, avec Rivière, ils m’avaient demandé un échantillon et je leur avais envoyé des photos et les nouvelles dimensions souhaitées ; mais au lieu de me dire tout de suite qu’il voulait quand même un échantillon, ils n’ont rien dit, et quand je les ai relancés, ils m’ont dit qu’ils attendaient un échantillon. Donc c’est en cours !

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 03 Mars 2011 à 06h30
16 et 17 avril c est tout bon pour moi.

il me semble que thx4 etait partant aussi

a lui de dire s il est dispo.

Ok Diengard,




a+

Ecrit par: sourceverte59 Jeudi 03 Mars 2011 à 21h48
tout compte fait pour le We du 16 17

ça va pas etre possible pour moi.

si toutefois la date ne peux etre changer,

j aurais le compte rendu de Chercheur apres .


a+


Ecrit par: Chercheur Jeudi 03 Mars 2011 à 22h39
Il faut que tu puisses être là; donc on va faire ça quand tu peux aussi y être sourceverte59.

Est-ce que chacun pourrait mettre ses week-ends dispos en avril qu'on puisse voir?

Ecrit par: Chercheur Vendredi 04 Mars 2011 à 12h20
Je peux être dispo le week-end du 9 et 10 avril aussi. Je fêterai mon anniversaire le vendredi d'avant. Est-ce que ça irait pour toi? Et ceux qui pensent venir (FLE? partage? thx4 aussi?)

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 04 Mars 2011 à 12h46
c est possible pour moi ces dates du 9 et 10 avril.

reste plus qu a acheter un gateau pour feter dignement

l anniversaire de Chercheur icon_biggrin.gif

Ecrit par: Chercheur Vendredi 04 Mars 2011 à 13h38
Le montage à réaliser est largement suffisant comme festivités icon_biggrin.gif
Bon plus qu'à voir avec les autres si ça va. DIENGARD le premier!

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 04 Mars 2011 à 16h26
Pour moi, c’est bon, je ne serais pas disponible qu’au WE de Pâques, 23-24.

Bienvenue à ceux qui veulent venir, je vous rappelle que j’espère beaucoup que ce soit la bonne, avec le changement de la tresse amalgamée, mais il reste le problème de la dimension des clous caboches. Donc, rien de sûr, non plus !

Ecrit par: thx4 Vendredi 04 Mars 2011 à 19h26
Bonsoir à tous,

Perso c'est 1600 km environ AR, donc il faut au minimum partir vendredi matin et revenir lundi, pour être raisonnable. Nous tentons de nous organiser avec Gegyx pour que ce soit possible, tout seul sur cette distance, c'est pas très marrant. Réponse Lundi journée si tout est ok.

A++

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 05 Mars 2011 à 17h09
je comprend mal ta réponse Diengard,

est tu ok pour le 9 et 10 ?

ou faut t il reporter ?

peut tu me dire quand tu pense amalgamé

les frises .

a te lire


a+

Ecrit par: DIENGARD Samedi 05 Mars 2011 à 18h17
Pour moi, le we du 9, c’est bon.
J’ai questionné la boîte à qui je dois acheter les filtres, pour savoir s’ils correspondent aux masques de Chercheur.
Nous pourrons voir un rendez-vous que lorsque j’aurais les filtres.
Si tu n’es libre que pendant les we, ce serait pour le 19-20 Mars, en espérant avoir reçu les filtres, car je travaille tous les autres we, et ne serait de nouveau disponible qu’au we du 9-10 avril !
Maintenant, si c’est impossible le 19-20 Mars, je ferais le travail seul, pas de problème.

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 05 Mars 2011 à 19h43
ok, j attend ton feu vert pour venir si tu recois

tes filtres pour le masque.

j espère que ça ne va pas etre trop galère a imprégner

avec le mercure , car ce métal a tendance a perler.

Ce qui pourrais etre bien c est de disposer d une seringue en plastique

pour déposer doucement le produit sur la frise.

a bientot j espère



Ecrit par: Chercheur Samedi 05 Mars 2011 à 20h21
Ne faites surtout pas l'erreur de déposer le mercure sur la frise dans le sens d'un dépôt SUR la frise horizontale. Les fils vont baigner dans le mercure et s'amalgamer en profondeur, devenir cassant et tout la frise sera bonne à la poubelle et il faudra de nouveau se procurer du mercure et concocter une nouvelle frise.

Comme déjà indiqué, il faut faire en sorte que le mercure soit en contact en surface et ensuite s'écoule. C'est pourquoi un tamponnage et ceci en disposant la frise de façon que le mercure ne puisse pas rester dessus mais s'écoule vite ailleurs est indispensable. Et il faut récupérer le mercure qui s'écoule. Si en effet j'ai calculé la quantité comme étant plus de 10 fois suffisante pour amalgamer ce n'est pas prévu pour que le mercure soit perdu au fur et à mesure sinon là vous n'en ferez que 10cm de long.

Là aussi si ce n'est pas prévu à l'avance sur le mode opératoire, que vous avisez ça sur place; tout sera fichu irrémédiablement et in devra annuler le RDV d'avril pour faute de frise et de mercure et de devoir tout recommencer.

Je répète: le mercure, en s'amalgamant au fil d'argent produit un composé qui sera cassant et s'effritera au moindre mouvement si l'amalgame s'est sur plus que quelques centièmes d'épaisseur du fil et donc il ne faut surtout pas déposer de mercure en quantité dessus. Pour moi l'idéal est de mettre le mercure par dessous la frise qui serait accrochée de façon suspendue par morceau, de façon que le mercure s'écoule par gravitation en-dessous. Et en-dessous il faut un bac en plastique pour récupérer le mercure et le réutiliser. Et le mercure doit être déposé par-dessous.

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 05 Mars 2011 à 21h00
Donc si j ai bien compris, il ne faut pas chercher a impregner

la frise mais seulement la tamponner et evacuer les éventuel

trop plein de celle ci.

Ca doit juste glisser sur la frise.

J ai bien compris ta mise en garde au sujet du caractère cassant

de l argent s'il on en met trop.

merci pour ces précisions


a+

Ecrit par: Chercheur Samedi 05 Mars 2011 à 22h51
Et surtout faire en sorte que le mercure soit retiré de la frise à peine déposé; par gravitation l'écouler immédiatement, la pellicule restant collée en surface faisant réaction avec l'argent. Oui, sinon tous les fils seront fichus et tout le RDV à annuler pour cause de pas de frise et plus de mercure.

J'ai déjà soulevé la question au début de nos pérégrinations à ces sujets sur la méthode à appliquer. Il ne faut pas improviser ça au dernier moment, sinon comme pour les filtres; il n'y aura pas ce qu'il faut quand il faut et si vous faites quand même en inventant un truc au jugé alors risque de tout bousiller. Donc à réfléchir à un moyen que le mercure fasse un bref passage en surface des fils et soit immédiatement enlevé des fils, qu'il ne reste qu'une pellicule en surface qui soit en contact et réagisse.

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 12 Mars 2011 à 16h52
Bonjour Diengard,

as tu recu les cartouches filtre pour le masque ,ainsi que le mercure ?

est ce toujours ok pour le we du19 ou 20 pour faire l amalgame.

a te lire



ps : que raconte riviere au sujet des clous; ont il donner une reponse

a tes questions ?


Ecrit par: Chercheur Dimanche 13 Mars 2011 à 00h19
Pour ce qui est du mercure, c'est moi qui le lui ai remis (quand il m'a donné le rhombe et ton générateur), tu ne t'en rappelles pas?

Mes masques sont à la norme OTAN 40mm
L'attente pour commander les filtres vient du fait que DIENGARD ne sait pas si les filtres sont à la norme de mes masques. C'est pourquoi je lui ai dit de demander avant d'acheter.. mais il attend une réponse qui n'arrive pas. Il faut prendre le taureau par les cornes: téléphoner!
Les cartouches en question sont ici:
http://www.camiva-accessoires.com/achat/produit_details.php?id=780

Donc pour compenser cet appel pas passable un dimanche,en prenant le temps de faire quelques recherches rapidement, je lis que la norme EN 148-1 est la même que la norme 40 mm, OTAN.
http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBoQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.bestfrance.fr%2Fcontents%2Fproduits%2F01051C015_Fiche%2520Technique.pdf&rct=j&q=otan%2040mm%20en%20148&ei=Cv57Te7yAcG3hQe-n83oBg&usg=AFQjCNGH9ql4LVrEmFwJ2-4We0SUeIlCYw&cad=rja

Et les cartouches à visser qu'ils vendent s'adaptent sur leur masque référencé TR82 comme le suggère la notice technique des filtres qui est commune à celle du masque:
http://www.camiva-accessoires.com/pdf/ARI2.pdf
Là il y a un doute quand même, la notice n'indique pas que tous les filtres vont avec le masque, c'est seulement sur la même page.

Une recherche montre que le masque TR82 est un masque à la norme EN-148-1:
"Le masque complet TR82 possède un raccord fileté standard, conforme à la norme EN 148/1."
comme indiqué ici:
http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=4&ved=0CDAQFjAD&url=http%3A%2F%2Fwww.claire-foncet.fr%2Fcatalogues_web%2Fprotection-respiratoire-masques-complet-faciaux-filtrants-4.pdf&rct=j&q=masque%20TR82%20En-148&ei=nvx7TYGdCsmwhAfrpMD1Bg&usg=AFQjCNGEfgOE0dQ6GD5a41simbN0pxOTWg&cad=rja

Donc CQFD, les cartouches vendues seraient bien à la norme et peuvent être commandées. Toutefois vu qu'il reste un doute sur le fait que la cartouche qui nous intéresse est celle qu'il faut, il faut téléphoner à la société pour connaitre la norme indiquée sur ces cartouches. Il faut urger l'appel et la commande pour que vous vous voyiez le week-end prochain.

Ecrit par: DIENGARD Lundi 14 Mars 2011 à 02h01
J’ai eu la maison Iveco le 9, j’ai passé ma commande. J’attends le colis, mais quand ? Cela ne dépend pas de moi.

Donc, j’espère, le recevoir d’ici vendredi et nous ferons le travail !

Ecrit par: Chercheur Lundi 14 Mars 2011 à 14h45
Si la commande est passé alors super! Tu devrais l'avoir sous peu, c'est du colissimo je pense, non?

Je te rappelle que je t'achète 4 cartouches à titre personnel; ce qui se soustrait à ta commande ayant un montant minimal.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 17 Mars 2011 à 16h28
Bonjour, j’ai appelé IVECO, aujourd’hui, pour les filtres, malheureusement, on n’aura pas les filtres cette semaine, ils n’avaient pas en stock, donc pas avant une semaine.
Cela veut dire que ça reporte le travail à début Avril :
Absent pour salon du 24 au 28 à Grenoble
Rangement et préparation le 29 et 30
Absent pour salon du 31 au 4 Avril à St Raphaël
Si l’on attend la semaine du 5 au 10 Avril, cela décale tout, si l’on veut laisser un temps de séchage. Cela voudrait dire qu’on ferait le deuxième essai vers le WE du 8 Mai.
Si vous estimez que le temps de séchage est suffisant du 20 Mars au 9 Avril, je dois faire le travail avec mon matériel. On ne ferait pas le travail ensemble avec Christian. Soit il ne vient pas du tout, soit il vient et on se relaie pour m’éviter une trop longue séance.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 17 Mars 2011 à 20h35
A mon avis reporter tout en mai commence à allonger la donne. Si on veut avancer... il faut garder notre RDV.

Tu as déjà un masque chez toi avec des cartouches filtrant le mercure adaptées à ce masque. Le masque est un masque demi-visage, qui ne prend que la bouche et le nez, mais ne protège pas les yeux. Avec cela tu peux, à l'extérieur, réaliser l'amalgame. Les filtres IVECO c'est pour mettre sur les deux masques que je t'ai prêté afin de pouvoir faire ça toi et Christian ensembles et protéger complètement (masques complets qui prennent tout le visage).

A voir si vous vous relayez pour faire ça. Mais repousser à mai me semble une moins bonne idée...

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 18 Mars 2011 à 09h22
Bonjour Diengard,

est ce que je peux venir dimanche , car samedi quelqu un viens m aider

pour la terrasse en bois que je construit.

dis moi a quelle heure tu veux que je vienne ?






Ecrit par: DIENGARD Vendredi 18 Mars 2011 à 23h29
Salut Sourceverte, c’est bon pour Dimanche, merci de venir m’aider, si tu veux arriver en fin de matinée, à partir de 11h, on prendra le repas vers 12h30-13h ensemble ;
Sinon, tu peux arriver après, vers 14H-15h. J’aurais peut-être fait une première séance d’amalgame, samedi après-midi, ou dimanche matin ; ou alors, je la ferais lundi.

Ecrit par: sourceverte59 Samedi 19 Mars 2011 à 19h56
ok Diengard, je viens vers 11h comme convenu

et je rapport les gateaux pour le midi.

j espère que l on va pas trop galeré .

a demain



Ecrit par: Chercheur Dimanche 20 Mars 2011 à 19h20
Je viens d'appeler DIENGARD pour savoir comment s'est passé leur session de travail. Le mercure ne mouillait pas et n'imprégnait pas les fibres de coton (ou lin) de la tresse, donc ils ont fait mouiller la tresse sur une goutte de mercure disposée dans une petite coupelle (après avoir observé qu'avec un pinceau utilisé pour étaler le mercure c'était difficile, car pas d'imprégnation pour déposer le mercure).

La même goutte de mercure a suffi à faire le travail des 6,71m de la tresse de mercure sur les deux faces (le ruban utilisé pour le montage Héraklès faisait 6,70m selon mes notes de la dernière fois, donc la tresse est de la bonne ;longueur en effet), sans même perdre de volume. Donc le stock de mercure est quasiment intact. C'est sourceverte59 qui a fait la manipulation.

Mais le hic est qu'il n'y a pas de différence visible sur la surface des fils d'argent à l'oeil nu; ni avec la vue au microscope (sourceverte59 avait amené son microscope et pris des photos de tout ça qu'on aura ici bientôt je pense icon_smile.gif)

Le fait qu'il n'y ait pas eu de changement de la surface signifie qu'il n'y a pas eu d'amalgame. Le mercure devait réagir trop peu vite pour que la réaction se fasse. Ne connaissant pas les temps de réaction je ne sais quoi pronostiquer sur le temps nécessaire au contact. Les amalgames dentaires sont faits par les dentistes avec des métaux en poudre, donc surface de contact énorme et déjà là je ne connais pas le temps de réaction. Je pensais à une réaction rapide en surface; mais cela dépend de la pureté du mercure il semble. Entre 99% et 99,9% la vitesse de réaction est totalement différente.

L'argent amalgamé doit modifier sa structure et devenir granuleux, fissuré; le métal se transforme comme de la poudre en surface, granuleuse. Donc pas de modif de surface )= pas d'amalgame. Du coup il aurait fallu prendre un fil d'argent, tester avec 10sec de mercure dessus, essuyer, regarder au microscope. pas suffisant: on refait avec 30sec, on regarde; pas suffisant 1min, on regarde; et ainsi on trouve expérimentalement un temps qui suffise avec le fil du diamètre qu'on teste et le mercure de la pureté qu'on a à amalgamer. Quand ce temps est déterminé on fait l'opération sur toute la tresse.

Je vais poser la question à mon ami chimiste qui travaille avec des dentistes sur le temps que prend la trituration (en poudre!) pour amalgamer chez les dentistes, ça nous fera un temps indicatif minimum.

Il faudra donc certainement refaire une session amalgame.

Pour info, une vidéo que j'avais déjà postée auparavant:


On y voit l'amalgame d'une plaque d'aluminium par du mercure. On voit l'amalgamage en profondeur. Evidemment nous on veut avoir ça sur une pellicule de surface de quelques micro mètres seulement. La vidéo est un accéléré de réaction qui se passe sur 2 heures en temps réel.

Pour amalgamer une faible surface il faut forcément moins de temps... mais ça dépend aussi de la qualité du mercure et avec l'alu et l'argent la réactivité n'est pas la même.

Ecrit par: Chercheur Dimanche 20 Mars 2011 à 19h39
Le mercure peu concentré n'est quasiment pas toxique par toucher sur la peau; mais le mercure à haut degré de pureté l'est à un point mortel. Le toxique assez pur pénètre la peau au contact et rentre dans le corps, provoquant des pathologies graves. Il faut le manipuler ABSOLUMENT avec des gants étanches.

Dans tous les cas, le mercure reste plus dangereux par voie respiratoire même si il n'est pas très pur. Quand on le chauffe bien sûr il l'est plus encore; mais sachant qu'il s'évapore à température ambiante déjà; les masques sont importantes (avec filtre à mercure).

Une vidéo d'attaque de mercure avec de l'aluminium, en accéléré aussi (temps réel: 30min):


Avec de l'argent; mais on ne voit que le résultat en cours de route sans temps de réaction indiqué:

Ecrit par: sourceverte59 Lundi 21 Mars 2011 à 19h43
>Slt a tous,

rien a ajouter a ce qui est dit , les 50 minutes consacrées a amalgamé

la frise recto verso ne me paraisse pas avoir été concluant.

j ai mis sur dropbox les photos haute résolution , Pascal les mettra sur

zédico si il le souhaite.

les documents que m'a remis Hadrien sont aussi sur dropbox .

J ai eut un super accueil de Hadrien et Elianne, j espère que Pascal

va avoir des infos de son ami chimiste pour effectuer un travail plus

efficace que dimanche.

pour moi il n y a rien de probant.en l etat je vois pas l'interet de remonter

l appareil si ce détail d importance n est pas solutionné.

pour répondre a Pascal a sujet de la frise il me semble qu il s'agissait de la

frise que nous avons mis sur le rhombe , mais peut etre que Diengard le sait

mieux que moi .


a+




Ecrit par: Chercheur Lundi 21 Mars 2011 à 22h11
Si c'est la frise de la dernière fois alors le travail a été fait pour rien. Il faut amalgamer sur du fil d'argent vierge. Il y avait une frise en beau fil d'argent vierge; on l'avait vu la dernière fois, là je ne comprends pas.

Elle avait quelle couleur la frise sur laquelle vous avez travaillé?
Celle de la dernière fois était grise foncée et terne, pas du tout brillante; fils super granuleux:
user posted image

En regardant les photos haute résolution que tu as de tes fils j'ai l'impression de voir du granuleux de surface; mais plutôt du piqué de fissurage de vieillesse et de l'oxydation plutôt que du fil amalgamé, c'est quand même assez brillant gris; mais il faudrait une photo d'ensemble pour comparer et dire. je me rappelle de granuleux en gros grains et de fils sombres, pas gris brillants au microscope de poche.

L'autre frise, celle que vous auriez dû amalgamer était en fil d'argent bien brillant clair, argenté classique.

Est-il possible de savoir sur quelle frise vous avez travaillé; pas possible de continuer sans avoir l'info principale!!??

Ecrit par: Chercheur Mardi 22 Mars 2011 à 11h26
Bon sourceverte59 m'a répondu que la frise utilisée était celle qu'on avait montée la dernière fois. Forcément donc ça n'a servi à rien, c'était déjà amalgamé.

On ne risque pas de savoir si le temps d'exposition était suffisant... vu que la réaction n'était pas possible.

DIENGARD était sensé avoir une frise en argent prêté à être amalgamée, au final; tout ce temps, la commande de mercure, les masques etc pour rien car en fait il n'y a aucune frise adéquate à amalgamer. Donc résultat zéro, avancée zéro.

Sans frise à amalgamer pas le peine de chercher à faire un amalgame!

Ecrit par: DIENGARD Mardi 22 Mars 2011 à 11h57
Rassures-toi, Chercheur, le père Noël n’est pas que dans les étoiles, nous avons utilisé la tresse prévue depuis le début. Je pense qu’il y aura eu une réaction, puisqu’il y a eu contact pendant « X » secondes, des deux côtés. L’autre tresse est restée montée et n’a rien à voir. Celle que Sourceverte a faite, mesure 6m70, avec ses deux conducteurs à chaque bout en plus, d’au moins 50cm.
La troisième tresse qui mesure seulement 5m83, sans montage de tresses conductrices, est la plus claire, la plus brillante et n’a probablement pas servi du tout. C’est une de secours qui sera utilisée, quand on connaîtra mieux la manipulation à faire avec le mercure. Sa taille devrait être suffisante d’ailleurs, puisqu’il est question de ne pas descendre au fond du bol.
Maintenant, personne ne sait combien de temps doit-il se passer pour constater des effets visuels, ne sachant pas non plus le temps d’imprégnation que nous aurions dû respecter. Il vaut mieux avoir fait peu, voir, trop peu, que trop ! Donc, en attendant, le WE du 10 Avril, il serait souhaitable d’en savoir plus, sur le temps idéal d’imprégnation, pour une réaction, mais limitée. Selon ce que nous pourrons observer au microscope Samedi 9, nous repasserons la tresse au mercure, ou pas.
Si nous avons obtenu des renseignements, nous pourrons les appliquer.

Ecrit par: Chercheur Mardi 22 Mars 2011 à 12h42
Alors moi je n'y comprends plus rien: c'est la tresse qui était déjà montée qui a été réamalgamée ou une des autres tresses (qui elles étaient non amalgamées)?

Ecrit par: Chercheur Mardi 22 Mars 2011 à 22h12
Ma question à mon ami chimiste:
Citation (Chercheur)
J'aurais quelques questions à poser à un spécialiste du mercure que tu es.
On a voulu amalgamer de l'argent avec du mercure; mais l'amalgame semble
ne pas s'être produit; par faute de temps de réaction suffisant.
Qu'est-ce que tu sais des temps de réaction avec le mercure, qui
pourraient nous servir de temps indicatif. On chercher à amalgamer des
fils d'argent de 0,2mm de diamètre, donc assez de surface de contact et
pas trop de masse. je suppose que vous amalgamez en poudre en
dentisterie, mais si tu as des temps indicatifs déjà ça aiderait.

Autre question: les amalgames qu'on souhaite réaliser doivent aussi dans
une autre expérience: amalgame (d'argent ou) de fer à l'étain.
L'inventeur qui a travaillé sur les expériences qu'on cherche à
reproduire parlait d'amalgame à l'étain; pour amalgamer ensuite de
l'argent.? Connais-tu une technique qui consiste à créer un amalgame
entre mercure et étain et qui permette de créer un bain qui s'amalgame
ensuite avec (de l'argent ou) du fer?

Merci pour tes informations précieuses à ce sujet.


Sa réponse:
Citation (chimiste)
Je ne suis pas un spécialiste du mercure. Mais en ce qui concerne la préparation des amalgames dentaires, je sais que les dentistes urtilisent une poudre contenant les métaux adjuvants : Ag, Cu, Sn, Zn, et mercure... auxquels ils ajoutent du mercure liquide ( 51 % de la masse)  en triturant le tout.
Il va de soi que si l'on essaie d'amalgamer de l'étain ou de l'argent sous forme de barreaux ou de granulés, le mercure va se fixer en surface et ne pénétrera pas en profondeur. C'est la raison de l'utilisation de la poudre.
C'est tout ce que je puis dire. Les expériences sont à réaliser mais je me refuse de le faire sans hotte adéquate (filtre au charbon).
Bien à toi,


Donc il n'a pas d'élément de réponse à nous fournir sur les temps de r"action.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 24 Mars 2011 à 13h10
Bonjour, sans trop d’explications, Rivierre m’a renvoyé mes trois échantillons, camion, croissant et caboche, me disant ne pas pouvoir faire ce travail !!! Mystère ! Ils avaient pourtant fourni des clous caboche en cuivre, en échantillon, en 1980, à notre demande, qui, à quelques millimètres près, étaient ce que l’on cherche !!!
Je relance d’autres recherches, nous avons le temps et du matériel pour obtenir des premiers résultats.
J’ai envoyé des mails aussi pour trouver quelqu’un qui pourrait nous renseigner ou amalgamer les frises d’argent.
Sourceverte, j’ai demandé à mon beau frère de vérifier au Ohmmètre la bonne conductivité des tresses d’argent que tu as revu ; résultat positif ! très bonne conductivité, c’est bien de l’argent.
Enfin, Chercheur, je pense que tu as fini par y voir clair, au sujet des frises, mais, au cas où :

Les frises sont donc les tresses de fils d’argent, tressées en même temps que des fils coton, façon passementerie.
Depuis le début, nous avons trois frises :
La première, c’est celle que l’on a montée à notre première réunion, la plus étroite, la plus vieille, usée, avec ses conducteurs à chaque bout, dont vous espériez qu’elle marcherait, parce qu’ayant déjà servi, et donc, probablement amalgamée et qui est restée montée sur l'axe.
Les deux autres, apparemment neuves belles, brillantes, larges comme il faut, sont quasi identiques, mais différentes quand même.
Je vais donc appeler, seconde, la plus longue, 6m70, déjà montée avec deux tresses conductrices à chaque bout. C’est cette tresse que Sourceverte a amalgamé, et, constatant qu’elle était déjà appareillée de ses conducteurs, j’ai fait la remarque à Sourceverte, qu’elle avait peut-être déjà servi, et, bien qu’étant quasiment aussi brillante que la troisième, on pouvait penser qu’elle avait déjà été amalgamé.
Enfin, la troisième frise est légèrement plus courte, 5m83, mais pouvant sûrement servir aussi, si l’on calcule qu’il y a au moins deux tours de spire en moins, puisqu’il est question de s’arrêté au bord du bol. Elle n’a pas de conducteurs à chaque bout et paraît être la plus neuve, brillante, non amalgamée.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 24 Mars 2011 à 14h48
Ok, très clair. Donc le travail effectué ne l'a pas été pour rien; vous avez essayé d'amalgamer la frise qui était prévue pour ça (une des deux restantes) contrairement à ce que j'avais compris initialement.

Donc il faut tester avec un fil d'argent à tremper dans le mercure et regarder au microscope (de poche ça suffira) pour voir si l'amalgame s'est fait. La tresse initiale, restée sur le montage donc, la vieille étroite, est clairement amalgamée: la surface si tu la regardes au microscope te parlera. Je l'avais regardé au microscope et vu que la surface était faite de grains sombres, comme si la surface du fil était faite de grains de sables noirs collés les uns aux autres; trace de réaction avec le mercure.

Donc il te faut prendre 2h de temps pour tremper 1cm de fil dans du mercure (une goutte séparée du reste pour ne pas polluer le mercure) disons 30sec et regarder la surface (au microscope); refaire 1min, regarder, augmenter le temps jusqu'à ce que la surface soit visiblement transformée identiquement à ce qu'on peut voir sur la vieille frise étroite; c'est clair à voir. Une fois le temps expérimental déterminé (somme de tous les temps d'exposition cumulés), il faut refaire une deuxième fois avec le même temps et un nouveau fil pour vérifier et faire faire le travail à la tresse entière avec le même temps de contact pour chaque zone de la tresse.

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 24 Mars 2011 à 17h21
Le problème, c’est que je n’ai pas de microscope.
Es-tu persuadé que la réaction est immédiate et pas avec le temps ?
Es-tu persuadé que le résultat est immédiatement visible et pas avec le temps ?

Si l’on fait le test que tu dis en comptant sur une réaction immédiate et visible, peut-être que cela pourrait être de trop et que la tresse se dégrade plus vite.

On n’a aucune information de Louis Boutard, je préfèrerais attendre encore de recevoir des infos professionnelles et sinon, il sera encore temps de refaire de l’amalgame, avant ou pendant notre deuxième séance de travail.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 24 Mars 2011 à 21h28
Quand la réaction est faite elle est visible immédiatement, pas après... c'est le principe d'une réaction. Ce qu'on ne sait pas c'est combien de temps ça prend à se faire la réaction; d'où des expositions de temps prolongé à faire pour déterminer expérimentalement le temps nécessaire; à défaut d'avoir des temps indicatifs pour nous aiguiller.

A attendre des réponses de X ou Y on finira par n'avoir rien fait pour avancer le projet avant l'entrevue; on aura la même chose qu'au moment où on est parti la dernière fois.

La tresse ne se dégrade pas spécialement plus 2mois après amalgame ou 2 jours après. La différence de travail dans le temps du matériau, comme tous les matériaux, c'est des dizaines d'années d'oxydation et craquelure par les différences thermiques, le pliage, etc. L'amalgame réalisé au départ a les mêmes propriétés maintenant qu'auparavant; celui de la tresse étroite.

Il n'y a que l'état de surface qui est abimé par l'oxydation et l'état des fils cassants qui sont cassés par les manipulations avec les années... parce que côté amalgame, c'est le même et je pense fortement comme déjà dit au début que ça ne changera pas grand chose... sauf si l'oxydation de surface pose problème au phénomène.

Ecrit par: Chercheur Vendredi 25 Mars 2011 à 11h57
Pour ce qui est d'un microscope de poche, qui suffit largement à voir si le fil est modifié en surface ou pas; cela s'achète à Nature et Découvertes pour pas cher.

Celui que j'ai (13,50€):
http://www.natureetdecouvertes.com/cadeau-ideal/astronomie-et-microscopie/microscope-et-loupe/microscope-de-terrain-lumineux-30x-40102350

user posted image


Un autre du même genre (7,95€):
http://www.natureetdecouvertes.com/cadeau-enfant/jeux-jouets-6-10-ans/observer-la-nature/microscope-mini-zoom-30128870

user posted image

A Montpellier par exemple, près de chez toi, il y a deux magasins Nature et découvertes:
1 r Pertuisanes; tél: 04 67 20 20 03
pl Odysseum; tél: 04 99 13 68 50

Il suffit d'appeler pour savoir si ils l'ont en magasin (sur le magasin en ligne c'est épuisé) et d'y aller.

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 25 Mars 2011 à 12h43
Pour le microscope, je vais m’arranger, pour l’instant ceux que tu proposes ne sont pas disponibles non plus, ni à Nîmes, ni à Montpellier.

Est-ce que, éventuellement, Sourceverte serait près à revenir avec le sien et qu’on fasse le travail que tu nous suggères ?

En effet, nous avons la très mauvaise surprise que nos deux WE salons qui devaient se faire, sont annulés. Je vous passe le pourquoi et nos problèmes, le résultat est que je suis libre pour faire ce travail, seul ou avec Sourceverte, samedi ou dimanche qui vient.

D’autre part, n’étant pas occupé le WE du 2 et 3 avril, j’aurais préféré que notre seconde séance se fasse là, car comme Chercheur, nous avons une réunion de famille, pour un anniversaire le WE du 10 Avril.

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 25 Mars 2011 à 14h39
C est ok pour venir ce dimanche si tu veux.

par contre j 'arrive vers 14 h si ça te va.

on fait des tests sur des fils nu avec different temps d exposition

et selon le temps qu il nous reste , l 'on étame la frise

ou toi tu le fait plus tard .

par contre dimanche c est la pluie, ça va être moins aisé que la

dernière fois.

Confirme moi si ça te convient comme ça .

a+

Ecrit par: Chercheur Vendredi 25 Mars 2011 à 15h24
Je ne serai pas disponible pour venir le week-end du 2-3 avril; ayant déjà pris des dispositions pour venir le week-end du 9-10 avril et reporter des choses prévues à ce moment là.

Je peux essayer de re reporter au week-end du 9-10, mais c'est sans certitude, et il faudrait que ça soit sûr comme date car je ne peux re re changer des choses qui ne dépendent pas que de moi ensuite.

Ecrit par: Chercheur Vendredi 25 Mars 2011 à 15h31
On m'a suggéré que certaines qualités de fil d'argent contiennent un anti-oxydant qui pourrait ralentir ou empêcher l'amalgame avec le mercure (je ne sais pas dans quelle mesure cela empêche ou pas la réaction d'amalgame; aucune idée; et ni si il y a antioxydant ou pas dans le fil de la tresse).

Donc il faudrait mener un test avec du fil d'argent pur. Je sais que sourceverte59 a du fil d'argent pur chez lui, quelques centimètres ça irait bien. Et une fois trouvé un temps qui marche avec ce fil là; faire un test avec un centimètre de fil de la frise d'argent voir si ça marche aussi bien. Si jamais ça ne marchait pas avec la frise alors que ça marche avec le fil de sourceverte59 cela signifierait que le fil d'argent de la frise contient un agent chimique (antioxydant) qui empêche l'amalgame de réussir; on serait fixé là dessus.

Donc faire les tests d'essai avec du fil d'argent dont on connait la qualité; celle de la tresse étant de qualité indéterminée.
Et surtout commencer par regarder la surface du fil AVANT de commencer l'expérience et comparer avec la durée d'exposition augmentant.

Comme j'ai pu constater que les réactions se produisaient massivement en 30min sur de l'aluminium brut en profondeur, cela signifie qu'il faudra beaucoup moins que 30min pour avoir un résultat de quelques centièmes de mm d'épaisseur sur le fil d'argent. A la louche le temps indicatif de réaction peut être de l'ordre de quelques minutes; je dirais 5min à titre de jauge indicative au maximum.

Gegyx m'a déjà indiqué par MP que lors de son amalgame dentaire fait chez son dentiste, ce dernier a trituré la mixture avec le mercure 30sec environ. Là c'était du métal en poudre, donc plus grand contact; mais ça donne l'idée que le temps d'exposition ne sera pas long. ça ne dépassera pas quelques minutes à mon avis si ça devait se prolonger.

Ecrit par: Chercheur Vendredi 25 Mars 2011 à 17h17
Pour l'aluminium par exemple; l'oxyde d'aluminium qui se forme naturellement à la surface e l'aluminium empêche toute réaction de l'aluminium avec le mercure. Il faut rayer l'aluminium ou le percer, le râcler pour exposer de l'aluminium brut au mercure pour que la réaction dé"marre (le mercure ronge l'aluminium dans la brèche qu'il se fraie dedans au fur et à mesure).

Il se peut qu'un anti-oxydant déposé en surface des fils ou même que l'oxyde d'argent naturel fasse le même effet de frein et qu'il faille utiliser de l'argent bien brossé et clair (ou neuf).

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 25 Mars 2011 à 18h25
Sourceverte, si tu as du fil d’argent, avec la dose de mercure que je t’ai confié, tu peux peut-être faire le premier test de la durée nécessaire, avec une protection maximum sur le nez, style foulard plus coton, mais si tu veux assurer, tu reviens dimanche, 14-15h. La météo ne nous empêchera pas de faire le travail, soit à la serre, soit au rez-de-chaussée. On aura toujours le problème de ne pas pouvoir faire du travail ensemble, je n’ai toujours pas reçu les filtres !?

A part le fait de te recevoir, je serai peut-être avec ma famille, l’un n’empêche pas l’autre ! Si le second test, sur la frise est assez rapide, tu referas l’amalgame de celle que tu as déjà faite, en vérifiant avec ton microscope, sinon je la ferais le lendemain.

Pour la seconde séance, l’essentiel est de récupérer l’alimentation de Sourceverte. Vous connaissez notre possibilité actuelle d’hébergement, pour la nuit du samedi au dimanche : le mobil home, pour trois personnes ; on peut assurer une ou deux places de plus, maximum, sinon, il faut venir avec camping-car ou tente.

Je souhaite nettement le WE du 3 Avril, mais si cela ne fait pas l’unanimité et que c’est trop compliqué pour toi, Chercheur, ce n’est pas grave, peut-être ne serais-je pas là, tout le temps avec vous, le WE du 10, mais ce n’est pas indispensable.

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 25 Mars 2011 à 19h05
l AMPOULE QUI CONTIENT LA GOUTTE DE MERCURE EST RESTEE

CHEZ TOI DIENGARD ,

AUTREMENT CA AURAIS ETE PLUS SIMPLE JE FAISAIS LES ESSAIS ICI

ET JE TE DONNAIS LES TEMPS D EXPOSITION APRES.

JE VAIS JUSTE VENIR POUR LES ESSAIS SUR UN DES FILS DE TA FRISE

LE FIL QUE J AI ET QUI EST PUR A 99,99 % ON VA COMPARER

ET ENSUITE JE REPART CHEZ MOI.

iL TE RESTERAS LE PLUS IMPORTANT , ETAMER LA FRISE.

J 'ARRIVE APRES 14H .

A+

Ecrit par: Chercheur Samedi 26 Mars 2011 à 16h57
De mon côté je ne pourrai pas changer la date au final; donc ça serait bien que ça reste au week-end prévu initialement, c'est à dire 9-10 avril.

Sinon qui prévoit de venir?
sourceverte59
partage
Chercheur

et d'autres? (FLE, thx4, Gegyx, ... ont-ils pris contact pour venir?)

Selon le nombre on regarde si il faut un camping car sur le terrain.
Je n'ai pas de camping car...

Ecrit par: thx4 Samedi 26 Mars 2011 à 18h06
Bonjour à tous,

Non nous n’avons pas pris de contact direct avec Hadrien, depuis nôtre intention de venir vous voir, écrite dans ce forum.
Gegyx (je parle pour lui et moi) nous en avons parlés très récemment, nous avons pris beaucoup de retard sur la compréhension de LB, et ont c’est demandés si nous serions vraiment utiles (pour l’instant), et en plus si ont ne comprend pas bien ce qu’ont fait. L’expérience est vraiment trop sérieuse. Comme écrit à Pascal, nous aurons l’occasion de se rencontrer cette année sur LB ou autres expériences…Mais pas ce weekend-ci.

Gegyx et moi nous bossons sur l’écran (tu vois Chercheur ; il ne faut pas désespérer totalement du thx4 icon_biggrin.gif) sur une idée multicouche de Gegyx, nous en reparlerons, je bosse sur le testeur, et Gegyx fait l’inventaire des composants, donc très occupés.
Bon courage à tous, et tenez nous informés de vos travaux comme nous des nôtres.

A++

Ecrit par: Chercheur Samedi 26 Mars 2011 à 19h10
Ah mais je ne désespère pas de vous. Vous faites partie du petit cercle de personnes rares sur ces forums; avec la plupart de ceux qui sont dans la zone privée en fait aussi; à faire des choses pour avancer les idées quel que soit leur sujet de prédilection expérimental.

Je désespère de la masse des lecteurs qui viennent sur les forums pour lire et picorer sans jamais rien faire par eux-mêmes; pas de ceux qui comme toi, Gegyx, Biganos, sourceverte59, etc font des choses concrètes.

Je vous souhaite bonne chance pour les tests d'écran!

On se verra à une autre occasion.

Ecrit par: Chercheur Dimanche 27 Mars 2011 à 20h55
sourceverte59 a bien travaillé avec DIENGARD cet après-midi.

Ils ont d'abord fait des tests sur les fils d'argent pur que sourceverte59 avait amené.

Exposition au mercure=30sec au total:
user posted image

Exposition au mercure=1min au total:
user posted imageuser posted image

Exposition au mercure=1min30sec au total:
user posted image

Exposition au mercure=2min au total:
user posted image

On voit les mêmes cristaux blancs apparaître que pour la vidéo d'amalgame avec aluminium. Ces cristaux se détachent normalement. La surface a donc été attaquée au niveau des zones de formation des cristaux; l'amalgame a fonctionné.

Ensuite vient le tour du fil d'argent de la frise de DIENGARD qui a été amalgamée dimanche dernier.

Avant de commencer l'expérience:
http://www.casimages.com

Après amalgame de durée de 3min:
user posted imageuser posted image

On voit que là aussi l'amalgame a fonctionné; les cristaux se forment.
Donc aucun souci avec la qualité de l'argent des fils de cette frise; preuve par l'expérience!

La durée d'exposition n'a pas été testéé au-delà de 3min. On a pas mal de zones attaquées. Impossible de savoir jusqu'où cela continue dans le coeur du fil (les zones d'entrée sont ensuite des points d'où la réaction ronge le fil vers l'intérieur). Cette durée d'exposition semble pas mauvaise. On pourrait essayer plus, jusqu'à 5min et tester la cassabilité du fil; mais comme point de départ c'est pas mal. Mais ça peut se tester aussi avant.

Donc il reste maintenant à faire un travail long et fastidieux: amalgamer toute la frise en laissant opérer l'amalgame pendant x minutes (3 ou 5); sachant que l'amalgame se fait morceau par morceau; cela va prendre du temps pour faire les 7 mètres. ça va rappeler mon travail de fourmi à coudre sur le rhombe, mais en beaucoup moins long quand même.

Courage DIENGARD, je suis de tout coeur avec toi pour ce travail de fourmi qu'il reste à mener afin de tout amalgamer. Reste à voir si tu veux faire un essai à 5min et voir si le fil (après 15min de repos, car la réaction continue dans le coeur) n'est pas cassant, auquel cas on peut allonger l'opération pour l'améliorer encore. Ensuite il faut tout amalgamer; pour qu'on puisse faire le montage dans 15 jours.

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 27 Mars 2011 à 21h02
Chercheur va passer un post au sujet des essais d amalgame

sur les differents sorte de fils d argent .

Je tenais a montrer de nouveau un echantillon de la tresse

moderne en argent que possede Diengard et qui semble

idéale pour le montage hercule .

en photo 2 la vue au microscope

user posted imageuser posted image

Ecrit par: sourceverte59 Dimanche 27 Mars 2011 à 21h08
Pour répondre au Post de Chercheur je vais tester un fil de la tresse

a Diengard avec un temps d expo de 5 min pour voir si le fil d argent ne se

dégrade pas trop.

j essaye de faire ça assez vite pour que Diengard puisse se lancer

dans son ouvrage dès que possible.

a+

Ecrit par: sourceverte59 Lundi 28 Mars 2011 à 18h17
resultat avant et apres 5 min au mercure d un des fils de la tresse de

Diengard.

là c est amalgamé , trés évident , bon contraste.

user posted image

apres

user posted image

voila , ya pu ka

5min ça semble idéal, le fil reste souple et en état

Ecrit par: Chercheur Lundi 28 Mars 2011 à 21h40
Nickel. C'est bien comme apparence de surface: tu as plein de zones d'amalgames. Au niveau microscopique ça va super bien conduire le courant (l'amalgame conduit mieux le courant que le métal d'origine).

Comme tu le dis, il n'y a plus qu'à. Donc DIENGARD, à toi de jouer maintenant; il faut y passer les heures. On pourra ainsi monter la frise dans 15 jours.

Eventuellement ça serait pas mal de faire chauffer la frise dehors pendant quelques temps (quelques dizaines de minutes) avec un feu DOUX (pour ne pas faire cramer le lin ou le coton, ni fondre) pour faire évaporer le mercure piégé qui reste dans les crevasses du fil d'argent et non amalgamé; qu'on ait une frise sécuritaire. Comme ça même si ça aura séché peu de temps; ça sera quand même nickel. mais bon ça c'est après le travail de fourmi à faire maintenant.

Ecrit par: Chercheur Mercredi 30 Mars 2011 à 11h20
En relisant les brevets dans leur version originale; j'ai relu des choses qui m'ont donné une idée sur une des raisons possibles de l'échec des manipulations sur Héraklès.

En effet on lit dans le brevet:

page 6 brevet original manuscrit:
Citation
On a donc trois circuits de 3 forces magnétiques dont les fluides doivent toujours circuler sous de la laine, poil ou autre de même nature, isolants magnétiques, à l'abri de toute lumière. Les deux extrémités de chacun de ces circuits viennent plonger au milieu d'éprouvettes...


page 5 brevet original manuscrit:
Citation
Soit donc un conducteur électrique inducteur (...) Ensuite pour conducteur des induits magnétiques une chainette de fils d'or (...) fixée sur des lanières de cuir enroulées en hélice autour du conducteur électriques inducteur (...) L'ensemble, bien protégé par une spire de laine qui abrite et isole la frise d'or est alors enroulé (dextrogyre par exemple boréal=sud à l'entrée du courant) sur le bois de la toupie servant de moule...


On voit donc très bien qu'il est indiqué (et c'est ce que j'avais fait pour mes montages rhombes précédents) que les conducteurs magnétiques DOIVENT ETRE ISOLES sous un matériaux qui isole des flux magnétiques. Il est cité laine, poil ou autre. Dans "autr"e on trouve les éléments en fin de brevet: cuirs, peaux, parchemins, cheveux, crin, duvet de plumes, etc dans la partie 5°) de la page 11 du brevet original manuscrit.

Je me demandais depuis ces 15 derniers jours pourquoi il est indiqué de la laine pour isoler dans les rhombes et que c'est très important, c'est souligné, il est indiqué aussi que cela doit être abrité de la lumière (ce qui est fait par l'abri en laine aussi, mais sera mieux fait avec un abri opaque, sinon il faut expérimenter dans le noir) et pourquoi on ne voit plus rien de tout ceci dans les montages Héraklès, amplificateurs à croissants etc. Cela posait un souci de cohérence; surtout que lorsque c'est écrit, c'est souligné comme capital.

Eh bien voilà une cause MAJEURE possible d'échec du montage Héraklès; parce que si il avait en effet était monté comme préconisé d'origine on aurait eu une réplique exacte et qui ne pose aucun problème parmi tous les problèmes qu'on rajoute en faisant des modifications non contrôlées.

Justement qu'est-ce qui est indiqué dans le montage Héraklès: l'inducteur et l'induit sont séparés par un ruban de soie et le tout est ENFERME dans une trépointe de cuir avec les caboches dont les têtes sont dedans aussi et sortent piquées par des trous. Le tout constitue donc un recouvrement en CUIR qui fait partie de la liste des isolants magnétiques comme la laine, et le cuir est de plus bien opaque et épais, mettant le tout dans le noir. Et voilà, en fait ils font bien la même chose... sauf qu'en faisant tout adapté, le montage Héraklès actuel ni n'isole du noir ni n'isole magnétiquement les induits; donc 0 respect de cette information.

Donc il faudrait en l'état actuel (l'idéal étant bien sûr de faire le montage identique à l'ORIGINE...) emballer les spires Héraklès sous de la laine; et pas du synthétique, de la vraie laine. De plus il faut rendre tout le montage opaque à la lumière et comma la laine ne sera jamais assez opaque, il faudrait ajouter avant de placer la laine cousue sur tout ceci, un ruban de coton pur noir ou très sombre qui va plonger dans le noir l'induit qui passe dedans. Evidemment ça va être difficile; ce qu'il va falloir faire, c'est piquer les caboches dans le ruban et coudre le ruban tout autour de l'induit amalgamé et mettre la laine avec cousue sur le ruban. Un gros travail long puisqu'il va falloir piquer les 1200 caboches et coudre tout ceci à la main (à la machine pas possible). Des heures de travail de patience; et se procurer le matériel AVANT. Le ruban coton en mercerie c'est facile, la laine à feutrer je crois que ça s'appelle comme ça c'est plus dur, j'avais dû le commander à une grosse mercerie (celle de ma ville n'en a pas)

Il faut donc se procurer ce ruban de coton et de la laine (pas un fil comme j'ai, mais à fourrer) pour coudre tout cela pour la prochaine expérience.

De mon côté j'avais acheté un ruban de coton pur en couleur bleue marine foncée pour mon montage rhombe et comme je n'ai pas de caboches à piquer dessus, ça sera bien plus simple!

Plus on adapte, plus on ajoute des problèmes auxquels on ne pensait pas, et il a fallu quelques mois pour que cette idée germe...

Ecrit par: quartz Mercredi 30 Mars 2011 à 11h47
La tu te trouve confronté à des problèmes pures de recherches et développements.
On tartouille, on merdouille, on tourne autour du pot, jusqu'au moment ou on localise l'élément déterminent le fameux, éléments déterminant.
Une fois que tu le maitrise tu t’aperçois que tu peux faire un peu n'importe quoi du moment que tu respect SE point essentiel, ça fonctionne.
Tu semble avoir mis le doigt dessus ou au moins sur deux des ...

Bravo pour ça

Ecrit par: thx4 Mercredi 30 Mars 2011 à 12h51
Citation (quartz @ Mercredi 30 Mars 2011 à 11h47)
La tu te trouve confronté à des problèmes pures de recherches et développements.
On tartouille, on merdouille, on tourne autour du pot, jusqu'au moment ou on localise l'élément déterminent le fameux, éléments déterminant.
Une fois que tu le maitrise tu t’aperçois que tu peux faire un peu n'importe quoi du moment que tu respect SE  point essentiel, ça fonctionne.
Tu semble avoir mis le doigt dessus ou au moins sur deux des ...

Bravo pour ça


Salut
100% d'accord avec l'ami Quartz sur le Bravo aussi icon_smile.gif

A++

Ecrit par: Chercheur Mercredi 30 Mars 2011 à 13h20
Tu sais, si on fait la liste de toutes les choses sont l'analyse montrent qu'elles ne sont pas respectées, il y a:

1)Cylindre de diamètre moitié du bol amenant les filets posés dessus à ne pas être en zone N. Ceci peut ou pas poser des problèmes selon que les atomes vont se diriger en zone N en étant interceptés et attirés sur la frise (auquel cas pas de problème) ou poser problème si l'attraction vers la zone N est supérieure à l'attraction de la frise.
On a vu que sur 2 versions dessinées dans le volume 2; l'un des deux respecte la vraie zone N et l'autre pas.

2)Fil d'enroulement haut et bas avec gaines plastiques au lieu de gaine coton. Si on lit les prescriptions de Reich sur l'orone (=aether statique) on voit que certains composés des plastiques créent des effets d'excitation et de perurbation de l'orgone et c'est pourquoi il sont mentionnés comme interdits dans les montages à orgone.

3)Frise zoophore qui est très oxydée et le pouvoir d'attrait de surface de l'amalgame peut être très (trop) faible et empêcher le fonctionnement (surtout avec la zone N pas respectée, si pas assez d'attraction pour intercepter les atomes). Ceci est réglé avec une nouvelle frise amalgamée.

4)Enroulement de la frise ne devant pas descendre dans le bol; pas respecté. Ceci sera réglé au prochain montage.

5)Caboches dont l'équilibre de masse tête/pointe est faux; et de plus les caboches sont indiquées en fer doux; pas indiquées étamées. On ne sait pas dans quelle mesure l'étamage va produire un effet d'attraction de l'aether trop important, tendant à retenir trop fort les Pi dans la caboche plutôt qu'à les laisser être attirées par les flux des inducteurs de cuivre qui vont tirer dessus. Quand à l'équilibre mauvais, même chose.

6)Le point que je viens de soulever sur l'isolation magnétique pas faite ni opacité.

Comme je l'ai dit depuis le début, on ne se permet aucune modification dans un montage qu'on reproduit; sauf si on comprend totalement le fonctionnement et les raisons de chaque élément. Je n'ai toujours pas la prétention de dire que j'ai compris, loin de là, les tenants et aboutissants; ici tout a été modifié (matériel provenant du labo Hatinguais qui n'était pas utilisé originellement pour Héraklès: le bol, le cylindre les caboches, rien ne correspond on le sait au montage d'époque). Donc on ne fait que bricoler un montage dont les sources d'erreur sont multiples. Il n'y aura de cesse d'avoir des soucis.

Ecrit par: quartz Mercredi 30 Mars 2011 à 13h31
Oui je comprends ta position devant l'ampleur de la tâche et l'incertitude constante quand à la technologie.
Je t'ai déjà fait par de ma position vis à vis de cette étude il y a bien longtemps.
Tu dis
Citation
on ne se permet aucune modification dans un montage qu'on reproduit;
sauf si on comprend totalement le fonctionnement et les raisons de chaque élément

Dans cette étude c'est une autre voie de travail, en premier comprendre les raisons de chaque choses puis les mettre bout à bout ensuite.
Cela peut sembler plus long mais en fin de compte lorsque l'on se met à concaténer les différentes technique acquises, le résultat est pratiquement assuré.
C'est la technique la plus efficace en reverse engineering.

Ecrit par: Chercheur Mercredi 30 Mars 2011 à 16h18
De toute façon, vu qu'on n'a pas le matériel correspondant à l'origine on est obligés de bricoler. Oui on arrive à quelque chose tout de même... avec plus de temps.

Il faut que je rajoute un dernier point encore à la liste des choses qui ne vont pas:

7)Il n'y a aucune information concernant des clous pour tenir les fils. Si clou il devait y avoir, ça serait dans un matériau ne perturbant pas le champ magnétique; donc en cuivre ou en laiton. Les clous utilisés, en fer; vont sûrement poser problème puisque la perméabilité du fer est de l'ordre de 5000 à 10000 fois celle de l'air ou du cuivre et créent donc une perturbation du champ magnétique. Or le fonctionnement de l'appareil d'induction est d'organiser le flux d'aether par la circulation d'un champ magnétique inducteur... donc situation à problème. Tout peut être maintenu par des fils de coton (et donc sans clou du tout). Les guipages cotons permettent des coutures entre fils, et de toute façon, même sans couture entre fils, on peut attacher les spires de fil deux car deux avec du fil. C'est long oui; mais ça respecte le fonctionnement de la machine. Mettre des clous en fer c'est à mon avis aussi perturber la machine.

Si on règle les 7 points énoncés on a de bonnes chances d'avoir un appareil fonctionnel, si la théorie de Boutard fonctionne. On a eu des témoins de ce fonctionnement; même si ce n'est pas clair. Le premier, Maris qui a vu les nappes blanches se former et en parle dans son livre; et Hatinguais ou les Dumont qui disent avoir vu la création de substances; dans un autre registre Thieux dit aussi avoir vu fonctionner l'auto géné avec création de substances. On a déjà quelques éléments qui disent que ça a produit du résultat; donc la voie semble encourageante.

Je sais qu'il y en a qui doutent même que ça ait fonctionné un jour; on peut douter de tout; mais il faut donner du crédit à la chose pour la tester... sinon on ne teste rien. Là le test continue; mais il doit être mené sérieusement, c'est à dire en s'attelant à vraiment régler CHAQUE point détecté comme pouvant EVENTUELLEMENT poser problème; et ne pas le laisser de côté en pensant que ça n'a pas d'importance. Le problème est que jusque là avec la meilleur volonté du monde, le souci des caboches à refaire reste un souci insoluble à budget limité. Le reste peut être réglé avec du temps seulement... notre temps ne coûte pas d'argent; seulement notre investissement, donc on peut le faire pour le reste!

Ecrit par: sourceverte59 Mercredi 30 Mars 2011 à 19h56
user posted image

oui cette photo est significatif des explications que tu

donne, en effet l ensemble support des clous (cuir) + tresse argent

le tout coussu dans un gallon , certainement en coton.

Ce qui préserve du jour les faiseaux et les fluides qui y circulent.

Bravo , je pense que tu viens de mettre en évidence un point

essentiel , même si d un point de v pratique ça va pas être

joyeux a mettre en oeuvre.

Donc puisque tu as un gallon de coton il manque juste la laine

reste plus qu a trouvé vite fait.

a+


Ps: je pense que si l on utilise un galon coton tissé du style

de celui que tu as pour ton rhombe il doit être possible

au moins sr un des coté du gallon d'utiliser une machine a coudre.

Ecrit par: Chercheur Mercredi 30 Mars 2011 à 22h02
Pour la bande de coton, celle que j'ai c'est pour le rhombe. Il faudra en racheter pour Héraklès et décider de la largeur à prendre.

Pour la laine, une laine spire peut convenir finalement, en faisant comme je vais faire pour le rhombe; mais franchement ça va être difficile: je compte enrouler la laine directement sur le rhombe en spire serrée pour faire une couverture. Mais il vaut mieux de la laine en bande plus large pour ne pas faire des centaines de tours.

La laine à feutrer que j'avais commandé et qui serait bien pour ça:

Morceau de pelote restante:
user posted image

Pelote neuve:
user posted image
user posted image

Spire de laine que je vais utiliser pour le rhombe pour faire la même chose dans le même genre:
user posted image

J'aurais besoin d'un morceau de ma pelote entamée pour faire la partie galerie; mais je peux ramener le reste. Toutefois une pelote neuve et ce qui reste de l'autre ne suffira probablement pas.

Donc je viens d'ouvrir la pelote neuve et je l'ai déplié au sol, et mis à côté ce qui reste de l'ancienne pelote (non vous n'êtes pas daltonien, j'avais bien acheté deux coloris légèrement différents pour les deux pelotes):
user posted image

La pelote neuve fait 1,10m de long sur 10cm de large.
Ce qui reste de l'autre pelote c'est 35cm sur 10cm de large. utilisables.
L'autre morceau étroit de la pelote restante va servir à la galerie.

En enroulant autour des bandes Héraklès de 25mm de large, on aura donc 1,10x4=4,40m avec la pelote neuve
Et avec la vieille pelote au mieux 0,35x4=1,40m
Soit un total de 5,80m
Il en manque donc pour faire la bande de 6,70m
Et d'ailleurs avec le fait qu'on sera plus loin en terme de diamètre (on s'éloigne de la largeur de la tête d'une caboche) il faut compter plus large; 8m pour être à l'aise.

Donc il faut acheter une pelote neuve absolument et on peut se servir de la neuve que j'ai déjà pour totaliser les 8m.

C'est ici que j'avais acheté ma laine à feutrer:
http://www.jardindeslaines.com/feutrage-c-3.html
(il y a le choix des coloris... moins il y a de colorant chimique, mieux c'est!)

Ecrit par: DIENGARD Jeudi 31 Mars 2011 à 15h11
Bonjour, je site Chercheur :

« il est indiqué aussi que cela doit être abrité de la lumière (ce qui est fait par l'abri en laine aussi, mais sera mieux fait avec un abri opaque, sinon il faut expérimenter dans le noir) et pourquoi on ne voit plus rien de tout ceci dans les montages Héraklès, amplificateurs à croissants etc. Cela posait un souci de cohérence; surtout que lorsque c'est écrit, c'est souligné comme capital. »


Tous les appareillages ont leurs pointes et assemblages dans l’obscurité.
Quand nous avons fait la première expérience, je voulais qu’on fasse tout le montage, puis comme on s’est dit que nous allions faire que le test du résultat immédiat, sans le besoin du montage de la remontée sénestre, du coup il n’y avait ni clayettes, ni l’enroulement du fil de fer guipé qui apportent une obscurité totale !

De même pour les amplificateurs, il y a les enroulements sous les croissants, mais il y a aussi les deux ou trois couches d’enroulements, montées en chiasma qui provoquent une obscurité totale.

De même que pour l’auto-générateur toutes les pointes sont au sec et dans l’obscurité, grâce au Dask, qui enveloppe et isole le delta, plus la terre glaise qui remonte jusqu’au deux tiers du niveau.

Il est certain qu’à cette seconde expérience, la différence majeure est l’amalgame et nous allons tout remonter, pour mettre l’ensemble dans l’obscurité, clayettes et fil guipé, sans faire le branchement sénestre.

Mais il est inutile de prévoir d’autres choses, prématurément, comme je l’ai dit. Je souhaite procédé par étape, nous avons tous les éléments prévus, la toile de ganse, le satin de coton ; il faut qu’on trouve des viscoses, si c’est nécessaire, pour améliorer l’isolation pour Héraclès éventuellement et pour l’auto-générateur.

Le fil guipé qui remonte le bol est en fer et la présence d’un peu plus ou moins ne pose pas d’interférences ; d’autre part, si l’on prend le temps de bien le mettre, il peut tenir tout seul, mais c’est délicat à la manipulation, c’est quand le fil de fer est un peu irrégulier, qu’il se positionne moins bien, si vous y tenez, on pourra changer cela et tout simplement tenir le tout avec un galon de coton.


Chercheur dit:« dans un autre registre Thieux dit aussi avoir vu fonctionner l'auto géné avec création de substances. »

Quand j’ai pris la peine de répondre à tes questions, Chercheur, j’aimerais qu’il en soit tenu compte, ou bien cela veut dire que c’est moi qui raconte n’importe quoi. Je le redis, depuis les années 40-50, aucun appareil n’a jamais marché ; donc Thieux et tous les autres, qui datent des contacts des années 80, n’ont rien vu, rien fait.

Je ne suis pas certain d’avoir bien compris où tu veux utiliser de la laine, je pense que c’est du côté pointe des caboches, on verra plus tard, pas d'achats inutiles, j’ai beaucoup de matière à la maison.

Je me demande si, quand j’ai démonté cet appareil, il y avait côté pointe, comme de la paille de bois qui sert pour les emballages, ou comme de l’étoupe !

Petite remarque, le site ne s'est pas mis à l'heure d'été!

Ecrit par: Chercheur Jeudi 31 Mars 2011 à 16h57
Citation
Tous les appareillages ont leurs pointes et assemblages dans l’obscurité.
Quand nous avons fait la première expérience, je voulais qu’on fasse tout le montage, puis comme on s’est dit que nous allions faire que le test du résultat immédiat, sans le besoin du montage de la remontée sénestre, du coup il n’y avait ni clayettes, ni l’enroulement du fil de fer guipé qui apportent une obscurité totale !


L'obscurité doit avoir lieu au niveau des filets induits, c'est à dire sur la frise. Dans le montage d'origine, elle est enfermée dans la trépointe de cuire, complètement recouvrante.

De plus il y a bien plus que l'obscurité, c'est l'isolation dite "magnétique" avec de la laine dans les rhombes, avec le cuir dans Héraklès. Donc la trépointe de cuir a 2 fonctions:

1)isolation magnétique
2)isolation contre la lumière (qui décompose les fluides ou les recompose, en tous cas agit sur eux et fait qu'ils ne circulent plus dans les fils).

Ce n'est pas l'enroulement de fer ou la clayette qui apportent l'obscurité sur la frise; car ça laisse passer la lumière depuis le haut de la pointe Héraklès et de plus cela ne provoque aucune isolation dite "magnétique".

Citation
Il est certain qu’à cette seconde expérience, la différence majeure est l’amalgame et nous allons tout remonter, pour mettre l’ensemble dans l’obscurité, clayettes et fil guipé, sans faire le branchement sénestre.


Ce n'est qu'un élément parmi d'autres. Tu sembles convaincu que c'est la seule chose d'importance; moi je dis que c'est un élément d'importance parmi plusieurs autres. Dire qu'on se voit pour changer une seule chose non conforme sans changer le reste c'est faire un tout petit morceau de ce qu'on pourrait faire pour donner des chances de réussite....Il faut mettre TOUS les atouts de notre côté.

Citation
il faut qu’on trouve des viscoses, si c’est nécessaire, pour améliorer l’isolation pour Héraclès


Je ne vois pas le lien. Tu pensais que la trépointe ne servait que du support, donc remplacé par du caoutchouc. Ce que je dis en dernière ressource c'est que ça sert aussi à bien autre chose: à l'isolation "magnétique" et à l'enfermement dans le noir. En quoi la viscose va remplacer l'un ou l'autre. La viscose n'est nulle part indiquée (pas plus que n'importe quel autre élément de fibres végétales) comme isolant magnétique. Ta viscose était jusque là évoquée pour faire filtre "tympan" à étirer les électres des atomes pour l'auto-générateur. Ici cette utilité n'existe pas.

Citation
Mais il est inutile de prévoir d’autres choses, prématurément, comme je l’ai dit.


Si on ne cherche pas à faire tout le possible dans ce nouveau montage, il faudra prévoir encore x RDV de travail pour changer un élément à chaque fois. Si on fait un tests sérieux, on le fait du mieux possible; tu ne crois pas? On était sensés faire un test définitif ce coup-ci, non?

Citation
Je ne suis pas certain d’avoir bien compris où tu veux utiliser de la laine, je pense que c’est du côté pointe des caboches, on verra plus tard, pas d'achats inutiles, j’ai beaucoup de matière à la maison.


La laine c'est pour remplacer le cuir qui doit protéger la frise sous forme d'isolation magnétique. Donc il faut recouvrir la frise; mais comme elle doit être en contact avec les caboches; il faut que les caboches passent à travers. De plus comme il faut opacité, il faut aussi recouvrir d'un coton occultant, sombre; même problème donc au final il faut une bande coton sombre et de la laine par dessus et piquer les caboches à travers tout ça.

La laine et la bande de coton sont faites pour remplacer l'adaptation qui a été faite en mettant une bande de caoutchouc pour remplacer un enveloppement de cuir en rétablissant la fonctionnalité du cuir; qui n'est donc pas seulement un simple support.

Citation
Petite remarque, le site ne s'est pas mis à l'heure d'été!


L'heure du site est toujours la bonne; c'est dans ton profil que tu dois activer le changement de créneau horaire; les utilisateurs inscrits pouvant venir de pays pratiquant ou pas le changement d'heure.

Ecrit par: Chercheur Jeudi 31 Mars 2011 à 17h05
Ah oui j'ai oublié.

Citation
Le fil guipé qui remonte le bol est en fer et la présence d’un peu plus ou moins ne pose pas d’interférences ; d’autre part, si l’on prend le temps de bien le mettre, il peut tenir tout seul, mais c’est délicat à la manipulation, c’est quand le fil de fer est un peu irrégulier, qu’il se positionne moins bien, si vous y tenez, on pourra changer cela et tout simplement tenir le tout avec un galon de coton.


Sur le volume 2 il est clairement indiqué que l'inducteur du bol est, comme le reste des inducteurs, du fil de cuivre rond et pas du fer.

user posted image

Le fil de fer c'est sur la clayette éventuellement; sur une autre zone que la zone où se situent les inducteurs de la partie pole et bol. Il est clairement dit aussi que l'inducteur de fer attire les atomes périphériques R et O; sur la clayette.

Je pense qu'il faut dégainer les fils de leur gaine plastique avec un cutter et entourer une bande de coton (du même genre que celle que j'ai utilisé pour enrober le filet de cuivre du rhombe) tout autour en spirale. ça fera guippage.

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 01 Avril 2011 à 01h10
D’une façon générale, j’aimerais que vous relisiez les conversations, avant et après la première expérience.

L’obscurité pour la frise et tout le reste, elle y est, par le montage des différents assemblages et enroulements. En haut des clayettes, il est question de mettre un chiffon ou un couvercle quelconque, pour améliorer l’obscurité.
On peut corriger la largeur de la ganse rouge que j’ai acheté, pour qu’elle enveloppe plus l’ensemble, mais jusqu’à preuve du contraire, dans l’explication du montage de la génératrice, il n’est pas spécifié d’obtenir une obscurité à ce stade, il est mentionné que le filet de cuivre est monté, isolé par la bande de soie et la trépointe de cuir, pas isolé « magnétiquement ». Pour être isolé, il faudrait un enveloppement complet, alors que ce sont des bandes assemblées et la couture n’y change rien.

La définition que tu cites, petit 2, petit 3 du cahier 12 est une possibilité à envisagée comme correction ; pour l’instant, on avait une grosse bande de cuir, rien à voir avec de la trépointe, et qui peut être remplacée par du caoutchouc. Le schéma coloré que Sourceverte a placé, le 30 mars, montre bien une bande rouge, qui n’engaîne pas 3 et 5, mais est simplement entre le bois et la tresse de cuivre et ne sert pas de bande support aux clous .

Pour la bande de cuir, support des pointes caboches, elle n’a pas le rôle d’isolante, jusqu’à preuve du contraire, puisqu’elle est trouée tout du long et les pointes sont les ponts magnétiques eux-mêmes.

La bande de soie ou satin de coton est entre le cuivre inducteur et la frise zoophore, il est dit p 92 cahier 12 le petit 4 : « ruban de soie épais isolant le conducteur inducteur, de la frise d’argent, zoophore ».
Et les têtes des pointes caboches touchent directement la frise, pas d’isolement non plus.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas tenir compte des renseignements des brevets, mais nous le ferons quand on rencontrera l’échec, après avoir corrigé d’abord ce qui est expliqué pour le montage.

N’en rajoutons pas. Ce qui me fait parlé de viscose, c’est parce que tu parles d’isolation « magnétique », alors que la question n’est pas soulevée dans le montage d’héraclès. Et ces matières de remplacements peuvent être des plus sombres au plus claires. Viscose, c’est un exemple, ce peut-être une autre matière qui aura les qualités requises, mais qui avant tout ne soit pas animale ; mais n’affirme pas, sans savoir, qu’un certain type de viscose ou autre, n’a pas de possibilité d’assumer une isolation magnétique !

Je te fais remarquer que la dernière fois, avant la réunion, tu as aussi soulevé tout ce qui n’allait pas, et tout ce qu’il fallait faire, alors qu’on n’était plus qu’à une semaine de notre réunion. Trop court, pour certaines choses.

J’avais prévenu que de février à fin Mars, j’allais être trop occupé par mon travail professionnel, mais je n’ai empêché personne d’avancer dans les réflexions et éventuellement en parler et préparer certains matériaux !

Je vous ai déjà dit dans quel ordre je prévoyais corriger les points. Si vous trouvez que c’est se déplacer pour pas grand-chose, je n’ai rien à dire, j’avance tout seul ou avec qui veut.

Le test définitif !!! Wouaouh ! Il y a du bélier dans l’air, à peine commencé, faut déjà conclure !Il y en a deux qui doivent se marrer là-haut ! …Ce n’est pas moi qui déciderai.

Vu toutes les lacunes que tu énumères, apparemment ce n’est pas pour le 10 avril ! Tu penses bien que je ne vais pas me lancer dans le limage de 1200 clous, pour obtenir un équilibre tête-pointe, si ça marche avec une frise bien amalgamée ! Et, ainsi de suite…

S’il le faut, j’irais chercher l’alimentation chez toi et si cela devient trop compliqué, j’en achèterais une, tout simplement.

Sinon, cette après-midi du 31, j’ai amalgamé la frise d’argent. Apparemment, c’est bon, ça se voit à l’œil nu, couleur vif-argent ! Il reste du mercure, mais si j'avais eu le double, ça aurait été plus facile.

Des photos demain-aujourd’hui, tout à l’heure !

Ecrit par: Chercheur Vendredi 01 Avril 2011 à 07h16
Citation
La bande de soie ou satin de coton est entre le cuivre inducteur et la frise zoophore, il est dit p 92 cahier 12 le petit 4 : « ruban de soie épais isolant le conducteur inducteur, de la frise d’argent, zoophore ».
Et les têtes des pointes caboches touchent directement la frise, pas d’isolement non plus.


Je n'ai jamais parlé de mettre quelque chose entre frise et caboche. A la lecture de tout ton message je vois que tu n'as pas compris ce que j'indiquais comme localisation de l'isolation à mettre.

Sinon je ne savais pas qu'il y avait un chiffon au-dessus de tout l'ensemble pour calfeutrer; c'est une nouveauté pour moi... tu l'avais dit avant?
De toute façon c'est fait pour améliorer l'obscurité (moi je fais tourner le rhombe dans le noir).

Citation
Pour la bande de cuir, support des pointes caboches, elle n’a pas le rôle d’isolante, jusqu’à preuve du contraire, puisqu’elle est trouée tout du long et les pointes sont les ponts magnétiques eux-mêmes.


Le cuir fait un sac enveloppant, je l'ai déjà mentionné, c'est le schéma qui le mentionne. Ce qui te perturbe dans mon texte c'est que j'appelle trépointe de cuir l'ensemble du sac de cuir enveloppant. Alors appelle-le comme tu veux; tu as du cuir sur lequel tout repose et du cuir au-dessus en enveloppant. Tu le vois bien sur le schéma que t'as posté sourceverte59, c'est très clair: le dessus et le dessous, la tête des caboches et les filets sont enrobés dans tout ceci. Les trous c'est seulement le passage des pointes des caboches en fer; ce qui ne pose pas de problèmes selon le montage; ce n'est pas un trou sans matière dedans (les caboches sont des zones de captation de l'aether et pas des zones de fuite des flux de la frise vers l'extérieur; le montage est fait pour ces caboches et elles-seules dépassent et sortent, ce qui n'est pas le cas dans la machine chez toi).

Quand tu dis que jusqu'à preuve du contraire elle n'a pas le rôle d'isolante; moi je n'affirme rien qui ne soit dit dans les textes de ton grand père: il a écrit lui-même pour Boutard que le cuir fait partie des isolants magnétiques comme la laine, etc. Donc je soulignais et re-souligne ici cet effet auquel j'ai pensé.

Si tu n'es pas d'accord avec les éléments écrits c'est ton droit.
Sur le rhombe que je bobine actuellement je respecte tout ce que je peux en tous cas.
Citation
Je vous ai déjà dit dans quel ordre je prévoyais corriger les points. Si vous trouvez que c’est se déplacer pour pas grand-chose, je n’ai rien à dire, j’avance tout seul ou avec qui veut.


Je n'ai pas dit que je ne venais pas; mais il y a des choses qu'on peut améliorer en plusieurs nombres, c'est- bien dommage de ne pas le faire quand on peut. Les caboches on sait que là ce n'est pas possible; mais pour le reste il y a plein de choses qui ne demandent que du temps.

Citation
J’avais prévenu que de février à fin Mars, j’allais être trop occupé par mon travail professionnel, mais je n’ai empêché personne d’avancer dans les réflexions et éventuellement en parler et préparer certains matériaux !


Tu sais bien que c'est toi qui a la machine là bas. Rien ne peut être fait sans la machine pour enrouler dessus, tester, voir les longueurs etc. C'est pour ça que t'étant mis au centre comme incontournable pour avancer la chose; même si on a des idées et du temps pour avancer; on est obligés d'attendre le RDV pour faire... sur quelques poignées d'heures. Donc ne le prend pas mal quand je te presse de bien vouloir organiser le montage de façon compressée, car comme je viens de le dire; au contraire de toi; nous on n'a pas accès 24h/24 au montage pour pouvoir le bricoler peu à peu. On a un créneau de moins de 48h (il y a sommeil, route, etc compris) pour tout faire d'un coup.

Normal qu'à ce niveau là il faille être efficace pour avancer rapidement.
Le rhombe que je monte actuellement, ça fait plusieurs semaines que je suis dessus...j'ai le temps de faire au fur et à mesure (et pourtant ça me prend tout mon temps; car je vois ce qui se tient dessus, j'évalue les problèmes techniques d'enroulement, de tenue, je modifie la manière de faire etc. Là seul toi y a accès.

Donc au lieu de t'énerver, comprend donc le souci de ceux qui viennent de loin pour faire quelque chose qu'ils ne peuvent plus faire après alors que toi tu as encore la machine le lendemain.

Citation
Je te fais remarquer que la dernière fois, avant la réunion, tu as aussi soulevé tout ce qui n’allait pas, et tout ce qu’il fallait faire, alors qu’on n’était plus qu’à une semaine de notre réunion. Trop court, pour certaines choses.


Je suis désolé d'avoir des idées à des moments de timing non opportuns... mais c'est déjà bien d'en avoir non?
De la laine et du coton en bande ce n'est pas court en temps... ce qui le sera c'est de monter tout ça sur place.

Citation
Le test définitif !!! Wouaouh ! Il y a du bélier dans l’air, à peine commencé, faut déjà conclure !Il y en a deux qui doivent se marrer là-haut ! …Ce n’est pas moi qui déciderai.


C'est toi qui avait dit que la première réunion c'était un préliminaire et au deuxième RDV on aurait fait un test concluant (puisque tu disais que pour toi seul l'amalgame de la frise importait). De mon côté je pense qu'un tests concluant ne peut arriver si il reste encore plein de paramètres à ajuster. Je n'ai jamais rien affirmé personnellement à ce sujet.

Je sais que ça prend du temps de tout monter... mais n'ayant pas accès à la machine on ne peut rien monter. Déjà là je peux monter le rhombe que tu as gentiment prêté. Mais ne nous reproche pas à la fois de devoir avancer des choses par nous mêmes alors que c'est toi qui a la machine et de nous impatienter alors qu'on n'a que ces RDV pour vraiment participer.

Il y a plein de bonne volonté pour faire des choses; mais comme tu t'es placé au centre de toute la gestion c'est forcément toi qui est sollicité pour faire avancer le montage.

En effet je te sens un brin énervé.

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 01 Avril 2011 à 17h01
J'ai déposé le pdf des photos sur l'amalgame de la frise zoophore.

Ecrit par: sourceverte59 Vendredi 01 Avril 2011 à 18h59
Merci Diengard pour les photos, on se rend bien compte

de ton travail.

astucieux ton systeme de pli d un plastique.

la frise semble bien amalgamé, je ferais la vérif

au microscope le we prochain.

a+




Ecrit par: Chercheur Vendredi 01 Avril 2011 à 20h01
Je viens de regarder ça. Astucieuse la technique, en effet. Super travail!
ça a dû être long pour tout faire à 5min par morceau!

Moi je veux bien aller à la mercerie acheter du ruban de coton sombre si tu es d'accord pour faire un coffrage pour la frise englobant les caboches; mais il faut de la laine.

Es-tu partant ou pour ou pas au final?

Ecrit par: DIENGARD Vendredi 01 Avril 2011 à 23h33
J’ai vérifié la frise cet après-midi, cela semble correct tout du long, pas de rupture.

J’ai été aussi au tunnel, pour continuer du nettoyage, rangement, pour essayer de trouver ou retrouver des choses utiles. Entre autres j’ai retrouvé la petite grille de fer qu’il faut pour Héraclès. J’ai aussi retrouvé un carton entier de ruban de mercerie, principalement, noir et blanc soie ou coton; mais un peu de couleur aussi.
Des cannes-épées bambous avec des enroulements, non démontées, mais très oxydées, les originaux. Le gros câble de fer strié, à rénover entièrement, une boîte avec 1000, ou plus, fuseaux, non pliés, mais rouillés; éventuellement la machine à plier à froid les fuseaux, beaucoup de pots en verre, éprouvettes… Je pense que j’aurais tout ressorti quand vous reviendrez.

Difficile, Chercheur, de saisir l’humour et le sérieux. Le père Noël ne comprend rien et en plus il s’énerve !!!

Non, j’ai très bien compris tes explications, on en reparlera de vive voix.

je ne suis pas énervé, cela arrangerait quoi ? Au contraire, je souhaite que tous se sentent libres, sans pressions, ni obligations et moi aussi, je ne veux pas accélérer les différents processus de corrections et perfectionnements, sous prétexte que vous….

Alors, puisqu’on ne veut pas relire le déjà dit, je répète : je n’affirme rien et je ne sais absolument pas à partir de quelles corrections cela marchera. Mais je ne veux pas tout corriger en même temps, on ne saura pas quels sont les éléments essentiels.

Donc, on remonte tel qu’on l’a fait avec une frise correct et bien amalgamée + un montage complet (pour l’obscurité surtout) ; j’avais prévu ensuite la révision des pointes ; mais, puisque tu proposes cette solution de laine pour une isolation magnétique qui remplacerait celle du cuir, si vous êtes patient et courageux, on pourra le faire, après la tentative sans laine.

On n’aura pas à défaire le montage : ganse rouge, tresse de cuivre, satin de coton. Il suffira d’entourer tout l’ensemble avec la bande caoutchouc, avec de la laine, rouge tant qu’à faire, puisqu’il est question d’une trépointe rouge à l’intérieur.

Si quelqu’un veut tenter une explication ? L’action du rouge, dans l’obscurité ?

Nous avons de la laine, inutile de faire des achats. Des rubans de coton aussi.

Pa rapport à l’intervention futur sur les pointes caboches, j’aimerais bien avoir le calcul, pour savoir combien de masse il faudra enlever à la tête, en ponçant. Le plus simple serait de tenir le clou par la pointe et limer, poncer la base de la tête, sans toucher aux côtés. Est-ce possible ?
Toujours pas de filtres, je n’ai eu personne au téléphone aujourd’hui, j’ai fait un mail !?

Si tu as des gants, Chercheur, il faudra les amener. Il sera souhaitable, autant que possible, de personnaliser les masques et les gants.

Ecrit par: Chercheur Samedi 02 Avril 2011 à 09h41
Super la grille de fer. Donc si tu as des rubans.... Oui, il faudrait faire le noir sur la frise avec un ruban noir; si il est assez large et mettre la laine dessus.

Pour ce qui est des couleurs, je n'ai pas supposé qu'elles avaient une fonction; mais c'est possible que oui. Dans ce cas je suis dans le noir, c'est le cas de le dire; car je n'ai pu lire aucune information de Boutard sur les couleurs et leur effet; donc je ne peux me prononcer.

Ecrit par: Chercheur Mardi 05 Avril 2011 à 18h30
Il faut prévoir des litres d'eau de bouteille minérale, eau de source PH neutre et pas affectée par le chlore et les autres saletés ambiantes de l'eau du robinet. La tienne est filtrée, mais pas forcément de tout et surtout acide. Donc une grosse bouteille d'eau de 5L de source fera l'affaire pour les tests... ça serait dommage de pas l'avoir une fois sur place.

Au fait sinon, sourceverte59 tu arrives quand et repars quand?
Est-ce qu'on fait comme la dernière fois, arrivée le samedi matin pour bosser le week-end bien complet?
DIENGARD, comment tu vois ça?

Ecrit par: sourceverte59 Mardi 05 Avril 2011 à 21h33
Oui, j arrive chez Diengard vers 9h 9h30

par contre je dois repartir vers 16h 16h30 dimanche

j apporte un cache en carton capable de masquer l ensemble du montage

pour qu'il soit dans noir.

voilà, dans l attente du feu vert de Diengard.

a+

Ecrit par: Chercheur Mardi 05 Avril 2011 à 21h51
Je ne pars pas tard non plus le dimanche.
J'arriverai le samedi vers 10h alors si ça va.
J'apporterai une salade composée dans le style de l'autre fois.

Ecrit par: DIENGARD Mercredi 06 Avril 2011 à 10h38
Bonjour, pour l’eau, si vous êtes sûr d’une vers chez vous, prenez-la, sinon les fontaines de st Hippolyte du fort, sont considérées comme très bonnes et je pense non traitées, j’en prendrai 10li.

Pour les filtres, j’ai eu le responsable, il y avait rupture de stock, donc je devrais les avoir seulement mi Avril, je leur ai demandé de tenter de me les faire parvenir vendredi, au plus tard, mais je n’y crois pas trop.

Pour l’horaire d’arriver, 10h c’est bien, 9h30 Sourceverte, si tu veux. Si je ne me trompe, il n’y aura donc que vous deux, donc, la salade, volontiers, mais pas aussi grosse !

Le plus important, ne pas oublier l’alimentation labo ! Content de vous revoir, à bientôt !

Ecrit par: Chercheur Mercredi 06 Avril 2011 à 11h01
Pas besoin de faire parvenir les filtres maintenant, c'est amalgamé. Donc aucune urgence du tout de ce côté là. Il n'y a plus d'amalgame à faire; tu pourrais même annuler la commande: ça ferait des économies. Les filtres c'était pour le travail que vous avez fait avec sourceverte59; qui est passé.

Ce n'est pas arrivé pour le bon moment. Moi je serai d'avis que tu annules ta commande pour cause de retard d'arrivée;, tu n'en as plus besoin (pour toute commande par correspondance tu as 7 jours après réception pour faire rembourser la commande). Tu pourras utiliser cet argent autrement.

De toute façon je ne compte pas manipuler de mercure ce week-end; le travail a été fait. Les gants ça sera juste pour manipuler la frise pour ne pas la toucher. Comme je l'avais indiqué il faudrait avoir chauffé tout ça pour faire partir le trop plein de mercure piégé dans l'amalgame. Donc si tu ne l'as pas fait il faudra qu'on fasse ça en extérieur. Un seul avec le masque avec cartouche que tu as suffira à surveiller le feu quelques temps et il faut le monter pas fort.

Ecrit par: Chercheur Vendredi 08 Avril 2011 à 21h39
Fatigué et pas bien dormi hier; je pense arriver plutôt vers 10h30 pour me laisser le temps de récupérer un peu cette nuit; surtout que demain je vais devoir ranger tout le matériel à remporter. Là je file récupérer du sommeil en retard.

Sinon pour la salade j'ai encore loupé les doses: j'ai voulu faire moins mais il y en a autant que l'autre fois.

Ecrit par: Chercheur Dimanche 10 Avril 2011 à 22h10
Pour vous montrer la qualité des observations réalisées au microscope, dignes d'une photographie (si ils avaient eu le microscope numérique à l'époque ils auraient été heureux); voici des photographies prises de l'original du cahier 12 (volume 2) sur Héraklès:

user posted image

user posted image

user posted image

Douteriez-vous vraiment qu'ils n'aient pas observé tout ceci; que ce zoaire soit une invention chimérique?

Voici des scans de documents originaux retrouvés par DIENGARD dans la documentation entassé chez lui, qui n'est PAS dans les cahiers; donc de l'inédit complet:

user posted image

user posted image

user posted image

Ecrit par: DIENGARD Lundi 11 Avril 2011 à 23h55
Les photos sur l'Aether et les couleurs sur la zone tampon de zédico

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 06h39
Impeccable, merci DIENGARD!

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 17h25
Voilà le compte-rendu du travail effectué sur Héraklès:

Frise amalgamée:
user posted image

Enroulement de la frise sur le cylindre précédent ayant l'inducteur déjà monté dessus. Puis enroulement d'une bande de coton permettant d'empêcher le chevauchement de la frise afin que les spires ne se court-circuitent pas (on travaille avec les gants à chaque fois qu'on touche la frise amalgamée)
user posted image

Fin du travail:
user posted image

On a pris soin de prendre le bol pour tester jusqu'où s'arrêter afin que la frise ne plonge pas dans le bol mais s'arrête à ras du plan du bol.

Zoom sur la frise enroulée avec sa bande de coton entre chaque spire:
user posted image

Puis on a refait l'enroulement de cuivre guippé de la partie conique, qui était parti. On a attaché avec des clous en laiton qui ont remplacé tous les clous précédemment en fer sur le montage (sauf sur le bol où on n'a rien touché):
user posted image

Puis enroulement de la bande de caboche sur son support de caoutchouc depuis le haut du cylindre jusqu'en bas:
user posted image

Fin du travail et les caboches piquées correspondent exactement à la zone d'arrêt du plan du bol: le montage avait été calculé pour, sachant qu'on n'a pas changé le nombre de caboches piquées dans le caoutchouc:
user posted image

Puis on visse dans le bol avec des longues vis à bois en laiton dans les pré-trous prévus à cet effet:
user posted image

Tablier de clissage:
user posted image

Comme on le voit ici, le tablier de clissage est déjà construit fermé; permettant d'avoir le passage pour la forme cylindrique dedans:
user posted image

Il s'ajuste exactement sur les pointes quand on le glisse; ce qui montre que les pointes caboches avec l'ensemble support correspond à l'épaisseur totale pour laquelle cela a été prévu avec le tablier:
user posted image

Sortie en bas de la frise d'argent prévue dans le tablier de clissage par un petit passage:
user posted image

Là on vit l'ajustement intérieur:
user posted image

Un capuchon en bois provenant de l'ancien montage Hatinguais qui allait avec Héraklès est disposé par-dessus; il assure la fermeture au noir de l'ensemble de la machine:
user posted imageuser posted imageuser posted image

La grille de fer précédemment utilisée pour Héraklès dans le labo Hatinguais:
user posted image

En fait il y a deux grilles de fer anciennes; en effet dans certains montages Héraklès il y a une grille de fer connectée à chaque sortie de la frise d'argent alors que sur l'expérience principale et celle des ramifications blanches qu'on cherche à obtenir il y a une seule grille de fer connectée sur la sortie basse.

Un grillage de fer neuf qu'a DIENGARD:
user posted image

Les tests ont d'abord été menés avec le morceau récent de grillage; puis avec l'ancien, car le fer moderne destiné à l'exposition extérieure est toujours galvanisé et je pense que cette grille est donc recouverte d'une couche mince de zinc protectrice. Donc pour avoir des chances d'avoir du fer en surface mieux valait prendre l'ancienne grille qui laissait paraitre des traces de rouille; donc le fer est apparent à priori.

Bac en verre à expérience provenant du labo Hatinguais pour mettre la grille de fer dedans attachée à une tresse et l'autre tresse:
user posted image

sourceverte59 avait ramené un carton permettant de plonger toute la machine dans un noir plus important. Des trous ont été percés aux ciseaux pour laisser passer les frises d'argent et on a encapuchonné la machine:
user posted imageuser posted image

L'expérience a été lancée et n'a donné aucun résultat; aussi bien avec une grille qu'avec l'autre.

Mesure de la résistance du cuivre inducteur: 0,5 ohms
Mesure de la résistance de la frise d'argent induite: 0,2 ohms

Expériences effectuées avec la dernière configuration montée:

09/04/2011

grille de fer galvanisée utilisée sur la sortie de frise basse de Héraklès
20h29 --- 2,8V --- 8,03A
20h31 --- 2,8V --- 7,91A
20h34 --- 2,8V --- 7,81A
20h38 --- 2,8V --- 7,73A
20h42 --- 2,8V --- 7,68A
20h45 --- 2,8V --- 7,64A

On voit que l'intensité, réglée au départ sur 8A, diminue lentement au fur et à mesure que le filet chauffe; logiquement. Rien à observer dans le bac d'eau. Le résultat est sensé se produire en 2 min selon le document du cahier 12; donc on a assez attendu pour voir qu'il n'y a rien.

ancienne grille de fer utilisée sur la sortie de frise basse de Héraklès
20h50 --- 3V --- 8,26A
20h52 --- 3V --- 8,14A
20h54 --- 3V --- 8,08A
20h58 --- 3V --- 8,02A
21h03 --- 3V --- 7,98A

Là aussi RAS

ancienne grille de fer utilisée sur la sortie de frise basse de Héraklès et la sortie haute de Héraklès (deux grilles de fer donc)
21h06 --- 3V --- 8,27A
21h09 --- 3V --- 8,07A
21h11 --- 3V --- 8,00A

Là aussi RAS

Donc on a poursuivi les expériences le lendemain (on a passé 5h ) monter Héraklès le 09/04 et 2h à explorer le matériel auparavant)

Là on s'est décidé à utiliser l'enroulement extérieur en fer. En effet on s'est dit que sur le montage pour obtenir les ramifications il est précisé que cet enroulementr de fer extérieur est déconnecté électriquement du bol; mais pas qu'il n'est pas présent. Or sa présence dans le champ de forme en phi de Héraklès peut changer des choses; notamment le fer attire les atomes R périphériques. Donc on s'est attelé à ce travail.

Voilà le fil guippé mis en vrac autour du tablier de clissage (c'est un fil de fer; magnétisable par un aimant, au contraire du fil du bol qui est bien en cuivre, non magnétisable par un aimant; on a testé l'un et l'autre):
user posted image

Puis on a fixé proprement de manière serrée les spires:
user posted image

On a dû utiliser un bout de tissu de coton pour tenir la spire basse qui menaçait de tomber dans le bol. ça aide aussi à faire le noir par le bas. Les fils guippés serrés font bien le noir aussi sur le tablier de clissage.
user posted imageuser posted image

On a d'abord lancé l'expérience en laissant connecté le fil de fer au bol; comme pour faire marcher Héraklès afin d'obtenir le zoaire; sortie négative de l'alimentation sur le haut du fer donc:
user posted image

Mesure de la résistance totale du circuit inducteur comprenant le fil de fer: 3 ohms

expérience du 10/04/2011: avec remontée de fer sur la clayette branchée sur le bol

16h28 --- 23,7V --- 7,96A
16h31 --- 23,7V --- 7,70A
16h33 --- 23,7V --- 7,52A
16h35 --- 23,7V --- 7,45A

Rien à signaler dans l'eau du bac (avec la grille de fer ancienne branchée sur la sortie basse de la tresse).

Puis on a fait l'expérience prévue en déconnectant le fer du bol et branché la sortie négative sur le bol:
user posted image

expérience du 10/04/2011: avec remontée de fer sur la clayette débranchée sur le bol
eau du bac changée

16h41 --- 2,8V --- 8,01A
16h42 --- 2,8V --- 7,89A
16h43 --- 2,8V --- 7,83A
16h45 --- 2,8V --- 7,78A
16h47 --- 2,8V --- 7,75A

RAS

On a aussi fait un test en inversant le sens d'alimentation; sans rien changer au reste du montage dans le bac (donc entrée positive en bas, sur le bol au lieu de l'entrée positive en haut du cylindre):

16h48 --- 2,8V --- 7,81A
16h51 --- 2,8V --- 7,75A
16h55 --- 2,8V --- ??A

RAS aussi.

Donc aucune succès quelconque. Ni ramification, ni aucune sensation au toucher de la tresse sensées produire les ramifications.

Il y a quelque chose qui cloche dans le montage!!

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 18h06
Plusieurs photos des labos Hatinguais scannées permettent de voir clairement que la machine Héraklès avait été remontée; maintenant qu'on sait à quoi elle ressemble une fois montée avec les photos d'expérience précédente on la voit nettement sur le banc des machines en bois.

DIENGARD nous a permis d'accéder à des photos en plus grand nombre; mais il souhaite que certaines choses restent privées avec les personnes qui ont le contact direct avec lui. Ici je fais une compil d'extraction ciblée Héraklès pour analyser la situation du montage mais je n'expose pas l'ensemble des photos qu'on a pu consulter.

à gauche sur le banc:
user posted image

toujours à gauche sur le banc (cette image a été scannée en deux fois d'où une découpe apparente):
user posted image

encore à gauche:
user posted image

ici à droite, la vue est dans l'autre sens:
user posted image

A droite et on voit la sortie des tresses provenant de Héraklès dans le bac à expériences:
user posted image

à droite encore et on voit mieux la sortie de Héraklès sur le bac à expérience:
user posted image

à droite encore et on voit la sortie de la tresse haute de Héraklès (celle qui est sensée produire les ramifications blanches) sur le bocal spécial à expérience:
user posted image

On voit encore Héraklès à droite et la sortie des tresses sur le bocal spécial avec production de ramifications:
user posted image

Enfin la production de ramifications blanches dans le bac sur la table et on voit que les tresses sortent de ce que j'identifie clairement maintenant au vu des autres photos comme Héraklès:
user posted image

Ainsi on arrive logiquement en analysant ces photos à la conclusion que les ramifications blanches produites le sont à partir de la machine Héraklès.

On observe que ceci se produit à partir d'une machine complètement montée. Il faut voir si sur les photos on peut voir si le fer de pourtour est débranché du bol ou pas comme c'est sensé être le cas. Il est donc clair que la ce système a pu produire les ramifications blanches.

A la lecture des dates de quelques photos on voit que ce montage existe dans les années 1949 à 1954; donc Boutard vit encore à cette époque. On sait que Boutard n'a pas pu avoir Hercule produit; qu'il aurait aimé avoir pour se guérir de certains maux. Donc Héraklès marche pour produire les ramifications mais pas pour produire Hercule.

Aujourd'hui, l'analyse des caboches avec la différence très importante de masse entre tête et pointe permet de comprendre pourquoi Hercule ne s'est pas produit: c'est là un souci majeur.

Il semble bien que A. Hatinguais n'a pas pu trouver de personnes capables de lui faire les caboches désirées et qu'il a dû faire avec ce qu'il a trouvé dans le commerce; comme pour nous.

Je sais par DIENGARD qu'il cherchait des personnes capables de faire les camions; et n'a pas trouvé; il semble que les premiers camions réalisés aient été fait par une source qui ne pouvait plus en faire (décédée, ou ne voulait plus ou autre). Il a dû faire lui même les croissants (on a trouvé des centaines de fuseaux) et n'a pas du pouvoir se faire faire les caboches; d'où l'échec.

mais plus important; on voit que même avec les caboches mal équilibrées il a obtenu les ramifications blanches; or nous ne les avons pas obtenues. La conclusion qui s'impose est que le mauvais équilibre des caboches; si il empêche la production de Hercule; n'empêche pas le test des ramifications. Donc c'est ailleurs qu'il faut chercher l'erreur.

Le diamètre du cylindre légèrement trop gros par rapport au diamètre du bol pour être en zone N ne doit pas poser problème non plus: c'est bien le même appareil qu'on a que le sien en terme de taille à priori (tablier de clissage pile poil ajusté, donc en cohérence avec le diamètre du cylindre utilisé). Donc ça non plus n'est pas en cause.

Ce qui reste en cause est donc forcément l'enroulement interne. Il y a l'isolation magnétique qui était faite par du cuir (qu'on peut essayer de remplacer par de la laine en test) et la couleur rouge qui a l'air importante sur la paroi interne; mais ceci a été respecté dans le montage qu'on a testé... sauf qu'au lieu d'un cuir rouge c'est un tissu de coton rouge.

Il y a donc des choses à tester encore; mais grâce à ces photos on a appris des éléments importants sur ce qui est possible ou pas avec le matériel qu'on a. ça n'a pas été une perte de temps ces photos!

Et il en reste à analyser dessus encore.
On voit que le bol n'a AUCUN clou de fixation des fils; les fils sont tenus en place par des bandes de coton.

De plus dans le cas d'un fil de fer extérieur, le texte nous apprend qu'il faut aussi un galon de cuivre dessous; sinon il faut un fil de cuivre extérieur seulement. ici on a le fil de fer mais pas le galon... Encore des choses à faire.

Et puis la frise, elle est en argent; mais le texte précise finalement de l'argent fin (92,5% argent et 7,5% cuivre).

Le texte des cahiers indique que la frise va attraire l'électre EU; et comme elle a affinité à R et que R a affinité au cuivre.

On peut comprendre l'utilité d'avoir du cuivre dans l'argent de la tresse. Est-ce que la frise de DIENGARD est en argent fin? Il pense que oui car il a l'impression de voir des reflets cuivrés légers dessus; mais on n'a pas de certitude.

Donc plusieurs choses à changer encore en oubliant les caboches pour le moment pour l'obtention des ramifications. Tout de même concernant les caboches, DIENGARD les a fait faire désoxyder (elles étaient rouillées en surface) et recouvrir d'étain pour les protéger. Au départ elles étaient non étamées (la preuve, elles avaient rouillé). Donc ceci peut avoir changé la dynamique d'attraction de l'aether dans la caboche; et ça aussi peut être changé: faire enlever la couche d'étain. ça fait des pistes de travail tout ça...

Ecrit par: Gegyx Mardi 12 Avril 2011 à 20h32
Sacré boulot les gars !

Je suis scotché et admiratif.

**
Est-ce que l'alimentation électrique d'origine pourrait induire la différence de résultat ?
(avec une dynamo, je crois).

---
Chercheur, si tu pouvais faire un retour à la ligne plus souvent... icon_razz.gif

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 20h40
D'autres photos de sortie de Héraklès sur des bacs à expérience avec production de ramifications blanches et autres vues de Héraklès découpées sur des vues de photos:

Héraklès à droite:
user posted image

Héraklès à gauche:
user posted image

Héraklès à gauche:
user posted image

Héraklès sortant sur bocal spécial et produisant de la fumée de chyme (ramifications blanches):
user posted image

Ici on ne voit pas si la sortie du fil dans le bac vient d'Héraklès, mais cela parait plus que probable:
user posted image

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 21h27
Analyse des branchements sur les photos:

Document vierge
user posted image

Document annoté:
user posted image

Document vierge:
user posted image

Document annoté:
user posted image

Il me semble bien donc pouvoir dire que la connexion électrique s'est bien faite sur le bol par un domino; la sortie de fil de la clayette étant connectée sur un domino qui n'est branché sur rien.

C'est donc bien exactement la situation qui a lieu ici:
user posted image

Sauf que dans notre situation à nous on a laissé le métal de connexion dans le domino provenant du fil de la clayette et on a branché l'entrée électrique du générateur sur le bol par une pince croco sur la sortie du domino au lieu de visser sur le domino proprement.

Donc c'est bien le montage préconisé pour l'obtention des ramifications blanches qui a été monté par A. Hatinguais, comme préconisé.

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 21h33
Je remets le lien de DIENGARD de ce qu'est sensé produire le montage Héraklès en terme de ramifications blanches selon le cahier 12:

user posted image
user posted image

en agrandi:
user posted image
user posted image
user posted image

D'après messages suivants:
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?showtopic=626&view=findpost&p=17248
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?showtopic=626&view=findpost&p=17249
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?showtopic=626&view=findpost&p=17250
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?showtopic=626&view=findpost&p=17251
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/index.php?showtopic=626&view=findpost&p=17252

Ecrit par: Chercheur Mardi 12 Avril 2011 à 22h49
Encore une vue plus claire de la situation:

Document vierge:
user posted image

Document annoté:
user posted image

Sinon pour te répondre Gegyx, normalement la génératrice utilisée était en courant continu de 500V il me semble.

Voici la photo originale de la génératrice sur les photos Hatinguais:
user posted image

On voit trois fils qui arrivent à droite et vont de l'autre côté et deux fils qui arrivent à gauche et vont de l'autre côté.

Voici la génératrice qu'on avait retrouvée chez DIENGARD; en vue du même côté:
user posted image

Et voilà l'autre côté qui était invisible sur la photo originale:
user posted image

Vu de ce côté les trois fils arrivent sur la partie de gauche. Ces trois fils ne peuvent qu'être du triphasé qui arrive sur un moteur triphasé à mon avis. Voici une autre vue de celui de gauche:
user posted image

Sur la plaque prise en photo, malheureusement floue, on arrive à distinguer une indication de cos phi: c'est bien un moteur. De mémoire (car la vue est impossible, trop flou) c'était indiqué que c'était un moteur.

La plaque floue:
user posted image

On voit qu'il est accouplé mécaniquement à une autre partie à droite qui produit du courant continu:
user posted image

Là aussi la plaque photographiée est floue:
user posted image

Donc difficile de te dire autre chose que de mémoire c'était bien du continu sous 500V.

Il faudrait refaire une photo des plaques de la génératrice (la noire, pas l'autre la grise qui n'est pas celle de ces montages mais qui est dans la réserve de DIENGARD).

C'est un moyen simple mais efficace de convertir du courant alternatif (arrivant dans le moteur) en continu avec une forte puissance délivrée (sinon il faut une alim redressée avec des diodes qui tiennent le choc en tension et en courant).

Ensuite cette tension partant des deux fils est dispatchée dans tout le labo. On ne voit pas le reste des parcours des fils. Il doit y avoir un rhéostat quelque part ou une boite à décade pour permettre de limiter la tension afin de l'injecter dans le montage Héraklès. Là non plus on ne voit rien. Mais dans le matériel retrouvé il y a des boites à décade:
user posted imageuser posted image

Les tensions et courants à appliquer sont clairement indiqués dans les cahiers; comme provenant d'une source de 500V (un peu moins en fait, plutôt 464V je crois) avec un rhéostat à position fixées (donc de type boite à résistance). Et les indications montrent que les expériences ont fait circuler entre 7A et 8A dans Héraklès, pour cela appliquant la tension qu'il fallait aux bornes: de l'ordre de 23,5V aux bornes du tout; ou 3V aux bornes de la partie entre sommet et bol. Et bien c'est exactement les tensions et courants que nous avons appliquées avec le générateur électronique moderne au montage. Donc on est bien dans ce qui est indiqué. je ne vois pas en quoi il y aurait un souci quelconque avec l'alimentation; qui a été notre première préoccupation.

Ecrit par: thx4 Mercredi 13 Avril 2011 à 07h11
Bonjour à tous, icon_biggrin.gif

Finalement c’est vous les Hercules, formidable travail (littéralement = qui fait peur), LB et Hatinguais nous cachent quelque chose, je doute d’une mystification compte tenu de l’ampleur des travaux, surtout vers 1930, les esprits étaient moins vifs, une vraie mystification était plus simple à mettre en œuvre, c’est mon point de vue. Ma théorie, Hatinguais , à poursuivi, et remis au propre les travaux de LB, mais je sens plutôt comme un fil d’Ariane, et un message du genre, « chercher bien », prendre du recul, mais de toute façon la vérité et dans les textes, mais en filigrane.


A++