chercheursduvrai.fr

Pages: (10) [1] 2 3 ... Dernière » ( Aller vers premier message non lu )

> Orgone - Wilhelm Reich, théorie et expériences
Ecrit le: Vendredi 22 Avril 2011 à 19h31 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Je vais commencer ici un nouveau sujet sur l'orgone.
Vaste sujet; avec beaucoup d'expériences à mener assez simples pour vérifier si on a un résultat ou pas.

Une présentation rapide de l'orgone par un autre site web:

D'après: http://projetorgone.free.fr/Reich_les_concepts.htm
Citation
L’orgone est une énergie cosmique primordiale, omniprésente dans l'univers à des concentrations variables et distinctes des forces électriques et magnétiques.

Dès le début de sa carrière, le travail de Wilhelm Reich porte sur la sexualité, et l'orgasme en particulier. Ses recherches l'amènent à la conclusion suivante :
Au moment de l'orgasme se libère une énergie d'un type très particulier.

WR en vient à considérer que ce qu'il nommait "bioénergie" est en fait une énergie de vie qui anime le cosmos tout entier et que, présente dans l'atmosphère, elle agit chez le vivant comme énergie biologique spécifique. Il la nomme alors « orgone » (1940)  mot construit sur la racine grecque organ, "bouillonner d'ardeur", d'ou dérivent les mots orgasmes et organisme.


Mais pour Reich, cette énergie, loin d'être confinée au seul plaisir sexuel, est essentiel à tous les aspects d'une vie saine. Elle seule pourra délivrer l'Homme de l'angoisse et le mener au bonheur. Cependant, pour certaines raisons liées à l'enfance, la fonction naturelle de l'orgasme est réprimée chez de nombreux sujets, provoquant des phénomènes pathologiques à la fois sur le plan physiologique et psychologique.

A-partir de 1933, ses recherches sur l'orgone accaparent tout son temps et l'obligent à mettre fin à sa pratique privée de la médecine. Fort de ses premiers travaux, Reich aboutit à l'idée que cette énergie, l'orgone, n'est pas uniquement libérée pendant l'orgasme mais qu'elle représente une force vitale qui sous-tend l'ensemble de la Création, une sorte de force cosmique, invisible et omniprésente, constituant le fondement même de l'existence. Sa théorie est que tous les maux humains résultent de blocages dans l'écoulement de cette force. En conséquence, il concentre ses travaux sur la manière de capter, d'utiliser, de développer et, d'une façon générale, de manipuler l'orgone.


Un livre de travail qui servira de base à mon sujet, exposé des éléments d'expérience, conclusions, détail des protocoles etc est le livre du Docteur James De Meo:
http://www.4shared.com/get/trRHThBZ/Englis...s_-_The_Or.html

Le site web du Docteur De Meo:
http://www.orgonelab.org/

Le sujet à proprement parler arrivera les prochains jours. Ceci est seulement une annonce de venue!


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Vendredi 22 Avril 2011 à 20h36 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Présentation de l'inventeur Wilhelm Reich:

Wilhelm Reich est un psychanalyste, né en 1897 en Autriche.
Il était à l'époque, dans les années 20, un disciple proche de Freud et dans le cercle de Young; vivant en Allemagne.

Wilhelm Reich est arrivé aux Etats-Unis en 1939; après un passage au Danemark, en Suède, en Norvège dans les années 30 d'où il est parti car on rejetait ses idées; fuyant d'abord le régime nazi allemand qui l'avait mis sur sa liste des personnes à tuer, ainsi que Staline; pour ses positions en Allemagne anti-fascistes et réformistes sur la position de l'homme à relativiser par rapport à la femme et la liberté sexuelle dans les couples non mariés. Juif et communiste, il est l'homme à abattre. En Allemagne on fait brûler ses livres. Il avait été banni du cercle de Young qui était ouvertement pro-fasciste.

Arrivé aux USA, il a travaillé à ses découvertes principales jusque dans les années 50; il est mort en 1957. Il a mis en avant que les inhibitions psychiques de l'homme n'ont pas qu'une cause due au milieu mais aussi une cause énergétique; mettant en évidence cette énergie, l'orgone. Elle est émise par les organismes vivants dans lesquels elle circule et existe aussi dans l'atmosphère. La mauvaise circulation de l'orgone dans le corps est la cause de plusieurs maux psychiques et physiques.

Les expériences de Reich sur l'orgone ont immédiatement attiré les foudres des bien pensants de la communauté scientifique américaine et leur position visant à calomnier et discréditer le tout par le simple rejet traitant la chose de charlatanerie sans la moindre tentative de reproduction ou de constatation des effets a amené la FDA (Administration centrale américaine pour la santé et la nourriture) à s'intéresser à Reich et à essayer de bloquer ses activités. De nombreux psychanalystes et physiciens qui s'intéressaient à ses travaux et menaient des reproductions indépendantes ont été coupés net par cette action qui visait à couper les crédits et jeter le discrédit scientifique sur quiconque suivrait Reich.

La FDA, sans jamais avoir cherché à vérifier ou contredire par des observations les expériences de Reich s'est faite la porte parole des bien-pensants de la communauté scientifique en cherchant par tous les moyens à faire taire Reich. Ses accumulateurs à orgone et leurs effets sur la santé sont pour la FDA une charlatanerie et un exercice illégal de la médecine portant atteinte aux personnes. Elle a obtenu un jugement prononçant que "l'orgone n'existe pas" par un décret fédéral et demandant que tous les écrits, livres, documents, articles, journaux faisant mention au mot orgone soient immédiatement détruits. Une liste d'ouvrages ont donc été interdits à la vente, les exemplaires brûlés en auto-dafé; ceci dans le pays de la "liberté", aux USA.

Cherchant à museler encore plus Reich, la FDA a pu faire condamner Reich à 2 ans de prison et 10 000$ d'amende lorsqu'un de ses assistants a commis une violation technique à l'injonction de justice (en déplaçant un appareillage à orgone destiné à agir sur les nuages à plus de 1000km de son point d'origine). Bien qu'ayant fait appel en cour suprême, Reich s'est retrouvé emprisonné pour ses idées, aux Etats-Unis; où il est mort en 1957. Il meurt de maladie en prison où il s'était porté volontaire pour des expérimentations de médicaments afin de réduire sa peine; probablement empoisonné par les médicaments.

On se croirait dans un mauvais film, ou revenu au moyen-âge en plein tribunal de l'inquisition... mais non c'est bien les USA dans les années 50. Bienvenue dans un endroit où il est interdit de penser ce que désapprouve la majorité; surtout quand on parle de scientifiques bien pensants.

Vous pourrez aussi trouver des informations plus détaillées sur sa vie ici:
http://projetorgone.free.fr/Reich_et_orgone.htm

Qu'a-t-il bien pu découvrir qui puisse gêner autant tout ce monde afin de chercher à le faire taire, à faire disparaître ses écrits définitivement? La suite vient...


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Samedi 23 Avril 2011 à 06h20 Posted since your last visit
Quote Post


Expert(e)
******

Groupe: Membres
Messages: 779
Membre n°: 9973
Inscrit le: 24/12/2010



super sujet

vital
PMEmail Poster
Top
Ecrit le: Dimanche 24 Avril 2011 à 15h08 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Caractéristiques de l'orgone selon les travaux de Wilhelm Reich:

L’orgone est l’énergie cosmique de vie, la force créatrice fondamentale connue des personnes en contact avec la nature.

Elle charge et irradie depuis toutes les substances vivantes et non-vivantes. Elle peut pénétrer toute forme de matière, avec plusieurs degrés de vitesse selon le matériau traversé. Tous les matériaux affectent l’énergie d’orgone en l’attirant, en la repoussant ou en la réfléchissant. L’orgone peut être vue, sentie, mesurée et photographiée. C’est une force physique réelle et pas mystique ou métaphysique.

Elle existe sous une forme libre dans l’atmosphère et le vide de l’espace. Elle peut être excitée, est compressible et spontanément pulsatile, capable de s’étendre ou de se contracter. La charge d’orgone dans un environnement ou dans une substance donnée varie dans le temps ; habituellement de façon cyclique. L’orgone est plus fortement attirée par les formes de vie, l’eau et par elle-même.

L’énergie d’orgone peut circuler en flux depuis un endroit vers un autre dans l’atmosphère ; mais en général elle maintient un flux d’ouest en est, bougeant avec la rotation de la Terre, mais un peu plus vite que cette même rotation. C’est un milieu omniprésent, un océan cosmique d’énergie dynamique et mouvante qui interconnecte l’univers physique dans son entier, et toutes les créatures, système météorologique et les planètes ; qui répondent à ses pulsations et ses mouvements.

L’orgone est reliée à d’autres formes d’énergie différente. Elle peut par exemple apporter une charge magnétique à des conducteurs ferromagnétiques ; mais elle n’est pas magnétique par elle-même. Elle peut apporter une charge électrostatique à des isolants ; mais elle n’est pas de nature électrostatique. Elle réagit avec de grandes perturbations à la présence de matériaux radio-actifs, ou à un électromagnétisme puissant ; plus à la manière d’un protoplasme irrité.

Elle peut être mesurée par des compteurs Geiger spécialement modifiés. L’orgone est aussi un medium à travers lequel les perturbations électromagnétiques sont transmises ; à la manière de l’ancien concept d’aether ; bien qu’elle ne soit pas électromagnétique par nature.

Des flux d’énergie d’orgone affectent les schémas de circulation d’air dans l’atmosphère. L’orgone est derrière l’accumulation de potentiels d’orage et influence la température de l’air, sa pression, son humidité. L’énergie cosmique d’orgone semble agir aussi dans l’espace, affectant la gravité et les phénomènes solaires.

L’énergie d’orgone est sans masse n’est aucun des facteurs décrits précédemment, ni leur somme non plus. Les propriétés de l’orgone dérivent plus de la vie elle-même ; plus à la manière de l’ancien concept d’élan vital. Mais au contraire de ce concept, elle existe sous une forme sans masse dans l’atmosphère et dans l’espace.

Au niveau biologique l’orgone est derrière les principaux processus de la vie : la pulsation, la circulation et la charge d’orgone détermine les mouvements, les actions et le comportement du protoplasme et des tissus ainsi que la force des phénomènes bioélectriques. L’émotion est un flux ou un reflux d’orgone, la charge et la décharge d’orgone dans les membranes d’un organisme ; de la même façon que la météorologie est le flux et le reflux, la charge et la décharge de l’orgone dans l’atmosphère.

L’énergie d’orgone apparait dans toute la création : les microbes, les animaux, les nuages d’orage, les tempêtes, les galaxies. Non seulement l’énergie d’orgone charge et anime le monde naturel ; mais nous sommes immergés dedans ; comme un poisson est immergé dans l’eau. De plus, c’est le medium qui transmet la perception et l’émotion ; à travers lequel nous sommes connectés au cosmos.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Lundi 25 Avril 2011 à 11h48 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Historique : comment Wilhelm Reich a été amené à s’intéresser à l’orgone

Reich a commencé à observer des courants d’énergie émotionnelle dans le corps de personnes en bonne santé durant des moments de grand relaxation ; suivant immédiatement une émission d’émotion puissante, ou après un orgasme sexuel fort. Ces émotions produisent des mouvements énergétiques dans le corps que Reich a identifié.

Quand les individus subissent une grande souffrance, par des traumatismes d’enfance par exemple, ou quand les émotions ont été supprimées de manière rigide ; ou lors de périodes de privations sexuelles, Reich a observé que le système nerveux et musculaire participe au processus de suppression émotionnelle.

Le contrôle par retenue forcé d’émotions répété et même chronique chez certains individus conduit à une désensibilisation de leur corps ; de même qu’une diminution de la respiration. C’est une forme de blindage neuromusculaire qui ne se produit pas dans des conditions normales pour les individus
Reich a donc tout d’abord décidé, en tant que psychanalyste d’étudier ces problèmes émotionnels liés à des problèmes sociaux et sexuels des individus. Il a émis l’idée que l’orgasme hétérosexuel jouait un rôle central dans la régulation énergétique de l’individu par décharge de tensions bioélectriques accumulées.

Il a pu en effet constater que des frustrations sexuelles répétées et à long terme conduisaient à une accumulation de tensions internes dans l’individu. Il a qualifié cette étude de l’équilibre énergétique du corps par l’activité sexuelle d’ « économie sexuelle ».

Ses observations répétées du comportement humain, de l’orgasme, des flux végétatifs de sensations suggéraient une nature tangible de l’énergie émotionnelle dans le corps. Il a fini par utiliser des millivoltmètres pour confirmer ce point de vue et quantifier la quantité de courant bioélectrique corrélé aux émotions des patients.

Toutefois il restait convaincu que les très faibles niveaux bioélectriques mesurés dans le corps ne pouvaient être la cause seule de la puissance des forces énergétiques observées dans les comportements humains. C’est là qu’il s’est mis à traquer une forme d’énergie tangible émise par l’organisme et différente de l’électricité.

Reich s’intéresse aux micro-organismes dans sa recherche et fait une découverte sensationnelle : les bions

Au fur et à mesure qu’un enfant grandit il s’habitue à développer des comportements à la recherche du plaisir ou à l’évitement du plaisir selon ses expériences et son éducation ; et alors la charge électrique de sa peau et d’autres effets physiologiques reflètent un plus haut ou plus bas niveau de charge correspondant. La vie va naturellement vers le plaisir et fuit la douleur. Des expériences douloureuses vécues de manière chronique créent une armature de l’organisme et le rendent plus difficile d’accès à la souffrance du monde extérieur ainsi. A partir de ce point de vue général, Reich a postulé qu’un processus similaire se produisait et s’observait dans les organismes inférieurs, comme les escargots, les verres de terre ou même les microscopiques amibes.

Reich a noté que les amibes n’ont pas de système nerveux, ou de cerveau, comme les animaux de plus haut degré ; et pourtant elle s’étend ou se contracte dans son environnement avec des réactions de recherche ou de fuite de ce qui est du plaisir ou de la souffrance pour elle ; comme les animaux supérieurs. Il s’est alors mis à penser que beaucoup des fonctions qu’on considère comme relevant du cerveau chez les animaux supérieurs provient en fait de processus du corps entier lui-même ; utilisant la participation du système nerveux autonome ; mais dû à une autre force énergétique . Il a documenté ceci par des essais cliniques et de laboratoire.

Ces courants d’énergie bioélectrique ont été observés sur les amibes qu’il a mesuré avec des millivoltmètres durant leur comportement d’expansion ou de contraction. A l’époque, il était à l’université d’Oslo. Il a demandé des amibes pour ses tests et on lui a dit qu’il n’y en avait pas en réserve car on les obtenait par une infusion de mousse ou d’herbe. Il était surpris d’entendre ceci car la génération spontanée de microbes complexes par infusion d’herbes le surprenait un peu. Les microbes les plus complexes ne peuvent pas être cultivés directement en provenance de l’air à titre d’exemple.

Donc il a fait ses infusions d’herbe et a fait en même temps des observations microscopiques de leur processus de développement. Il n’a vu aucune spore sur les tiges d’herbe, qui auraient pu se développer pour devenir des amibes. Par contre il a vu que la mousse et l’herbe se décomposaient et se brisait en de petits vésicules bleu-verts. Les petits vésicules se développaient sur une période de plusieurs jours et se massaient entre eux ; puis la masse de vésicule roulait et pulsait à l’intérieur de sa membrane extérieure pendant un certain temps, et finalement le tout se mettait à se mouvoir et s’était transformé en une amibe.

Reich a de plus constaté que des matériaux variés, aussi bien organiques qu’inorganiques pouvaient se désintégrer en ces petits vésicules bleu-verts si ils étaient mis dans une solution stérile de nutriment. Les observations de Reich ont été accueillies avec un grand scepticisme par les universités de microbiologie et Reich a réalisé une série de tests de contrôles très sévères pour répondre aux objections formulées et a pu clairement démontrer le processus observable.

Ces procédés de contrôle impliquaient l’utilisation de solutions de nutriments mises en autoclaves, chauffées sur une flamme à incandescence et les matériaux étaient ensuite placés dans un milieu stérile de nutriment. Ses expériences ont été répétées et confirmées par d’autres scientifiques de son époque et ont été présentées à l’académie française des sciences en 1938. Mais ceci n’a pas arrêté les critiques qui ont refusé de reproduire l’expérience et ont en même temps attaqué l’université Norvégienne dans les journaux.

Reich a dû utiliser des puissances d’agrandissement très importante, de 3500 à 4500 ; mais surtout pas le procédé habituel microbiologique qui met fin à la vie de spécimen étudié. C’est ce qui rend les observations de Reich très différentes des préparations habituelles du microbiologiste qui tuent d’abord leur préparation par l’ajout de substances, avant de l’observer.

Reich a donné un nom à ces vésicules microscopiques qu’il a découvert : les bions

Les bions, similaires en forme, taille, mobilité, apparaissaient à la lumière du microscope quand des matériaux variés étaient sujet à un processus lent de tuméfaction et de désagrégation ; ou quand des substances étaient chauffées à incandescence et étaient ensuite immergées dans des solutions stériles de nutriment. L’ébullition, l’autoclave ou le chauffage des éléments utilisés jusqu’à incandescence n’éliminaient pas les bions de ces cultures ; mais les libéraient en fait en plus grand nombre.

Les bions présentent une coloration bleutée et un effet d’énergie radiante était parfois observé. C’est durant ces observations microscopiques de bions que Reich a découvert la radiation d’orgone et plus tard, le principe de l’accumulateur d’énergie d’orgone.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Lundi 25 Avril 2011 à 12h53 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Effet de l’émission d’orgone :

Reich a observé l’apparition de bions à partir d’herbe morte ou de tissu animal mort : désintégration en bions suivie de l’organisation spontanée de ces bions en forme protozoaire. Il a pu aussi observer l’origine des cellules cancéreuses dans le même type de formation à partir des tissus émotionnellement morts du corps humain. La mauvaise circulation énergétique dans le corps humain peut permettre l’apparition de cellules cancéreuses par le même biais (mort énergétique des tissues non irrigués par l’énergie orgonotique qui produit un cancer en conséquence de la désagrégation de ces tissus en bions). C’est la baisse de la charge de vie des tissus qui conduit à cela.

(PS: la fabrication de protozoaires à partir d'une énergie en provenance de l'aether avec des éléments minéraux est aussi un résultat donné dans les travaux de Louis BOUTARD, dans la machine Héraklès, qui synthétise un zoaire aux caractéristiques extraordinaires avec les seules forces "magnétiques", c'est à dire les particules d'énergie transportant la vie de l'aether, qui est ici appelé orgone: plusieurs noms, une même idée. J'ai d'aillleurs noté, en faisant des montages ces dernières semaines, que les couches de métal et laine/cuir servant à monter les assemblages expérimentaux de Boutard sur lesquels j'ai travaillé ressemblent beaucoup dans l'idée à des accumulateurs d'orgone; encore un lien)

C’est ainsi que Reich a été amené par la suite à exposer des personnes ayant un cancer à ses sources et accumulateurs d’orgone afin de rehausser leur niveau d’énergie orgonotique et cela à conduit à des rémissions ou à des diminutions très importantes des zones cancéreuses. Toutefois, nous en reparlerons, dans le cas des rémissions les personnes sont quasi systématiquement décédées par la suite, plusieurs années après ; à cause des désordres émotionnels non réglés qui étaient la cause première du mal.

Une préparation spéciale de bions, faite de sable de plage pulvérisé chauffé à incandescence et immergé dans un bouillon de nutriment stérile a produit un phénomène d’énergie radiante très puissant. Les laborantins ont développé des conjonctivites s’ils observaient les préparations trop longtemps au microscope ; et une inflammation de la peau était observée si la préparation était tenue trop près de la peau pendant un certain temps.

Travaillant des heures dans son laboratoire, Reich a eu un tannage de la peau très sombre sous es vêtements, en plein hiver ; par le seul effet de cette radiation.

La radiation provoquait une charge magnétique aux éléments de fer ou d’acier à proximité et un effet de charge électrostatique aux isolants situés à proximité ; comme des gants de caoutchouc par exemple. Ces effets ont été observés par hasard à chaque fois. Des films stockés dans des armoires métalliques du laboratoire à proximité se sont spontanément voilés.

Reich a noté que, quelle que soit la nature de la radiation émise par les bions, elle était très rapidement attirée par les métaux ; mais tout aussi rapidement réfléchie et émise vers l’extérieur du métal ou dissipée dans l’air environnant.

Par contre,  les matériaux organiques, eux, absorbaient la radiation et la conservaient en eux. Des tentatives d’identification la nouvelle radiation en utilisant des détecteurs électromagnétiques ou nucléaires classiques échouèrent.

Reich a noté aussi que l’air des pièces contenant les spécimens de cultures de bions était « lourd » et chargé. Observés la nuit, dans la pleine obscurité, l’air scintillait de façon visible et brillait avec une énergie pulsante. Il a essayé de capturer cette énergie radiante provenant des bions dans un container cubique tapissé d’une feuille de métal ; dont il a pressenti au vu de ses observations antérieures qu’elle réfléchirait et piègerait ainsi les radiations à l’intérieur. Comme prévu, la boute ainsi réalisée a piégé et amplifié les effets de la radiation des bions. Cependant, à sa grande surprise, il a aussi vu que la radiation était présente  dans  sa boite même quand les bions en étaient enlevés.

En fait, il n’y avait rien qu’il ne pouvait faire pour faire partir cette radiation.

(PS : le fait d'avoir une énergie statique stockée m'a fait penser à l'orgone; cela et les travaux Boutard qui m'ont relié aussi à l'orgone a fait que je suis allé re-déterrer ce sujet avec ce livre que je résume et que j'avais acheté il y a 14 ans afin d'exposer tout ceci ici)

La boite semblait prendre la même forme de radiation de l’air ambiant que celle précédemment observée en provenance des cultures de bions. Donc l’air contiendrait la même radiation (mais moins puissante en terme de concentration). Reich a alors été convaincu que la boite spéciale réalisée capturait une énergie libre dans l’atmosphère identique à celle émises par les organismes vivants. Il l’a appelé alors « orgone » et a inventé des moyens d’amplifier l’énergie accumulée dans l’enceinte ; principalement en multipliant les couches de matériaux organiques et métalliques en sandwich : ce sont les accumulateurs d’orgone. Ce sont des systèmes totalement passifs.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Lundi 25 Avril 2011 à 14h50 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Accumulateurs d’orgone :

Les accumulateurs d’orgone ont un effet positif sur les formes de vie : plantes et animaux.
Que ce soit par l’exposition à l’air qui a été chargé dans l’accumulateur ou par une exposition directe dans l’accumulateur, les effets biomédicaux existent et ont été documentés très largement par Reich dans la littérature de leurs rapports de recherche.

user posted image

user posted image

On peut, grâce à ces accumulateurs vérifier certaines des informations suivantes :

Propriétés de l’orgone :
1) Omniprésente, remplit tout l’espace.
2) Sans masse, cosmique, primordiale par nature.
3) Pénètre toute la matière, mais à différentes vitesses.
4) Pulse spontanément, s’étend et se contracte, et s’écoule avec une caractéristique d’onde tournante.
5) Directement observable et mesurable.
6) A entropie négative (augmente l’ordre et non le désordre).
7) Affinité mutuelle forte et attraction par et vers l’eau.
8) Accumulée naturellement par les organismes vivants par la nourriture, l’eau, l respiration, et à travers la peau.
9) Excitation mutuelle et attraction de flux séparés d’orgone ou de systèmes séparés chargés par de l’orgone.
10) Excitabilité par des énergies auxiliaires : nucléaire, électromagnétisme, étincelle électrique, friction,etc.

Effets physiques d’un charge d’orgone forte (dans un accumulateur par exemple) :
1) température de l’air légèrement plus grande que l’air environnant
2) Plus haut potentiel électrostatique, avec une décharge électroscopique plus lente par rapport à celle ayant lieu dans l’environnement.
3) Plus haute degré d’humidité et plus bas taux d’évaporation de l’eau en comparaison de l’environnement.
4) Etouffement de l’effet d’ionisation à l’intérieur d’un tube de Geiger-Muller rempli de gaz à ionisation.
5) Développement d’effets d’ionisation à l’intérieur des tubes à vide non ionisables (0,5 micron de pression ou moins, pas précisé en quelle unité (Bar, atm, Pascal ?)
6) Capacité à faire obstacle et à absorber l’électromagnétisme.

Effets biologiques d’une forte charge d’orgone :
1) Effet général de tonicité et d’expansivité sur le système entier.
2) Sensations de picotements et de chaleur à la surface de la peau.
3) Température accrue de la peau et de l’intérieur.
4) Modération de la pression sanguine et du rythme cardiaque.
5) Respiration plus profonde, effet péristaltique accru (ensemble des contractions musculaires permettant la progression des liquides dans l’organisme dans les conduits prévus à cet effet)
6) Germination, bourgeonnement, fleurissement et fructification des plantes accrus.

(PS : ceci fait penser aux effets constatés par partage dans la bulle d'énergie :
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...ndpost&p=18601)


7) Taux de croissance et de réparation, de guérison des blessures tissus accéléré ; avéré par des études animales et humaines cliniques.
8) Accroissement de la force, de la charge et de l’intégrité des tissus et de l’immunité.
9) Plus hauts niveau d’énergie, d’activité et de vitalité.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Lundi 25 Avril 2011 à 19h17 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



D’autres personnes ayant détecté des effets identiques à l’orgone sans connaître Wilhelm Reich :

Bjorn Nordenstrom :

Bjorn Nordenstrom, directeur de l’institut radiologique Karolinska en Suède. Il a étudié les effets de fantôme aux rayons-X appellation désignant le brouillage spontanée qui apparaît sur les films à rayon-X. Cela apparaît sous la forme d’une forme vaporeuse comme de la fumée une tache sur les images prises aux rayons-X des patients et parfois peut être vu sur les moniteurs des équipements de détection à rayon-X des aéroports. Il ne peut être prédit et les radiologues le considèrent comme un effet perturbateur ennuyeux. Norddenstrom a décidé quant à lui de l’étudier et a observé des formes sur le film liées aux champs bioélectriques du patient.

De la même façon que Reich, il a découvert et mesuré des courants bioélectriques dans le corps. Ses recherches à ce sujet sont consignées dans un livre appelé « Biologically Closed Electric Circuits : clinical, experimental, and theorical evidence for an additional circulatory system ». Après avoir été très médiatisé dans les journaux médicaux aux USA, il a vendu moins de 200 copies de l’ouvrage ; ce qui montre le désintérêt du corps médical pour toute nouveauté en ce domaine énergétique du corps, même si ce n’est qu’un phénomène cadré dans les connaissances classiques de la bioélectricité.

Louis Kervran:

Louis Kervran est un scientifique français qui a passé des années à étudier par des expériences simples et élégantes la manière dont la chimie de la transmutation opérait dans les êtres vivants. Par exemple, des poulets suivant une diète sans calcium ne pondaient pas des œufs fragiles et mous, sauf si leur apport en silice alimentaire était réduit. Dans ce cas, les œufs étaient fragiles et mous ; et cela indépendamment de la quantité de calcium prise. Or la coquille des œufs est faite de calcium (carbonate de calcium) et pas de silice.

De même, il a étudié que des souris de laboratoire dont les os étaient cassés guérissaient très rapidement quand elles étaient nourries avec du silice organique ; mais pas aussi rapidement quand l’apport en silice était réduit et que seul le calcium était apporté. Là aussi les os sont constitués de calcium et pas de silice. Ces expériences suggèrent fortement que la silice alimentaire est transmutée en calcium dans le corps des animaux. Kervran a aussi démontré expérimentalement d’autres transmutations concernant d’autres éléments et d’autres scientifiques au Japon et en Europe ont pu confirmer ses observations. Il est arrivé à la conclusion qu’il y avait une forme d’énergie dans les êtres vivants qui permettait cette transmutation d’éléments.

Charles G. Abbot et Irving Langmuir :

Charles G. Abbot est à la tête du l’observatoire astrophysique de Smithson et a découvert dans les années 1950 que des concepts énergétiques pour prédire la météorologie permettaient de prédire le temps des mois à l’avance. Reich avait quant à lui, bien avant que les satellites météo ne visualisent les mouvements en flux de nuage et alors qu’on pensait à les voir comme des fronts seulement ; indiqué qu’ils se déplaçaient comme un flux ; car reliés aux flux d’orgone qui s’écoulent dans l’atmosphère. Abbot a été ridiculisé pour ses idées alors qu’il avait des techniques de prédiction qui se constataient expérimentalement de façon vérifiable.

Irving Langmuir, l’une des personnes à l’origine des techniques d’ensemencement des nuages ; a démontré une fois objectivement qu’un ensemencement au Nouveau Mexique pouvait produire des tempêtes de pluie sur l’Ohio sur leur chemin, et il a averti ses collègues de ce danger. Ces preuves sont ignorées, car admettre que l’action peut se faire aussi à grande distance forcerait à annuler tous les programmes d’ensemencement.

Dayton Miller:

Dayton Miller a expliqué pourquoi les tentatives précédentes de la physique pour mesurer l’aether ont échoué.

D’abord il a constaté que l’aether est entraîné à la surface de la Terre et se déplace plus vite à de plus hautes altitudes qu’à de plus basses altitudes. Des tentatives précédentes pour mesurer son mouvement avaient eu lieu seulement à de basses altitudes ou dans des bâtiments en pierre lourds ou des zones bétonnées.

Ensuite, l’aether de Miller était réfléchi par les métaux, et les tentatives précédentes pour le mesurer utilisaient des instruments dont les parties de mesure critique sont enfermées dans des enceintes métalliques. Miller a déterminé qu’en faisant l’expérience du glissement dû à l’aether au sommet d’une montagne, à l’intérieur d’unbâtiment léger sans métal et sans fenêtre dense de matériaux, il était alors parfaitement détectable et mesurable.

Il a effectué 200 000 mesures indépendantes sur une durée de plus de 30 ans. A comparer avec l’expérience e Michelson-Morlay qui dit avoir montré que l’aether n’existe pas qui s’est effectuée sur une durée de 6 heures au total durant 4 jours de travail en 1887.

Les travaux de Miller n’ont jamais été remis en cause de son vivant et sont totalement ignorés des physiciens qui commencent toute discussion au sujet de l’aether en enterrant l’idée d’après l’exoérience de Michelson.

Les propriétés de réflexion sur les métaux et de plus grande vitesse à haute altitude sont des caractéristiques de l’orgone énoncés par Reich.

Giorgio Piccardi et Brown:

Giorgio Piccardi était un chimiste italien qui a pu démontrer que la chimie de l’eau est modifié par le magnétisme, les émissions solaires et d’autres phénomènes cosmiques. Son travail s’est appliqué au traitement magnétique de l’eau afin de réduire les dépôts dans les plomberies des maisons. Le magnétisme peut altérer la solubilité de l’eau, si correctement appliquée ; permettant de dissoudre des substances bien au-delà de ce qui serait possible sans exposition magnétique. La physique dit que ceci n’existe pas selon ses connaissances de l’eau ; mais le phénomène est observable physiquement ; donc il est ignoré de la communauté. Grande caractéristique de la science moderne : si on me montre quelque chose que je ne peux expliquer, alors je l’ignore au lieu de chercher à comprendre ; puisque ce que je sais est tout ce qui existe (égo démesurés et prétention immodéré des pseudo scientifiques modernes qui ne savent que railler ce qu’ils ne connaissent pas).

Le travail de Piccardi est allé bien au-delà du simple magnétisme. A un moment il a essayé d’isoler un élément cosmique inconnu affectant ses expériences chimiques, à la façon d’un magnétisme puissant. Pour bloquer la radiation inconnue, qui était liée aux émissions solaires, il a construit un blindage électromagnétique autour de ses expériences, sous la forme d’une boîte de métal reliée à la terre. Il a alors placé une couche de laine tout autour de son enceinte métallique, dans le but de stabiliser la température à l’intérieur. A sa grande surprise, la boîte de létal n’a pas éteint le phénomène cosmique mais l’a amplifié. Lui et ses collaborateurs ont passé des décennies à effectuer des expériences chimiques dans des enceintes similaires ; qui sont identiques aux accumulateurs d’orgone de Reich. Cette corroboration indépendante de Piccardi sur les accumulateurs a aussi été confirmée par Brown de façon indépendante.

Brown observait des enceintes métalliques thermiquement closes, avec pression et températures constantes ; luminosité et humidité constantes. Il a observé que ceci n’empêchait pas les effets d’horloge biologique cosmiques (effets lunaires) mais qu’au lieu de cela les effets étaient amplifiés, plus clairement observés et cela ajoutait même des caractéristiques supplémentaires à leur comportement. Par exemple, le comportement du métabolisme des pommes de terre suit un cycle avec la lune et le soleil, et des paramètres galactiques. Le métabolisme des pommes de terre a démontré de plus un lien avec la météo locale ; mais pas celle du jour : celle de 2 jours après (corrélé après coup évidemment, sur de nombreuses observations).


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 26 Avril 2011 à 11h55 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Oranur et Dor

L’énergie d’orgone est très sensible à certains types de perturbateurs qui peuvent exciter et même l’irriter jusqu’à des limites qui la font changer même d’état.

L’orgone est présente dans l’atmosphère. Sa concentration varie selon la météo. Mais le fait que l’orgone soit présente tout le temps fait que les perturbateurs de l’orgone l’irritent donc de manière permanente, créant des conditions négatives pour la vie. Ce n’est pas tant l’énergie émise par le perturbateur lui-même que l’impact sur l’orgone qui elle a un impact négatif sur la vie dans ce cas.

L’orgone dans un état excité, irrité a été appelé état oranur par Reich.
Si l’atmosphère énergétique a été rendue toxique par un tel perturbateur, l’usage d’un accumulateur dans cet environnement va amplifier l’orgone irritée, oranur, et ses effets seront négatifs sur la vie avec amplification de la force négative. Donc l’usage d’un accumulateur d’orgone doit se faire avec grande précaution : il doit se placer loin des irritants de l’orgone.

Voici une liste des dispositifs émettant une excitation irritant l’orgone (ceci a été déterminé expérimentalement, de même que les effets négatifs ont pu être observés par hasard, avec l’expérience) :
1) Lampes fluorescentes
2) Postes de télévision
3) Ordinateur ou micro-ordinateur
4) Autres systèmes d’émissions de rayons cathodiques4
5) Fours à micro-onde ou plaques à induction
6) Couverture chauffante (même si seulement branchée et mise sur arrêt)
7) Machines à rayons-X, diathermie
8) Appareils à induction ou bobines
9) Autres dispositifs électromagnétiques
10) Détecteurs de fumée à émission radioactive pour détection d’ionisation
11) Horloges, chronomètres, boussoles, ou autres appareillages contenant des matériaux radioactifs qui brillent dans le noir (les matériaux phosphorescents qui fonctionnent sur le principe de la lumière absorbée ensuite restituée ne posent pas de problème par contre).
12) D’autres matériaux radioactifs ou des fumées chimiques intenses.

Il ne fait pas utiliser d’accumulateur d’orgone dans un bâtiment où fonctionne une machine à rayons-X, même si c’est à un autre étage ; la portée d’irritation est assez grande.
De même il faut être situé à) plusieurs dizaines de kilomètres d’une centrale nucléaire pour être hors de portée de l’irritation radioactive.

Des tests ont démontré les effets persistants de l’irritation, longtemps après que les appareils irritateurs aient été enlevés ; pendant des années même dans le cas d’une source radioactive qui avait été présente.

Il ne faut pas utiliser d’accumulateur d’orgone dans la proximité de :
1) Systèmes de radar d’aéroports ou autre
2) Tours relais de téléphone portable ou d’émission dans les micro-ondes de façon générale
3) Lignes à très haute tension
4) Tours d’émission TV ou AM ou FM
5) Centrales nucléaires, stockage de déchets nucléaires ou de matériaux nucléaires quels qu’ils soient
6) Installations militaires avec entrepôt d’armement nucléaire
7) Zones de tests de bombes nucléaires actuels ou passé
Tous ces irritants sont partout dans notre environnement et créent un effet oranur un peu partout ; dont les effets sur la vie sont négatifs.

Découverte de l’effet oranur par Reich :

Reich a découvert l’effet négatif de l’orgone dans les conditions suivantes : il avait conservé un très grand accumulateur à 20 couches dans une très grande pièce arrangée elle aussi en accumulateur d’orgone dans son laboratoire du Maine. Un matériau radioactif a été introduit dans cet environnement très chargé, dans l’accumulateur pour en déterminer les effets.
Alors l’orgone de toute la région montagneuse dans laquelle était situé cet accumulateur s’est mis à entrer dans un état d’excitation sauvage qui a pu être rapidement senti et vu. Les laborantins sont devenus malades et les souris de laboratoire gardées dans un autre bâtiment se sont mises à mourir en masse.

Reich a observé que l’effet oranur a persisté longtemps après que le matériau nucléaire ait été enlevé du laboratoire, rendant les installations inutilisables pour la suite des travaux pendant plusieurs années.
L’agitation de l’orgone dans l’état oranur par le matériau nuéclaire ayant duré assez longtemps et éta assez puissamment amplifié par l’accumulateur de grande force, l’orgone est passé à un état nouveau après une excitation extrême, où elle était comme immobilisée, morte.

Reich a appelé ce nouvel état de l’orgone l’état dor, qui était un raccourci pour « deadly orgone » (orgone mortelle). Une pièce chargée de dor est ressentie par les humains comme difficilement respirable et insupportablement renfermée. On s’y sent constamment déshydraté, à cause de la nature attractrice d’eau du dor. Quelques personnes en ressortent avec des oedèmes et une forme de mal extrême dû au dor a été catégorisé : l’organisme répond avec léthargie, immobilisation et perte de contact émotionnel. Ces effets sont tangibles, sensibles et mesurables.

C’est alors que Reich a commencé à chercher les sources d’irritation de l’orgone et Reich a réalisé ce travail qu’il a compilé dans son document « The oranur experiment » en 1951. Suite à quoi, la liste des excitateurs précédemment énoncée a pu se constituer. Il a pu déterminer que les postes TV et four à micro-ondes sont les sources les plus répandues d’émission d’oranur dans les foyers. De même les lampes à fluorescence de tout type, quel que soit leur spectre. Celles avec un spectre plus complet sont moins irritantes mais le restent quand même.

PS : C’est intéressant à lier avec les expériences de Lavinay liées à celle de Violet
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...p?showtopic=549
lien sur Lavinay plus précis à ce sujet: http://dbloud.free.fr/lavinay.htm
Il a constaté que l’eau tombée du ciel contient une charge énergétique que les animaux savent détecter et préfèrent consommer plutôt qu’une belle eau claire tirée du sol ; et a excité l’eau par des flashs fluorescents. Il a pu montrer que l’eau accumule cette énergie émise… or justement Reich a montré que l’eau capture l’orgone ou l’orgone capture l’eau comme on veut : elles s’attirent l’un l’autre et l’eau sert de chargeur d’orgone)


Symptômes d’Oranur :

Les plantes qui sont soumises aux tubes fluorescents grandissent plus, ont des feuilles plus grandes, mais sont agitées. Des mesures effectuées au millivoltmètre montrent ceci : la plante est agitée par des pertubations électriques chaotiques dans toutes ses fibres.

user posted image

Les personnes qui travaillent constamment sous des tubes fluorescentes manifestent aussi des signes d’agitation et d’augmentation d’activité, donc de productivité ; mais à cause d’un énervement généralisé causé par oranur.

Les bouches de refroidissement des réacteurs nucléaires rejettent de la vapeur d’eau certes très peu irradiée, mais fortement emplie d’oranur et ceci agite l’atmosphère et les vents dispersent ceci aux alentours. Donc là aussi une cause de création d’oranur forte sur une grand rayon d’action autour des centrales.

Biophysiquement, l’oranur peut être ressentie par un état nerveux de surexcitation, des sensations de fièvre légère. Certains peuvent ressentir une agitation constante. Si l’oranur est assez fort et persiste, cela attaque le corps de l’individu à son endroit le plus fable et conduit à développer des maladies en faisant monter des symptômes latents en surface. Les paumes des mains peuvent se plissent et le sommeil devient presque impossible.

Il devient difficile pour les travailleurs de maintenir une concentration cohérente sur leurs activités.

PS : cela me fait penser au cas que j’avais lu d’une mère de famille désespérée car ses enfants ultra agités, hyper actifs et incapables de se concentrer étaient ingérables. Ils passaient leur temps devant la télé, dès qu’ils rentraient ; il fallait qu’elle soit allumée et tourne en bruit de fond même si ils ne la regardaient pas : c’était une dépendance. Il lui a été conseillé de couper la télé. Après des débuts difficiles à cause de l’accoutumance que les enfants manifestaient ; ils se sont mis en quelques jours à redevenir normaux ; pas plus agités que des enfants ne le sont normalement. On peut penser à l’effet oranur et même à une dépendance de l’organisme à cet effet d’excitation constant. Fin de ma parenthèse personnelle.

L’atmosphère aussi manifeste l’effet oranur de façon visible. Cela se manifeste par une surcharge. Le ciel maintient une couleur bleue forte, mais des brumes très visibles apparaissent au loin sur l’horizon. Les nuages ne se regroupent plus et ne grandissent plus quand les conditions oranur sont présentes ; en partie parce que l’atmosphère hautement agitée et chargée ne peut plus se contracter et la charge dans les nuages ne peut plus s’accumuler au-delà d’un certain point. Les vents peuvent devenir chaotiques, comme si ils étaient confus ou agités. Les tempêtes de pluie qui s’approchent commencent habituellement à se fragmenter ou se dissiper alors qu’ils approchent de la zone à effet oranur. L’atmosphère devient tendue, reflétant la condition de surcharge de l’atmosphère. Les pluies diminuent, surtout si l’oranur devient remplacé par l’état suivant, d’orgone morte ou dor.

Symptômes de dor :
Les effets physiques ont déjà été décrits précédemment : difficilement respirable et insupportablement renfermée, déshydratation ressentie, immobilisme et léthargie.
L’atmosphère aussi a un état visible différent, si la zone dor est suffisamment répandue. Elle est associé à la sécheresse ou auxc conditions de désert si elle s’étend sur des régions très grandes.

Dor apparaît sur un paysage comme un brouillard gris-acier qui réduit la visibilité et donne au soleil une qualité brûlante. Les pluies deviennent acides si elle surviennent ou sont complètement bloquées. Les nuages sont mis en lambeaux, semblables à du coton légèrement sale déchiqueté et ne croissent jamais au-delà d’un certain point. Des nuages inhabituels avec une couleur noir ou gris-sombre apparaissent parfois, en contraste avec les autres nuages de la zone. Ces nuages maintiennent leur coloration même lorsqu’ils sont directement éclairés par le soleil. C’est ce que Reich appelle les « nuages dor ».Ils se reforment souvent à certains endroits ou au-dessus de certains paysages comme si ils étaient énergétiquement attachés à la zone.

Oranur et dor existent simultanément dans une même région ; mais une expression domine sur l’autre. En tant que condition énergétique, ces phénomènes ne peuvent pas être balayés au loin par les vents, car c’est la zone qui produit cet état avec l’air qui y entre. Par contre, une bonne pluie d’orage peut entièrement nettoyer la zone, l’eau absorbant et emportant avec elle la surcharge d’orgone de l’atmosphère. Mais pendant des conditions exceptionnellement fortes d’oranur ou de dor, la pluie est bloquée, ce qui prolonge la sécheresse. Les réions avec beaucoup de centrales nucléaires, raffineries nucléaires ou zone de stockage nucléaire sont souvent chargées à la fois d’oranur et de dor.

Symptômes d’une bonne condition d’orgone:

Dans les conditions favorables où l’orgone circule normalement dans un état non excité et non surchargé ; le ciel a un état régulier de cycles pluie-sec-pluie-sec. L’atmosphère est propre et transparente et il n’y a pas de brouillard notable. Le contraste entre nuages et ciel bleu est apparent jusqu’à l’horizon ; le ciel a une couleur bleue profonde et les limites des nuages sont nettes et bien définies ; ils sont de forme plutôt ronde. Ils grandissent verticalement sans effondrement. Les montagnes lointaines sont visibles avec une coloration bleutée ou pourpre. La végétation est aussi pleine de vie, les oiseaux sont actifs. Le soleil chauffe mais sans brûler.

Les sensations générales sont celles de grande expansion, d’énergie étendue, de contact avec les autres et de vitalité. La respiration est facile et l’air entre seul littéralement dans les poumons. Les gens se sentent particulièrement alertes et vivantes, plus relaxées qu’à l’habitude. Pendant la période de pluie les gens se sentent moins emplis d’énergie ou plus fatigués ; mais toujours de façon confortable et à l’aise. La pluie se produit de façon cyclique.

Cette qualité d’atmosphère est plus rare de nos jours.


Etats oranur et dor en résumé :

Pour décrire ces états Reich a fait une comparaison avec un animal mis en cage : d’abord il s’énerve, s’agite, va chercher à arracher ses barreaux : état oranur. Puis vient une phase d’abandon où il s’est fatigué, il est léthargique et est comme mort. Il a aussi montré la réalité de ce comportement animal avec des souris exposées à la télévision qui sont d’abord devenues très agitées, surexcitées, puis sont devenues plus tard inertes et léthargiques ; et beaucoup ont finalement développé des maladies.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 26 Avril 2011 à 11h58 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Observation de l'émission d'orgone bleutée par l'astronaute marchant sur la lune, selon la couverture du livre de James De Meo:
user posted image


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 26 Avril 2011 à 14h58 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Les techniques d’émission d’orgone :

Nous pouvons sentir beaucoup de bien-être en nous allongeant dans un bain ou en prenant un simple bain de pied. La relaxation ressentie provient du fait que l’eau absorbe l’énergie d’orgone en surquantité dans notre corps. Reich a observé une affinité mutuelle très forte entre eau et orgone. Notre corps voit sa charge orgonotique diminuer et les tensions bioénergétiques diminuent alors aussi. Il y a aussi l’effet de réchauffement thermique de notre corps dans l’eau chaude, mais ce n’est pas le seul effet.

L’utilisation de cristaux dissouts dans l’eau augmente le potentiel de l’eau à absorber encore plus l’orgone. Un bain dans de l’eau additionnée de sels cristallisés (cristaux d’epsom par exemple = sulfate de magnésium) permet donc un effet de relaxation plus intense. Une expérience menée à montré qu’ajouter 1 pound de sel de mer et 1 pound de soda de cuisson dans un bain provoque le même effet relaxant qu’avec des cristaux d’epsom. Le sel et le soda dans un bain permettent, pour un bain d’une durée de 20minutes environ, de réduire les tensions et surcharges internes et d’évacuer les charges toxiques d’énergie.

Il existe des eaux aux vertus curatives à divers endroits dans le monde et leur minéralisation peut en être la cause ; par l’absorption forte qu’elles produisent de l’orgone oranur et dor du corps.

Packs de bions:

Reich a démontré avec la production de bions que le sable de plage, la roche du sol, la terre, l’argile et les dépôts de fer faisaient partie des éléments inorganiques qui pouvaient se désintégrer en bions dans une solution de nutriment stérile. Certains sables de plage scandinaviens avaient le plus haut taux de production de bion radiant très fortement parmi tout ce qui a été testé.

Reich a utilisé ces bions pour essayer de traiter expérimentalement plusieurs maladies. Des solutions de bions ont été injectées aux animaux dans des tissus infectés par une bactérie pathogène ou par des cellules cancéreuses. Puis des cataplasmes de bions, appelés « bion packs » ont été réalisés pour énergétiser directement la partie du corps à traiter.

Après la découverte de l’accumulateur d’orgone qui pouvait produire des quantités importantes d’orgone à partir de la charge contenue dans l’atmosphère, Reich a cessé de s’intéresser aux cataplasmes de bions.

Un « pack de bion » peut être réalisé à partir de sable de plage propre ou un autre matériau provenant du sol (argile, etc) connu pour avoir des propriétés curatives. On prend une grosse poignée du matériau qui est enveloppé dans une épaisse chaussette ou unautre conteneur épais ; comme une saucisse ; d’environ un pied de long et ½ pied de diamètre. Il doit être fermé ou ficelé de manière à ce que ce qui est dedans ne puisse en sortir. Le pack de bion est alors trempé dans l’eau et mis à bouillir dans l’eau ou dans un cuiseur sous pression, pendant environ 15 minutes. Après ceci, il est mis dans un papier paraffiné ou en plastique et on le fait congeler jusqu’à devenir solide, dans le congélateur.

Lors de la première utilisation du pack de bion, le processus de faire bouillir puis de faire congeler doit être alterné plusieurs fois. Il ne doit PAS être cuit dans un four à micro-ondes. Le pack de bion est utilisé après un des passages où il vient d’être bouilli, après l’avoir laissé refroidir à température ambiante, tout en laissant l’eau en excès s’ en écouler. Le pack est alors appliqué sur le corps, avec une isolation supplémentaire de vêtement au cas où il est trop chaud encore. Au fur et à mesure que le sable se désintègre à cause des successions de chauffage et congélation qui l’ont fragilisé, la radiation microscopique bleue des bions va se produire. La radiation d’un tel pack de bions peut continuer à persister même après que le pack soit complètement refroidi et peut être renouvelé en refaisant un cycle de bouillonnement de nouveau. La radiation d’orgone provenant des packs de bions s’obtient même dans une atmosphère très polluée par du dor ; là où l’utilisation d’un accumulateur d’orgone serait à déconseiller totalement. En effet l’accumulateur accumule et donc amplifie l’existant (orgone standard ou irritée oranur ou morte dor) alors que le pack de bion produit de l’orgone non excitée.

Les tuyaux à extraction (draw tubes) et les seaus à extraction (draw bucket) :

Ce sont des systèmes passifs, comme le sont les accumulateurs ; qui utilisent les principes énergétiques découverts par Reich.
Les tuyaux à extraction sont des tubes de métal faits de ¾ de pouces ou de 1 pouce de tuyau de conduite d’acier galvanisé, coupés à environ 2 pieds de long.
Le seau à extraction est un simple seau en plastique ou en métal, placé sur un drain d’écoulement d’eau ; seau dans lequel l’eau peut circuler lentement et déborder (s’écoulant alors dans le drain pour s’évacuer).
Les tubes sont insérés à moitié dans le seau à extraction et sont dirigés vers les points de la pièce que l’on souhaite dégorger de l’orgone irritée oranur ou du dor ; des endroits qui ont besoin d’être nettoyés.

Comment cela fonctionne-t-il ? Tout a déjà été énoncé. L’oranur tend à être exceptionnellement mangeuse d’eau et va être absorbée par l’eau du seau ; le métal des tuyaus faisant à la fois effet d’attracteur du dor et de réflecteur immédiat qui va donc faire un guide comme un guide d’onde ; mais un guide pour l’orgone. C’est la prédominance du dor à attraire l’eau sur le reste des autres états de l’orgone qui fait que c’est lui qui est absorbé d’abord. Pour éviter que l’eau du seau se charge en dor et ne se sature ; et donc pour qu’elle conserve ses propriétés atractrices, elle est évacuée au fur et à mesure du seau, lentement.

Le niveau d’oranur est lui aussi diminué. L’agitation et la surcharge de la pièce va diminuer.
En tenant sa main en face des tubes une fois qu’ils ont été mis en position dans le seau après un peu de temps de fonctionnement, on peut sentir comme un phénomène de brise de refroidissement. Il ne faut pas diriger ces tubes en direction de quelqu’un qui dort ou se repose ; d’ailleurs ne pas les diriger vers un corps vivant plus de quelques secondes par précaution. La diminution de la charge locale peut s’étendre aux pièces voisines, le potentiel de dor adjacent va être aussi attiré.

Il est de bon usage de disposer ce système dans des pièces avec des producteurs d’oranur et de dor ; par exemple dans un bureau informatique, etc. Dans des pièces ou un drainage d’eau n’est pas possible ; il a été testé avec succès l’usage d’un câble BX d’acer flexible greenfield pour étendre l’effet d’extraction à partir d’un bain à drain situé dans une pièce voisine. Il suffit de pointer l’extrémité du tube vers la zone d’où on veut produire extraction.

Le tube en métal a la capacité d’étendre et de focaliser la portée de l’attraction de l’eau sur l’orgone à distance.

Il est essentiel que l’eau qui s’écoule soit propre, non polluée et soit circulante. Elle doit être sans cesse renouvelée même si ce n’est que par l’ajout d’eau fraiche. On peut utiliser un seau, mais aussi une baignoire ou n’importe quoi d’autre.

Reich a développé ensuite un dor-buster (chasseur de dor) médical afin de l’utiliser sur des patients à titre expérimental et il en est venu à essayer l’idée sur l’atmosphère dont il a vu dès le début qu’elle était chargée d’orgone ; le cloudbuster.

Le cloudbuster est basé sur exactement le même principe ; mais en plus grand, afin d’éliminer l’accumulation d’oranur et de dor dans l’atmosphère ; ce qui permet de restaurer les conditions climatiques équilibrées et permet la chute de pluie qui n’arrive pas dans les moments de météo oppressive et séche (surcharge en dor).

Ces appareils présentent des risques importants sur la santé des personnes qui s’en servent si ils sont mal utilisés. James De Meo a travaillé pendant plus de 10 ans sur les cloudbuster et a montré la capacité de ces appareils à faire pleuvoir dans des zones de sécheresse et à accroitre les nuages et les pluies dans les déserts.

PS : ma remarque personnelle : Aujourd’hui beaucoup se disent construire des cloudbuster n’importe comment en faisant des assemblages de tuyaux plantés dans un cristal ou autre ; sans rien respecter au final des principes énergétiques découverts par Reich. Le principe est bien celui de l’utilisation d’eau circulante propre comme attracteur et des tubes comme guides d’onde et pas d’autres inventions pondues dans l’esprit de new-ageux en mal de cristaux. En effet si (et j’ai dit « si » seulement) un cristal a une capacité d’attraction de l’orgone comme celle de l’eau, une fois qu’il est saturé, on fait comment pour le nettoyer quand il est pris en masse dans un bloc de je ne sais quoi ? Alors l’appareil marche quelques minutes ou heures avant de ne plus pouvoir fonctionner.

Ici c’est une science, pas une cour de récréation pour enfants.

Le cloudbuster de Reich est donc constitué par un assemblage de tuyaux débouchant dans de l’eau en circulation exactement comme décrit pour le seau précédemment.
En voici un :
user posted image

Une autre chose très importante qui est aussi totalement ignorée des constructeurs de cloudbuster du dimanche qui n’arriveront à rien : Reich a expliqué que les métaux réflecteurs de l’orgone ont pour certains un pouvoir irritatif de l’orgone et créent donc de l’oranur. Pour la construction des accumulateurs d’orgone il est clairement indiqué une liste de métaux à NE PAS utiliser ; sinon on produit un effet négatif. Ainsi au lieu de vider l’oranur de la pièce ou du ciel en l’occurrence, on va vider en continu l’oranur que le tube produit.

Les métaux à ne pas utiliser sont : aluminium, plomb et cuivre. Ceux qui au contraire laissent l’orgone dans son état normal sont le fer, l’acier, l’acier galvanisé, l’acier inoxydable, la laine d’acier.

Evidemment, parmi tous les cloudbuster construits n’importe comment qu’on trouve un peu partout, ils sont faits avec des tubes de cuivre ; donc faux sur toute la ligne.

Typique du genre de choses à ne pas faire: tuyau en cuivre et aucune évacuation du dor attiré, SI (je dis bien "si") l'attirail au sol attire le dor; ce qui n'est pas prouvé de plus:
http://www.forum-auto.com/les-clubs/discus...-70.htm#t441590



Suivra donc maintenant la liste des messages justifiant que ceci soit posté dans la section forums expérimentaux : la construction des accumulateurs d’orgone ; avec les matériaux adéquats, et les divers appareillages de mesure des effets de l’orgone.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 26 Avril 2011 à 15h56 Posted since your last visit
Quote Post


Expert(e)
******

Groupe: Membres
Messages: 2064
Membre n°: 275
Inscrit le: 11/06/2007



Merci pour tous ces développements et explications d’après tes recherches bilingues.
C’est sur, que tu dégrossis sacrément. Et donne de l’intérêt à des connaissances que nous n’aurions pas forcément fouillées si loin.

Finalement, "dor", "oranur" et "trop d’orgone" c’est pas bon pour la santé ?
Et un lavage permet d’évacuer ces derniers (entre autres icon_smile.gif )
PMEmail Poster
Top
Ecrit le: Mardi 26 Avril 2011 à 20h55 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Merci Gegyx, content de savoir que c’est utile !
Oui, en effet Reich dit que trop d’orgone (si on reste trop longtemps dans un accumulateur) est nocif : état de surexcitation. Et oranur ou dor sont mauvais. Il faut un équilibre raisonnable. Ne pas passer ses journées dans un accumulateur !

J'avais promis de dire quelques mots sur l'application au traitement du cancer; aussi avant de passer aux plans des accumulateurs, voici les quelques mots promis!

Utilisation des accumulateurs pour les personnes atteintes de cancer:

Reich s’était intéressé rapidement aux effets des accumulateurs d’orgone sur les patients atteints de cancer. Il n’a jamais considéré ces appareils comme un moyen de guérir le cancer, et il l’a dit à plusieurs reprises dans des articles divers ; mais il a pu observer une diminution des symptômes, voire une rémission, suivie souvent d’un retour ; dans tous les cas un prolongement de l’espérance de vie du patient et des souffrances réduites.

Reich est arrivé aux éléments suivants à propos du cancer :
1) Le cancer est un désordre systémique et pas seulement une tumeur.
2) La biopathie du cancer commence très tôt dans la vie, avec une composante majeure reliées à des traumatismes d’enfance, et le bloquage respiratoire consécutif à ce traumatisme, ainsi que la suppression des émotions. Plus tard dans l’adolescence, et la vie adulte ; l’individu a de grandes difficultés à établir une vie d’amour et finalement se résigne à ne pas avoir de plaisir sexuel ou de joie ou de sens de la vie.

PS : je pense que de nos jours Reich ajouterait les causes de toxicité purement environnementale qui bloquent la circulation énergétique au niveau neuromusculaire dans certains circuits plutôt que de s’intéresser seulement à la voie « naturelle » des bloquages psychiques

3)Le patient atteint de cancer possède des contractions neuromusculaires et une tension de résistance neuromusculaire significativement mesurable au niveau bioélectrique qui restreint la circulation et l’oxygénation dans certaines zones du corps, notamment les organes sexuels.
4) Le patient souffrant de cancer a une perte chronique et une diminution graduelle de la charge bioélectrique des tissus de son corps.
5) Peu avant que la tumeur ne se développe, l’individu expérimente une bouffée émotionnelle puissante, comme la perte d’un être aimé par exemple, qui renforce l résignation émotionnelle.

PS : tout ceci est pour moi une analyse pshychologique qui ne peut être une vérité systématique ; encore une fois Reich évoque les causes profondes d’un cancer « naturel » comme il s’en est toujours produit dans l’histoire de l’humanité.

6) Les cellules cancéreuses proviennent d’un processus issu des bions, provenant de la désintégration de tissus du patient énergétiquement affaiblis.
7) Un t-bacilli spécifique est détecté en grande quantité dans les tissus et le sang du patient atteint de cancer ; les t-bacilli peuvent être cultivés et quand ils sont inoculés à une souris cela lui provoque des tumeurs.
8) L’utilisation de l’accumulateur ne peut pas par lui seul inverser la nature biopathique de la maladie du cancer. Mais de façon limitée, cependant, l’accumulateur peut stimuler le système bioénergétique afin qu’il s’étende, et recharge les tissus et même puisse désintégrer les tumeurs.

Bien que ce dernier point puisse paraître être une guérison du cancer, Reich est toujours resté précautionneux car il a mis l’accent sur les échecs nombreux face aux succès certes réels. Il a développé un test bioénergétique du sang des patients permettant de détecter des tendances pré-cancéreuses ; donc de prévoir et agir en amont. Il a aussi constaté que l’accumulateur créait une excitation parasympathique qui permettait une respiration bien plus profonde et aidait de ce fait de faire remonter à la surface des émotions longtemps enfouies.

L’accumulateur rechargeait l’organisme et pouvait aider les gens d’une manière limitée à surmonter certains effets secondaires. Les personnes pouvaient souvent ré-avoir usage d’organes dont le fonctionnement était défectueux et accroître leur énergie, pendant quelques années, ou quelque fois associé à une complète rémission des symptômes. Mais le plus souvent, au moins dans les comptes rendus publiés par Reich, un retour du cancer survenait. Dans quelques cas, il était clair qu’alors que la tumeur du patient avait commencé à se désintégrer, cela avait relâché des sous-produits toxiques qui avaient eu des effets secondaires graves dans le corps et provoqué la mort. C’était particulièrement le cas pour les tumeurs profondément enfouies à l’intérieur du corps qui se désintégraient et dont l’élimination facile des déchets toxiques était peu possible.

Dans plusieurs cas, quand le niveau bioénergétique des patients était rechargé par l’accumulateur, ils commençaient à ressentir une remontée des émotions enfouies, qu’ils ne savaient pas gérer le plus souvent. Parfois, ils développaient alors des douleurs dans les zones génitales alors que leur état s’améliorait ; en relation avec leur stase sexuelle.

Reich a observé que la plupart de ses patients atteints de cancer n’avaient pas eu de relation sexuelle depuis des années ; ou bien étaient enfermés dans un mariage sans amour, ou bien étaient profondément religieux et enfermés dans des structures rigides. Dans ces cas-là, le débloquage des obstacles émotionnels étaient la clef de la rémission.

Dans certains cas, alors que les problèmes émotionnels faisaient surface lors de leur traitement à l’accumulateur, ces derniers décidaient de mettre fin au traitement alors même qu’une restauration de certaines fonctions du corps les avait rendus mieux portant.

C’est pour toutes ces raisons que Reich s’est finalement intéressé à la prévention du cancer et au rôle de l’émotion dans la vie passée des patients ; ainsi qu’à la sexualité des patients.
Les patients émotionnellement mobilisés avaient une bonne chance de pronostic.

PS : je dirais en conclusion que l’accumulateur permet de traiter l’effet mais pas la cause et que si un travail personnel n’est pas là pour traiter la cause il y aura retour ; ce à quoi il faut ajouter le « pas de chance » si la tumeur trop profondément enfouie dégage des produits toxiques en se désintégrant ; quel que soit le travail effectué. Mais il existe peut-être d’autres techniques parallèles de détoxification du corps lors de cette phase ?


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 10h07 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expériences :

Construction des accumulateurs d’orgone :

1) La surface intérieure de tous les accumulateurs doit être composée de métal nu. Les peintures, laques, vernis,  recouvrements quelconques sur le métal interfèreront avec l’effet de l’accumulateur ; bien que la galvanisation au zinc, elle, ne pose pas de problème par contre.

2) La surface extérieure de tous les accumulateurs doit être composée d’une substance absorbant l’orgone ; en général organique, une substance non métallique.

3) Les couches de matériaux métalliques et non métalliques doivent être alternées pour la composition des enceintes de l’accumulateur. Plus il y a de couches et plus l’accumulateur est puissant. Doubler le nombre de couche ne double pas la puissance de l’accumulateur ; mais cela la fait augmenter. Un accumulateur à 3 épaisseurs a 70% de la puissance d’un 10 épaisseurs (une épaisseur consistant à une couche de métal et une couche de non métal).

Les accumulateurs de différentes tailles peuvent aussi être mis les uns dans les autres à la façon des poupées russes ; pour développer une charge plus puissante. Dans tous les cas les points 1) et 2) doivent être respectés à tout prix.
Dans le cas d’accumulateur à plusieures épaisseurs, on peut doubler la couche finale organique extérieure  et doubler la couche intérieure métallique ; pour accroître l’effet accumulateur.

4) Une erreur commune faite par les reproducteurs d’accumulateurs est d’utiliser des matériaux inadéquats. Pour les accumulateurs servant à agir sur les systèmes vivants, et particulièrement pour l’homme ; le cuivre, l’aluminium et d’autres métaux NON FERREUX doivent absolument être évités parce qu’ils produisent un effet toxique. L’effet accumulateur marchera très bien avec ces métaux interdits mais produira une puissance charge d’orgone toxique pour l’organisme, ce qui n’est pas le but recherché.

De même, certains types de mousses polyuréthanes, rigides ou souples, n’ont pas un bon effet sur les systèmes vivants lorsqu’ils sont utilisés dans les accumulateurs. Tout type de matériau imprégné de formaldéhyde ou réalisé à partir de colles ou de résines hautement toxiques ne doit pas être utilisé non plus.

Non métaux BONS pour la construction :
Laine, coton brut, acrylique, plastique styrène, celotex (plaque sonore), plaque de liège, laine de verre, fibre de verre, laine de roche, cire d’abeille, cire de bougie, terre, eau

Non métaux MAUVAIS pour la construction :
Bois ou contreplaqué, uréthane ou polyuréthane compressé (très dur), matériaux organiques contenant du formaldéhyde, de l’amiante ou d’autres toxiques chimiques.

Métaux BONS pour la construction :
Acier ou fer en feuille ou écran, acier galvanisé, laine d’acier, acier inoxydable, alliage en acier de boite de conserve

Métaux MAUVAIS pour la construction :
Aluminium, en feuille ou écran, plomb, cuivre

5) Certaines personnes ont fait des accumulateurs composés de boites de métal enterrées, entourées d’une terre riche, sans pesticide ni herbicide. Le résultat est une sorte de tombe monticule. Il est possible que des anciens sites archéologiques aient été construits sur ce principe. Certains sites possèdent des couches alternées avec du fer ou autre matériau ferreux et des couches d’argile, qui peuvent avoir été déposés là pour la construction d’un accumulateur par les anciens.

6) Un accumulateur exceptionnellement puissant peut être réalisé avec de la cire d’abeille ou d’autres matériaux diélectriques pour l’extérieur, pour la couche non métallique.

PS : cela me fait penser aux tests de condensateur avec cire d’abeille permettant la production des « ondes de vie » de Lavinay ; on est bien dans un phénomène identique :
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...p?showtopic=549


Ce matériau est très cher, surtout pour une grande surface si on veut réaliser un grand accumulateur, et aussi très fragile. Dans ce cas, on peut protéger la surface extérieure fragile avec de la gomme laque claire. Ceci a été essayé par plusieurs personnes et n’a pas semblé interférer avec l’effet positif de l’accumulateur.
Par contre NE JAMAIS utiliser de gomme laque sur les surfaces intérieures.

7) Des expériences ont montré que la forme de l’accumulateur est un facteur moins important que les matériaux le composant. Cependant, des accumulateurs réalisés en forme de pyramique, de cônes ou de tétrahèdres ont provoqué parfois des effets négatifs sur la vie inexplicables.

PS : on entre dans les ondes de forme, interagissant avec l’orgone, c'est-à-dire l’aether. Si on se réfère aux machines de Louis Boutard, le cuivre était utilisé dans les enroulements déposés sur du bois (organique) à l’intérieur et recouvert à l’extérieur de cuir (organique) . C’est exactement un sandwich accumulateur à orgone, réalisé avec des matériaux toxiques pour les formes de vie : cuivre et bois ; le cuir on ne sait pas ; et de plus sur une forme conçue pour l’effet d’onde de forme en cône, donc là aussi négative selon ce qu’on vient de voir. Donc on est bien dans le même genre de phénomènes avec Boutard avec la dimension onde de forme supplémentaire qui montre qu’il y a une science là-derrière.

Toutefois les flux mis en mouvement ne sont pas bénéfiques pour les formes de vie ; donc précautions à prendre du coup ! Ils servent normalement à générer des courants électriques ou à générer des flux qui recomposent la vie organique (zoaire Hercule) au niveau microscopique ; en passant par une phase de vésicule rond visible avec des grossissements de plusieurs milliers de fois selon les cahiers Hatinguais : cela fait beaucoup penser aux bions ; mais des sortes de bions qui seraient fabriqués par de l’orgone toxique… d’ailleurs Hercule est un zoaire ayant la propriété exceptionnelle de se nourrir de la toxicité et donc capable de détoxifier un environnement par ce biais. Si on ne le nourrit pas de substances toxiques pendant un moment il finit par mourir (il se nourrit d'amiante aussi). On peut penser qu’il se nourrit du dor et oranur avec lesquels il est constitué par les systèmes de rhombe, et d’ailleurs il est indiqué un cas de guérison d’un cancer superficiel d’une plaie dans les écrits de Boutard, on peut penser en effet à l’absorption des énergies négatives localement présentes par ce zoaire. On reste dans la cohérence au final. Fin de ma parenthèse personnelle.


Donc à moins de vouloir réaliser des essais sur les emissivités négatives pour la vie, il vaut mieux utiliser des formes cubiques ou parallélépipédique ou cylindriques pour les accumulateurs, qui ont montré leur succès.

icon_cool.gif Les coins des accumulateurs n’ont pas besoin d’être précisément construits ; et les couches n’ont pas besoin d’être hermétiques ou remplies de manière précise, bien qu’en construisant on aime faire un montage aussi propre que possible bien sûr. Dans certains cas, une simple boite de métal pas très bien enveloppée avec de la laine d’acier et du coton ou du feutre ou de la laine en couches très bien fonctionner.

Aussi certaines boîtes de conserve pour la conservation alimentaire, entourées de plastique et placées dans d’autres boîtes de conserve plus grandes elles aussi entourées de plastique. Une réalisation à 4 ou 5 épaisseurs est possible ainsi ; servant à charger des graines par exemple. Elles n’ont pas l’air belles ni scientifiques mais marchent bien.

9) Les accumulateurs doivent être gardés là où l’air frais peut circuler. La porte ou le couvercle de l’accumulateur doit aussi être gardé partiellement ouvert quand on ne s’en sert pas.Son intérieur doit être gardé frais et brillant en laissant un récipient d’eau posé à l’intérieur quand on ne s’en sert pas. Essuyez périodiquement l’intérieur avec un chiffon humide et  gardez propre l’extérieur de même.

10)    De grands accumulateurs utilisés pour les humains ou les animaux de ferme sont mieux stockés à l’extérieur sous un endroit abrité ; où la pluie ne tombera pas dessus. Une bonne circulation de l’air et un bon ensoleillement aideront l’effet d’accumulation. Le meilleur endroit pour la recherche avec un accumulateur serait dans une grange en bois en campagne, loin de toutes les lignes de transmission électrique, appareillages électromagnétiques, installations nucléaires.

11) L’accumulateur ne développera pas de charge forte, voire même aucune charge du tout pendant un temps pluvieux, humide. Pendant ce type de météo, la charge d’orgone à la surface de la Terre est très faible, la plupart de la charge d’orgone est aspirée par les nuages d’orage au-dessus ou à distance. La plus grande charge d’orgone se développe dans l’accumulateur pendant des jours clairs, ensoleillés, où la charge d’orgone à la surface du sol est forte.

PS : ceci rejoint aussi des informations données par Frédéric Dufourg sur le fait que le « magnétisme » (c'est-à-dire l’aether = orgone) est important dans le sol les jours ensoleillés. Voir sujet sur Dufourg ici :
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...p?showtopic=646


12) Les accumulateurs d’orgone utilisés à de plus hautes altitudes tendent à développer des charges plus fortes qu’à basse altitude. Les latitudes basses donnent aussi des zones de test plus fortes en charge que les hautes latitudes du globe. Une plus petite humidité dans l’atmosphère tend à permettre de plus fortes charges qu’une atmosphère humide.

Les périodes d’éruption solaire ou éjection solaire coïncident aussi avec de plus fortes charges d’orgone, en comparaison des moments où il n’y en a pas. Les alignements de la Terre, du Soleil et de la Lune, pendant les périodes de pleine lune et de nouvelle lune, sont des moments où la charge d’orgone est plus forte et aussi plus excitée dans l’atmosphère et dans l’accumulateur.

PS : ceci peut expliquer les problèmes de sommeil et les divers évènements connus dans la nature et le comportement humain et animal aux périodes de pleine ou de nouvelle lune.

13) Dans le cas d’une expérience menée avec un accumulateur avec des appareillages de mesure quelconques ; ne pas placer les appareils de mesure accolés à l’accumulateur. L’accumulateur a un champ d’énergie et à ce titre il va influencer les appareils situés dans son environnement proche.


De plus les champs magnétiques ou électriques des instruments utilisés peuvent perturber l’effet de l’accumulateur; ce qui fait une double précaution à prendre avec des instruments de mesure pour la recherche scientifique avec les accumulateurs.

14) N’utilisez aucun appareil électrique connecté à un mur à proximité de l’accumulateur (ni même de branchement électrique dans l’accumulateur bien sûr). Il ne faut pas non plus utiliser d’ordinateur portable, de TV ou d’autres appareils émettant de l’énergie radiante ; ils perturberaient l’énergie dans l’accumulateur. Pour un accumulateur fait pour y faire entrer un homme, utiliser une lampe alimentée sur pile si on désire de la lumière dedans ; ou placez une lampe électrique à l’extérieur et entrouvrez la porte de l’accumulateur pour y voir clair. Plusieurs personnes utilisent une lumière de ce style pour s’assoir et lire dans l’accumulateur pendant leur séance.
Les récepteurs radio n’ont pas semblé donner de résultats négatifs, placés dans l’accumulateur ; mais les écouteurs de type walkman ont peut-être des effets qui n’ont pas été testés, eux.

15) Pour des accumulateurs expérimentaux, il faut avoir en mémoire que n’importe quel matériau organique ou comportement de l’humidité placé à l’intérieur de l’accumulateur absorbera l’orgone qui est accumulée ; donc n’apportez pas d’objets non nécessaires à l’intérieur.

PS : c’est d’ailleurs ainsi que l’accumulateur a un effet bénéfique sur la vie : nous sommes composés à plus de 70% d’eau et absorbons donc par toutes nos cellules l’orgone de l’environnement ; donc celle de l’accumulateur ; ce qui nous permet de « faire le plein ».

16) Pour des accumulateurs à taille humaine, on fera en sorte que les murs intérieurs ne soient pas plus près de la peau de l’individu que 2 à 4 pouces. Quand on  est assis dans l’accumulateur, il est bon de se dévêtir partiellement ou complètement ; car les vêtements interfèrent avec l’absorption de la radiation d’orgone. Une chaise en bois peut être utilisée, ou un banc, car le bois de charpente sec est un absorbant faible de l’orgone. Les chaises en métal vont aussi très bien ; mais sont inconfortables à rester assis dessus, surtout à cause de l’impression de froid.

17) Une utilisation trop fréquente ou trop longue de l’accumulateur peut conduire à des symptômes de surcharge, comme de la pression dans la tête, des nausées légères, une sensation générale de se sentir mal ou d’avoir des vertiges. Dans ce cas, quittez l’accumulateur immédiatement et reposez-vous à l’air frais un moment. De tels symptômes partiront en quelques minutes. Cependant Reich a averti les personnes avec une histoire en biopathie surchargée d’utiliser l’accumulateur avec précaution, et seulement pour de courtes périodes. Ces biopathies surchargées incluent : hypertension, maladie cardiaque décompensée, tumeurs au cerveau, arteriosclérose, glaucome, épilepsie, obésité très grande, apoplexie, inflammations de la peau et conjonctivite.

18) La question du « quand est-ce suffisant ? » n’a de réponse que selon le niveau d’énergie de l’individu. Personne ne vous dit quand arrêter de boire de l’eau quand vous avez soif ; vous vous arrêtez quand vous en avez assez. C’est la même chose pour l’accumulateur : il faut arrêter quand on sent qu’on en a assez.

C’est, pour la plupart des gens, après que leur champ d’énergie s’illumine doucement ou brille légèrement avec une sensation d’excitation et de chaleur à la surface de leur peau, et après que la transpiration ait commencé. Si vous n’êtes pas sûr de vos sensations ; soyez patients, cela prend souvent plusieurs séances avant qu’elles ne commencent à se faire clairement ressentir.

Une règle est dans ce cas de ne pas rester plus de 30 à 45 minutes assis dans l’accumulateur. Toutefois il peut être utilisé plus d’une fois par jour. Il ne faut pas essayer d’y rester faire un somme pendant de longues périodes.

19) L’état qualitatif de l’orgone, de même que sa charge, varient constamment à un endroit donné de la surface de la Terre. Le cycle météorologique fait varier la charge de l’accumulateur et des conditions toxiques de l’environnement ( oranur et dor) peuvent périodiquement contaminer l’accumulateur, le rendant inutilisable en toute sécurité. Il faut donc faire attention à ces cycles et observer les changements d’effet de l’accumulateur pour procéder à son nettoyage énergétique.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 11h50 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Montage n°1 : La couverture à accumulation d’orgone

Facile à réaliser, faite à la taille qu’on désire, se transporte facilement (se roule !). On peut utiliser une petite couverture pour se reposer ou une grande pour couvrir une personne dans un lit. Comme tous les accumulateurs, elle ne doit pas être utilisée sur de longues périodes.

Ne surtout pas mettre la couverture à orgone en supplément d’une couverture chauffante électrique ; que ce soit dessus ou dessous ; même si la couverture chauffante électrique n’est pas mise en marche mais seulement branchée. Sinon il y a irritation de l’orgone produite et l’effet pour la personne devient très toxique.

Exemple de réalisation d’une couverture carrée de 2 pieds par 2 pieds de côté à 2 épaisseurs:

PS : la couverture sera vraiment plus efficace si vous pouvez vous enrouler dedans ; car ça fera alors accumulateur fermé, sinon seulement se couvrir avec la couverture doit provoquer des effets réduits. Aussi il vaut mieux à mon avis faire une couverture bien plus grande afin de pouvoir s’envelopper dedans !


1) Trouver du tissu de laine 100% laine ou de feutrine, assez pour faire 3 carrés de 2 pieds par 2 pieds. Trouver aussi plusieurs paquets de laine d’acier très fine, taille « 000 » ou « 0000 » en rouleaux.

2) Déposer le morceau de tissu de 2 pied de côté sur une surface plane. Couvrir la surface qui est sur le haut avec une couche de laine d’acier, à partir d’un rouleau non froissé. Disperser la laine d’acier de manière qu’elle ne soit pas en couche trop épaisse. On doit pouvoir voir le tissu qui est dessous pars endroits. Il est conseillé de porter un masque à particules pour éviter de respirer les fibres de laine d’acier qui s’envoleraient pendant les manipulations.

3) Par-dessus, déposer une autre couche de tissu de 2 pieds de côté.

4) Recouvrir la deuxième couche de tissu de laine d’acier à nouveau ; de la même façon que précédemment.

5) Terminer avec la dernière pièce de tissu déposée par-dessus à nouveau. Vous avez donc 3 morceaux de tissu avec deux couches de laine d’acier prises en sandwich.

6) Finissez les bordures, cousez ou fermez le tout de la manière qui vous plaît le mieux. Il est fortement conseillé de faire des points de couture intermédiaires sur la surface de la couverture afin de tenir ensemble les couches et empêcher qu’elles ne glissent et fassent une boule lors de la manipulation de la couverture ; sinon il faudrait ouvrir et tout ré étaler !

7) Utilisez la couverture dans un environnement non irritant pour l’orgone : loin des TV, fours à micro-onde, lumières fluorescentes ou appareillages électromagnétiques. Ne jamais utiliser avec une couverture électrique. Elle peut être rangée dans un hangar à l’air ouvert ou même dans un plus grand accumulateur pour se charger.

8) N’essayez jamais de laver votre couverture ; même avec un lavage à sec, car la laine d’acier rouillerait. Epongez seulement légèrement avec une éponge humidifiée pour nettoyer.

9) Reich avait fait des couvertures à orgone composées de filets de maille d’acier galvanisé, avec des couches de laine et de laine d’acier. Cela n’a pas semblé donner des résultats supérieurs à celle proposée ici avec de la laine d’acier seulement et celles de Reich trop rigides et lourdes étaient inconfortables.


La liste des photos du livre de James De Meo pour sa réalisation de couverture à orgone :
user posted image
user posted image
user posted image
user posted image
user posted image

Ce message a été modifié par Chercheur le Mercredi 27 Avril 2011 à 15h11


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 15h08 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Montage n°2 : La boîte à café chargeuse de graine

En utilisant une simple boîte de conserve ou une boîte à café, et avec de la laine d’acier et du tissu on peut faire un accumulateur cylindrique permettant par exemple de charger des graines de jardin.

Exemple d’accumulateurs à 5 épaisseurs en boîte de conserve:

1) Vider une grande boîte de conserve à café ou un autre container alimentaire en acier ou alliage acier/étain (pas d’aluminium !) ; nettoyez-le, enlevez les étiquettes et séchez-le précautionneusement. Faites-bien attention à conserver le couvercle d’ouverture de la boîte de conserve ; sinon faites-en un autre de remplacement à partir d’une autre boîte de même taille ou à partir d’une feuille de métal en acier galvanisé. Utilisez une boîte suffisamment grande pour mettre dedans toutes les graines que vous souhaitez charger.

PS : comme l’indiquent les généralités, il faut s’assurer que l’intérieur soit en métal nu, pas de revêtement peinture, résine, plastifié, etc. S’assurer du métal dont est faite la boîte de conserve. Avec un aimant on peut tester si c’est en acier ou fer (il n’y a pas de raison que de l’aluminium ou du cuivre soient mélangés en alliage avec donc dans ce cas ça devrait aller !)

2) Procurez-vous plusieurs mètres de laine 100% pure laine, ou de feutrine. Il en faut assez pour faire 5 fois le tour de la boîte de conserve plus 5 pièces rondes à superposer sur le couvercle en haut et 5 autres pour celui du bas.

3) Achetez plusieurs paquets de laine d’acier très fine, taille « 000 » ou « 0000 ». Là aussi il en faut assez pour couvrir la même surface que prévue pour le tissu. Il faut étaler la laine d’acier déroulée de façon à ne pas avoir quelque chose de trop compact, la répartir.

4) Coupez le tissu en une très longue bande dont la largeur est égale à la hauteur de la boîte de conserve. La longueur doit être à peu près de 6 fois la circonférence de la boîte. Si vous n’avez pas de tissu de cette longueur là, vous pouvez attacher plusieurs morceaux ensembles pour y arriver

PS : (attention aux glues et résines chimiques toxiques à ne pas utiliser, à mon avis la couture au fil de coton est la meilleure solution)

5) Posez le long morceau de tissu à plat et étalez une fine couche de laine d’acier dessus. Posez la boîte de conserve sur l’ensemble tissu/laine d’acier et enroulez le tout autour de la boîte de conserve. Arrêtez-vous quand la bande a été entourée autour de la boîte au moins 5 fois. Ajoutez une couche finale de tissu à l’extérieur et cousez ou scotchez-le de manière à ce que ça ne se déroule pas.

user posted image

PS : on remarque que ceci suit les indications pour renforcer les accumulateurs multi-épaisseurs: double couche de métal dedans (on a la laine d’acier en contact avec la boîte de conserve pour commencer) et double couche d’isolant organique extérieure.

6) Mesurez le diamètre des couvercles de la boite de conserve, en comptant l’épaisseur de tout ce qui a été entouré autour ; tissu et laine d’acier ; donc le diamètre extérieur. Coupez 10 cercles de ce diamètre : 5 pour le haut et 5 pour le bas.

7) Faites un sandwich de laine d’acier utilisant les tissus et la laine d’acier : 4 couches de laine d’acier en sandwich dans 5 tissus. Il faut faire deux sandwich : un pour le haut et l’autre pour le bas. Cousez un sandwich sur le couvercle du bas de la boîte, celui qui n’a pas été découpé dans la boite de conserve et fait le fond.

user posted image

8) Prenez le disque de métal coupé du haut de la boîte de conserve. Faites deux petits trous près du centre à environ ¼ de pouces d’espacement. Utilisez par exemple une aiguille à tricoter pour faire le trou à travers l’ensemble du sandwich de tissu et faire passer une grosse ficelle à travers les trous du couvercle. L’ensemble laine d’acier/tissu devrait faire de l’ordre de 2 pouces de largeur de plus que le diamètre du couvercle lui-même.

user posted image

9) Attachez la ficelle pour maintenir le sandwich sur le couvercle de façon solidaire. Serrez bien fermement la ficelle. Le couvercle devrait pouvoir se poser sur la boîte pour la refermer correctement.

10) Cherchez une taie d’oreiller ou un sac de blanchisserie ou un autre container cylindrique no-métallique dans lequel conserver le chargeur en entier. Si vous êtes doué avec une aiguille, faites vous-mêmes votre propre étui pour l’accumulateur. L’important est que la couche externe de tissu et toutes les faces de tissu touchant à la laine d’acier ne soient pas sujettes à l’humidité ; sinon la laine d’acier va tomber en poussière par la rouille occasionnée.

user posted image


11) Comme alternative à cette construction, vous pouvez utiliser une grosse boîte à gâteaux en métal qui serait enveloppée dans une couverture à accumulation d’orgone et vous pouvez imbriquer les accumulateurs les uns dans les autres pour leur donner plus de puissance.

Plus il y a d'épaisseurs et plus l’accumulateur est puissant. Dans le laboratoire de James De Meo le chargeur de graine à 5 épaisseurs est mis dans un accumulateur à 10 épaisseurs de 1 pied cubique (construction donnée plus tard), lui-même stocké dans le grand accumulateur 3 épaisseurs. Cela fait 18 épaisseurs au total et la charge disponible dedans est très sensiblement plus grande dans les effets obtenus.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 21h27 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Voici un exemple d'accumulateur boîte de conserve que j'ai pu trouver sur internet:
user posted image
D'après: http://blog.lavacocktail.com/2008/08/23/my...ccumulator.aspx

Le commentaire qui accompagne cette boite à accumulation d'orgone pour graines:
Citation (traduit par Chercheur)
Il y a de cela quelques années, on m'a envoyé un exemplaire du live "The orgone accumulator handbook" de James DeMeo. J'ai construit un accumulateur portable à partir d'une boîte à café, du tissu de laine et plein de laine d'acier. J'ai alors mis de la laine d'acier dans un tube à mesurer la quantité de précipitations pluvieuse qui a servi de projecteur-baguette, car je ne trouvais pas de tube à essai pour y mettre la laine d'acier dedans, comme le précisait le livre. J'ai aussi réalisé une couverture à orgone à 2 épaisseurs que j'utilise pour mes travaux de soin.

Les résultats les plus tangibles concernant l'orgone ont été obtenus en mettant des graines de fleur dans l'accumulateur pendant environ 10 jours. N'ayant pas la main verte par ailleurs, je dois dire que j'ai été très surpris de voir comme les fleurs sont devenues robustes. En considérant le fait que j'ai seulement jeté ces graines qui ont grandi sans soin et mon travail a seulement consisté à ratisser quelques fois pour les disperser dans le sol. Elles ont poussé en plein milieu d'un printemps inhabituellement froid du Minnesota. Les fleurs continuent à croître, certaines ont vraiment beaucoup grandi au-delà de la taille ordinaire de ces fleurs, sans l'usage d'aucun engrais additionnel de ma part. Je n'ai rien fait d'autre que sarcler le sol une seule fois et arrosé les plantes régulièrement.


Il faudrait évidemment. un test scientifiquement mené avec un groupe de fleurs témoins pour comparer. Ici ce genre de test comparatif (à gauche, pousse dans une boite standard, à droite pousse dans un accumulateur: 3 fois plus de hauteur de pousse):
user posted image

J'en avais réalisé un moi-même que je mettrai ici plus tard, quand je l'aurais sous la main; mais incorrectement monté, à l'époque je n'avais pas la possibilité d'acheter les matériaux adéquats, étant adolescent. Je n'avais eu aucun résultat (mais comme je le dis plein de choses étaient non respectées: métal non nu, tissu pas en laine ni feutrine; bref que du mauvais travail)

Une autre image de construction de couverture à orgone ici (à 7 épaisseurs):
user posted image
D'après: http://www.orgonics.com/whatisor.htm#anchor116500

Une description de la formation des bions par Reich ici:

Citation (traduit par Chercheur)
user posted image
A. Les vésicules dans une pousse d'herbe. 1500x (voir illustration)
B. Les bions se libèrent de l'herbe et s'agglutinent.
C. Des paquets de bions avec une membrane qui se forme autour d'eux et un mouvement interne.
D. Le même organisme sous une forme contractée et allongée: pulse d'avant en arrière. Ces organismes ont été observés nager librement, développer une sorte de bouche et "manger". Certains de ces organismes ont arrêté leur développement sphéroïde et ont évolué sous une forme allongée et se sont transformés en amibes.

Reich a fait des vidéos de ce processus de biogenèse dans le milieu des années 1930


Observation de bions au microscope: matériel nécessaire et observations réalisées:
http://www.tingle.org.uk/microscope%20and%20bions.html

Le travail des personnes du lien précédent en vidéo sur youtube:





J'en profite pour donner le lien du musée Wilhelm Reich sur l'orgone:
http://www.wilhelmreichmuseum.org/index.html

Distributeur d'accumulateurs et autres (à des prix affolants! Il vaut mieux faire soi-même là!!)
http://www.orgonics.com/index.htm

Ce message a été modifié par Chercheur le Jeudi 28 Avril 2011 à 10h37


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 21h49 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Essais d'un cloudbuster construit selon les paramètres de Reich dans le cadre d'un travail de recherche de modification météorologique sérieux; avec étude d'impact météo satellite et formation des nuages par le Dr De Meo:
http://www.orgonelab.org/OROPIsrael1991.htm

user posted image
user posted image
user posted image

Le test a monté la création de chutes d'eau sur 10 jours de 90% de la chute annuelle habituelle, correspondant aux tests qui visaient à faire précipiter l'eau dans des conditions désertiques en Israël.

user posted image

Inondations consécutives:
user posted image

A lire avec intérêt. Là on est dans du test scientifique sérieux et pas du cloudbuster new-âgeux de salon qui a l'impression de changer le monde en pointant un cristal vers le ciel avec un tube de cuivre planté par-dessus.

Le travail de DeMeo est disponible sur son site:
http://www.orgonelab.org/


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mercredi 27 Avril 2011 à 22h52 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Pour poursuivre un peu sur les cloudbuster de Reich, j'ai décidé de passer un peu de temps à traduire un de ses articles (une partie de l'article seulement, presque tout en fait dans l'article) sur le fonctionnement de ce mécanisme:

D'après: http://www.orgonelab.org/cloudbustingisnot.htm
Citation (James De Meo)
Le cloudbuster n’est pas une « modification météorologique »

Pendant des années il y a eu une tendance à ce que le cloudbusting soit appelé « modification météorologique » ou « modification de la météo par orgonomie », ou d’autres termes qui impliquent que la fonction première du cloudbusting est de changer la météorologie d’une manière spécifique ; pour faire que la météo soit ceci ou cela. Techniquement et philosophiquement, ceci est totalement incorrect et je suggère que cette terminologie soit abandonnée complètement du lexique de la recherche sur l’orgone. L’idée de Reich dans le développement du cloudbuster n’était pas de modifier ou de faire quoi que ce soit, mais plutôt de restaurer la propriété oerdue de pulsation atmosphérique. Le cloudbusting était historiquement développé pour régler une situation de crise atmosphérique, dans une atmosphère brumeuse et sèche qui affligeait la région rurale du Maine. Reich avait remarqué que la pulsation énergétique atmosphérique et l’auto-régulation naturelle dans l’atmosphère avait cessé ; et travaillait sur une solution pour ramener l’atmosphère à des conditions plus naturelles.

De manière factuelle, le cloudbusting est une technique visant à éliminer les obstacles au fonctionnement naturel de l’atmosphère, visant à restaurer le principe perdu de pulsation énergétique atmosphérique et d’auto-régulation. Le contexte est similaire au but de Reich dans sa thérapie émotionnelle ; ceci aidant l’individu à se sentir plus vivant et à respirer plus profondément, pour pulser biologiquement de manière plus libre et fonctionner d’une manière plus vivante et auto-régulée. Le blindage émotionnel pouvait être éliminé par la thérapie qu’il avait développée dans ses tests cliniques du début ; et ceci résultait en un meilleur fonctionnement de l’organisme entier. De la même façon, sa méthode de cloudbusting peut effacer le blindage atmosphérique qui apparait comme une brume gris acier terne et stagnante dans la basse atmosphère et sur le paysage. Quand l’armure ou la stagnation atmoshérique sont en place ; on peut essayer d’assister ou d’aider la nature à fonctionner comme elle le devrait normalement si elle n’avait pas cette armure ou cette stagnation. Un travail soigné avec le cloudbuster pouvait souvent atteindre ce but ; bien que ceci ne réussisse pas uniformément et pas dans toutes les conditions. Le cloudbusting n’est pas une béquille, ni un médicament à appliquer avec routine ou sans entraînement ou connaissance de la science atmosphérique. C’est plus comme une acuponcture atmosphérique temporaire qui est utilisé brièvement pour restaurer le flux d’énergie naturel de l’atmosphère ; de la même façon qu’une aiguille d’acuponcture est utilisée sur un organisme vivant pour stimuler un fonctionnement bioénergétique de bonne santé plus normale. Après que le fonctionnement normal soit rétabli, aussi bien pour les aiguilles d’acuponcture pour le corps que le cloudbuster pour l’atmosphère sont rangés et ne sont plus utilisés.

Concernant le fonctionnement atmosphérique e l’atmosphère, une partie de la difficulté est le terme cloudbusting lui-même, qui implique que beaucoup de personnes pensent que cela signifie éclater les nuages. Mais cela implique alors  le cloudburst (éclatement de nuage), un déclenchement possible des forces de la pluie à partir d’un nuage donné, comme si on pouvait percer  le nuage avec une aiguille et que l’eau en tomberait. Alors que la dissipation ou l’obtention de pluie à partir de nuages individuels est parfois possible, ce n’est pas le but de la technique de cloudbuster. Reich préférait le terme « ingénierie d’orgone cosmique ». Si on arrivait à enlever la tendance à la stagnation de l’atmosphère, elle pulsait d’elle-même et formait des nuages discrets qui grossissaient spontanément et rétrécissaient, développant  alors un système orageux qui se dissipait ensuite pour laisser la place à un ciel clair.


On peut consulter la liste de ses travaux tests de précipitation dans des lieux touchés par une sécheresse atmosphérique de type dor ici:
http://www.orgonelab.org/cloudbusting.htm

Une liste des choses qu'on peut ou pas faire avec un cloudbuster:
http://www.orgone.org/requipment/cbuster/cbust00.htm

Citation
RULES TO FOLLOW IN CLOUD ENGINEERING
by Wilhelm Reich

published by Orgone Institute in "CORE" July 1954 Vol. VI Nos. 1-4; appendix A"

    * 1. Shed all ambition to impress anyone.
    * 2. Never play around with rain making or cloudbusting. The OR envelope which you tackle while "drawing" energy from the atmosphere is an energetic continuum of high power. You may cause twisters. You may stir a forest fire into the wrong direction. You may do other damage without intending to do so. Never do anything unless you must.
    * 3. If experimenting: it is important to observe and know why you are doing what, that you can achieve immediate results. Slowly growing comprehension will secure later results safely.
    * 4. In cloud engineering you do not " create rain," - you do not " destroy clouds," - briefly, you are not playing God. What you do is solely helping nature on its natural course.
    * 5. Have your equipment, truck, etc. especially all metal parts well grounded into water, preferably flowing water. Lack of grounding imperils your organism.
    * 6. Do not let workers draw OR energy any longer if they become blue or purple in their faces or feel dizzy. Exchange the workers; let them rest far enough way, and have their faces and arms always wetted down with fresh water.
    * 7. Do not hold on to pipes or other metal parts while you draw OR. Always use a separate plastic or wooden handle to move equipment while drawing. Have your hands always well insulated with rubber or heavy cotton gloves.
    * 8. Have signs put up in such a manner that no one is hurt by OR charges. Do not let people stand close by. Among them may be men or women who are ill and would run some danger to their health.
    * 9. Never " drill a hole " into the sky right above you unless you aim for a long drawn rain.
    * 10. When you feel a breeze or wind setting in due to your operation, stop drawing if the wind direction becomes too strong or even if it acquire the appearance of a twister.
    * 11. If you wish to remove DOR clouds, draw in direction of run of OR envelope.
    * 12. If you wish to DESTROY clouds or to stop rain, aim at center of heaviest clouds.
    * 13. If you wish to make clouds grow heavier, draw from the vicinity of the smaller clouds, and have the large or heavy clouds undisturbed.
    * 14. If there are no clouds in the sky and clouds should be created, disturb the stillness or evenness of the OR envelope all around you by brief, sweeping draws and draw mainly against the run of the OR envelope. To create clouds you must create differences of OR energy potentials.

    * 15. ( by GOE) Under no conditions should you have any electrical wires, electrical instruments of any kind, or any radioactive material near a cloudbuster during any operation. Severe health problems may result.


Ainsi il est clair que les pseudo cloudbuster sensés faire disparaître les nuages sont du bidonnage complet. Le cloudbuster ne fait pas disparaître les nuages; il permet d'éliminer le dor de l'atmosphère quand le temps est à la stagnation et favorisera la création de nuages de pluie; pluie qui balaiera l'atmosphère de sa surcharge résiduelle et le cycle normal de la météo redémarre.

La seule technique que je connaisse qui permette de pousser des nuages est la technique des ondes scalaires. Ces ondes peuvent agir sur l'eau à l'état de vapeur et pousser la vapeur d'eau; pour déplacer un nuage; pas pour le désintégrer.
Une émission scalaire dirigée, provenant par exemple d'ondes scalaires dues à la pensée ou à un système émetteur technologique quelconque, pourraient trouer un ensemble de nuages dense éventuellement; en poussant la vapeur d'eau.

Donc jusqu'à preuve du contraire, les cloudbuster new-âgeux qui dissipent les nuages sont une fumisterie à mesurer sur l'échelle des bovis à 0 de confiance icon_biggrin.gif. A moins que cela soit une technique encore différente; mais dans ce cas elle ne DOIT PAS s'appeler cloudbuster, qui est la technique Reich précédemment décrite.

La technique Reich, c'est aspirer le dor de l'atmosphère. Tout autre système qui fonctionnerait sur un autre principe; comme l'émission d'une flux d'énergie vers les nuages afin de les dissiper n'est pas une technique cloudbuster. Le fait de ne pas avoir d'évacuateur du dor pompé par des tuyaux qui de plus sont en cuivre montre que les systèmes à orgonite sont:
*soit une foutaise complète bidonnée pour leurs effets sur les nuages
*soit un système qui marche sur un autre principe que le pompage de dor et donc il y a confusion des termes (comme l'émission scalaire par exemple qui peut agir sur la vapeur d'eau; mais là il faut autre chose encore) et il faut modifier cela au plus vite et ne pas dire qu'on fait du cloudbuster ainsi.

J'attends une preuve non bidonnée que cela fonctionne, et alors il faudra classer ça dans un sujet totalement différent du cloudbusting. Est-ce que j'ai l'idée d'appeler café le chocolat que je verse dans mon lait? C'est du n'importe quoi si on attribue des résultats qui n'ont rien à voir avec la technique de Reich à autre chose.

Le dernier qui a dit travailler dessus (l'orgonite) n'a jamais donné de résultat, sur un autre sujet orgone... donc il reste à faire des tests pour savoir; des tests qui vont jusqu'à donner des résultats ici; sinon pas d'intérêt.

Ce message a été modifié par Chercheur le Mercredi 27 Avril 2011 à 23h15


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Jeudi 28 Avril 2011 à 10h49 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Montage n°3 : Projecteur-baguette d’orgone

Le projecteur-baguette est un moyen très simple de démontrer les sensations subjectives de la radiation d’orgone, et aussi pour permettre l’irradiation de l’énergie d’orgone dans les zones du corps en forme de cavité. Stockez tout simplement le projecteur-baguette dans un accumulateur bien entretenu et enlevez-le pour l’usage quand c’est nécessaire. Dans un état relaxé, la plupart des personnes peuvent tenir la baguette dans la main, ou le placer sur leur plexus solaire ou la lèvre supérieure et peuvent alors ressentir l’émission radiante douce d’énergie d’orgone.

PS : c’est ce dont parle la personne dont j’ai repris le commentaire dans le message précédent ici :
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...indpost&p=18690


1) Procurez-vous un tube à essai en pyrex de 3/4 à 1 pouce de diamètre et de 6 à 9 pouces de longueur ; à partir d’un laboratoire ou d’une compagnie de vente de produits médicaux.

PS : pour les expériences que j’ai mené avec Boutard, j’avais pu apprendre qu’on peut acheter des tubes à essai en pharmacie ; sinon la pharmacie peut vous donner le nom de son revendeur local qui lui en vend ; et ça ne coûte vraiment pas cher, quelques dizaines de centimes d’euros.

2) Remplissez complètement le tube à essai avec de la laine d’acier de taille très fine (« 000 » ou « 0000 »). Compressez jusqu’à obtenir une bonne fermeté dedans.

3) Fermez l’ouverture du tube à essai avec un bouchon en caoutchouc et scotchez-le avec du scotch plastique pour isolation électrique.


user posted image

PS : le revendeur de tube à essais de ma pharmacie vend des bouchons pour tubes à essais de toute taille, en caoutchouc ou en liège ; donc même filière que précédemment.

4) Placez le projecteur-baguette dans l’enceinte d’un petit accumulateur d’orgone pendant une période de plusieurs jours ou semaines avant de vous en servir. Gardez-le stocké dans l’accumulateur entre deux utilisations.

5) Si vous utilisez le projecteur-baguette pour irradier la gorge ou d’autres zones creuses du corps, ou si le verre en pyrex devient souillé d’une autre manière, nettoyez le tube en verre avec un alcool d’isopropyl avant de le remettre dans l’accumulateur. Le baguette doit toujours être nettoyée avec de l’alcool et être séchée à l’air (alcool évaporé) avant d’être replacée dans l’accumulateur pour recharge.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Jeudi 28 Avril 2011 à 15h09 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Montage n°4 : Accumulateur d’orgone à 10 épaisseurs

Un accumulateur puissant de un pied cube à 10 épaisseurs peut être construit à suivant les indications suivantes :

1) Coupez 6 feuilles de métal carrées d’épaisseur 27 gauge (environ 0,36mm en unité française) et de 1 pied par 1 pied de côté. Utilisez du scotch épais, sur les faces extérieures de l’enceinte de métal seulement, pour assembler en un cube de métal. Laissez le haut du cube ouvert, ne scotchez pas la plaque du haut à sa place. L’intérieur du cube doit être en métal nu, ne montrant aucune trace de scotch.

2) Utilisez de la laine d’acier très fine (« 000 » ou « 0000 ») et du matériau acrylique plastique lourd et clair de protection de tapis pour la construction des épaisseurs. Le matériau plastique acrylique clair de protection tapis est le même que celui utilisé dans les maisons témoins pour protéger les tapis de l’usure, et est souvent vendu en rouleaux dans les magasins de fourniture. Ce n’est pas bon marché, mais cela marche très bien. Le plastique clair de tapis en rouleau doit avoir des rangées de petits aggripants sur le côté qui doit normalement faire face au tapis.

PS : voici une image de ce qu’est ce genre de protection pour tapis :
user posted image d’après:http://wxnanfeng.by-trade-shows.com/supply...ctive_film.html
ou encore : user posted image
Attention cette dernière est en polyéthylène et pas en acrylique.


Du Celotex (plaque insonorisante) devrait être utilisé pour la couche finale extérieure, avec des bandes de coins en bois de tenue. Le Celotex de la couche finale extérieure peut en supplément être recouvert de cire d’abeille et/ou de gomme laque pour accroître l’effet de charge.

Voir la note sur les matériaux des accumulateurs ici:
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...indpost&p=18725

PS : J’ai trouvé ceci comme image décrivant du celotex sur internet :
user posted image


3) Dix couches alternées de plastique et de laine d’acier mesurant environ 2 pouces d’épaisseur doivent être assemblées. Une fois cela terminé, vous devriez construire la couche en Celotex à l’extérieur en forme de cube, dont les dimensions intérieures seront de 16 pouces x 16 pouces x 16 pouces. Coupez les 6 panneaux de Celotex avec les dimensions suivantes :

Panneaux de Celotex :
Haut : 17 pouces x 17 pouces
Bas : 17 pouces x 17 pouces
2 côtés : 17 pouces x 16 pouces
2 côtés : 16 pouces x 16 pouces

user posted image

4) Utilisez de petits clous et collez pour assembler 5 des 6 panneaux de celotex ensemble, pour réaliser la forme du cube. A nouveau, comme pour la boîte métallique centrale, ne pas attacher le sommet. Ajoutez encore de la colle aux coins pour assembler la boîte en celotex, et faites-là sécher avant de poursuivre le montage.

5) Utilisez une boîte de mitre, coupez les bandes de coin de bois pour réaliser les bords extérieurs de la boîte en celotex. Clouez et collez ces bandes de coins en bois sur la boîte en celotex pour la renforcer.

6) Coupez 20 morceaux carrés de protecteur de tapis plastique de 16 poucesx16 pouces. Mettez 10 de ces morceaux de côté. Disposez les autres 10 morceaux un à la fois dans le bas de la boîte de celotex, la face aggripante vers le haut. Entre chaque morceau carré de plastique disposez de la laine d’acier, sortie et décompactée des rouleaux de laine d’acier au préalable. Lorsque c’est terminé, le haut du dernier morceau de plastique sera en regard vers le haut de la boîte, depuis le fond de celle-ci, et il doit lui aussi être couvert de laine d’acier.


user posted image

7) Disposez le cube en feuille d’acier galvanisé dans la boîte de celotex, posé sur les 10 épaisseurs de plastique et laine d’acier. Si vous avez tout monté conformément aux indications, vous devriez avoir environ 2 pouces d’espace entre le sommet du cube en métal et la boîte en celotex, et de même environ 2 pouces d’espace entre les côtés du cube en métal et ceux intérieurs de la boîte en celotex.

8) Coupez 20 morceaux de plastique de 12 pouces x 16 pouces ; et 20 autres morceaux de 12 poucesx12 pouces. Ils seront utilisés pour remplir les espaces sur les côtés entre le cube de métal et la boîte de celotex. Disposez chaque couche de plastique avec de la laine d’acier par-dessus et empilez-les pour en fait une pile de 10 morceaux à chaque fois. Faites ceci sur une surface plane avant d’essayer de remettre le tour en position verticale entre les boîtes de métal et de celotex.

9) Placez les deux piles de 16 pouces x 12pouces de plastique et laine d’acier entre le cube en métal et celui en celotex, sur les faces opposées du cube de métal à chaque fois pour aider à maintenir. Pour la disposition, une couche de plastique doit être placée contre la paroi intérieure de la boîte de celotex alors qu’une couche de laine d’acier doit être placée contre la paroi du cube de métal. Le bord du haut de plastique devrait être presque aligné avec le bord du haut du cube de métal ; les deux devant être situés environ à 2 pouces sous le bord supérieur de la boîte de celotex.

10) Placez les deux piles de plastique/ laine d’acier de 12 pouces x 12 pouces dans les deux espaces restants entre la boîte de celotex et celle en métal ; de la même façon que décrite pour les deux piles précédentes.

11) Prenez les 10 morceaux restants de 16 pouces x 16 pouces en plastique et disposez-les couche par couche en mettant la laine d’acier entre. Empilez-les bien ensemble. Par contre, à la différence d’auparavant, ne terminez pas par une couche de laine d’acier par-dessus la dernière couche de plastique.

user posted image

12) Prenez la dernière laque de métal en acier galvanisé et percez de petits trous dans chaque coin, à environ ½ pouce de chaque coin. Les trous devraient être assez larges pour permettre de passer une visse longue mais étroite.

13) Trouvez une surface en bois rugueux ou en moquette sur laquelle travailler. Placez la pile des carrés de plastique/laine d’acier sur le dernier morceau de celotex. Il devrait y avoir environ ½ pouce de celotex qui apparait tout autour de la pile bien disposée de façon centrale. Placez maintenant la feuille carrée de métal (avec les trous) sur la pile de plastique/laine d’acier/celotex et centrez-là la aussi. Il devrait y avoir environ 2 pouces de plastique dépassant tout autour de chaque côté de la feuille carrée de métal. Utilisez du scotch de masquage pour faire tenir provisoirement la pile celotex/plastique/acier ensemble.

14) A l’aide d’un pic à glace, faites 4 trous verticaux avec précaution dans la pile de plastique/acier et à travers le celotex ; en utilisant les trous dans les coins de la plaque de métal comme guide de trouage. N’utilisez pas de perceuse, car la laine d’acier va s’enrouler autour du forêt et tout sera à refaire.

15) Utilisez 4 petits boulons avec des écrous et des GRANDES rondelles, et fixez ensemble la pile de plastique/laine d’acer et plaque de métal contre le carré de celotex. Utilisez un boulon pas plus long que nécessaire, de façon à ce que son extrémité de fasse pas protubérance de manière significative. Lorsque c’est terminé, ce couvercle complet devrait s’emboîter exactement sur le dessus de la boîte en celotex. La plaque de métal attachée au couvercle devrait s’aligner de manière très proche ; mais pas à la perfection, avec l’intérieur du cube de métal. Avec le couvercle en place, seul le métal nu devrait être face à l’intérieur de l’accumulateur.

16) Pour la manipulation, tout d’abord collez fortement une bande de bois plate, large et longue sur les deux faces externes du cube de celotex, près du sommet. Quand c’est complètement sec, vissez une poignée en bois ou en métal sur ces bandes de bois. Une poignée devrait aussi être fixée sur le dessus du couvercle ; pour le soulever et le mettre en place facilement. Le celotex est tout bonnement trop léger pour qu’on puisse visser ou clouer dedans directement quelque chose qui tienne. Vous pouvez mettre en place une charnière entre le couvercle et la boîte ou des roues de caboteur sous le dessous de la boîte pour en faciliter le déplacement et la manipulation, mais cela n’est pas indispensable.

17) Pour une puissance de charge additionnelle, la paroi extérieure en celotex peut alors être recouverte avec de la cire d’abeille ou de la paraffine (pas réellement nécessaire) ; mais dans tous les cas elle devrait être recouverte de plusieurs couches de gomme laque naturelle.

18) Pour une puissance de charge additionnelle, stoquez cet accumulateur cubique dans la partie basse d’un accumulateur plus grand pour taille humaine, sous le banc sur lequel vous devez normalement vous assoir. Soyez sûr de faire en sorte que l’environnement soit propre et non contaminé pour votre accumulateur, comme expliqué dans les généralités à ce sujet. Ouvrez le couvercle en position verticale (dans le cas de charnière) lorsque vous ne l’utilisez pas, et stockez-le dans un endroit propre et sec, sans contamination électromagnétique ni nucléaire.

user posted image

Accessoire de l’accumulateur à 10 épaisseurs : le projecteur-entonnoir :

Le projecteur-entonnoir est semblable à d’autres appareils à accumulation, mais il a une face ouverte permettant l’irradiation extérieure des objets. Il est souvent branché sur un accumulateur plus grand, mais ce n’est pas absolument indispensable.

1) Trouvez un entonnoir en acier galvanisé avec un diamètre d’environ 6 pouces pour la grande ouverture ; dans un magasin de fournitures agricole ou de fourniture automobile. Les magasins de fourniture automobile le fournissent parfois avec un tube de métal flexible déjà attaché, pour verser l’huile dans un moteur de voiture ; et ceci peut être utile pour l’attacher par la suite à une boîte accumulatrice d’orgone.

2) Recouvrez la surface de métal extérieure de l’entonnoir avec une couche de cire d’abeille fondue, ou avec des bandes de scotch plastique électrique noir, laissant la partie de métal nu exposée librement à l’intérieur de l’entonnoir.

3) Si besoin de raccordement à un accumulateur, la petite extrémité de drainage d’énergie de l’entonnoir peut être attachée à un câble « BX greenfield » flexible en métal de ¾ à 1 pouce de diamètre (utilisez de l’acier galvanisé et PAS DE L’ALUMINIUM). L’autre extrémité du câble est alors placée à l’intérieur d’une boîte accumulatrice d’orgone, par un trou sur son côté ou sur son couvercle. Enveloppez la surface extérieure du câble métallique flexible avec du scotch électrique plastique noir. Votre projecteur-entonnoir va alors diriger l’orgone de l’accumulateur par le câble jusqu’à la sortie de l’entonnoir, accroissant ainsi par concentration la puissance de la radiation d’orgone émise. Ou alors gardez simplement votre projecteur-entonnoir dans la boite accumulatrice pour le garder en charge.

Quelques images trouvées sur internet de ce type d’accumulateur :

L’accumulateur 10 épaisseurs avec entonnoir stocké dans un accumulateur de taille humaine :
user posted image


Une autre version :
user posted image

Après à chacun d’adapter selon ses souhaites et d’augmenter même le nombre d’épaisseurs si le courage est là !

Ce message a été modifié par Chercheur le Mardi 03 Mai 2011 à 14h37


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Jeudi 28 Avril 2011 à 15h31 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Petite vidéo bien faite et plaisante présentant le sujet orgone/Reich avec photos d'illustrations, compilation provenant du laboratoire de recherche sur l'orgone de James DeMeo (vidéo en américain seulement)


Observations de bions et analyses microscopiques effectuées au laboratoire de recherche sur l'orgone de James DeMeo (article en américain)
http://www.orgonelab.org/DeMeoBionsColor.pdf


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Samedi 30 Avril 2011 à 08h02 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Montage n°5 : Accumulateur d’orgone à 3 épaisseurs pour taille humaine

Je ne documenterai pas ce montage car il est plus coûteux. Ceux qui sont intéressés iront le consulter directement dans le livre de James DeMeo p126 à 134.
Les autres montages précédemment énoncés sont plus à la portée de tout un chacun ici en terme de coût (celui à 10 épaisseurs étant plus cher tout de même !)
Le principe est évidemment le même ici, avec des couches de fibre de verre pour absorbant au lieu de tissu de laine.

Voir la note sur les matériaux des accumulateurs ici:
http://www.chercheursduvrai.fr/forum/in...indpost&p=18725

user posted image
user posted image
user posted image
user posted image

user posted image


Expérience n°1: To-T

Un accumulateur développe spontanément une légère augmentation de température que son environnement ou qu’une enceinte contrôlée ; durant les jours clairs et ensoleillés où la charge d’orgone à la surface de la Terre est forte. L’effet disparaît durant les tempêtes, temps de pluie, lorsque l’orgone à la surface du sol est faible (mais forte dans l’atmosphère). Ceci a conduit à une expérience de mesure de température qui a été reproduite de nombreuses fois et qui démontre que l’énergie d’orgone fonctionne à) l’encontre de la seconde loi de la thermodynamique.

L’expérience, menée avec un accumulateur d’orgone fermé hermétiquement peut montrer une augmentation allant de plusieurs dixièmes de degrés à plusieurs degrés de différence avec l’extérieur.

Albert Einstein lui-même a reproduit l’expérience et l’a appelé une « bombe dans la physique » et un livre intitulé « L’affaire Einstein » reproduit la correspondance entre Reich et Einstein à ce sujet. Une conclusion définitive de l’expérience To-T demande la construction d’un accumulateur thermiquement équilibré et des enceintes contrôlées ; une mesure précise de la météorologie et des températures de l’environnement, des thermomètres sensibles capables d’enregistrer le dixième de degré d’écart ; et des systèmes de mesures systématiques sur de longues périodes.

A ceux qui désirent reproduire cette expérience, il est conseillé de consulter le document en question pour plus de détail (référence bibliographique dans le livre de James DeMeo).

Schéma :
user posted image

Légende du schéma :
L’accumulateur d’orgone (à droite) et l’enceinte de contrôle témoin (à gauche) doivent être identiques en terme de taille, de ventilation, et de dynamique thermique pour des expériences quantitatives d’énergie orgonique. L’intérieur et l’extérieur des enceintes de la boîte témoin doivent être de même taille que celles de l’accumulateur avec des dimensions identiques de couvercle. Cependant, les feuilles de métal et la laine d’acier ne doivent pas être utilisés dans l’enceinte du témoin. Alors que le métal est utilisé dans la construction de l’accumulateur, il est strictement exclu de la construction de la boîte témoin. Dans le témoin, des couches de plastique ou de fibres de verre remplacent les couches de laine d’acier. La résistance thermique et la capacité à retenir la chaleur doivent être le plus identiques possibles entre le témoin et l’accumulateur. Un ensemble de conditions environnementales identique doit être maintenu pour les deux enceintes.

Bibliographie
J’en profite pour donner la bibliographie de James DeMeo sur la partie des ouvrages et articles de Reich qu’il a utilisés comme référence à son livre. Ceci n’est pas la totalité des écrits de Reich, mais une sélection ; de même la bibliographie comprend des pages de livres et articles sur l’orgone écrits par d’autres que Reich lui-même que je ne mets pas ici. Se référer à son livre pour les bibliographies, pages 135 à 147 (comme vous le voyez il y a bien plus que le peu que je mets ici).

Livres de Reich qui ont été ré-édités :
user posted image

Livres de Reich utilisés comme référence et non republiés :
(PS : je pense qu’ils sont disponibles sur micro film au musée Wilhelm Reich aux USA dont j’ai mis le lien dans un autre message) : user posted image

Articles de Reich utilisés comme référence:
user posted image

Ce message a été modifié par Chercheur le Mardi 03 Mai 2011 à 14h38


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Samedi 30 Avril 2011 à 18h43 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expérience n°2: Amélioration de la croissance des plantes

Plantes de jardin :

Les effets positifs sur la vie de l’accumulateur peuvent s’observer dans le chargement d’orgone des graines ; avec leur croissance accélérée consécutive lorsqu’elles sont plantées. Attention, des graines trop chargées, surchargées, ne présentent plus de différence avec des graines non soumises à la charge ; il faut rester modéré en toutes choses.

Prenez des graines de jardin et divisez –les eu deux groupes : étiquetez les unes A et les autres B. Placez les graines du groupe A dans un accumulateur d’orgone pendant un jour ou deux ; jusqu’à une semaine au maximum, juste avant de les planter. Stockez les graines du groupe B dans un endroit situé loin de l’accumulateur, mais avec des conditions identiques de température, d’humidité et d’aération. Vous pouvez garder les graines dans leur plastique ou leur paquet papier pendant le chargement dans l’accumulateur et pour le groupe témoin ; mais assure-vous qu’aucun des deux groupes A et B ne soient situés près d’une TV, d’une lumière fluorescente, d’un four à micro-ondes, d’un ordinateur ou d’un autre appareillage qui produirait de l’oranur.

Après avoir chargé, plantez les différentes graines de manière à ce que vous puissiez identifier les deux groupes. Surveillez et mesurez la croissance des deux groupes, en prenant des notes et des photographies. Comptez ou mesurez par d’autres moyens la productivité de chaque groupe. Le groupe provenant de l’accumulateur devrait avoir une plus grande croissance et une plus grande productivité. Des études contrôlées par des fermiers organiques, plus spécialement ceux de Jutta Espanca au Portugal ont montré des effets très significatifs du chargement à l’orgone. Espanca a trouvé que les graines de jardin donnent les meilleurs résultats si elles sont chargées seulement pendant une journée, ou même pendant quelques heures, mais ceci doit être fait pendant un jour particulièrement beau, clair, étincelant, quand l’énergie d’orgone sur la surface de la Terre et donc dans l’accumulateur, est très forte et vivace. Autrement, la charge peut durer un peu plus longtemps.

Notez aussi que les graines peuvent être surchargées. Des essais de charge de graines pendant 30 jours ou plus ont souvent conduit à des différences faibles entre les graines témoins et celles qui ont été chargées ; ou même à une croissance rachitique.

Plantes en pot:

Une expérience similaire peut être effectuée sur les plantes en pot en chargeant les graines préalablement puis en les plantant dans des pots. Mais on peut faire aussi l’expérience de charger la terre dans laquelle les plantes vont pousser ou l’eau qui sert à arroser (contrairement au jardin là on contrôle l’approvisionnement en eau).

PS : Il est possible d’envisager des tests multiples avec et sans charge des graines, de la terre et de l’eau et de faire des comparaisons entre chaque groupe ; voir si un effet d’intoxication de surcharge a lieu avec le cumul des chargements des éléments nourriciers, etc.

On peut aussi faire un accumulateur entourant le pot, avec une boite de conserve dont les deux couvercles ont été retirés, et des couches de plastique et de laine d’acier entourées autour. Assurez-vous que la couche finale de plastique soit particulièrement épaisse et n’utilisez aucun matériau en aluminium. Laissez la laine d’acier de façon duveteuse, ne la compressez pas.

Graines germées à la maison:

Les effets positifs sur la vie de l’accumulateur peuvent aussi être testés sur l’accélération de croissance de la germination. Construisez un accumulateur pour abriter votre système de germination de graines.

Mettez un des containers à faire germer les graines dans une zone noire éloignée de l’accumulateur et une autre dans l’accumulateur plongé dans le noir, bien refermé. Soyez sûrs que la température, la ventilation, l’exposition à la lumière des deux groupes soient identiques et encore une fois gardez bien les deux groupes éloignés des appareillages producteurs d’oranur.

Mesurez la quantité de graines mise dans chaque container, et assurez-vous que l’eau placée dans chacun d’eux soit en quantité environ égale. Observez et gardez note des différences de croissance et de goût. Le groupe dans l’accumulateur devrait donner une plus forte croissance et productivité.

Graines germées dans des conditions de laboratoire:

Procurez-vous deux plats en verre peu profonds à fond plat, ou deux coupelles de laboratoire en verre et peu profonds pour les cultures (boites de pétri) d’environ 4 pouces de diamètre et 1 pouce de rebord. Dans chacun d’eau placez entre 20 et 30 graines sèches de haricots, de façon à former une couche de haricot non superposés les uns sur les autres, disposés sur le fond de la coupelle en verre.

Ajoutez une quantité d’eau mesurée identique dans chacune des deux coupelles ; de manière que seulement la moitié de la hauteur des graines est plongée dans l’eau. Le haut des graines doit rester exposé à l’air alors que le bas est mouillé. Placez une des coupelles dans un petit mais puissant accumulateur d’orgone ; et l’autre dans une enceinte en bois ou en carton de dimensions identiques, mais sans métal. Couvez les deux : accumulateur et enceinte témoin et contrôlez la fermeture avec une couche de plastique noir, et scellez-les contre l’intrusion de lumière. Placez-les dans une zone bien ventilée, de température constante et en-dehors de l’exposition directe au soleil.

Les deux enceintes doivent être dans des conditions identiques concernant la lumière et la température, mais pas placées plus près l’une de l’autre que 1 mètre au minimum. A nouveau, aucun appareillage producteur d’oranur ne doit être situé à proximité. Chaque jour, ouvrez les enceintes et ajoutez autant d’eau que nécessaire pour garder les haricots mouillés jusqu’à approximativement la même hauteur qu’au départ (moitié de la hauteur des graines). Si l’une des coupelle produit plus de croissance de germination que l’autre ; il faudra nécessairement ajouter plus d’eau que pour l’autre coupelle, et il faut en mettre à la demande pour maintenir le niveau d’eau. Après que l’une des coupelles ait provoqué des pousses jusqu’à 4 pouces de hauteur, enregistrez vos observations du taux de germination, de la longueur et du poids des germes, de leur aspect global et des autres caractéristiques qui vous semblent appropriées. Faites un relevé séparé pour chaque groupe.

Le groupe de l’accumulateur devrait avoir une croissance du taux de germination bien plus grande.
Voici une série de mesures obtenues dans le laboratoire de James DeMeo suivant ce protocole :

user posted image


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Lundi 02 Mai 2011 à 21h52 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expérience n°3: Observations visuelles de l’orgone et de son champ

Impression de films photo-sensibles :

Le champ de l’énergie d’orgone peut être photographié de manière identique à ce qui est photographié dans la technique Kirlian électro-photographique ; sauf qu’aucune électricité n’est nécessaire.

Les techniques données ici ont été développées par Thelma Moss, qui a créé les techniques de l’électro-photographie du champ énergétique. Selon les descriptions du Dr Moss, vous aurez besoin soit d’une chambre noire et d’un labo photo, soit avoir accès à un magasin photo qui peut développer des papiers photos individuels. D’abord, trouvez du papier photo vierge couleur ou noir et blanc ; et soyez sûr de ne pas ouvrir le paquet sauf dans le noir complet. Obtenez aussi une boîte à film photographique vide à l’épreuve de la lumière dans laquelle vous pouvez faire vos expériences.

Pendant que vous êtes dans le noir, enlevez un morceau de film photographique et mettez-le dans le fond de la boîte vide. Par-dessus le film, placez un bouton de fleur, une feuille, un morceau de fruit, des graines germées, un aimant, ou d’autres objets énergétiques ou ayant été vivants auparavant.

Fermez la boîte et entourez-là complètement à l’intérieur une couverture accumulatrice d’orgone, ou placez-là dans un puissant accumulateur d’orgone. Assurez-vous que la boîte est à l’épreuve de la lumière, couvrez-là, ainsi que la couverture, avec du plastique noir ou un autre isolant qui empêchera la lumière extérieure d’atteindre le film sensible. Attendez un jour ou deux, jusqu’à une semaine, et développez alors le papier photo. Vous devriez voir des formes d’exposition sur le film qui montrent une irradiation depuis l’objet que vous avez utilisé pour l’expérience. Essayez avec différents films et différentes durées d’exposition ; mais souvenez-vous que les jours pluvieux, la charge d’orgone est plus faible et cela peut prendre plus de temps pour exposer le film. Notez les conditions météorologiques durant les essais.

Ces photographies devraient montrer des formes semblables à celles que l’on voit avec l’électro-photographie Kirlian, sauf qu’il n’y a eu utilisation d’aucun champ électrique. Ce sont des photographies 100% dûes à l’énergie de vie ; amplifiées par l’orgone et directement imprimés sur le film.

Phénomènes lumineux:

Reich a observé divers phénomènes observables qui peuvent être visibles par l’œil adapté au noir dans l’air ambiant d’une chambre noire. Des formes de type brume scintillantes et dansantes et des points de lumière luminescents sont visibles ; et plusieurs techniques ont été créées qui ont pu montrer leur nature réelle (et pas seulement des effets artificiels dans l’œil).

L’une de ces techniques consiste à utiliser un nouvel instrument, appelé orgonoscope ; qui utilise des tubes creux, des lentilles et un écran fluorescent pour amplifier les divers phénomènes lumineux. Des accumulateurs d’orgone de la taille d’une grande pièce ont aussi été construits, et des observations y ont été réalisées qui ont montré des effets observés amplifiés et plus clairs. Une unité d’orgone corpusculaire spéciale a été identifiée ; dont le comportement change selon les facteurs cosmiques te météorologiques. Ces particules macroscopiques ont aussi été observées dans le ciel de jour par l’œil humain ordinaire, comme un phénomène commun ; visible de la plupart des gens une fois qu’on le leur à montré.

lL meilleur moyen de voir les unités d’orgone de jour est avec un fond homogène de nuages faisant couverture ou bien avec un ciel d’un bleu profond. Les arbres apparaissent souvent comme fmaboyant cette énergie vers le ciel, ou l’attirant vers eux-mêmes, plus à la manière d’une peinture de Van Gogh. Il faut être relaxé pour faire ces observations, et aussi adoucir la mise au point de la vue, en faisant exprès de regarder dans l’espace situé entre vous-mêmes et l’infini.

En observant le ciel à travers un morceau de plastique ou de métal creux ou des tubes en carton, vous avez une meilleure observation du phénomène. Le phénomène est plus apparent contre les panneaux fenêtres en plastique et plus particulièrement quand vous regardez par la fenêtre en plexiglass d’un avion jet volant à haute altitude. Souvenez-vous que certains de ces phénomènes ont lieu dans votre œil ; mais la plupart non.

user posted image

La terre a sa propre enveloppe d’énergie d’orgone ; ou champ d’énergie, comme les créatures individuelles.

Pour reproduire l’observation à l’œil dans la chambre noire, il faut être capable de faire la différence entre les phénomènes énergétiques provenant des débris ou « flotteurs » qui sont dans ou sur la surface de l’œil. Reich a identifié une forme de type « brume » et une autre de type « point » qui est une forme hautement excitée.

Des rapports datant des années 1700 parlent de personnes sensitives capables de voir des champs d’énergie autour des êtres vivants et d’autres objets dans el noir ou la semi-obscurité. Les champs d’énergie autour des aimants ou des fils électriques faiblement chargés ont aussi été observés par les personnes sensitives ans les chambres noires.

Ces effets sont intensifiés par la présence d’une puissante charge d’orgone, comme c’est le cas lorsqu’un accumulateur est présent. Les phénomènes énergétiques dans les accumulateurs sont aussi directement observables. Pour une bonne vision, ajustez votre œil au noir pendant 30 minutes au moins. Les expériences réalisées par Reich à ce sujet sont référencées dans son livre « The cancer biopathy ».

Photographies à rayons-X :

Reich a observé le phénomène de « fantôme » aux rayons X (brume inexpliquée apparaissant sur les films à rayons-X spontanément) et l’a expliqué comme un effet de la radiation d’orgone, ou énergie de vie. Il a publié plusieurs photographies où les fantômes ont été créés volontairement par l’excitation de l’énergie d’orgone dans le champ de la machine à rayons-X pour prouver le lien.

Photographies en lumière visible :

Reich a constaté que les cultures spéciales de bions provoquaient des brumes sur les films photos stockés dans une armoire proche en métal. Les coupelles de culture de bions posées directement sur les films imprimaient une image de la culture de bions et de son contenu sur le film.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 03 Mai 2011 à 09h48 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expérience n°4: Effet sur les charges et les champs électriques

Le champ-mètre d’énergie d’orgone :

Reich a développé cet appareil pour mesurer la puissance du champ d’énergie. En utilisant une bobine de Tesla et des plateaux en métal du type accumulateur, l’appareil permettait de quantifier la différence de niveau d’énergie entre des personnes ou des objets.

Le démonstrateur de pulsation d’orgone :

Reich a montré que les pulsations du champ d’énergie d’orgone d’une grande sphère de métal étaient capables de mettre en mouvement un pendule métallique ou organique plus petit suspendu à proximité.

L’effet électrostatique :

Un électroscope conservé dans un accumulateur d’orgone dissipera sa charge plus lentement qu’un autre identique conservé à l’air libre, ou dans une enceinte témoin de contrôle. Un électroscope partiellement chargé ou non chargé, qui est conservé dans un accumulateur va parfois se charger de lui-même spontanément. Comme pour l’expérience To-T de différence de température, l’effet électrostatique disparaît durant des jours pluvieux ou de météo obscurcie ; lorsque la charge d’orgone à la surface du sol est faible.

Pour réaliser l’expérience, construisez ou achetez un simple électroscope en aluminium ou en feuille d’or pour mesure de l’électricité statique. Assurez-vous que l’électroscope est gradué avec des marquages en degrés de 0 à 90° ; de telle façon que son degré d’ouverture puisse être parfaitement mesuré.

En utilisant une tige en plastique ou un peigne à faire frotter sur vos cheveux secs, vous pouvez accumuler une forte charge électrostatique dessus et la transférer par contact à l’électroscope. En utilisant un chronomètre, ou une montre dans l’autre main, déterminez combien de temps cela prend à l’électroscope pour se décharger lentement dans l’air, à partir d’un angle pré-déterminé qui servira de référence. Par exemple, vous voulez savoir combien cela prend de temps à l’électroscope pour se décharger depuis un angle de 50° à un angle de 30°. Il faut alors charger l’électroscope jusqu’à une ouverture supérieure à 50° ; attendre qu’il se décharge jusqu’à cette ouverture précise. Alors on lance le chronomètre et on compte le temps écoulé jusqu’à l’arrivée à 30°. La durée écoulée permet de mesurer le taux de décharge électroscopique en degré par seconde par exemple.

Les beaux jours, le taux de décharge sera faible alors que les jours pluvieux, il sera rapide ; si rapide que parfois on ne peut réussir à le mesurer (car cela dépend de l’humidité dans l’air). Mais si vous mesurez le taux de décharge électroscopique dans un accumulateur d’orgone, vous verrez que cela prend plus longtemps à se décharger dans l’accumulateur qu’à l’air libre. La différence entre le taux de décharge dans l’accumulateur et à l’extérieure s’appelle le différentiel du taux de décharge. Ce différentiel sera important les jours clairs et ensoleillés et minimum voir nul les jours pluvieux et couverts.

A de rares occasions, un électroscope qui est faiblement chargé ou pas totalement déchargé peut se mettre à se charger spontanément jusqu’à un haut niveau électrostatique, si il est mis à s’imprégner dans un accumulateur d’orgone.

L’effet de suppression ou d’amplification d’ionisation :

Les tubes Geiger-Muller et les compteurs mis à charger dans un très puissant accumulateur pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois vont tendre à être « morts » pendant une période ; mais peuvent aussi cependant avoir un comportement aberrant pour la mesure du bruit de fond.

Des tubes à vide spéciaux que Reich avait construit et appelé tubes « vacor » (qui imitent la conception des tubes Geiger-Muller mais sont remplis bien en-dessous du niveau minimum auquel l’ionisation peut avoir lieu)) vont d’abord n’indiquer aucun compte de radiation lorsqu’ils sont disposés dans un détecteur de radiation (comme on peut s’y attendre en toute logique). Mais après avoir été mis à charger dans un puissant accumulateur pendant des semaines ou des mois, ces mêmes tubes à vide vont commencer à développer un très fort nombre de coup par minute pour le bruit de fond ; même avec des basses tensions d’excitation.

Les résultats de cette expérience de comptage des radiations sont en contradiction avec l’interprétation classique de l’effet d’ionisation dans un compteur Geiger-Muller ; et donc à l’interprétation de l’atténuation radioactive des particules classique.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 03 Mai 2011 à 11h13 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expérience n°5: Effets sur l’eau

L’effet d’évaporation d’eau et d’humidité de l’accumulateur : Evo-EV

Des études ont montré que l’accumulateur tend à attirer une humidité légèrement plus grande vers l’intérieur et à supprimer l’évaporation de l’eau d’un bocal ouvert mis à l’intérieur. Comme pour les autres phénomènes avec les accumulateurs, cet effet diminue ou disparaît lors de temps pluvieux.

L’expérience demande une balance de précision qui peut mesurer des fractions de gramme. Elle demande aussi l’utilisation d’un accumulateur et d’une enceinte témoin de contrôle thermiquement équilibrée de dimensions identiques. Pour le témoin, n’utilisez pas de matériaux absorbant l’eau à l’intérieur ; au lieu de cela calfeutrez l’intérieur avec un matériau non métallique étanche à l’eau, comme du plastique, de l’émail ou du vernis.

Procurez-vous et pesez deux petites coupelles en verre identiques d’environ 4 pouces de diamètre et 1 pouce de hauteur. Pesez les coupelles lorsqu’elles sont vides, propres et sèches. Puis ajoutez des quantités identiques d’eau dans chaque récipient, en les remplissant environ à la moitié ; et pesez-les à nouveau, calculant le poids d’eau ajouté par soustraction dans chaque coupelle.

Placez un des récipients d’eau dans l’accumulateur d’orgone, en le surélevant sur un petit morceau de bois, de façon que le bas du récipient ne soit pas en contact direct avec le métal à l’intérieur de l’accumulateur. Le couvercle de l’accumulateur doit être fermé, mais gardé légèrement entrouvert par une fente pour que l’air puisse circuler. Il ne doit pas être placé dans un endroit venteux ou exposé au soleil.

Placez la seconde coupelle d’eau dans l’enceinte témoin de manière identique ; là aussi surélevé sur un morceau de bois identique et avec le couvercle entrouvert de la même manière. Placez-le à au moins 1 mètre de l’accumulateur d’orgone, avec des caractéristiques identiques de lumière, température, et d’aération.

Vous pouvez mettre un morceau de plastique noir par-dessus l’accumulateur et le témoin, de façon à gommer de petites différences de luminosité entre les deux.

Attendez exactement 24 heures et enlevez les coupelles en faisant très attention à ne rien renverser de leur contenu. Pesez soigneusement les coupelles et calculez la perte d’évaporation pendant les 24 heures écoulées. Faites cette mesure une fois par jour, de préférence en fin de soirée, de façon à avoir déterminé la quantité d’eau évaporée sur la journée de chaque container.

Vous devriez trouver que l’enceinte témoin évapore plus d’eau pendant les jours au temps clair et ensoleillé que l’accumulateur qui lui réduit l’évaporation en fait durant ces moments là. Un jour de pluie, lorsque l’accumulateur ne produit plus de charge d’orgone, l’évaporation de l’accumulateur et du témoin doivent être presque identiques. Soustrayez la quantité d’eau évaporée dans l’accumulateur d’orgone de la quantité évaporée dans le témoin pour chaque période de 24h écoulées. Cette quantité appelée EVo-EV révèlera la quantité d’énergie d’orgone variant dans l’atmosphère locale et dans l’accumulateur. Les valeurs d’évaporation sur un seul jour donné sont moins importantes que la manière dynamique dont le différentiel d’évaporation s’accroît ou décroît ; selon la charge d’orgone à la surface de la Terre.

Voici un relevé d’étude réalisé selon ce protocole au laboratoire de James DeMeo :
user posted image

Pulsation atmosphérique énergétique et potentiel orgonotoque inversé :

Basé sur les observations thermiques, électroscopiques et d’ionisation provoqués par les accumulateurs d’orgone ; Reich a identifié un schéma régi par des lois de cycle énergétiques dans l’atmosphère et le champ d’énergie de la Terre.

Ces observations ont conduit à l’identification d’un potentiel inversé en œuvre dans l’énergie d’orgone ; qui va à l’encontre des principes thermodynamiques ; qui expliquent pourquoi les systèmes naturels orgonotiques (organismes, météorologie, planètes) maintiennent une plus forte concentration d’énergie que leur environnement dans lequel ils sont plongés.

Le plus puissant de deux systèmes orgonotiques va drainer de l’énergie à partir du plus faible et accroître son propre potentiel ou charge, jusqu’à ce que le système le plus faible soit vidé ou qu’une charge maximale soit atteinte par le plus fort. Al décharge peut avoir lieu juste après. Pendant des jours ensoleillés, au temps clair, la charge d’orgone à la surface du sol de la Terre est assez fort et est en état d’expansion, empêchant la formation significative de nuage.

Quand le temps est couvert ou qu’il y a de l’orage, la charge d’orgone à la surface du sol est faible ; alors que celle dans l’atmosphère est forte et en téta de contraction globale. cette perte de charge de la surface de la Terre durant les jours pluvieux ralentit l’activité des créatures vivantes et les accumulateurs ne fonctionneront pas bien.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 03 Mai 2011 à 11h25 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Expérience n°6: Etudes sur les êtres vivants

Etudes sur les animaux :

Des études contrôlées sur les effets de la radiation d’orgone d’un accumulateur sur le cancer des souris et sur des souris blessées peuvent être réalisées. Ces études confirment en règle générale les arguments de Reich concernant le fait que les tissus ayant une puissante charge énergétique guériront plus rapidement et développeront des tumeurs plus lentement, ou pas du tout ; en comparaison des tissus affaiblis énergétiquement.

Ces découvertes invalident plusieurs aspects de la théorie de la différentiation cellulaire provenant de l’ADN, qui apparaît être plus directement liée à l’influence du champ énergétique propre à l’organisme.

Etudes humaines :

En supplément des études cliniques réalisées par Reich et ses collaborateurs dans les années 1940 et 1950, très peu de travail a été réalisé aux USA concernant les bio-effets de l’accumulateur sur les humains.

Toute la recherche sur ce sujet a été stoppée par des actions de police médicale dans les années 1950. Des études récentes en Allemagne ont cependant pu confirmer de tels bio-effets. En général, une personne qui s’assoit dans un accumulateur ressent un panel de sensations de chaleur, de brillance ou parfois des sensations de picotement à la surface de la peau ; leur température corporelle intérieure augmente et la peau est très irriguée, alors que la pression du sang et le pouls tendent à aller vers des niveaux modérés ; ni trop haut, ni trop bas.

Quand il est utilisé correctement, l’accumulateur provoque un effet vagotonique de vitalisation.

Voici les graphiques provenant de tests réalisés en Allemagne en 1986 par un Psychanalyste à l'université de Marburg (il a fait une publication au sujet de ces tests) sur un groupe de 15 volontaires. Le détail du protocole de test et des analyses de résultats est indiqué dans les pages 148 à 155 du livre de DeMeo:

En noir: différence de confort entre fauteuil-relax et témoin et en blanc différence entre fauteil-relax et accumulateur d'orgone:
user posted image

Différence de température interne entre fauteuil-relax et témoin:
user posted image

Différence de température interne entre fauteuil-relax et accumulateur:
user posted image

Ce message a été modifié par Chercheur le Mardi 03 Mai 2011 à 11h37


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 03 Mai 2011 à 14h36 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Notes additionnelles sur les matériaux des accumulateurs:

Dans les années 1940, Reich parlait de l’usage de Celotex, car la compagnie Celotex ne commercialisait qu’une seul type de matériau, isolant sonore, constitué de matériaux organiques compressés : des copeaux pulvérisés de cane à sucre et d’autres résidus de plantes de ferme qui étaient pressées en feuille et séchées, puis peintes sur une surface.

Ce matériau continue à être disponible et c’est lui qui est désigné dans la construction des accumulateurs. Il ne faut surtout pas acheter les autres matériaux commercialisés par cette compagnie, qui consistent et des panneaux isolants rigides faits avec des substances parfois toxiques et contenant même certains une feuille d’aluminium, grand toxique pour les accumulateurs.

Un autre matériau, le Medite, peut être utilisé pour l’extérieur de l’accumulateur. Il est fait de cellulose de plante ou e matériaux de bois concassés en petites particules, et mélangés avec des colles ou des liants et pressés en feuille. C’est dense et solide, ne se casse pas comme les plaques d’insonorisation et durera donc plus longtemps. Il peut être commandé sans formaldéhyde.

Dans tous les cas il est conseillé d’utiliser de la gomme laque pour protéger l’extérieur de l’accumulateur contre l’humidité et accroître ses performances.

Il est aussi conseillé d’utiliser de la laine naturelle cardée de mouton au lieu de la fibre de verre proposée par Reich, à cause de l’aspect toxique à respirer découvert depuis ces dernières années de la fibre de verre. Lorsque la laine est prise sur le mouton et lavée proprement, les débris enlevés, on a de la laine brute, appelée laine cardée. Elle sert dans la suite du traitement permettant d’obtenir la laine commerciale. Cette laine coûte peu cher et elle est sans adjuvant chimique. Elle peut être utilisée en couches comme de nécessaire pour faire les panneaux des accumulateurs.

Bien sûr la fibre de verre fait d’excellents accumulateurs, c’est l’aspect respiratoire qui pose problème avec les fibres de verre. Des plastiques peuvent aussi faire de très bons isolants. De nouveaux matériaux, en général ceux ayant une constante diélectrique grande (comme la laine de mouton avec ses huiles organiques, certains plastiques, l’acrylique, la fibre de verre, la gomme laque, la cire d’abeille, etc) font de bons matériaux pour la partie absorbante de l’orgone.

Certains synthétiques pétrochimiques font de bons absorbants d’orgone aussi (acrylique, styrène), lorsqu’ils contiennent des molécules d’eau piégées ou de l’oxygène en quantité dans leur structure moléculaire.


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
Ecrit le: Mardi 03 Mai 2011 à 17h49 Posted since your last visit
Quote Post


Administrateur
******

Groupe: Administrateurs
Messages: 5765
Membre n°: 1
Inscrit le: 04/08/2002



Etant repassé sur la fin du livre, il indique dans les dernières pages de l'appendice que le livre est en cours de traduction en français; en 1999.

Me disant que depuis le temps ça a dû être traduit, je suis allé chercher sur amazon et il y est, en français!

Je vous le conseille très fortement; sachant qu'il y a encore pas mal de choses que je n'ai pas mentionnées et qui sont dans le livre et pour avoir une vue de tout ceci et que tout ce qui est résumé ici provient du livre américain

Manuel de l'accumulateur d'orgone: (James DeMeo)
http://www.amazon.fr/Manuel-laccumulateur-...04439775&sr=8-1
user posted image

On voit aussi que des ouvrages écrits par Wilhelm Reich lui-même sont disponibles en français:

Liste des ouvrages de Wilhelm Reich sur amazon:
http://www.amazon.fr/s/ref=ntt_athr_dp_sr_...Wilhelm%20Reich

Je sélectionne certains qui me paraissent intéressants:

La superposition cosmique:
http://www.amazon.fr/Superposition-cosmiqu...04440771&sr=1-7
user posted image

L'éther, Dieu et le diable:
http://www.amazon.fr/LEther-Dieu-diable-Fo...106/ref=lh_ni_t
(désolé j'ai commandé le dernier exemplaire, mais en cherchant il en reste ici:
http://www.amazon.fr/L%C3%A9ther-Dieu-diab...441135&sr=1-93)
user posted image

La biopathie du cancer:
http://www.amazon.fr/biopathie-du-cancer-W...4440906&sr=1-14
user posted image

Biophysique: Biophotonique, Microscopie Fluorescence, Wilhelm Reich, John Randall, Microscope Confocal, Osmose
http://www.amazon.fr/Biophysique-Biophoton...4440398&sr=8-42
user posted image

[color=red]PS: après avoir commandé ce dernier livre, j'ai été très déçu et je l'ai renvoyé à amazon, c'est pas du tout intéressant et de plus c'est un copier/coller d'un dossier de travail wikipédia que vous pouvez lire sur internet donc.[
color]

Donc il y a de quoi lire en français.

Ce message a été modifié par Chercheur le Vendredi 02 Septembre 2011 à 17h38


--------------------
"L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout."
"Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu."
Confucius
PM
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres:

Topic OptionsPages: (10) [1] 2 3 ... Dernière »

 



[ Script Execution time: 0.1797 ]   [ 12 queries used ]   [ GZIP activé ]