Voyage dans le temps et électromagnétisme

Voyage dans le Temps

et Électromagnétisme

Concernant le rapport entre la rotation et la variabilité du temps, voir l’article sur les Ondes de torsion.

Excellent source d’information sur l’expérience de Philadelphie et les parties techniques: http://www.stealthskater.com/PX.htm

Très bonne description de l’expérience de Philadelphie et de ses intervenants et témoins ici, en français:
http://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/Philadelphia/

Expérience de Philadelphie (et de Montauk….)

Les informations suivantes essaient de résumer les points principaux du fonctionnement technique de l’expérience de philadelphie.

Le but de l’expérience était de rendre invisible un navire de guerre (USS Eldridge) en 1943. J’ai résumé ces faits ici:
Expérience de Philadelphie
(et concernant montauk: Expérience de Montauk)

L’invisibilité visée était une invisibilité magnétique, afin qu’un navire ne puisse pas déclencher les mines magnétiques qu’il rencontrerait. On a aussi parlé d’invisibilité radar, mais il semble que ce soit une confusion. Le but était d’envelopper le navire par un champ magnétique ovoïdal qui créerait un blindage magnétique au navire, face aux mines magnétiques, afin qu’il leur échappe.

Le fonctionnement du « cœur » était semble-t-il un ancêtre de l’antenne Delta T (antenne utilisée à Montauk). Plus précisément un générateur de champ magnétique tournant à très grande vitesse. Un champ magnétique très puissant est généré au centre du navire, très puissant de manière à englober par ses lignes de champ l’ensemble du navire. Puis il est mis en rotation jusqu’à atteindre des vitesses de rotation de la périphérie du champ qui soient proches de la vitesse de la lumière jusqu’à l’atteindre.

L’idée est très intéressante et c’est une information récente d’un essai de vérification de la théorie de la relativité générale d’Einstein concernant le ralentissement du temps pour des référentiels en rotation dans un satellite qui m’ont remis cette idée en tête.

CITATION
La théorie de la relativité générale sur la sellette ?Albert Einstein avait–il raison ? Depuis 1959, des ingénieurs de la NASA planchent sur le projet Gravity probe 2 qui devrait permettre de vérifier l’une des théories émises par le savant en 1915. Après maints et maints reports, la sonde chargée de cette mission devrait décoller le 17 avril prochain.D’après Albert Einstein, tout objet en rotation peut courber l’espace temps et provoquer l’entraînement des repères. C’est ce qu’il a baptisé la théorie de la relativité générale, qui étend son concept de la relativité à tous les domaines de la nature.Durant les 45 ans de mise au point du projet de la NASA, les ingénieurs qui ont développé les technologies à cette mission ont largement contribué à l’évolution des supraconducteurs et à la mise en place du système GPS. Bien que le coût de cette expérience est particulièrement important, les avancées scientifiques qui en découlent en font déjà un succès.Le satellite Gravity probe B aura à son bord 4 gyroscopes particulièrement sensibles aux moindres variations de gravité et extrêmement précis. Aux dires des chercheurs, ces derniers fonctionnent avec un maximum d’efficacité lorsque la température qui les environne avoisine les –270°C. Grâce à ces différents appareils, la NASA pourra mesurer l’évolution du temps sous l’action du champ gravitationnel. Il faut maintenant attendre encore quelques mois pour connaître enfin la vérité.OF
(07/04/2004)

Mais revenons à nos moutons. Si il est en effet impossible de mettre en rotation de la matière à des vitesses proches de celle de la lumière (la matière se disloquerait… et d’ailleurs l’idée a été soutenue par Jean Ederman/Eric Julien qui a dû reprendre ces théories à sa sauce), il est possible de mettre en rotation un champ magnétique, de manière que les lignes de champ aient une vitesse tangentielle proche ou même supérieure à la vitesse de la lumière. Bien sûr puisque les lignes de champs s’étendent à l’infini il n’y a rien de miraculeux, mais l’effet semble donner quelque chose lorsque l’énergie apportée est très importante (afin de briser une barrière de potentiel? Certains supposent qu’il faut pouvoir créer une « masse virtuelle » critique suffisante équivalente par la formule E=mc² à une énergie magnétique assez puissante pour que l’effet se manifeste). Il semble (car tout reste supposition malgré tout) que lorsque la périphérie du champ atteint la vitesse de la lumière alors que cette périphérie contient une énergie suffisante, (donc que le champ magnétique a une puissance suffisante) tout ce qui est englobé à l’intérieur du champ est soumis à l’effet relativiste du temps.

Fonctionnement de l’antenne delta T (et donc le principe du générateur de l’Eldridge):

Le générateur de phases alimentant le champ tournant est positionné sur 1Hz, et la machine est mise en marche. Une boussole au centre de la machine voyagera très lentement en tournant en rond. A l’intérieur et autour du système d’antenne, le champ magnétique est puissant et tournant. A une plus grand fréquence du générateur, le champ magnétique tournera plus vite.

Les horloges des voyageurs à l’intérieur de la « bulle » tournent à vitesse normale pour eux. Mais ils verront l’horloge de l’extérieur tourner à vitesse plus rapide. Plus la rotation du champ magnétique devient rapide et proche de la vitesse de la lumière et plus les voyageurs vont vite vers le futur. Lorsque la vitesse est égale à celle de la lumière, le temps est gelé et ils ne pourront plus percevoir le monde extérieur à leur bulle magnétique, et ils foncent à toute allure sans arrêt vers le futur. Si la vitesse de rotation du champ s’accroît encore, le temps ira à l’envers, vu des voyageurs à l’intérieur de la bulle les horloges extérieures reculent. En restant très proche de la vitesse de la lumière mais supérieurement, les voyageurs vont très rapidement dans le passé, en fait à la vitesse de la lumière, les voyageurs vont à une vitesse fulgurante à la fois vers le futur et le passé. En augmentant la fréquence, les voyageurs vont moins vite vers le passé. Pour une personne extérieure qui regarde vers la bulle magnétique voyageant à grande vitesse , cela ressemble à un hologramme gelé. Si quelqu’un essaie de toucher la champ, il semble encore plus solide que de l’acier. Il est impénétrable, une armure invincible pour quelqu’un essayant de la pénétrer de l’extérieur.

Fonctionnement de l’antenne Delta T et schématique:
Delta_T.doc

Selon d’autres informations, lorsque la matière enfermée dans la bulle temporelle est détachée de son cadre temporel par déplacement, elle devient alors onde pure, elle cesse d’être particule. Elle n’apparaît densifiée que lorsqu’elle est rattachée à son cadre de « présent ». Alors la matière peut se déplacer aussi bien dans l’espace que dans le temps beaucoup plus facilement, parce qu’elle redevient paquet d’onde qui ne se matérialise de manière solide que lorsqu’elle se fixe à nouveau à un cadre temporel.

Finalement, il faut fournir au départ une énergie suffisante pour « briser » les attaches denses de la matière et la transformer en onde de matière, et c’est cette énergie très importante qui est la clef de l’antenne Delta T.

Tout ceci fait aussi penser à la théorie des champs unifiés…


Des informations intéressantes au sujet de l’expérience de Philadelphie et des suites à Montauk, concernant le voyage dans le temps (et les Ovnis, leur mode de propulsion, etc)
Nichols_1.doc

J’extrais quelques points:

CITATION
“Reality generation” is done by creating a reality “bubble”, not dissimilar to the soloton field that was generated during the Philadelphia Experiment. [note: a ’soloton’ is a self-contained electromagnetic field that does not spread out in linear fashion but goes to a boundary and then stops] Once this bubble is made, a craft can move at frightening breakneck speeds and impossible flight modes. With reference to the “bubble” itself, everything within it is at rest. “The only way this can be accomplished is if the mass of the bubble is created to be zero. If there is zero mass, there will be no inertia. Then it won’t matter what the velocity is if the mass is zero, even if the velocity is infinity. If a real zero mass reality can be generated, the operators of such a craft can move that reality in any way they please.”
La génération de réalité est réalisée par la création d’une bulle de réalité, semblable au champ isolé qui a été généré durant l’expérience de Philadelphie [note: un champ isolé est un champ électromagnétique auto-contenu qui ne se propage pas de manière linéaire mais s’arrête à une barrière qui fixe sa limite]. Une fois que la bulle est créée, un vaisseau peut bouger à des vitesses ahurissantes et faire des manoeuvres impossibles. En rapport avec sa bulle elle même, tout est au repos. Le seul moyen d’accomplir ceci est dû au fait que la masse de la bulle créée est de zéro. Si la masse est de zéro, la vitesse n’a aucune importance, elle peut être infinie. Si une masse zéro peut être engendrée, les pilotes d’un tel engin peuvent se déplacer dans la réalité de la manière qu’il leur plait.

 

CITATION
« The general principle is that if you demagnetize matter (which can be done through the use of coils as was done in the Philadelphia Experiment and as described in the UFO I went aboard), you are converting it into a ‘pure’ light which is something that cannot be experience in every-day reality. It is a pure energy and could even be considered a realm unto itself. Once light or matter has been demagnetized and turned into pure waves, it has to be manipulated or controlled in some fashion if it is to be used.
Le principe général est que si vous démagnétisez la matière (ce qui peut être fait par l’usage de bobines comme cela a été fait lors de l’expérience de Philadelphie et comme décrit dans l’OVNi dans lequel je suis monté), vous la convertissez en lumière « pure », qui est quelque chose qui ne peut être expérimenté dans la réalité de tous les jours. C’est une pure énergie et ne peut être considéré comme une réalité par elle même. Une fois que la lumière ou la matière a été démagnétisée et transformée en ondes pures, elle peut être manipulée ou contrôlée d’une manière ou d’une autre pour être utilisée.

 

CITATION
A theory of some of Nichols’ peers is that when light is subjected to a magnetic field, it changes and breaks down into particles (or photons) and is no longer of “wave” of pure energy. In this state it is not the same light that moves at a constant speed c. Magnetism is an intrinsic factor in the creation of matter if not the primary one. Everything that is seen in the world is magnetized light which is a distortion of pure light. The idea that magnetizing pure light turning energy into particles is important when you realize that demagnetizing light produces the “pure” light seen in a vacuum and described by Einstein in his Special theory of Relativity. What they surmised happened during the Philadelphia Experiment was the Navy had extensive degaussing coils placed around the hull of the ship. They were attempting to demagnetize the hull so that the ship would not trip underwater magnetic mines. As there was also a “soloton” field created around the ship, this served as the vacuum or bubble reality. When the ship was demagnetized, the particles of matter became waves of pure energy and the ship was gone. (The consequent insanity experienced by the crewmembers is another matter entirely.)
Une théorie de Nichols est que la lumière est sujette à l’action d’un champ magnétique, qui casse en particules (ou photons) la lumière (NdT: qui projette l’onde en corpuscule dirait un physicien quanticien) qui n’est alors plus une « onde » de pure énergie. Dans cet état, ce n’est plus la même lumière qui se déplace à la vitesse constante c. Le magnétisme est un facteur intrinsèque de la création de la matière, si ce n’est pas la premier. Tout ce qui est vu dans le monde est de la lumière magnétisée qui est une distorsion de la lumière pure. L’idée que la lumière pure se transforme d’énergie à des particules par magnétisation est importante quand on comprend que la lumière démagnétisée produit la lumière « pure » observée dans le vide et décrite par Einstein dans sa théorie de la relativité. Ce qui s’est certainement produit pendant l’expérience de Philadelphie, est que la Navy avait placé de très larges bobines de dégaussage autour de la carlingue du navire. Ils ont essayé de démagnétiser la carlingue de manière que le navire n’ait pas à craindre les mines magnétiques sous-marines. Comme il y avait pour ce faire, eu création d’un champ isolé créé autour du navire, cela a servi comme le vide de bulle de réalité. Quand le navire a été démagnétisé, les particules de matière sont devenues pure énergie et le vaisseau a disparu. (NdT: ceci explique aussi la fusion des hommes dans le navire lors de la rematérialisation: les ondes ont une localisation moins précise que leur forme matérialisée, et leur dématérialisation intempestive comme constatée par la suite, après l’expérience: la matière les constituant devenant instable et redevenant ondulatoire)

 

CITATION
Nichols explains that a “warp” means that the bubble travelers have gone from one area of the universe to another by “cheating” because the energy could not be displaced without appearing somewhere else. Or the warp (or tunnel or vortex) opened up and the bubble travelers went through it and no displacement of energy took place. When a UFO moves from one location to another in such a manner as to appear to violate Einstein’s Theory of Relativity, it is warping or bridging to another reality and then re-entering this one. Einstein never said that one couldn’t go outside our reality and exceed the speed-of-light. He just said that the speed-of-light couldn’t be exceeded within any particular reference frame.
Nichols explique qu’un manteau de force en forme de bulle autour d’un voyageur signifie qu’il se déplace d’un lieu de l’univers vers un autre par « triche » parce que l’énergie ne peut pas être ²déplacée sans réapparaitre quelque part ailleurs. Mais le manteau (ou tunnel, ou vortex) s’ouvre, permettant au voyageur en bulle d’aller au travers ce qui ne conduit à aucun déplacement d’énergie (NdT: ou de matière, E=mc²) Quand un OVNI se déplace d’un lieu à un autre d’une telle manière il semble violer la théorie de la relativité d’Einstein, mais en fait il se masque d’un manteau et fait un pontage vers une autre réalité avant de ré-entrer dans la notre (NdT: ceci ressemble fortement au voyage des vaisseaux ummites par le pontage avec l’univers jumeau). Einstein n’a jamais dit qu’on ne peut pas se déplacer plus vite que la lumière en allant en dehors du cadre de notre réalité mais qu’on ne peut pas excéder la vitesse de la lumière par rapport à un référentiel.

 

Autres lectures intéressantes sur Montauk:
Montauk_1.doc

Le principe de base est la création de champ magnétique tournant.

On a deux types d’information:
Une information sur l’expérience de Philadelphie
Une information sur l’expérience de Montauk

Dans les deux cas le même système de champ rotatif a été utilisé; mais étant donné les époques différentes et l’historique passé de l’expérience de Philadelphie, les puissances, tailles, technologies employées (supraconducteur, etc) peuvent différer. Mais dans l’ensemble c’est le même principe.

Concernant Montauk:
« L’antenne Delta T est l’instrument de légende du projet Phenix. Il consiste en 3 antennes ou bobinages chacun à 90 degrés l’un de l’autre. Les deux principaux bobinages sont alimentés par un signal sinusoïdal et cosinusoïdal, de manière qu’ils soient déphasés de 90°. Ceci permet de mettre en route un champ magnétique rotatif au centre des antennes dont la vitesse de rotation est égale à la fréquence du signal d’entrée. La troisième antenne propulse le champ dans la 3ème dimension spatiale. Voilà une configuration possible pour l’antenne Delta T: »

Image postée par l'utilisateur

« L’instrument (antenne delta T) permet le voyage dans le temps. La partie centrale consiste en deux lots d’antenne à 90° en relation l’une avec l’autre. Chaque lot fait approximativement 2 mètres de diamètre. L’antenne consiste en tubes de 10cm de diamètre. Ils sont en matériau supraconducteur. A l’intérieur des tubes flotte de l’hélium liquide pour permettre la supraconductivité. Le contrôleur du systèle consiste en un générateur avec un tuner permettant d’aller de 1Hz à 1000MHz. Le signal du générateur est amplifié un peu avant d’être envoyé à un changeur de phase. Ce dernier change la phase du signal de 90°. Le changement de phase est indépendant de la fréquence d’alimentation, il déphase de 90° pour une fréquence quelconque entre 1Hz et 1000MHz. Le signal d’entrée est séparé juste avant le changement de phase de manière qu’une partie est inchangée et l’autre est déphasée de 90°. Après que le changeur de phase ait opéré, le signal est envoyé vers 2 amplificateurs linéaires de 100 000 Watts sur chaque canal. Après cela, les deux canaux sont envoyés respectivement vers les deux lots d’antenne. »

tiré de : Delta_T.doc
On peut aussi aller voir ici pour le fonctionné du triphasé classique:
http://valery.bruniaux.chez.tiscali.fr/ChampsTournants/ChampTournant.htm

Concernant Philadelphie:
« Voyez-vous, un technicien en électronique (qui plus est un ingénieur, comme l’est Bielek) sait très bien qu’il y a un monde de différence entre des champs en courant continu (DC) et courant alternatif (AC), entre des champs PULSES et des champs TOURNANTS, entre des ondes de fréquence RADAR, MICRO-ONDE, HF et ELF, entre une version d’ONDE STATIONNAIRE, onde SCALAIRE ou VECTORIELLE de chacun des paramètres précédents. Une personne qui a une culture électronique sait cela, et sans une THEORIE complète et DETAILLEE derrière les paramètres de test, on ne pourra pas savoir quels tensions appliquer avec quelles intensités, quels niveaux de puissance, quelles fréquences, quelles formes de signal appliquer, quelle largeur d’impulsion du signal (duty cycle). Si c’est au hasard, le circuit ne fonctionnera pas, c’est ce que dit la loi de Murphy. »

« De manière schématique, une bobine était bobinée à chaque moitié du navire et alimentée par des oscillateurs séparés, synchronisés avec un angle de phase ajustable permettant de créer des ondes de type scalaire. Cela distordait la matrice des champs de matière compris à l’intérieur du champ produisant des effets « inhabituels » »
http://www.softwareartist.com/PHILEXP/TECH-1.TXT

« Le schéma de base était deux bobines de Tesla (des électo-aimants) placés à chaque extrémité du navire. Les bobines étaient mises en marche avec une séquence spéciale et leur force magnétique était si grande qu’elle pouvait distordre la gravité elle-même. Bielek a aussi dit que le 1é août tous les 2à ans le champ magnétique de la Terre atteignait un pic qui permettait la synchronisation entre les bobines de Tesla. L’oscillateur qui alimente les bobinages porte le nom de « Générateur de Référence de Temps Zéro ». Les oscillateurs sont synchronisés avec un angle de phase ajustable, permettant de créer un champ de type scalaire. Plusieurs scientifiques de nos jours attaquent cette affirmation de Bielek, parce qu’ils croient qu’un champ vectoriel serait plus efficace et plus probable. »

Image postée par l'utilisateur

« Rick Anderson cependant affirme qu’il y avait 4 transmetteurs RF en décalage de phase permettant de produire un champ tournant. le champ était pulsé à un cycle de travail de 10%. Au lieu de 2 bobinages, il dit que 4 bobinages ont été installés sur le pont du navire, alimentés par deux générateurs qui étaient pulsés par un mouvement dans le sens inverse des aiguilles d’un montre (NdT: car le signal lumineux observé par les témoins était dans ce sens là autour de l’Eldridge) »

The Philadelphia Experiment

Il semble donc que les ondes scalaires ne soient pas le ressort de ce système, mais les ondes vectorielles. Quelle est donc la différence?

Dans un système à onde scalaire les champs des bobines en face l’un de l’autre s’annulent, donc il existe une pression au centre. La pression au centre a seulement une valeur numérique, dite « scalaire », mais aucune orientation. Par contre le champ qui produit cette pression tourne. Mais les directions des champs qui produisent la pression au centre s’annulent deux par deux, donc il ne reste plus aucune direction. Il suffit d’alimenter les bobinages d’un même axe par des courants de sens opposés. C’est semble-t-il une hypothèse de fonctionnement erronée du système, pourtant donnée comme tel par Bielek (témoin direct).

Image postée par l'utilisateur

Dans un système à onde vectorielle, le champ a une direction, un sens, en plus d’une valeur numérique qui représenta sa puissance. C’est un système quadriphasé classique, obtenu en alimentant les bobines d’un même axe par des courants de même sens (mais déphasés entre les axes)

L’entreprise américaine American magnetics produit des bobinages supraconducteurs capables de produire des champs magnétiques extrêmement puissants (de 1 à 15 Tesla selon matériaux, sachant que 1 Tesla est 200 000 fois plus que le champ magnétique terrestre, quelque chose d’immense), grâce à des supraconducteurs. Ils fournissent les bobinages montés avec le fil supraconducteur, et le système de cryogénisation. Les bobinages sont standards mais aussi à la commande; Justement une commande particulière est la suivante:

Image postée par l'utilisateur

C’est exactement ce genre de système qu’il faut pour reproduire l’expérience de Philadelphie.

J’ai fait pas mal de recherche concernant les supraconducteurs et leur prix pour voir la faisabilité « à la maison » d’une telle expérience.

Voir ici des tarifs des cables permettant de bobiner des solénoides:

Image postée par l'utilisateur

(technologie de LTS: Low Temperature Superconductor, pas chers mais refroidis à l’hélium liquide qui ets très cher, et les HTS: High Temperature Superconductor très chers refroidis à l’azote liquide moins cher; la rentabilité dépen de la longueur requise, mais aussi les conditions de bobinage sont plus ardues avec des HTS qui sont plus fragiles. Les HTS de 2nde gébération seront géniaux quand ils sortiront en production, la première génération est l’actuelle)

Tous en NbTi (LTS) refroidi à l’hélium liquide:
http://superconductors.org/Play.htm

Après il faut bobiner et ajouter le système de cryogénisation pour rendre l’ensemble supraconducteur avec l’accrochage du solémoide, puis il faut aussi concevoir l’alimentation qui envoie selon les caractéristiques de quelques 10 aines d’ampères à quelques 100aines d’ampères, voire quelques 1000iers d’ampères:

Image postée par l'utilisateur Image postée par l'utilisateur

Le problème est que là on n’a pas de prix pour tout cela, ni pour acheter un ensemble de bobinage tout fait, solénoïde simple ou le système complet avec les trois axes.


L’article suivant est tout bonnement passionnant parce qu’il explique très clairement comment fonctionne le système à champ magnétique tournant ainsi que ses applications.

Cela explique comment:

  • Les ovnis volent et le voyage à des vitesses super luminiques est possible
  • La télépathie est possible
  • Le temps peut être accéléré ou ralenti

Le tout est complètement vulgarisé sauf exception d’un ou deux paragraphes, et c’est un vrai petit bijou. Je ferai une traduction correcte lorsque j’en aurai le temps.

PS: ceci a un lien avec la densité du temps, variable grâce à des effets électromagnétiques. A remarquer que le temps et la gravité son intrinsèquement liés: contrôler le flux du temps c’est contrôler la gravité et inversement, d’où la liaison avec les études ufologiques.

Et finalement le rapport avec la gravité qui dans le document suivant fait penser à certains effets comme l’effet Hutchison (résonance gravitique)

Article tiré de: http://www.chez.com/lesovnis/htm/philacol1f.htm

CITATION
The Philadelphia Experiment:
Le fichier suivant apparut sur KeelyNet en 1995. Il est censé avoir été rédigé par un colonel de l’US Air Force qui nous explique les principes techniques de base utilisés pour le voyage dans le temps à la suite de la « Philadelphia Experiment ». De toute évidence il est impossible de vérifier la véracité des assertions faites ici, à moins de tenter de construire sa propre machine à remonter dans le temps en utilisant ses notes et en y réussissant! On peut noter la récurence des champs magnétiques rotatifs que l’on retrouve dans la plupart des tentatives scientifiques « alternatives » et les récits et anecdotes communiqués par « ceux qui y étaient »…GROOM LAKE COLONEL « REVEALS ALL »:
« I tell how: »* Excitation and accelerated time, less inertia, gravity, and mass, are one in the same thing.* Ships may travel hundreds of times faster than light without time dilation, and energy needed for this is very little. Communications are also faster-than-light (FTL).* EEG waves from one to sixty cycles are « telepathy », but they come from « fast time », so they are compressed in time or bandwidth. Ordinary radios are not quick enough to detect the information. All we detect is this 60 cycle signal at light speed but information inside travels faster than light. And an ordinary radio will reveal the signal when in an excited state.* Man left to himself dreams of a paradise where technology and nature are in perfect harmony, where he is immortal and free of disease, needs, and wants, and this can be done directly from mind to product this very day using lightlines.As someone who has worked on the B2 bomber and its more advanced cousins in the Air Force for twenty years, I can tell you the whole story is unbelievable. Twenty hours is too conservative a time estimate for complete explanation.Some crafts we have do use electromagnetism to nullify gravity and even extract hidden information from EEG waves, but these are not deployed and will not be until they are needed. They pump electricity from inside themselves into a sheet of electricity some distance away, exactly as the earth is positive « ground » and the ionosphere a negative sheet. This sheet bends parallel radar waves around the craft like a water droplet in a rainbow, or just like the ionosphere bends radio waves, making for long distance communications. This is a relatively simple and straightforward effect. And it is what Einstein was attempting in Project Rainbow or the Philadelphia Experiment.We desperately wanted radar invisibility. The Germans were engaged in the same effort fifty years ago. But electric vacuum, the vortex field, also causes excitation of atoms in it, which shifts waves in frequency and accelerates time. I am willing to reveal all I know about these things in full detail here.The Air Force feels it has nothing to worry about because nobody would believe these things, even though they require no special admission but are based entirely on relativity and simple electromagnetic laws.First, I tell how electrons are controlled in electromagnetic fields using physics and Maxwell’s equations.Then two systems are given for establishing a « permanent excitation » in a volume. The practical system uses a magnetic vortex and weak static field.Next temporal effects are described by contrasting how people in gravity and then excitation fields perceive quanta.Then faster-than-light travel and communications are discussed, as well as how EEG waves are telepathy, but information is compressed in time or bandwidth. By the end you will see there is much more at stake in the government keeping this secret than gravity alone.There are three fields we can use to set up such an « electric vacuum » with external electric sheet. These are(1) static
(2) AC and
(3) PDC (pulsed DC) magnetic fieldsand we need a description of electromagnetics to understand these.Imagine a permanent magnet with north pole out of your monitor. Its flux can be imagined as a large number of X marks on your screen. An electron moves in the plane of the monitor from left to right. As it cuts flux, Lorentz force (F= qvB) deflects it downward. The electron actually spirals clockwise with radius r = mv / qB, with B in teslas and all other measures in MKSA units. If the electron came from the opposite direction it would spiral in the same direction, or clockwise as we see it.Lorentz force derives from static magnetic fields when there is relative motion between the field and electron. No force is felt when motion is parallel to magnetic flux, only when flux lines are cut. And this static field performs no work. The relevant Maxwell equation here is curl E = -dB/dt, and since tesla density is static here, dB/dt is zero, curl E is zero, and the field is by definition conservative. No work is done on electrons, so we deduce electrons spiral but maintain the same velocity or kinetic energy.Static electrons can also be accelerated by magnetic fields. In that case curl E is nonzero and we see electrons must absorb energy, or be accelerated, by the time-variant magnetic field. This case is actually the same as the above case, but as current changes in the coil flux expands or collapses from the coil. There is still relative motion and electrons still experience the same Lorentz force.For example, sending pulsating instead of direct current through the same coil in the same direction causes the same spiraling effect on static electrons as the static field had on moving electrons. Sending AC through causes periodic reversals of electrons. The field around the coil can be given by E(r,t) = 1/2pi r*dF/dt, where F is flux in webers.The electric lines form concentric circles about the coil, and another way to say this is E= f * B, where f is frequency in cps, B is average tesla density of a periodic current, and E is volts per meter close to the coil. These three fields, static, AC, and PDC make for any manipulation of electrons.There are two ways to produce the electric sheet. Both require pumping electrons from inside the ship into a sheet of electricity. The first does this from a central magnetic pole. A strong static magnetic field is set up, and pulsed DC is sent oppositely through the pole to set up circular electric lines about it. Electrons are accelerated circularly about the pole, and as soon as they move they experience an outward centrifugal deflection qvB. Each electron which leaves the center of the ship creates a positive hole, and so there is also an internal electric centripetal field F = knqq/rr, where n is the number of electrons removed to the sheet. Each electron has potential energy – kq/r, and the ship has the same potential energy, so it is excited, because excitation is the only way matter absorbs electric energy without heating.Also, one may view removing an electron from an atom as « exciting it past ionization potential. » The problem here is electrons are limited to speed of light, and one may assume they gain lightspeed or close to it instantly in any tangible electric field (by v=Eqt/electronmass provided collision time is high enough). Thus the speed of light acts to limit qvB centrifugal force and so limit power in the field to around 40 megajoules, very marginal.Another better way is to use a four-coil, two-phase ring, exactly as in two-phase AC motor stators. Its field is in every way that of a real rotating permanent magnet. Imagine such a magnet in the plane of your monitor. We can show that flux cuts electrons in such a way that Lorentz force creates unidirectional electric lines through the monitor. That is, electrons are blown through the screen as air molecules are blown through a circular fanblade.Now suppose we set up the same magnet as above, a coil into the monitor. Its magnetic flux is perpendicular to that of the rotating magnetic field. Electrons are sucked from in front of the monitor, but since they are limited to lightspeed they enter the static field only so far before assuming a circular orbit through Lorentz deflection. Electrons are pulled from inside the ship parallel to static lines, but when they begin to cut static lines just below your monitor screen, they spiral out to the same radius as above. Without velocity greater than light they can go no farther. So lightspeed, once our enemy, now means that we can put almost any energy into the field we wish. No energy is lost in the field except by collisions, which are minimal at higher electric frequencies, and zero in vacuum. Field density is a function solely of magnetic vortex frequency and tesla density, or electric field strength in volts per meter.

The stronger this electric field, the more electrons are stripped from inside the ship and more dense the electric sheet becomes. Very little energy is needed at higher frequencies to produce sheets dense enough to bend light, even with its high frequency.

Note here that an oblate spheroid « sheet of charge » is formed which may become very dense. Anything in it will be heated electrically. Inside there are powerful electric fields, though these are no more dangerous than the 10 kV/m field under a thundercloud, and there is no internal Joule heat because electrons are held outside the ship. Charge in either hemisphere rotates opposite to that in the other hemisphere. This can be seen by considering the Lorentz force. Electrons entering the static field from outside are deflected in one direction. Those leaving the static field from inside are deflected in the opposite direction. This bears similarities to the Coriolis force, and if so, so be it. Let this be indicative of a gravitational connection.

We find this field also accelerates time, which can be seen as decreasing gravity, mass, or inertia through Relativity. One way to view this is as follows:

A ship near light-speed has its time slowed down, and this may happen so much that the universe dies in a blink of these peoples’ eyes. Since time is slower, one might say that they would see more cycles per second and frequencies would be shifted up. But this does not happen. Instead, they are not quick enough to perceive as much information as we do. So according to Hartley’s Law their incoming frequencies and bandwidths are compressed. People outside, on the other hand, see these people moving extremely slowly, so more information is available to them, and they see bandwidth and frequencies boosted. This is only a relative effect, because quantum energy is conserved, and so real information and frequency of light are constants when absolutely figured. But different temporal and excitation levels of the observer obviously change perception of frequency.

Excitation causes shifts opposite to gravity. For instance, if atoms are excited, electrons are farther from nuclei, and under less electric force. They are more loosely bound. Now incoming quanta of the same hv energy cause greater transitions than before, and so appear to have more quantum energy or frequency. Waves from inside seem to be high in energy, but low in energy or frequency to people outside. Again, like gravity, this is a conservative field, affecting only perception. However, its shift is opposite to gravity’s. Since gravity’s effect on frequency is derived from the slowing of time, what effect other than accelerating of time does excitation derive from? Note here that excitation does not have to cause actual transitions to higher orbital levels to give frequency shift effects. Given Schrodinger wave constraints such is not possible. With electric vacuum suction on electrons, incoming quanta still take less energy to cause transitions.

The main problem we had was finding means for excitation without relaxation, which normally releases all stored energy in ten billionths of a second. Energy required for any significant frequency shift is enormous. Setting up a weak static magnetic field allows a sort of resonance effect, where massive amounts of energy are absorbed by the field without release. Excitation and resonance are only obtainable when relaxation is eliminated as it can be in the magnetic vortex system.

What are some uses of this? Ships can travel faster-than-light (FTL). Time may be accelerated by excitation four times. Then when we travel close enough to light-speed, the ship simply regains the mass or time it originally had, but it is travelling four times faster than light when that happens. Thus any star in this or any other galaxy are within reach without time dilation and with very little energy input. Remember, NO supplemental energy is needed in vacuum due to infinite collision time.

Another way to view FTL travel is to consider that the people in the ship may accelerate to 200 meters per second in their seconds. Someone outside has four seconds for one of theirs, so the ship seems to them to travel at 800 meters per second to an external observer.

Faster-than-light communications are also possible, but not without another effect. Suppose we emit a 1 to 60 megacycle signal from a field where time is accelerated one million times. This is possible because the energy required decays exponentially for faster times. The signal leaves and shifts down to 1 to 60 cycles. Anyone outside sees only this 60 cycle « magnetic wave » travelling at light-speed. The information inside is compressed in time or bandwidth. But it does penetrate water and other matter very well. Another antenna in the same ‘one million’ field expands bandwidth, or is « quick » enough to get at the original information. This again shows the interconvertibility of time and bandwidth. And EEG waves from one to sixty cycles contain more information than presently thought.

The reason for FTL propagation is the same as a stationary observer looking at light in a lightclock on a relativistic ship. Light seems to travel faster in this ship and since Einstein took light-speed to be constant, he saw that time must slow on the ship. But this gravity field makes light travel faster relative to the temporal state of the stationary observer (ref INSIDE RELATIVITY by Mook and Vargish). In our case, the signal travels a million times faster than light because gravity outside the ship is a million times greater.

Aliens do exist, but in the public eye it is taken for granted (to put it mildly). NASA’s SETI project is complete rubbish, « coverup » at its worst. They scan for « ET » transmissions at one to ten Gigahertz. No alien transmission occurs above a hundred cycles and NASA knows this. The transmissions are all compressed in time, like subspace communication on Star Trek. Nothing else has comparable efficiency. Light takes perhaps fifteen minutes to reach another planet, but is all but instantaneous with compression.

EEG wave telepathy is another coverup, even though brain-related signals have never been detected anywhere else on our spectrum. By mutual exchange of information, « links » can be made through lightlines, which convey force, energy, or information even through walls. This gives complete control over reality itself, and it is hard to overstate its importance. Communication with the dead and eternal life are easy, so too manufacturing directly from mind to product. Truth be told, this planet will be Socialist, but only when matter is so ridiculously easy to manipulate anyone who says « pay me » will have to mean it as a joke. Telepathy is only thought from « fast time », or excitation field (as in the brain), while matter is only thought « frozen » in slow time, or gravity field; but since gravity and excitation are one spectrum, there is no separation between mind and reality, life or death.

Aliens have given clues along the way. After we conducted the Philadelphia Experiment, we were mailed a book, The Case for the UFO: Annotated Edition, with quotes written in the margins by ‘philosophical aliens’ who said:

« Anyone wishing to know how our ships are powered would have to realize electrons cross what would in their terms be millions of lightyears of space, and they leave in their wake a magnetic node, or vortex, as this one thing is variously called. Realizing this, as Einstein did, it makes it clear how matter may be made into energy, dissolute, or invisible. »

This book as well as George Adamski’s Inside the Flying Saucers were required reading for us in the Air Force. Other truthful sources are found in The Flying Saucer Reader by Jay David who said: « You wonder how our ships operate. They operate in resonating electromagnetic fields, just as planetary bodies do. » and Beyond Earth: Man’s Contacts with UFO’s by Ralph and Judy Blum, who said « The ship is powered by reversible electromagnetism. Reversing magnetic and electric energies allows us to nullify gravity and control matter. » The greatest source of information is Adamski’s book though.

Taking these sources as accurate would have been all the public would have needed to come to the conclusion that excitation nullifies gravity. Look at it this way. If gravity can be electromagnetically overcome, which is our only practical way to ever hope to overcome gravity anyway, gravity has to be electromagnetic. Then it must be acting on some electric or magnetic property in matter, due to concept of dual poles. Otherwise no electromagnetic force could be coupled. This reduces the problem to finding the one magnetic or electrical property intrinsic to all mass, because gravity acts on all mass. Diamagnetism is that universally intrinsic property, but even that is related to distance of electrons from nuclei by the formula for magnetic moment, M=IA, (« moment » equals current times loop area). This does not tell whether proximity to or distance from nuclei is antigravity, but directly suggests that a correspondence exists.

In summary, the public has been misled contemptuously. They have told you that aliens are not visiting the Earth and do not exist. Rather than spacecraft, people are seeing the whole planet Venus fly across the sky. Then they start an « effort » to find signals from intelligent beings, which they have already detected below 100 cycles. There have been signals picked up even on the frequencies they scan for, but all signals aliens normally use are below 100 cycles and can never be picked up with conventional equipment.

Finally comes the ultimate insult. The world can be better than science fiction has ever dreamt of, with devices to beam information directly into brains for virtual reality, access information from any source, which would make the Internet pale in comparison, derive energy from the sun through its lines, and literally construct anything as if by magic. Everyone on this planet who has died since 1967 did not have to; the only cure for AIDS, cancer, and particularly genetic diseases lies in these lightlines. This is what the public is being kept in the dark about. Perhaps the United States government has reasons for keeping this secret, but they are not in my opinion good ones.

Ultimately it is not the Air Force’s problem that the public does not presently enjoy these things, if you know what I mean. To be heard one has to make some noise.

Sincerely,

James Stephens

tgrpwe@ix.netcom.com

Tout ce qui sort du cadre du conventionnel